15 avril 2020

Situation économique

Malaisie

Tous les services et commerces non indispensables sont fermés depuis le début du confinement. Les industries de services aéroportuaires et de MRO de défense ont pu continuer d’exercer leurs activités, moyennant un contrôle strict des mesures sanitaires : réduction des équipes, matériel sanitaire mis à disposition des salariés, espaces de travail désinfectés. Le contexte cause une forte baisse d’activité, amplifié par la difficulté dans l’approvisionnement et les livraisons à l’international, et les retards dans les paiements.

Globalement, 70% de baisse d’activité sur le mois de mars.

Depuis vendredi 10 avril, le gouvernement a ouvert aux entreprises aéronautiques la possibilité de rouvrir leurs usines, si les règles sanitaires sont respectées. Ces dernières doivent en faire la demande sur le site du MITI. Les secteurs manufacturiers ou liés à la MRO font partie des secteurs clefs que le gouvernement souhaite relancer. Les sociétés SPIRIT,UMW Aerospace et CTRM devrait pouvoir rouvrir d’ici le 17 avril.

Le gouvernement a débloqué un package de $64,6Mds (18% du PIB) pour stimuler l’économie.

Un total de $3,2Mds sera consacrer uniquement aux petites et moyennes entreprises. Chaque entreprise touchera entre $140 et $690 par employé. Aussi, les taux d’intérêt (2%) sur les programmes de micro-crédits sont abolis, et les entreprises louant des locaux à des entreprises publiques auront une forte réduction sur leur loyer. Les entreprises privées pratiquant une réduction similaire (plus de 30%) bénéficieront d'une réduction sur leurs composées charges.

Singapour

Le gouvernement a annoncé lundi 6 avril un 3e budget d’aides économiques, le total est de $41,7Mds, soit 12% du PIB. Ces aides sont de subventions salariales (25% du salaire, dans la limite de 1000SGD), de réduction ou abrogation de loyer, et d’espèces données aux citoyens. Le plafonnement des subventions n’est pas effectif pour les employés aéronautiques sur la période de confinement.

L’industrie manufacturière est particulièrement impactée par le confinement. Les entreprises sont appelées à contacter le gouvernement pour expliquer en quoi elles sont essentielles si elles souhaitent reprendre leurs activités. Il est recommandé de mentionner ses fournisseurs, afin qu’ils soient eux aussi autorisés à ouvrir.

Les sociétés de MRO et de services aéroportuaires continuent leurs activités au ralenti, en suivant des consignes sanitaires strictes.

Sur le dernier mois, les cours boursiers de SIA, SIAEC, ST Engg et SATS ont chutés de 26% en moyenne.

$1Mds d'aides sont alloués exclusivement aux secteurs de l'aviation et du tourisme ($750M au secteur aérien), dont $500,000 pour la formation des employés aéronautiques.

Les grandes entreprises du secteur de l'aviation se sont engagées à envoyer plus de 17,500 employés en formation, alors que l'industrie tourne au ralenti par suite de la suspension des vols.

Indonésie

Le gouvernement a débloqué $26,36Mds pour palier à la crise économique (2,5% du PIB). 90% de ce montant sera alloué au secteur de la santé, au filet de sécurité sociale et aux programmes de relance des entreprises. Le gouvernement a acté une réduction de 3 points (sur 22%) sur les taxes professionnelles, et supprimé des taxes pour les travailleurs des industries manufacturières pour une durée de 6 mois. Les échéances pour les prêts aux entreprises ont été repoussé d’un an. $1.5Mds seront alloués en aides sociales et en subventions pour les travailleurs à faible revenu.

Le ministre de l’industrie a reconnu une chute de 50% dans la production de la plupart des secteurs manufacturiers, à l’exception de ceux en lien avec le matériel médical.

Pour financer ces aides, l’Indonésie augmente considérablement son endettement. La Banque Mondiale, la Banque Asiatique de Développement (ADB) et la Banque d'investissement asiatique pour les infrastructures (AIIB) se sont engagées à prêter au gouvernement $7Mds. A cela s’ajoute $4,3Mds levés début avril en « pandemic bonds » (obligation en dollars), vendu sur des tranches entre 10 et 50 ans. Le gouvernement prévoit de lever jusqu’à $27,4Mds en obligation.

Vous aimerez également

international
23 octobre 2020
Un séminaire « virtuel » organisé par le GIFAS et l’AFDA a réuni près de 80 industriels finlandais et français le 21 octobre 2020

Un séminaire industriel « virtuel » franco-finlandais initié par le Ministère de la Défense Finlandais avec Business Finland et organisé par le GIFAS et l’AFDA (l’Association of Finnish Defence Aerospace) en collaboration avec la Direction Générale de l’Armement, s’est tenu le 21 octobre 2020 à partir de Saint Cloud au siège de Dassault Aviation, en présence de Son Excellence Monsieur Teemu TANNER, Ambassadeur de Finlande en France et à partir d’Helsinki, dans les installations de l’AFDA.

France Relance
23 octobre 2020
France Relance : Les fonds de soutien à la modernisation des filières automobile et aéronautique passent le cap des 110 projets lauréats

Retrouvez le Communiqué de Presse, ainsi que le Dossier de Presse de Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée, chargée de l’Industrie annonçant les 110 projets lauréats des fonds de soutien à la modernisation et à la diversification des filières automobile et aéronautique sont désormais annoncés.

France Relance
22 octobre 2020
Lancement du site planderelance.gouv.fr du ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance

Afin d'assurer la réussite du plan de relance et garantir un accès facile et rapide aux différentes mesures de « France Relance », le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance a lancé le site planderelance.gouv.fr qui centralise l’ensemble des dispositifs et facilite leur accès ainsi que leur compréhension auprès des Français, des chefs d’entreprises, des collectivités locales ou des administrations.

France Relance
15 octobre 2020
France Relance : guide des mesures de relance des exportations

Le volet Export du plan France Relance mobilise 250 M€ "qui bénéficieront directement aux exportateurs - notamment à nos PME, qui représentent 95% de nos entreprises exportatrices - et permettront d'amplifier notre stratégie pour le commerce extérieur."