Synthèse de presse

Environnement
  • Environnement
    Un A320neo d'essai volera avec 100% de carburant alternatif d’ici fin 2021
    Airbus, Safran, Dassault Aviation, le ministère des Transports et l'ONERA lancent conjointement une étude en vol pour analyser la compatibilité du carburant d'aviation durable (SAF) non mélangé avec les moteurs et systèmes de carburant des avions monocouloirs et des avions commerciaux, ainsi qu'avec les moteurs d'hélicoptères fin 2021. Baptisé VOLCAN (VOL avec Carburants Alternatifs Nouveaux), ce projet vise à vérifier « la compatibilité de ce carburant sans kérosène avec l'ensemble du système avion (moteur, pompes, valves, joints) », a expliqué Jean-Brice Dumont, Executive Vice President Engineering d’Airbus et président du Comité de pilotage du Conseil pour la recherche aéronautique civile (CORAC), lors d'une conférence de l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE). En raison de la composition chimique différente des SAF, « des matériaux de joints peuvent ne pas être compatibles : il y a essentiellement des essais à faire, des choix de matériaux, mais on n'est pas sur des ruptures technologiques », a estimé Stéphane Cueille, Directeur Groupe R&T et Innovation de Safran. Le vol sera réalisé avec le soutien du Plan de relance aéronautique piloté par Jean Baptiste Djebbari, ministre des Transports. Airbus est chargé de caractériser et d'analyser l'impact du SAF sur un avion d'essai A320neo avec un moteur CFM LEAP-1A et ses émissions au sol et en vol. Safran se concentrera sur les études de compatibilité liées à l'adaptation du système de carburant et du moteur pour les avions commerciaux et les hélicoptères, ainsi que sur leur optimisation pour différents types de carburants 100% SAF. L'ONERA soutiendra Airbus et Safran pour l'analyse de la compatibilité du carburant avec les systèmes des avions et sera chargé de préparer, d'analyser et d'interpréter les résultats des essais concernant l'influence du 100% SAF sur les émissions et la formation de traînées. Dassault Aviation contribuera aux études de la compatibilité des matériaux et des équipements et vérifiera la susceptibilité à la bio-contamination du SAF. Les différents SAF utilisés pour le projet VOLCAN seront fournis par TotalEnergies.

    Ensemble de la presse du 11 juin
  • Environnement
    Vinci Airports présente le premier puits carbone forestier des aéroports de Lyon
    Vinci Airports a présenté le programme local de reboisement destiné à absorber les émissions résiduelles des aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Lyon-Bron. Ce programme est mené en lien avec l’Office National des Forêts (ONF) et le Conseil Départemental du Rhône. Le premier projet se situe à une trentaine de kilomètres de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry, dans la forêt départementale de la Cantinière. Il consiste à reboiser une parcelle de 3,6 hectares avec des essences sélectionnées pour leur forte capacité d’adaptation au stress hydrique et d’absorption du CO2. Ce premier projet de puits forestier a pour objectif de séquestrer plus de 500 tonnes de CO2 sur la période de croissance des plants, à travers la photosynthèse. En développant d’autres projets similaires dans le cadre d’une convention de cinq ans avec le département du Rhône, Vinci Airports entend constituer sur le territoire régional un réseau de puits forestiers qui vise à compenser 100% des émissions résiduelles des aéroports lyonnais.

    Aerobuzz du 11 juin
  • Environnement
    Hydrogène de France souhaite lever 100 millions d'euros en Bourse
    Hydrogène de France s'introduit sur Euronext en s'appuyant sur les industriels Rubis et Teréga. La jeune entreprise entend lever 100 millions d’euros de fonds, qui doivent lui permettre de développer de grands projets destinés à produire de l'électricité à partir d'hydrogène vert et de piles à combustible fabriquées dans son usine de la métropole bordelaise. « Le secteur de l'hydrogène est mature grâce au développement des technologies destinées à la mobilité et à l'industrie. Nous sommes un pionnier mondial sur le troisième secteur, celui de l'énergie. Pour devenir un leader, il nous faut investir », développe Damien Havard, le fondateur d'Hydrogène de France (HDF).

