Synthèse de presse

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    La Croatie fait le choix du Rafale
    Le Premier ministre croate Andrej Plenkovic a annoncé vendredi avoir choisi 12 avions de chasse Rafale en service dans l’armée de l’Air et de l’Espace française pour moderniser ses forces armées à l’issue d’un appel d’offres international et d’un processus de sélection qualifié « d’exigeant et transparent » par le ministère français des Armées. Ces avions seront au standard F3R, donc capables de mettre en œuvre la totalité de l’armement de l’avion (à l’exception de ceux relatifs à la dissuasion). Le contrat comprend également le soutien de la flotte et la formation des équipes. Le ministère des Armées a néanmoins précisé entrer désormais « dans la phase de négociation des clauses contractuelles, qui doivent aboutir à la signature du contrat, d’une valeur de près d’un milliard d’euros, fin 2021 (…) les produits de cession des Rafale prélevés seront utilisés pour améliorer la disponibilité et renforcer la préparation opérationnelle de l’armée de l’Air et de l’Espace ». « Dassault Aviation et ses partenaires se félicitent du choix de la Croatie (…) et remercient les autorités croates de leur confiance », a réagi l’avionneur français. C’est en effet la première fois qu’un pays qui n’avait pas acheté́ de Mirage 2000 devient client du Rafale. Ce cinquième contrat à l’export pour le Rafale de Dassault Aviation (et le deuxième auprès d’un pays de l’OTAN après la Grèce) témoigne de « la supériorité́ technologique et opérationnelle du Rafale, avion de combat polyvalent de dernière génération éprouvé́ en opérations (et) conforte son implantation dans les armées de l’Air européennes ». D’autres compétitions sont toujours en cours en Suisse et en Finlande, et les négociations se poursuivent avec l’Indonésie.

    Ensemble de la presse, 28 mai
  • Adhérent à la une
    Le réservoir arrière du Falcon 10X sera fabriqué sur le site Stelia Aerospace de Méaulte (Somme)
    La filiale d’Airbus, Stelia Aerospace, participera à la conception et à la fabrication du fleuron de Dassault Aviation, le Falcon 10X, en fabriquant le réservoir arrière sur son site à Méaulte (le plus grand et le plus ancien site du groupe). D’une superficie totale de 49 hectares dont 115 000 m2 de superficie de production, l’usine de la Somme est l’une des plus modernes en Europe. Equipée d’infrastructures de dernier cri, elle est notamment à la pointe de la digitalisation avec 35 robots et machines de rivetage automatique. Ce site conçoit et produit notamment les parties avant de fuselages pour les programmes Airbus A320, A330, A350, A400M et Beluga XL, des pièces composites de grande dimension ainsi que des sous-ensembles spécifiques pour Airbus. « Ce nouveau contrat est une excellente nouvelle pour le groupe Stelia Aerospace, notamment pour le site de Méaulte (…) Ce nouveau programme met en valeur le savoir-faire et la compétitivité de Stelia Aerospace, ici à Méaulte mais aussi sur d'autres sites du groupe comme à Toulouse pour le bureau d'études, à Rochefort concernant la conception et assemblage des sièges pilote et co-pilote et à Tunis pour la fabrication de pièces mécaniques. En cette période particulièrement difficile pour le secteur aéronautique mondial, c'est extrêmement positif », affirme Thierry Masse, directeur du site Stelia Aerospace de Méaulte.

    L’Usine Nouvelle, 30 mai

Espace
  • Espace
    Le Ravn X d’Aevum, le futur drone cargo
    Fondé en 2016 par Jay Skylus, la startup Aevum a dévoilé le Ravn X, un drone de 25 tonnes mesurant 24 mètres de long pour une envergure de 18 mètres. Avec ses deux moteurs de fusée, il pourrait placer en orbite basse, via un lanceur de 150 kilogrammes de petits satellites, et ce, en moins de 3 heures. 95% des composants du Ravn X seraient réutilisables. Il effectuera sa première mission opérationnelle en 2022 avec la mise en orbite du satellite ASLON-45 au profit de la Space Force. L’entreprise affirme déjà avoir signé plusieurs contrats de lancement d’une valeur de plus d’un milliard de dollars au cours de la prochaine décennie.

    Air & Cosmos, 30 mai
  • Espace
    Pléiades Neo 3 livre ses premières images
    Placé sur orbite héliosynchrone le 29 avril dernier à l’occasion du retour en vol du lanceur léger européen Vega, le satellite Pléiades Neo 3, construit par Airbus Defence and Space, a livré ses premières images, avec notamment la prise de vue de la grande pyramide de Gizeh, édifiée près du Caire, en Égypte. D’une résolution native de 30 cm, le satellite offre une qualité d’image impressionnante mais celles-ci ont été acquises avant que les étalonnages radiométriques et la calibration du système complets ne soient terminés précise Airbus Defence and Space. Le prochain satellite Pléiades Neo doit être lancé cet été, de nouveau par Vega.

