Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Qantas souhaite le retour de ses Airbus A380
    Alors qu’en août dernier, la compagnie nationale australienne prévoyait de clouer au sol ses A380 pendant trois ans, en raison de la pandémie de Covid-19, le patron de la compagnie nationale australienne Alan Joyce a exprimé la semaine dernière une confiance renouvelée dans les douze A380, aujourd’hui parqués dans le désert de Mojave. Lors de la conférence EuroControl StraightTalk, il a déclaré qu’il y aura « des opportunités » pour cet avion et qu’il « génèrera des liquidités » en particulier sur les routes à fort trafic vers des aéroports au nombre de créneaux limité comme Londres-Heathrow par exemple, ou avec couvre-feu strict comme à Los Angeles.

    Air Journal du 10 février 2021
  • Industrie
    Invité du Journal de l’Aviation, Eric Trappier évoque le SCAF, la digitalisation et l’avion décarboné
    Invité du podcast du Journal de l’Aviation pour un second entretien, Eric Trappier, Président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation, évoque les investissements indispensables pour assurer l’avenir de la filière aéronautique et sa transition vers une aviation verte. Il estime qu’il est essentiel de miser sur les technologies disponibles aujourd’hui pour accélérer cette transition, notamment forcer le développement des biocarburants, en attendant la génération suivante d’innovations, qui sera particulièrement représentée par l’hydrogène. L’avion à hydrogène impose des ruptures technologiques sur lesquelles travaille le CORAC. La crise sanitaire en cours n’a pas mis fin au financement de la recherche dans le domaine de l’aéronautique civile en termes d’avion décarboné, rappelle-t-il. « Nous préconisons que l’ensemble de la filière poursuive sa modernisation, comme par exemple le plan numérique, détaille Eric Trappier. Nous continuons à avoir des programmes financés en partie par le GIFAS, par les régions, pour poursuivre la digitalisation de nos entreprises car nous pensons que demain, l’industrie en général mais l’industrie aéronautique en particulier, devra être encore plus numérique qu’elle ne l’est aujourd’hui avec des maquettes et des jumeaux numériques. Cela suppose que l’ensemble de la filière soit numérisée, pas seulement les grands donneurs d’ordre ». Revenant sur la relocalisation industrielle, Eric Trappier rappelle également que la production aéronautique est d’ores et déjà « localisée ». « En alimentant la profession aéronautique, on alimente donc l’emploi en France, martèle-t-il. On alimente le développement de technologies qui existe pour préparer les technologies du futur, on mise sur quelqu’un qui a déjà gagné. Or, l’aéronautique française a déjà gagné : elle a créé Airbus, Dassault, Safran et Thales. Il faut aider ceux qui ont déjà gagné. »

    Journal de l’Aviation du 10 février 2021
  • Industrie
    Emmanuel Macron évoque une solution au litige Airbus-Boeing avec Joe Biden
    Le président français Emmanuel Macron a suggéré à son homologue américain Joe Biden que les Etats-Unis et la France cherchent à trouver une issue au litige sur les subventions accordées à l'aéronautique, a rapporté, ce 10 février, la chaîne de télévision américaine CNBC. Joe Biden a fait savoir que les équipes concernées allaient travailler sur le dossier, mais il n'a pas promis de résultats. L'entretien téléphonique entre les deux dirigeants s'est déroulé il y a deux semaines.

    La Tribune du 10 février 2021
  • Industrie
    Freyssinet Aero Equipment se diversifie dans la fonderie de pièces en titane
    Installé à Couffouleux, dans le Tarn, Freyssinet Aero Equipment va investir 8,5 millions d'euros de 2021 à 2023 dans une fonderie de précision à la cire perdue avec un système de pilotage automatisé des machines 4.0, dans un nouveau bâtiment de 1 000 m2. Le projet bénéficie d'une subvention de 2,6 millions d'euros du plan de relance de l’Etat. La fonderie démarrera à la fin de l'année et devrait créer 50 emplois en trois ans. L'entreprise souhaite réaliser un chiffre d'affaires de 12 millions d'euros par an dans la fonderie de pièces de taille intermédiaire à la fin 2023, quand la construction d'avions reprendra. « Nous envisagerons ensuite de fabriquer des pièces plus grandes dans une nouvelle usine pour devenir un acteur mondial de la fonderie aéronautique », indique son président, Philippe Parsoire.

    Les Echos du 11 février 2021

Innovation
  • Innovation
    A quoi ressemblera l’avion du futur en huit points
    L’Usine Nouvelle fait le point sur les huit axes de développement de l’avion vert du futur, à horizon 2050. Cet avion utilisera certainement des matériaux plus légers que les avions actuels, tels que les thermoplastiques, et ses trajectoires de vols seront optimisées pour réduire jusqu’à 10% sa consommation de carburant. L’avion du futur sera équipé de moteurs ultra-efficaces, tels que l’open rotor de Safran, un moteur à double hélice contrarotative non carénée, et son architecture sera probablement différente. L’aile volante, combinant d’un seul tenant fuselage, voilure et empennage, est une piste envisagée. Enfin, l’avion du futur fera sans doute appel à l’énergie électrique, aux biocarburants, aux carburants de synthèse ou à l’hydrogène.

