Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    L'Inde officialise l'acquisition de 56 Airbus C295
    L'Inde a officialisé, ce vendredi 24 septembre, l'acquisition de 56 Airbus C295 pour remplacer la flotte AVRO de l'Indian Air Force (IAF). Selon les termes de l’accord, 16 appareils assemblés en Espagne seront dans un premier temps livrés au gouvernement indien et les 40 autres seront construits et assemblés en Inde par Tata Advanced Systems. Il s'agit du premier programme aérospatial « Make in India » dans le secteur privé, impliquant le développement complet d'un écosystème industriel, précise Airbus. Les 16 premiers appareils seront livrés dans les quatre ans suivant la mise en œuvre du contrat. Tous les C295 de l'IAF seront livrés en configuration de transport et équipés d'une suite de guerre électronique fabriquée en Inde. « Le C295 a une nouvelle fois prouvé qu'il était le leader du segment et, avec l'arrivée de l'Inde en tant que nouvel opérateur, ce type d'appareil élargira encore son empreinte, non seulement sur les aspects opérationnels, mais aussi sur son propre développement industriel et technologique », a déclaré Michael Schoellhorn, CEO d'Airbus Defence and Space.

    Les Echos Investir du 24 septembre
  • Défense
    Affaire des sous-marins australiens : Florence Parly et Pierre-Eric Pommellet s’expriment dans la presse
    Florence Parly, ministre des Armées, accorde un entretien au journal Le Monde. Elle estime que l’affaire de l’annulation du contrat des sous-marins australiens doit pousser l’Europe à s’organiser pour défendre ses intérêts dans le monde. « Les Européens sont capables de déterminer ensemble où se trouvent leurs intérêts. Ils ont compris désormais qu’ils devaient être capables de les défendre partout où ils se trouvent, en se projetant, aussi, bien au-delà des limites de l’Union européenne (UE). C’est un travail que nous allons poursuivre, qui participe directement à la construction de l’Europe de la défense. L’Europe a une opportunité unique de s’affirmer en tant que puissance sur le plan stratégique », souligne-t-elle notamment, indiquant que ce sera l’objectif du premier Livre blanc, la « boussole stratégique », qui sera adopté sous la présidence française de l’UE en 2022. Le PDG de Naval Group, Pierre-Eric Pommellet, est quant à lui revenu, dans un entretien au Figaro, sur les conséquences de la crise pour le groupe. « C'est un choc surmontable mais inédit par la méthode. Très peu d'entreprises ont vécu un scénario aussi violent », souligne-t-il. « 90% de notre activité est réalisée avec nos autres clients », insiste-t-il toutefois : la Marine française, l'Inde, le Brésil, l'Égypte, ou encore la Belgique et les Pays-Bas, notamment. « L'avenir de Naval Group est porté par ses commandes françaises et internationales. Nous avons un carnet de commandes solide avec 5 SNA de classe Barracuda, 4 SNLE de 3e génération, des frégates ainsi que le porte-avions de nouvelle génération », indique le dirigeant.

    Le Figaro du 23 septembre et Le Monde du 24 septembre
  • Défense
    L’US Air Force passe une nouvelle commande d’hélices NP2000 auprès de Collins Aerospace
    L’US Air Force a passé une nouvelle commande auprès de Collins Aerospace (Raytheon Technologies), afin d’acquérir les systèmes d'hélices NP2000 nécessaires à la modernisation de 26 exemplaires supplémentaires de l'avion de transport C-130H. Le système NP2000 est notamment doté de 8 pales en matériaux composites produites par Ratier Figeac (Collins Aerospace Propeller Systems). L'US Air Force prévoit de remplacer les systèmes d'hélices de 140 unités de C-130H, et dispose actuellement de commandes de NP2000 pour 83 de ces appareils.

