Synthèse de presse

Environnement
  • Environnement
    Loi Climat : 44 sénateurs publient une tribune en soutien à l’aéronautique
    Dans une tribune, publiée par Air & Cosmos, Bruno Belin, sénateur de la Vienne, ainsi que 43 autres sénateurs, appellent à ne pas faire du « débat climat l'occasion de se livrer à de l'aviation bashing ». Le secteur de l'aéronautique est « utile, propre et nécessaire pour demain », affirme la tribune, qui relève que la crise sanitaire a en particulier prouvé son utilité : « Bon nombre de vols ont permis de sauver des vies par l'acheminement de masques, d'équipements médicaux, de vaccins et même par le transfert de patients atteints de la Covid-19 dans les régions où les hôpitaux étaient saturés ». Les signataires rappellent que le secteur s'est engagé dans le « Green deal », avec une « feuille de route préconisant l’investissement massif du renouvellement des flottes aériennes avec des avions de dernières générations plus légers et plus économes en carburant. D’ores et déjà de nombreuses mesures sont mises en place telle que la compensation d’émissions de CO2 afin de financer l’innovation écologique », mettent en avant les signataires.

    Air & Cosmos du 23 juin
  • Environnement
    Hydrogène dans les aéroports : la filière française se met en place
    L’Usine Nouvelle revient sur le protocole d’accord annoncé lundi par Airbus, Air Liquide et ADP pour préparer l’arrivée de l’hydrogène dans les aéroports. Des études sont lancées pour déterminer toutes les briques technologiques et les infrastructures à prévoir à l’horizon 2035, afin de garantir la production et l’acheminement du nouveau carburant jusqu’aux appareils. Dans un premier temps, les trois partenaires concentreront leurs efforts sur des études d’ingénierie dont les conclusions sont attendues dès la fin 2021, une première étape qui se décline en deux volets. Une première étude portera sur une trentaine d’aéroports dans le monde aux caractéristiques différentes, en termes de tailles, de trafic, de proximité avec des bassins industriels, pour envisager toutes les configurations. Une seconde étude portera spécifiquement sur les deux plus grands aéroports français : Paris-Orly et Roissy-Charles de Gaulle. L’objectif étant de décarboner l’aviation, l’idéal est « l’hydrogène renouvelable vert produit à partir de l’électrolyse de l’eau », souligne Eric Prades, directeur partenariats, transition énergétique d’Air Liquide.

    L’Usine Nouvelle du 23 juin

Défense
  • Défense
    Airbus Helicopters renforce la disponibilité de la flotte Caïman de l’armée française
    Airbus Helicopters a engagé un plan pour réduire le coût de possession du Caïman, une démarche qui se superpose au soutien courant de l’appareil, et qui fait l’objet d’un contrat dit « FOS NH90 » (pour French Operational Support) de cinq ans jusqu’en mai 2022 (avec encore deux périodes optionnelles de cinq ans) pour assurer le soutien de la flotte française, soit 57 Caïman et bientôt 27 Caïman Marine, indique Air & Cosmos. Les visites périodiques sont réalisées désormais toutes les 900 heures, permettant ainsi, progressivement, de regagner en disponibilité. Un outil dédié, le « Military Support Center France », œuvre pour le soutien de proximité.

    Air & Cosmos du 23 juin
  • Défense
    Paris Air Forum : comment l’État assure la sauvegarde de la BITD
    La sauvegarde de la BITD française a été abordée lors du Paris Air Forum. Récemment, les ventes des sociétés Photonis et Fichou ont fait l'objet d'un veto de la part de l'État français de projets de rachat respectivement par un groupe américain et par un groupe indien, rappelle La Tribune. La direction générale de l'armement (DGA) et la direction générale des entreprises (DGE) ont ensuite orienté leur vente vers des acheteurs « connus favorablement » par les services de l'Etat, soit respectivement le fonds d'investissement HLD, pour Photonis, et le groupe HEF, pour Fichou. La DGA joue un rôle clé parmi les outils dont la France s'est dotée pour contrôler les investissements étrangers et protéger les 4 000 entreprises de sa base industrielle et technologique de défense (BITD) : « Nous avons traité 138 dossiers d'investissements financiers étrangers » en 2020, souligne François Mestre, chef du service des affaires industrielles et de l'intelligence économique à la DGA. Par ailleurs, « nous avons formé cent cadres de la DGA à conduire des audits dans les sociétés. Ils ont ausculté 1 200 entreprises de la BITD pour avoir une vision de leur état ». Une démarche qui a été suivie de 130 procédures de remédiation, détaille-t-il. Le Service de l'information stratégique et de la sécurité économique au ministère de l'Économie (SISSE) est par ailleurs doté d'un dispositif de protection économique.

