Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Air France continue de commander des avions malgré la crise
    Air France maintient sa stratégie de renouvellement de sa flotte et continue de recevoir des livraisons d'avions neufs. Après les 4 gros-porteurs (trois Airbus A350 et un Boeing 787) arrivés cette année, 7 A350-900 et 6 A220 (des appareils moyen-courriers) vont entrer dans la flotte en 2021, soit plus d'un avion livré par mois en moyenne. Air France, qui souhaite renouveler sa flotte, prépare déjà la reprise et veut être compétitive quand celle-ci verra le jour. Les A350 et les A220 qu’elle s’apprête à acquérir consomment par ailleurs 20% de carburant en moins que les avions qu'ils vont remplacer.

    La Tribune du 10 novembre 2020
  • Industrie
    L’Etat prêt à une aide supplémentaire à Air France et écarte une taxation supplémentaire du secteur aérien
    L’Etat est prêt à apporter une aide financière supplémentaire à la compagnie aérienne Air France si besoin est, mais l’idée d’une renationalisation est écartée, tout comme celle d’une nouvelle taxation sur le secteur. Sur BFMTV, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, qui a rappelé qu’un plan d’aide pouvant atteindre 7 milliards d’euros est déjà en place depuis avril, a déclaré que « s’il y a besoin, à un moment donné, d’un soutien financier supplémentaire à Air France, nous apporterons un soutien financier supplémentaire à Air France ». Et il a ajouté : « parce que c’est une question de souveraineté nationale d’avoir notre propre compagnie aérienne nationale, et puis derrière parce qu’il y a des dizaines de milliers d’emplois qui sont concernés ». Bruno Le Maire a également précisé être opposé à des « taxations supplémentaires sur un secteur du transport aérien qui est en train de s’effondrer » en contrepartie d’une nouvelle aide publique : « ce n’est pas très rentable pour les comptes publics parce que ça ne rapporte pas grand-chose et ensuite, c’est mettre un peu plus la tête sous l’eau au secteur », a-t-il expliqué.

    Air Journal du 10 novembre 2020
  • Industrie
    Airbus livre deux A350-900 à Ethiopian Airlines
    Le troisième et dernier Airbus A380 destiné à la compagnie japonaise ANA lui a été officiellement remis le 6 novembre. Le lendemain, Airbus a livré en même temps deux A350-900 à Ethiopian Airlines, les quinzième et seizième reçus sur les 24 attendus. Les ET-AYA (baptisé Genève) et ET-AYB (Singapore) sont partis dans la foulée vers leur base à Addis Abeba-Bole, avec notamment une cargaison de 4,7 tonnes d’aide humanitaire, de matériel médical et informatique devant rejoindre la fondation Ethiopian Airlines et la clinique pédiatrique de la fondation Pablo Horstmann à Maki.

    Air Journal du 9 novembre 2020
  • Industrie
    La solidarité à l’oeuvre au sein de la filière aéronautique
    En France, dans le secteur aéronautique, les grands donneurs d’ordre que sont Airbus, Safran, Dassault Aviation, Thales se montrent très préoccupés du sort de leurs fournisseurs et sous-traitants, notamment pour des raisons de rationalité économique, rappelle Marc Ivaldi, professeur à la Toulouse School of Economics. Une des spécificités de la filière aéronautique française est en effet la grande interdépendance de ses acteurs. « Quelque 80% de la valeur d'un Airbus est amenée par les sous-traitants », note Bertrand Mouly-Aigrot, associé au cabinet Archery Strategy Consulting. « Soyons justes, globalement, les donneurs d'ordres font preuve d'une réelle solidarité », tient à souligner Serge Dumas, président de Gillis Aerospace. Cet esprit de corps est notamment aiguillé par le risque de voir certaines pépites hexagonales passer sous pavillon étranger. Aerofund 4, le fonds géré par Ace Management, filiale de Tikehau Capital, vient ainsi de racheter la PME française Aries Alliance pour 20 millions d'euros. « L'arsenal de protection des actifs stratégiques français est très efficace, mais nous ne pouvons pas seulement dire non, nous devons aussi proposer des solutions, soit en accompagnant des repreneurs, soit en y allant tout seul », estime Marwan Lahoud, ancien directeur de la stratégie d'Airbus, aujourd'hui président d'Ace Management.

    L’Express du 10 novembre 2020

Emploi
  • Emploi
    Les besoins de recrutement de pilotes pourraient reprendre en dépit de la crise
    Alors que le secteur aérien traverse une crise, CAE se montre optimiste quant aux besoins en pilotes à moyen et à long termes. Selon l’entreprise canadienne de formation, le secteur de l’aviation civile aurait besoin de 27 000 nouveaux pilotes d’ici la fin de l’année 2021 et jusqu’à 264 000 d’ici la fin de la décennie. Les départs à la retraite et la croissance de la flotte d’appareils ont été, et devraient demeurer, les principaux moteurs de la demande de pilotes.