    Le Journal de l’Aviation du 24 septembre

Environnement
  • Environnement
    Focus sur ATR, engagé pour la décarbonation de l’aviation
    Les Echos relèvent qu’ATR, filiale à 50/50 d'Airbus et Leonardo, pourrait servir de banc d'essai aux premiers avions à hydrogène. « Les avions à hélice ATR42 et ATR72 font figure de plateforme idéale pour les prochains prototypes d'avions à hydrogène d'Airbus », estime le quotidien. « Nous prendrons les solutions technologiques qui se présenteront pour réduire les émissions de CO2, à condition qu'elles soient abordables et qu'elles ne compromettent pas la rentabilité de nos avions », souligne Stefano Bortoli, Président exécutif d’ATR. ATR s'est par ailleurs récemment associé à la compagnie suédoise Braathens Regional Airways et au producteur de biocarburants Neste afin de tester des carburants durables d’aviation (SAF), rappellent Les Echos.

    Les Echos du 24 septembre

Espace
  • Espace
    ArianeGroup annonce un plan de 600 départs volontaires
    ArianeGroup a confirmé jeudi 23 septembre un plan de 600 départs volontaires qui s'échelonneront tout au long de l'année 2022. « Aucun site n'est menacé », a souligné la direction du groupe. Le transfert de l'intégration du moteur Vinci, qui équipe l'étage supérieur d'Ariane 6, du site de Vernon (Eure) vers Ottobrunn (Allemagne), a par ailleurs été annoncé. « Ce processus durera plusieurs années et s'accompagne d'une enveloppe supplémentaire du gouvernement français de 40 millions d’euros pour Vernon afin de sécuriser les compétences, les moyens de production et la poursuite d'essais », a déclaré André-Hubert Roussel, selon des propos rapportés par la revue Challenges. La résolution de l'ESA publiée le 13 août dernier, qui garantit un minimum de 4 lancements institutionnels par an pour Ariane 6, représente un grand succès pour le groupe, rappelle la presse. Selon Challenges, André-Hubert Roussel a évoqué le lancement prochain, en collaboration avec l'ESA, d'un programme de vol habité européen basé sur des lanceurs réutilisables : « je crois fermement qu'un jour, d’ici à 2030, les Européens voleront dans l'espace à bord de lanceurs européens réutilisables qui décolleront du sol européen. Je veillerai à ce qu'ArianeGroup développe les meilleures compétences et soit en mesure de mener à bien ce programme », a-t-il déclaré.

    Challenges du 23 septembre et Ensemble de la presse du 24 septembre
  • Espace
    Thales Alenia Space franchit une nouvelle étape clé dans le développement du ballon stratosphérique Stratobus
    Thales Alenia Space a réalisé un vol de démonstration visant à valider la chaîne de sauvegarde du ballon stratosphérique Stratobus, dans le cadre du projet HEMERA 2020 de la Commission européenne. Le vol, réalisé le 11 septembre à Kiruna en Suède, avait pour objectif de tester, en condition réelle, la capacité de récupération du ballon en cas d'urgence (Emergency Recovery Capacity). D’une durée de 8 heures, ce vol, opéré par la Swedish Space Corporation, « a été un véritable succès et a permis de valider le concept de sauvegarde de Stratobus », se félicite Thales Alenia Space. « Cette démonstration est une étape essentielle pour l'obtention des autorisations de vol pour les futurs démonstrateurs Stratobus à échelle réduite, puis pour les modèles de vol certifiés » a déclaré Yannick Combet, Directeur du Programme Stratobus au sein de Thales Alenia Space.