    Les Echos du 11 juin

Industrie
  • Industrie
    Latécoère est l’ETI d’Occitanie qui a déposé le plus de brevets en 2020
    Selon le palmarès annuel de l’INPI, Latécoère se classe première ETI d’Occitanie pour le dépôt de brevet en 2020. La branche Aérostructures (« Latécoère » dans le classement) comptabilise 15 demandes de brevets publiées, ce qui en fait le 5ème déposant de la région. La branche Systèmes d’interconnexion (« Latelec ») se place à la 11ème place avec 11 demandes de brevets publiées. Avec un total de 26 demandes de brevets publiées par ses deux branches, le Groupe Latécoère apparaît comme la 4ème ETI française en la matière. « Le Groupe a maintenu ses efforts de R&T en 2020 à hauteur de 5,9 millions d’euros et fera de même en 2021 pour continuer d’offrir au marché des technologies innovantes. La dynamique du Groupe en matière de R&T permet à Latécoère de poursuivre son développement de la technologie optique et de renforcer sa position de leader sur les portes », souligne Latécoère, qui salue dans un communiqué « le soutien essentiel des pouvoirs publics (DGAC, DGE, DGA, les Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine) présents à ses côtés à travers les années et dans ses projets innovants, et plus encore dans le cadre de France Relance ».

    Zone-Bourse.com du 11 juin
  • Industrie
    Le convertisseur de puissance électrique pour poste de pilotage de Liebherr-Aerospace sélectionné par Airbus pour les familles A320 et A330
    Liebherr-Aerospace a été sélectionné par Airbus pour fournir le convertisseur statique de puissance électrique du poste de pilotage des familles Airbus A320 et A330. Ce convertisseur « constitue une solution plus fiable, plus légère et entièrement numérique », reposant sur une technologie à bande ultralarge et des fonctions de connexion améliorées, indique Liebherr-Aerospace. Cette sélection marque une étape cruciale pour l’entreprise : il s’agit en effet du premier contrat relevant du Chapitre ATA 24 (systèmes électriques), offrant à Liebherr-Aerospace la possibilité de « déployer son savoir-faire et ses dernières technologies d’électronique de puissance autonome » dans ce secteur d’activité à fort potentiel.

    Le Journal de l’Aviation du 11 juin

Défense
  • Défense
    Entretien avec le général Lavigne, Chef d’Etat-Major de l’armée de l’Air et de l’Espace (seconde partie)
    Dans la seconde partie de son entretien accordé au Podcast du Journal de l’Aviation, le général Philippe Lavigne évoque notamment les besoins que crée la haute intensité, soulignant qu’il est nécessaire, pour y faire face, de « mêler tous les champs », y compris « cyber », et d’être capable de saturer les défenses adverses. Il revient également sur le programme SCAF (Système de combat aérien du futur), qui répond aux besoins exprimés par les armées française, allemande et espagnole, et a vocation à représenter « une colonne vertébrale pour la défense » des trois nations. « On n’imagine pas tout ce que l’on va pouvoir développer avec le SCAF », s’enthousiasme-t-il. Abordant l’émergence des enjeux dans le domaine spatial, il rappelle que ceux-ci s’organisent autour de trois axes : surveiller, identifier, protéger.

    Le Journal de l’Aviation du 11 juin
  • Défense
    L’A400M bientôt capable de lutter contre les incendies grâce à une solution d’AKKA Technologies
    AKKA Technologies annonce le déploiement d'une solution clé en main pour ajouter une nouvelle capacité auxiliaire aux avions de transport militaire A400M, C295 et CN-235 d’Airbus, permettant de reconvertir ces appareils immobilisés au sol ou inutilisés en avions bombardiers d'eau. Des systèmes similaires pourront être installés dans tout autre avion équipé d'une porte cargo arrière.