    Journal de l’Aviation du 9 novembre 2020

Espace
  • Espace
    WSBW : les acteurs du spatial ont des raisons d’être optimistes
    Les acteurs du secteur spatial sont réunis du 9 au 11 novembre à l’occasion de la World Satellite Business Week (WSBW), une édition totalement virtualisée. En dépit de la crise de la Covid-19 qui a pour effet de retarder le tir d’Ariane 6, les industriels du secteur sont optimistes et misent sur le marché prometteur des constellations de minisatellites. Face aux satellites traditionnels, les constellations ont deux atouts majeurs à faire valoir : une meilleure revisite (soit la capacité à survoler un même point de la planète avec une plus grande fréquence) ainsi qu’un temps de latence des communications réduit du fait d’être plus proche de la Terre que les satellites en orbite géostationnaire (36 000 km). Selon les organisateurs de la WSBW, environ 1 000 satellites seront lancés chaque année durant la décennie 2020, essentiellement pour des besoins de télécommunications. Sur la période 2020-2029, le marché pourrait peser 51 milliards de dollars, 65% revenant aux fabricants et 35% aux opérateurs de lancements.

    L’Usine Nouvelle du 9 novembre 2020
  • Espace
    Une start-up française met en orbite un satellite propulsé à l’iode
    Le 6 novembre, la start-up ThrustMe a envoyé dans l’espace son premier moteur électrique pour minisatellites. Ce premier lancement, opéré depuis Taiyuan, en Chine, par la compagnie aérospatiale chinoise SpaceTy, fait office de démonstrateur de la technologie de l’entreprise, installée sur le plateau de Saclay et qui avait levé plus de 2 millions d’euros de fonds publics et privés en 2017. Contrairement aux moteurs conventionnels, fonctionnant au xénon, le prototype français mis en orbite fonctionne à l’iode, un élément moins rare et donc moins coûteux que le xénon.

    L’Usine Nouvelle du 10 novembre 2020

Compétitivité
  • Compétitivité
    L’activité économique ralentit moins que pendant le premier confinement
    L’économie française devrait beaucoup moins ralentir au mois de novembre, comparativement au coup de frein d’avril dernier, lors du premier confinement. Selon la Banque de France, le PIB en novembre devrait baisser d’environ 12%, alors que le ministère des Finances prévoyait jusqu’à présent une chute de 20%. En avril, l’activité s’était effondrée de 31%. Cet automne, l’industrie et la construction sont moins affectées par les mesures sanitaires et fonctionnent à un rythme inférieur de 5% à 10% à la normale.

    Les Echos du 10 novembre 2020
  • Compétitivité
    Le Sénat vote un nouveau dispositif d’exonérations sociales pour les entreprises touchées par le confinement
    Les employeurs qui ont fait l'objet de mesures d'interdiction d'accueil du public, ou qui ont constaté une baisse de chiffre d'affaires d'au moins 50% par rapport à la même période de l'année précédente vont pouvoir bénéficier d’un nouveau dispositif exceptionnel d'exonérations sociales. Il s'agit notamment de « tenir compte de la fermeture des commerces non essentiels » a précisé le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt, lors de la présentation de l’amendement du gouvernement au budget de la Sécurité sociale adopté par le Sénat, lundi 9 novembre au soir. « Ce dispositif pourra représenter jusqu’à trois mois d’exonérations en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, dont un mois au titre du couvre-feu mis en place au mois d’octobre » a-t-il ajouté. L’amendement cible les TPE et PME des secteurs les plus affectés par les restrictions (tourisme, hôtellerie, restauration, sport, culture, transport aérien, évènementiel).

    Public Sénat du 10 novembre 2020

Innovation
  • Innovation
    L’informatique quantique, un avantage pour Airbus
    Les grands groupes industriels se lancent dans la course à l’innovation dans le domaine de l’informatique quantique, qui permet de traiter une quantité importante d’information, offrant ainsi un meilleur rendement énergétique pour les calculs les plus complexes. Dans une interview avec le journal La Nouvelle République, Thierry Botter, président d’Airbus Blue Sky, précise la feuille de route de cette technologie de pointe, qui représente « un véritable avantage stratégique pour Airbus, mais également pour toute industrie qui s’en empare ». Airbus a par exemple lancé le Airbus computing challenge, un concours d’informatique quantique pour transformer le cycle de vie des avions. « On y expose plusieurs problématiques et on invite des experts à proposer et développer des solutions de modélisation et d'optimisation complexes, dans l'ensemble du cycle de vie des avions, basées sur les nouvelles capacités informatiques, explique Thierry Botter. Par exemple, comment charger de manière optimale un avion, en respectant un grand nombre de contraintes ». 2020

    La Nouvelle République du 4 novembre