Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Liebherr et Thales Alenia Space vont équiper Space Inspire
    Liebherr-Aerospace Toulouse SAS, basée à Toulouse, et Thales Alenia Space, ont signé un accord prévoyant que Liebherr devienne fournisseur d’échangeurs pour Space Inspire. Nouvelle ligne de produits de satellites de télécommunications de Thales Alenia Space développée avec le soutien des agences spatiales française et européenne CNES et ESA, Space Inspire fait partie de la nouvelle famille de satellites définis par logiciel (SDS) et intègre un concept innovant de contrôle thermique utilisant plusieurs types d’échangeurs. Avec le soutien du Plan français d’Investissements d’Avenir (PIA) dirigé par le Centre National d’Études Spatiales et en collaboration avec Thales Alenia Space, Liebherr-Aerospace a investi dans la recherche et le développement de nouveaux échangeurs de chaleur qui répondent aux exigences particulières du programme Space Inspire. L’objectif est notamment de parvenir à une reconfiguration rapide des missions et des services de télécommunications associés et un ajustement à la demande instantané en orbite. Décidée l’année dernière, cette coopération s’apprête à se concrétiser alors que le marché des satellites de télécommunications est de plus en plus exigeant en matière de fiabilité, de contrôle de qualité et de compétitivité des coûts.

    Aeromorning du 26 novembre
  • Industrie
    L'Ukraine s'engage sur 22 Airbus moyen et long-courriers
    Le gouvernement ukrainien entend soutenir la création d’une nouvelle compagnie aérienne nationale, la Ukrainian National Airlines (UNA). Pour cela, il a décidé de l’équiper de 22 appareils moyen et long-courriers Airbus. Le protocole d'accord a été signé lors du Forum « Large Construction : Aviation and Tourism » qui s’est tenu le 25 novembre à l’aéroport de Kiev. Les besoins portent sur six Airbus A220, douze appareils de la famille Airbus A320neo et quatre gros-porteurs de type A330neo et/ou A350. La compagnie Ukrainian National Airlines doit démarrer ses activités en 2022. L’Ukraine devrait consacrer 16 M€ comme capital de lancement dès 2021, et 82 M€ seront alloués en 2022 pour couvrir les dépenses associées au démarrage de l'activité. L'objectif est d'atteindre les 15 000 vols réalisés en 2026, avec un objectif de rentabilité à cinq ans.

    Air & Cosmos et Air Journal du 26 novembre
  • Industrie
    L'Indonésie souhaite lancer la version lutte anti-incendie de l’A400M
    L'Indonésie, qui a commandé deux exemplaires fermes de l’Airbus A400M, a ajouté à sa commande une lettre d'intention pour quatre A400M supplémentaires dotés de capacité de lutte contre les incendies. Une capacité sur laquelle la société Akka Technologies a travaillé en concevant un kit permettant l'emport de deux réservoirs d'eau de 10 tonnes chacun. En 2018, il était déjà question d'une commande de cinq exemplaires par les autorités indonésiennes, qui ont eu un aperçu des capacités de l'appareil lors d'une mission d'acheminement d'aide humanitaire aux sinistrés de l'île de Lombok, frappée par un séisme. Une mission réalisée par l'Armée de l'Air et de l'Espace à la demande de l'Indonésie, qui a permis de mettre en évidence les capacités de l’appareil : « L’A400M deviendra un bien d’utilité publique ainsi que la pièce maîtresse des missions de secours et d’intervention d’urgence, en plus de ses capacités tactiques et air-air », souligne le ministre indonésien de la Défense, Prabowo Subianto. Le contrat prendra effet en 2022 et s'accompagne d'un ensemble complet de prestations de formation et de maintenance.

