Les critères européens de l'ESG mettent la pression sur les entreprises européennes de défense

Financial Times du 1er décembre
Les entreprises européennes du secteur de la défense font face à des difficultés venues des investisseurs mettant en avant leur « responsabilité sociale ». Ces derniers exigent notamment de ces entreprises une plus grande transparence dans la fabrication et la vente d'armes, dans le cadre de la montée en puissance des critères ESG (environnemental, social et de gouvernance). L’ASD (l'association pour "Aeronautics, Space, Defence and Security Industries" en Europe) a écrit à la Commission européenne, soulignant les contradictions entre la volonté de l'UE de renforcer ses capacités en matière de défense et les projets de propositions sur les critères ESG. Déjà, certaines banques et investisseurs coupent les liens avec l'industrie, a déclaré Alessandro Profumo, président de l'ASD et directeur général du groupe de défense italien Leonardo. Plusieurs grandes entreprises de défense européennes, dont le français Thales et le britannique BAE Systems, ont intensifié leurs efforts pour expliquer ce qu'elles font et souligner leurs contributions aux économies et à la sécurité nationale. D'autres cadres européens avertissent qu'un écart d'évaluation est en train de se creuser avec les États-Unis, où les industries de défense sont plus largement acceptées. En considérant l'industrie de la défense comme socialement nuisible, l’UE pourrait mettre en péril sa propre sécurité.