    L’Usine Nouvelle du 10 février 2021

Espace
  • Espace
    La Chine conquiert l'orbite de Mars avec sa sonde Tianwen-1
    Ce 10 février, la Chine a réussi à insérer sa sonde spatiale Tianwen-1 en orbite de Mars. La veille, grâce à leur sonde Hope, les Émirats arabes unis devenaient la cinquième nation à placer un appareil en orbite martienne, avec les États-Unis, l’Europe, l’Inde et l’ex-URSS. « L'engin spatial, comprenant un orbiteur, un atterrisseur et un rover, a suffisamment ralenti pour être capturé par la gravité de Mars et il est entré dans une orbite elliptique autour de la planète rouge, sa distance la plus proche de la surface martienne étant d'environ 400 kilomètres », indique l’agence de presse Xinhua.

    L’Usine Nouvelle du 10 février 2021

Environnement
  • Environnement
    Air Liquide et Siemens Energy vont coopérer pour accélérer dans l'hydrogène
    Air Liquide et Siemens Energy ont annoncé le 8 février leur coopération dans des projets à grande échelle de la filière hydrogène en Europe, afin d'en accélérer la production durable, une initiative saluée par les ministres français et allemand de l’Economie. Le protocole d'accord vise à « unir leurs expertises dans la technologie de l'électrolyse à membrane échangeuse de protons (PEM) ». Les deux entreprises indiquent dans leur communiqué vouloir collaborer dans « la co-création de projets à grande échelle dans la filière hydrogène, la production industrielle d'électrolyseurs en Europe, notamment en Allemagne et en France, et la recherche et développement pour mettre au point ensemble la prochaine génération d’électrolyseurs ».

    La Tribune du 8 février 2021
  • Environnement
    Le projet d'extension de l'aéroport parisien de Roissy est abandonné en l’état actuel
    Le gouvernement a décidé d'abandonner le projet initial d’extension de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, a annoncé le 11 février la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, au journal Le Monde. Ce projet passait par la construction à l'horizon 2037 d'un quatrième terminal pour augmenter la capacité de l'équipement de 40 millions de passagers par an. Le gouvernement a demandé au gestionnaire des aéroports de Paris, Groupe ADP, dont l'Etat est l'actionnaire majoritaire, « d'abandonner son projet et de lui en présenter un nouveau, plus cohérent avec ses objectifs de lutte contre le changement climatique et de protection de l’environnement », a déclaré Barbara Pompili.

    Le Monde du 11 février 2021

Emploi
  • Emploi
    IATA va former le personnel navigant qui a perdu son emploi
    L'Association du transport aérien international (IATA) propose une formation en ligne pour aider les membres du personnel de cabine des compagnies aériennes licenciés à réintégrer le marché du travail. Ce cours sera offert gratuitement à ceux qui s'inscriront entre le 9 et le 23 février. IATA propose cette formation dans le cadre d'une campagne permanente de #WeAreAviation, en solidarité avec les personnes du secteur de l'aviation dans le monde entier. Avant la crise, l'IATA formait chaque année quelque 100 000 professionnels de l'aviation du monde entier à des compétences essentielles pour bâtir leur carrière.

    TourMag du 10 février 2021
  • Emploi
    Stelia Aerospace a mené son PSE sans aucun recours aux départs contraints
    Le 26 janvier, Stelia Aerospace, sous-traitant d’Airbus basé à Rochefort, annonçait par la voix de son PDG Cédric Gautier « avoir mené à bien l’exécution de notre Plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) sans avoir recours aux départs contraints, conformément à nos objectifs ». Quelques mois plus tôt, l’entreprise avait été contrainte d’élaborer un PSE, impliquant 704 réductions de postes, dont 95 à Rochefort.

    Sud Ouest du 10 février 2021

Formation
  • Formation
    L’école des sous-officiers de la base aérienne de Rochefort recrute
    L'école de formation des sous-officiers de la base aérienne de Rochefort recrute de futurs mécaniciens mais aussi des candidats dans des spécialités moins connues. « En ce moment, on a en particulier besoin de mécaniciens dans les techniques du numérique, le domaine du cyber, des systèmes d'information et de la communication, ces nouveaux domaines que sont les métiers du numérique », détaille Alain Boullet, général de brigade aérienne. L’école accueille cette année plus de 1 300 élèves sous-officiers, deux fois plus qu'il y quatre ans, et ce chiffre devrait encore augmenter dès 2022.

    France 3 du 10 février 2021
  • Formation
    Aérocampus Aquitaine lance une nouvelle formation pour ses dix ans d'existence
    L’association Aérocampus Aquitaine fêtera cette année ses dix ans et son directeur général Jérôme Verschave tire un bilan positif de l’année écoulée : « Le chiffre d’affaires de nos activités évènementielles s’est effondré de -70 % Mais, malgré tout, nous allons dégager en 2020 un résultat positif d’environ 200 000 euros, pas très loin des résultats habituels ». Aérocampus Aquitaine lancera dès le 1er mars une nouvelle formation dédiée aux personnels navigants des jets privés et autres avions d'affaires. La formation s'appuiera notamment sur le Falcon 50 stationné chez Aérocampus au sein d'un parc pédagogique de 23 hélicoptères et avions d'une valeur théorique de 280 millions d'euros, dont 93 millions pour le Rafale.

    La Tribune du 10 janvier 2021