    Zone-Bourse.com du 24 septembre
  • Espace
    Entretien avec Philippe Baptiste, président du CNES
    Philippe Baptiste, président du CNES, s’est exprimé le 13 septembre lors de la Matinale du Club Espace du CEPS (Centre d’étude et de prospective stratégique). Air & Cosmos, partenaire du CEPS, rend compte de cette intervention. Philippe Baptiste s’est penché sur les enjeux du New Space, rappelant que le CNES a su très tôt se doter de filiales qui ont permis de grands succès économiques et commerciaux, telles que Spot Image, CLS ou Arianespace. Face aux nouveaux défis du secteur, il appelle à rassembler anciens et nouveaux acteurs industriels. Philippe Baptiste soutient l’idée de disposer à terme en Europe d’un lanceur réutilisable, et espère que l’Union européenne se dotera d’une constellation. Il salue l’engagement du commissaire européen Thierry Breton à ce sujet. Il rappelle que le premier vol d’Ariane 6, pour lequel l’ensemble de l’industrie est mobilisée, représente pour l’heure une priorité.

    Air & Cosmos du 24 septembre
  • Espace
    En septembre, SpaceX a obtenu trois contrats de lancements
    Air & Cosmos relève que SpaceX a obtenu trois nouveaux contrats de lancement au cours des deux dernières semaines. Le 8 septembre, la société émiratie Al Yah Satellite Communications (Yahsat) a annoncé qu’elle confierait au Falcon 9 de SpaceX le lancement de son satellite Thuraya 4 NGS (Next Generation Satellite), construit par Airbus Defence and Space. Le satellite doit être lancé au second semestre 2023. Le 10 septembre, la NASA a officialisé avoir retenu SpaceX pour assurer le lancement en avril 2024 du satellite géostationnaire de météorologie Goes-U (Geostationary Operational Environmental Satellite-U), confié au lanceur lourd Falcon Heavy. Le 17 septembre, le gouvernement turc a confirmé que SpaceX effectuerait la mise à poste au premier trimestre 2023 du satellite de télécommunications Turksat 6A, pour le compte de l’opérateur national Turksat.

    Air & Cosmos du 24 septembre
  • Espace
    Construire une base sur Mars avec des fluides corporels humains ?
    Des chercheurs de l’université de Manchester estiment que mélanger des fluides corporels humains (sang, urine, larmes) aux roches présentes sur Mars permettrait de construire des bâtiments solides, en minimisant les coûts. En mélangeant du régolithe avec de l'albumine sérique et de l'urée, ils déclarent avoir obtenu un béton plus résistant que celui produit sur Terre.

    L’Usine Nouvelle du 24 septembre et Futura Sciences du 21 septembre

Industrie
  • Industrie
    Comment Airbus est devenu leader mondial de l’aéronautique
    Le Monde consacre un article à l’essor d’Airbus, devenu en 2019 le premier constructeur aéronautique mondial, devant Boeing. Le quotidien rappelle que l’A320neo, lancé en 2010, a pris largement l’avantage sur le B737 MAX. « A l’avenir, la part de marché d’Airbus restera à 60% en termes de livraisons, car l’écart s’est creusé par rapport à Boeing », estime Stéphane Albernhe, PDG du cabinet de conseils Archery Strategy Consulting. L’A321 « est en passe de devenir le couteau suisse du transport aérien », précise Le Monde. Avec les coûts d’un moyen-courrier et les performances d’un long-courrier, l’appareil connaît un grand succès auprès des compagnies aériennes. Le gros-porteur A350 a aussi trouvé immédiatement son marché.

    Le Monde du 24 septembre

international
  • international
    Boeing délocalise une usine d'assemblage en Australie
    Le nouveau drone militaire de Boeing, l’Airpower Teaming System (ATS), ou « Loyal Wingman », sera assemblé en Australie. Le gouvernement australien est pour l’instant le seul client de Boeing pour ce modèle. C’est la première fois que le constructeur aéronautique américain choisit de délocaliser une partie de sa production hors de ses frontières. Boeing a par ailleurs annoncé la construction d'une nouvelle usine aux Etats-Unis, sur l'aéroport de Saint Louis Lambert, dans l'Illinois. Le MQ-25 Stingray sera assemblé dans ce nouveau complexe à partir de 2024.

    Les Echos et Aerobuzz du 24 septembre