    La Tribune du 23 juin
  • Défense
    Exportations d'armes : davantage de visibilité pour le Parlement
    A partir de 2022, les députés disposeront d'un rapport annuel sur l'exportation des biens à double usage, civil et militaire, à l'instar de celui existant sur les matériels de guerre. Une réunion a eu lieu, samedi 19 juin, entre les présidents des commissions de la Défense et des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale et du Sénat, et les députés Michèle Tabarot (LR) et Jacques Maire (LREM) auteurs d’un rapport d'information, publié en novembre dernier, qui appelait au renforcement du contrôle du Parlement. Le Premier ministre, Jean Castex, a ensuite annoncé un « nouveau décret qui formalisera la présentation périodique devant le Parlement des résultats en matière d'exportation d'armement et de biens à double usage » par les ministres concernées (Armées, Affaires étrangères, Economie).

    Les Echos et Capital du 23 juin

Industrie
  • Industrie
    Cathay Pacific Airways et HK Express choisissent les Flight Hour Services (FHS) d'Airbus pour le soutien de leurs flottes de la famille A320
    Les compagnies Cathay Pacific Airways et HK Express ont signé des contrats portant sur les Flight Hour Services (FHS) d'Airbus pour assurer le support de leurs flottes de la famille A320. Ces contrats prolongent la relation de service avec Cathay Pacific et accueillent HK Express en tant que nouveau client FHS. Ils couvrent les services de composants intégrés, y compris le stock sur site, l'accès au pool et les services de réparation. Les compagnies aériennes bénéficieront également de l'expertise en ingénierie d'Airbus et des représentants locaux du FHS d'Airbus à Hong Kong. « Le FHS d'Airbus soutiendra la montée en puissance opérationnelle chez Cathay Pacific et HK Express », a déclaré Bruno Bousquet, responsable des services clients d'Airbus en Asie-Pacifique. « Ces nouveaux contrats nous permettront de travailler encore plus étroitement avec les deux transporteurs afin de leur offrir les meilleurs services pour faire face à la nouvelle réalité du marché ».

    FlightGlobal du 23 juin
  • Industrie
    Air Caraïbes reçoit son deuxième A350-1000
    Mardi 22 juin, Air Caraïbes a pris livraison de son deuxième Airbus A350-1000. La compagnie, qui avait reçu son premier exemplaire en décembre 2019, est la première compagnie française à opérer l'Airbus A350-1000. L’appareil réalisera son premier vol commercial entre Paris-Orly et Pointe-à-Pitre le 23 juin. La flotte d'Air Caraïbes compte à présent neuf gros porteurs (deux A350-1000, trois A350-900, deux A330-300, deux A330-200), ainsi que trois ATR 72-600. Les deux A350-1000 sont dédiés aux liaisons entre Paris et Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), et Paris et Fort-de-France (Martinique). La compagnie proposera cet été jusqu'à 40 rotations par semaine vers les deux îles.