    Air & Cosmos, 29 mai

Covid-19
  • Covid-19
    Reprise du trafic aérien : le gouvernement dévoilera cette semaine la liste des « pays verts »
    Le gouvernement français élabore en ce moment une liste pour « classer les pays » en fonction de la situation épidémiologique. « Il y aura la liste des pays verts, dans lesquels la situation sanitaire permet de relancer les flux sans motif impérieux. Il y aura une liste de pays rouges où on maintiendra des motifs impérieux et la liste orange, entre les deux, avec des pays pour lesquels on demandera un certain nombre de précautions » précise Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie. Les « prérequis » pour pénétrer sur le sol européen seraient encore en discussion. Toutefois, à ce stade, la levée de l’obligation de quarantaine semblerait acquise pour les voyageurs de la liste verte. La liste sera dévoilée cette semaine.

    Air-Journal, 31 mai

Environnement
  • Environnement
    SAF : Airbus teste les vols 100% agrocarburants
    Les sustainable aviation fuel (SAF) sont une alternative à considérer pour décarboner l’aéronautique. Mi-mars, Airbus, le centre de recherche allemand DLR, le motoriste Rolls-Royce et le producteur Neste ont annoncé avoir lancé la première étude d’envergure visant à tester des vols avec 100% de carburants durables. Aujourd’hui, les taux certifiés ne dépassent pas 50% et les SAF ne représentent que 0,01% de la consommation totale du secteur. Les essais en vol devront déterminer le volume d’émissions polluantes et naturellement, la faisabilité de ces vols.

    L’Usine Nouvelle, 29 mai

Industrie
  • Industrie
    Rolls-Royce ouvre le plus grand banc d'essai aérospatial intérieur au monde
    Après trois ans de construction, Rolls-Royce a inauguré jeudi 27 mai le Testbed 80, « le plus grand et le plus intelligent banc d'essai aérospatial intérieur au monde » à Derby (Royaume-Uni). Il s’étend sur 27 000 m2 dont 7 500 répartis en plusieurs bancs d'essai. Deux de ses moteurs phares (le Trent 1000 et 1700 (XWB)) seront testés au sein de l'installation. Avec cet investissement de 105 millions d'euros, le motoriste britannique s’engage résolument dans la décarbonation de l’aéronautique avec, au centre de cette activité, son programme UltraFan, un moteur long-courrier plus économe en énergie pour lequel le groupe a investi 550 millions d’euros. Ce moteur devrait aussi être alimenté à 50% par du SAF. Un démonstrateur est prévu en 2022.

    L’Usine Nouvelle, 28 mai

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Les prévisions optimistes quant à la reprise du trafic aérien
    L’Association du transport aérien international (IATA) a revu à la hausse ses prévisions de trafic pour cette année : l’organisme table désormais sur 52% de l’activité réalisée en 2019 alors qu’en janvier il s’attendait à faire au mieux 38%. En outre, la reprise est perceptible en Europe, « la semaine 20 (du 17 au 23 mai) a enregistré une importante augmentation du trafic, qui est passé au-dessus de 40% par rapport aux niveaux de 2019 avec vendredi le jour le plus actif de cette année : 15 561 vols » estime Eamonn Brennan, le directeur général d’Eurocontrol. Néanmoins, la progression de variant indien inquiète, la prudence reste donc de mise : « nous voyons un frémissement de l’activité, résume Augustin de Romanet, le PDG d’ADP. Mais d’une telle fragilité qu’il peut être annihilé par une nouvelle vague épidémique ».

    Le Figaro, 31 mai

Innovation
  • Innovation
    Aquila Data Enabler, en collaboration avec le laboratoire Quartz (ISAE-Supméca), remporte le challenge « AI for Industry 2021» co-organisé par la Région Ile-de-France et Dassault Aviation
    Le consortium formé d’Aquila Data Enabler, cabinet français de conseil référence en intelligence artificielle, et du laboratoire Quartz de l’ISAE-Supméca remporte le Challenge « AI for Industry 2021 » organisé par la Région Ile-de-France et Dassault Aviation. Le sujet proposé consistait à exploiter des algorithmes d’intelligence artificielle pour développer, par apprentissage, des capteurs virtuels capables d’estimer les sollicitations localement subies par un avion d’affaires Falcon, à partir des seuls instruments de bord disponibles. Avec cette victoire, les équipes d’Aquila Data Enabler et de l’ISAE-Supméca travailleront durant 18 mois avec Dassault Aviation autour d’un projet collaboratif subventionné par la Région Ile-de-France à hauteur de 500 000 euros. Valérie Pécresse, Présidente de la Région Ile-de-France, adresse ses félicitations à « Aquila et Supméca qui vont pouvoir travailler à la réduction des émissions de carbone avec Dassault Aviation ». Eric Trappier, Président-directeur général de Dassault Aviation, précise que « les algorithmes proposés par les lauréats permettront, par une connaissance plus fine du stress mécanique subi par les avions en service, d’optimiser nos programmes de maintenance et de proposer des structures plus légères et donc plus économes en carburant ». « Cette victoire récompense notre Lab R&D qui travaille depuis plus de 3 ans sur les applications concrètes de l’IA dans le monde de l’ingénierie et de l’industrie » se félicite Stéphane Georges, Président-directeur général d’Aquila.

    ZoneBourse, 28 mai