    Air & Cosmos du 26 novembre
  • Industrie
    La vente de 12 Rafale d’occasion à la Croatie bénéficiera à Dassault Aviation
    Le 25 novembre, la France et la Croatie ont signé un accord pour la vente de 12 appareils Rafale d’occasion. Il s’agit donc de Rafale qui seront directement prélevés dans la flotte d’appareils de l’Armée de l’Air et de l’Espace (AAE), permettant à la Croatie de réaliser une économie tout en étant livrée plus rapidement. Cette vente est une très bonne nouvelle pour Dassault Aviation, puisque l’AAE compte remplacer chacun des 12 appareils cédés par des appareils neufs. « En 2023, le contrat de fourniture pour la cinquième tranche d’avions prendra en compte le remplacement de ces appareils (...) 42 seront commandés à Dassault Aviation», a précisé Hervé Grandjean, porte-parole du Ministère des Armées. Pour Dassault Aviation, le contrat croate marque un nouveau succès à l’export. « En comptant la France, la Croatie est le sixième pays Rafale, le troisième en Europe et le premier non-équipé d’avions Dassault auparavant », se félicite Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation. L’avionneur doit désormais augmenter ses effectifs de production face à l’afflux de ces commandes. Par ailleurs, des prospects sont en cours pour de potentielles acquisitions par la Finlande, l’Indonésie et les Emirats Arabes Unis.

    L’Usine Nouvelle du 25 novembre
  • Industrie
    Les industries françaises et allemandes espèrent bâtir de nouveaux partenariats
    La nouvelle coalition allemande nourrit les espoirs de coopération industrielle entre Berlin et Paris, et les dirigeants d'entreprises entendent mettre ces ambitions à exécution. Outre la nécessaire réduction de la dépendance à l'égard de la Chine, la transition énergétique était au cœur des discussions, dont l’idée d'imposer l'Europe comme leader mondial de l'hydrogène. Les industries du secteur ont appelé à développer aussi vite que possible des infrastructures transfrontalières. Des partenariats franco-allemands sont déjà à l'œuvre : c'est notamment le cas de TotalEnergies et Daimler, qui s'engagent à bâtir 150 stations de recharge à l'horizon 2030. Le nouveau contrat de coalition affirme aussi le besoin de coopération franco-allemande en matière de défense, une conviction partagée par les industriels du secteur. « L'optique nationale et transnationale est maintenant partout. Elle obnubile nos débats », a confirmé Christophe Bruneau, responsable des moteurs militaires chez Safran. « Aucun pays européen, aucune industrie ne peut rivaliser seule avec les superpuissances », abonde le PDG d'Airbus Defence and Space, Michael Schoellhorn. Il a appelé à pousser les programmes européens de Système de combat aérien du futur (SCAF), de surveillance de l'espace et de cyberdéfense. Les acteurs saluent l’existence d'un fonds de défense de 8 Md€, mais regrettent que leurs entreprises ne puissent prétendre au label ESG, dont discute Bruxelles pour renforcer l'investissement responsable.

    Les Echos du 29 novembre

Covid-19
  • Covid-19
    Pour l’IATA, les mesures d’interdiction de vol menacent gravement la reprise du secteur aérien
    Alors que plusieurs pays dont la France ont suspendu leurs liaisons aériennes avec l'Afrique du Sud où le variant Omicron a fait son apparition, l'ancien directeur général de l'Association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac, s’est alarmé dimanche 28 novembre d’un « désastre pour le transport aérien » si les mesures d'interdiction continuent. L’ancien dirigeant a rappelé que les liaisons avec l'Atlantique Nord, route très dense pour les compagnies aériennes, n'ont repris que début novembre et que l’aérien sort à peine d’une « énorme convalescence » : « Jusque-là, le secteur a été sauvé grâce à l'intervention très vigoureuse et très rapide des États qui ont mobilisé des moyens considérables (…) si les mesures de suspension continuent, il faudra que les États continuent à aider le secteur, sinon on assistera à la disparition de compagnies supplémentaires comme c'est déjà arrivé ». « Si le trafic devait de nouveau être suspendu il y aurait probablement encore des conséquences importantes sur l'emploi, malheureusement » s’est alarmé Alexandre de Juniac.