    Air & Cosmos et Le Journal de l’Aviation du 23 juin

Espace
  • Espace
    L’UE et l’ESA concluent un accord de partenariat financier
    Mardi 22 juin, l’Union européenne (UE) et l’Agence spatiale européenne (ESA) ont signé un accord-cadre de partenariat financier. Le texte définit les responsabilités des différentes institutions : la Commission européenne attribuera les fonds, tandis que l’ESA sera l’architecte des programmes, dont la nouvelle EUSPA (European Union Agency for the Space Programme) assurera l’exploitation. « L'Europe a tout ce qu'il faut pour continuer à être une puissance spatiale mondiale. Nous avons les talents, la capacité industrielle, le leadership technologique », a déclaré Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur. « Nous devons établir un programme spatial ambitieux et disruptif pour l'avenir : être plus dynamique, plus innovant et prendre plus de risques », a-t-il ajouté. En avril 2021, l’Union européenne a adopté un budget de 14,88 milliards d’euros pour la période 2021-2027 pour ses programmes spatiaux. Sur cette somme, l’accord-cadre prévoit 9 milliards d’euros d’investissements pour l’ESA et ses partenaires industriels.

    L’Usine Nouvelle et La Tribune du 23 juin
  • Espace
    Thierry Breton veut doter l'Europe d’une « constellation de connectivité multi-orbitale »
    Lors du Paris Air Forum, le commissaire européen Thierry Breton a confirmé sa volonté de lancer une nouvelle grande constellation européenne. L’objectif est, notamment, de fournir aux Européens une infrastructure de connectivité mettant fin aux « zones blanches », d’assurer la souveraineté en évitant de dépendre d'infrastructures non-européennes, et d’engager l'Europe dans le cryptage quantique des communications, avec des applications civiles et militaires. Il faut pour cela « aller très loin, être très innovant en matière de technologie », a -t-il souligné, « On l'a fait avec Galileo, on le fera avec la constellation ». « Cette constellation doit être disruptive », a relevé pour sa part Catherine Kavvada, directrice du développement spatial et de l'innovation à la Commission européenne. La constellation, envisagée avec une approche multi-orbitale Geo-Leo-Meo afin de tirer les bénéfices de chaque orbite, doit également couvrir des régions « géopolitiquement importantes » pour l'Europe, comme l'Afrique et l'Arctique, a-t-elle précisé. L'un des enjeux centraux est de mettre la technologie quantique « à la disposition non seulement de la connectivité, mais aussi de Galileo », a indiqué Pascal Claudel, directeur des opérations de l'Agence de l'Union européenne pour le programme Spatial (EUSPA). Le déploiement des satellites de cette constellation se fera avec Ariane 6, « parfaitement adaptée au déploiement des constellations », grâce notamment à son étage supérieur rallumable avec le moteur Vinci, a affirmé Stéphane Israël, CEO d’Arianespace. Une étude préliminaire a été réalisée par un consortium de neuf sociétés, dont notamment Airbus, Arianespace, Thales Alenia Space, Eutelsat, OHB, Deutsche Telekom et Orange. La Commission a également décidé de consulter des startups du spatial : « Nous allons lancer une nouvelle étude à destination des startups afin que celles-ci puissent nous indiquer ce qu'elles pourraient apporter à un tel projet » a expliqué Thierry Breton.

    La Tribune du 23 juin
  • Espace
    Focus sur le secteur des micro-lanceurs en Europe
    Le Paris Air Forum a consacré une table-ronde au secteur des micro-lanceurs en Europe. Pour les soutenir, l'Agence spatiale européenne (ESA) a mis en place un programme, baptisé « Boost », qui vise à stimuler les initiatives commerciales de transport spatial. « Nous agissons en tant que partenaire » avec le savoir-faire et l'expertise, l'accès aux installations, explique Daniel Neuenschwander, directeur du transport spatial à l’ESA. La filière permet notamment d'explorer des technologies qui pourront par la suite être adaptées à la prochaine famille de lanceurs européens, explique Jean-Marc Astorg, directeur des lanceurs au CNES. « Il peut y avoir des technologies très intéressantes applicables aux gros lanceurs », comme la réutilisation, la propulsion au méthane ou des équipements spécifiques, comme des méthodes de production de réservoirs en acier inoxydable, relève-t-il. La classe des micro-lanceurs peut ainsi représenter « un moyen de préparer Ariane 7 ou une future famille de lanceurs européens ».

    La Tribune du 23 juin