    Le Journal de l’Aviation du 11 juin
  • Défense
    L’industrie s’engage pour la robotisation des armées
    L’Usine Nouvelle consacre un article à la robotisation croissante des armées, soutenue par les industriels. Nexter, Safran, Thales, comptent notamment parmi les grands maîtres d’œuvre industriels fournisseurs majeurs de l’armée de Terre. Des instituts de recherche apportent également leurs connaissances comme l’ONERA, l’Institut Saint-Louis ou encore l’Institut Vedecom, dédié à la mobilité individuelle, décarbonée et durable. Ils développent principalement des logiciels permettant aux robots de se déplacer de manière autonome et d’agir en meute, voire en essaim. Le magazine rappelle que la France refuse les robots tueurs : la décision de tir ne peut être automatisée, elle appartient au soldat.

    L’Usine Nouvelle du 11 juin

Espace
  • Espace
    L’Europe lance une mission vers Vénus
    Jeudi 10 juin, l’Agence spatiale européenne (ESA) a dévoilé EnVision, une nouvelle mission sous la forme d’un orbiteur à destination de Vénus. Le maître d’oeuvre industriel n’est pas encore connu. La France doit apporter sa contribution à travers le Centre national d’études spatiales (CNES). L’ESA prévoit de lancer la mission avec une fusée Ariane 6 au début des années 2030. « L’opportunité la plus proche pour EnVision est 2031, avec d’autres options possibles en 2032 et 2033 », précise l’Agence spatiale européenne. Le voyage entre la Terre et Vénus devrait durer 15 mois, auxquels il faut ajouter 16 mois pour que la sonde spatiale circularise son orbite par aérofreinage. « Une nouvelle ère dans l’exploration de notre voisine la plus proche, et pourtant si différente, du système solaire nous attend », s’est réjoui Günther Hasinger, directeur de la science de l’ESA. Selon lui, les missions programmées par l’Europe et les États-Unis permettront de se pencher sur plusieurs questions importantes : « Quelle histoire Vénus a-t-elle vécue pour arriver à cet état et cela présage-t-il du sort de la Terre si elle devait, elle aussi, subir un effet de serre catastrophique ? Vénus est-elle encore géologiquement active ? Aurait-elle pu autrefois abriter un océan et même entretenir la vie ? ».

    Ensemble de la presse du 11 juin
  • Espace
    CEPS : Entretien avec Jean-Marc Nasr (Airbus Defence and Space)
    Le Magazine Air & Cosmos retrace cette semaine l’entretien que Jean-Marc Nasr, Directeur de Space Systems au sein de la division Airbus Defence and Space, Président d’Airbus Defence and Space SAS, et Président de la Commission Espace du GIFAS, a accordé, le 21 mai, dans le cadre du Club de l’Espace du CEPS (Centre d'étude et de prospective stratégique). Lors de cette rencontre virtuelle, intitulée « L’Espace, une priorité pour l’Europe ? », le dirigeant souligne que l’espace est désormais au centre des priorités européennes, notamment depuis la création de la Direction générale DEFIS (Defence Industry and Space) de la Commission européenne, mise en place début 2020 et dirigée par le Commissaire européen Thierry Breton. « L’Europe investit dans le spatial 0,6 pour 1 000 de son PIB, alors que les Etats-Unis sont à 1,8 pour 1 000, mais ce qu’elle a réalisé dans le domaine de l’espace est absolument phénoménal », souligne Jean-Marc Nasr, évoquant, notamment, les programmes Copernicus, Galileo, et le projet de future constellation souveraine. L’Europe est « une priorité » pour Airbus Defence and Space : « Les programmes ont besoin d’Europe pour réussir, et, quand elle se met ensemble, elle réussit », se réjouit-il.

    Air & Cosmos du 11 juin
  • Espace
    Le 12 juin, un siège à bord de la capsule spatiale de Blue Origin, qui doit s’envoler le 20 juillet, sera attribué aux enchères
    Le Monde consacre un article aux projets de Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, qui met aux enchères, dans une compétition qui doit s’achever le 12 juin, un siège dans le lanceur qui doit emmener en juillet les premiers touristes en apesanteur et dans lequel il compte lui-même prendre place. Le milliardaire entend créer des colonies dans l’espace. « La Terre n’est plus grande. L’humanité est grande. Nous avons une demande toujours croissante d’énergie. Faire des progrès d’efficacité énergétique ne permettra pas de résoudre ce problème », déclare-t-il notamment.

    Le Monde du 11 juin