    France Info du 28 novembre
  • Covid-19
    Le Maroc suspend tous les vols commerciaux et ferme ses frontières
    Le 28 novembre, les autorités marocaines ont annoncé la suspension de tous les vols de passagers « à destination du Maroc » pour une durée de deux semaines, à compter de ce soir. « Cette décision intervient en raison de la propagation rapide du nouveau variant de la Covid-19, Omicron, notamment en Europe et en Afrique », a précisé le comité interministériel marocain de suivi de la pandémie, précisant qu’« une évaluation de la situation sera entreprise régulièrement afin d’ajuster au besoin les mesures nécessaires ». Des vols spéciaux pour rapatrier des étrangers bloqués au Maroc seront autorisés au cas par cas, après accord entre le royaume et les pays concernés. Le Maroc, qui avait déjà décidé de suspendre les liaisons aériennes avec la France et avec les pays d’Afrique australe après la détection du variant Omicron, s’isolera complètement à partir de ce soir du reste du monde, les lignes maritimes de bateaux passagers étant elles aussi suspendues.

    Ensemble de la presse du 28 novembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Le gouvernement ouvre la voie à une réforme des aéroports
    En clôture du congrès annuel de l'Union des aéroports français le 26 novembre, le ministre délégué aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, a annoncé le lancement d'une étude sur une possible réforme du cadre de régulation des aéroports. L'objectif de cette réforme serait de leur permettre de faire face aux lourds investissements nécessaires pour accompagner la transition énergétique du transport aérien, et de repenser le modèle économique des aéroports français, basé sur une croissance continue du trafic et handicapé par la crise de la Covid-19. « Les aéroports ont perdu 60% de leur chiffre d'affaires, alors que leurs coûts n'ont baissé que de 21% », a rappelé le président de l'UAF, Thomas Juin. « Pour tenir, nous avons dû nous endetter et réduire nos investissements de 30%. Mais la crise n'est pas finie. Nous ne retrouverons pas le trafic de 2019 avant 2024, au mieux », a-t-il ajouté. « Il faut harmoniser les pratiques, tout en établissant des contrats sur trois ou cinq ans, afin de garantir de la visibilité et une certaine sécurité juridique pour les exploitants », estime Thomas Juin. Jean-Baptiste Djebbari a annoncé une nouvelle avance de 150 M€, destinée à couvrir le déficit attendu de la taxe d'aéroport, ainsi que le report à 2024 des premiers remboursements, qui s'étaleront jusqu'en 2030.

    Les Echos du 27 novembre

Environnement
  • Environnement
    Safran et TotalEnergies s’allient dans la recherche de biocarburants
    Dans l’aéronautique, l’objectif de réduire l’empreinte carbone des avions implique d’investir des efforts dans la recherche de nouvelles techniques. Le partenariat signé fin septembre par Safran et TotalEnergies en est l’illustration. Le motoriste et le producteur d’énergie s’allient pour favoriser l’utilisation des carburants aériens durables (SAF, « sustainable aviation fuel »). Le tandem va chercher à obtenir la meilleure compatibilité entre les moteurs d’avion existants et une utilisation maximale de SAF, soit à terme un taux d’incorporation de 100%. Un défi technique, alors que les moteurs sont aujourd’hui certifiés pour un taux maximum de 50%. Les deux groupes resserrent des liens existants, TotalEnergies approvisionnant déjà en SAF le banc d’essai au sol de Safran sur son site de Bordes (Pyrénées-Atlantiques). Ils font aussi partie des acteurs ayant participé début 2020 à l’appel à manifestation d’intérêt visant à faire émerger une filière de production de SAF.

    L’Usine Nouvelle du 27 novembre

Compétitivité
  • Compétitivité
    La France prolonge d'un an le contrôle renforcé des investissements étrangers
    La France va continuer à protéger davantage ses entreprises stratégiques. Bruno Le Maire a annoncé ce lundi matin que le renforcement du contrôle des investissements étrangers, instauré en avril 2020 au début de la pandémie, allait être prolongé d'un an. Le seuil de prise de participation dans des sociétés sensibles nécessitant l'autorisation de l'État avait été abaissé de 25% à 10% pour les investisseurs non européens, une mesurée prolongée jusqu'au 31 décembre 2022, a déclaré le ministre de l'Économie. « Ma responsabilité de ministre de l'Économie et des Finances, c'est de protéger les technologies françaises, protéger les entreprises les plus stratégiques, protéger des secteurs », a ajouté Bruno Le Maire. Sont notamment concernés par cette mesure « les biotechnologies, les réseaux de communication, l'alimentation », a-t-il cité.

    Le Figaro du 29 novembre