Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Nouveau contrat pour l’Airbus A321neo
    En 2017, la Delta Air Lines avait déjà signé un premier contrat portant sur 100 A321neo. Le 22 avril, la compagnie américaine a passé une commande de 25 avions supplémentaires portant le nombre d’exemplaires vendus dans le monde à 3 473 dont 500 d'ores et déjà livrés depuis la première livraison en 2017. Par ailleurs, Delta Air Lines a annoncé les livraisons accélérées pour deux Airbus A330neo dans sa version A330-900 et pour deux A350-900. « Avec nos clients prêts à retrouver la joie du voyage, cet accord positionne Delta pour la croissance tout en tenant compte des retraits prévus des anciens avions à fuselage étroit de notre flotte, réduisant notre empreinte carbone, augmentant l’efficacité et améliorant l’expérience client. Nous remercions Airbus pour son partenariat indéfectible pendant la pandémie, et nous sommes impatients de travailler avec eux alors que nous prenons livraison de l’A321neo ainsi que de nos livraisons accélérées d’A350 et d’A330-900neo » a déclaré Mahendra Nair, Vice-président principal de Delta – Stratégie de flotte. « Nous avons géré les défis de l’année dernière avec nos clients, et il est gratifiant de prendre des mesures comme celle-ci vers la croissance de notre industrie avec notre partenaire de longue date, Delta », a ajouté Christian Scherer, directeur commercial d’Airbus.

    Air & Cosmos, 23 avril
  • Industrie
    Prolongations des dispositifs de soutien aux entreprises
    « Nous ne voulons pas qu’après une période de protection, il y ait tout d’un coup un dégel brutal qui se solde par des dizaines de milliers de faillites » a assuré le Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire. Les entreprises « pourront continuer à bénéficier du soutien des pouvoirs publics tant que des règles sanitaires leur seront imposées ». Ainsi, « il y a un consensus sur la nécessité de maintenir possible la souscription d’un prêt garanti par l’État ». Le mécanisme qui devait prendre fin au 30 juin va donc être prolongé jusqu’à la fin de l’année. S’agissant de l’activité partielle, les employeurs recourant à l’activité partielle dans les secteurs non protégés verront leur reste à charge revenir à terme au taux normal de 40% mais avec une « marche intermédiaire » en juin. Pour les secteurs protégés qui bénéficient actuellement d'une prise en charge à 100%, l'évolution de la prise en charge dépendra « du calendrier de la levée des restrictions sanitaires », a déclaré la Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, Elisabeth Borne, avec « une marche intermédiaire à 15% » de reste à charge.

    Ensemble de la presse, 23 avril

Espace
  • Espace
    L’Europe dispose des briques technologiques pour des vols habités souverains
    Depuis l'ATV (Automated Transfer Vehicle) d’Airbus Defence and Space (dont cinq exemplaires avaient été produits de 2008 à 2014), l’Europe est dépendante des acteurs étrangers pour les vols habités. Pourtant, cette capsule permettait déjà un arrimage automatique à la station, ce qui n’est pas le cas du vaisseau cargo Dragon de SpaceX. « A son arrivée à la station, l'ATV était pressurisé, et les astronautes pouvaient pénétrer à l'intérieur », rappelle Pierre Lionnet, directeur de recherche chez Eurospace, l'association professionnelle des industriels européens du secteur spatial. « La différence avec une capsule habitée est, finalement, assez faible ». Or, au-delà des lanceurs d’ArianeGroup, l’Europe dispose d’un large panel de compétences : Airbus Defence and Space va concevoir le module de service de la capsule Orion pour la NASA dans le cadre du futur vol lunaire, Thales Alenia Space le module cargo pressurisé du vaisseau spatial américain Cygnus, et la première station spatiale privée pour Axiom Space. De plus, outre l’expérience des rentrées atmosphériques avec le démonstrateur IXV et la future mini-navette européenne Space Rider, Thales Alenia Space a réalisé la moitié des modules pressurisés de l'ISS (Station spatiale internationale). Dès lors, un vol habité européen « serait un beau projet, fédérateur et inclusif, qui ferait appel à toutes les compétences des pays de l’UE et redonnerait confiance aux Européens tout en les faisant rêver, à un moment où l’Europe est en plein doute sur son rôle et sa place entre les deux superpuissances américaine et chinoise », développe André-Hubert Roussel, CEO d'ArianeGroup.

    Challenges, 22 avril et Le Figaro, 23 avril
  • Espace
    Thomas Pesquet fait son retour dans l’espace
    Le décollage du spationaute est prévu à 11h49 depuis Cap Canaveral, en Floride, à bord d’une fusée Falcon 9 de SpaceX pour rejoindre la Station spatiale internationale (ISS). Le vaisseau sera piloté par l’américaine Megan McArthur et le commandement de la capsule assuré par Shane Kimbrough, américain également. L’astronaute français devrait y rester six mois, battant ainsi le record de 209 jours cumulés passés en orbite détenu par Jean-Pierre Haigneré. Dans trois mois, il sera le premier Français à prendre le commandement de la station. « Cela va être un peu plus de responsabilités : m’occuper moins de mes activités à moi et m’occuper un peu plus des activités des autres, essayer de faire en sorte que tout marche bien, parler au centre de contrôle, comprendre, faire passer des messages, essayer de mettre de l’huile dans les rouages, dégoupiller les conflits avant qu’ils ne s’amorcent. Si jamais on avait une situation d’urgence, il n’y en a qu’un seul qui a le pouvoir de décision, c’est le commandant de bord » explique-t-il.

    Ensemble de la presse, 23 avril
  • Espace
    Philippe Baptiste prend la présidence du CNES
    Ancien directeur de cabinet de la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche Frédérique Vidal, de 2017 à 2019, Philippe Baptiste prend ses fonctions alors que le secteur est bousculé par les acteurs du New Space. Dans une interview au Monde, il affiche ses ambitions et donne les grandes lignes de sa feuille de route. « La part spatiale dans le PIB va exploser. Il faut donc que nous, Européens, réfléchissions à notre ambition spatiale ». Pour lui, l’émergence d’une concurrence privée sur les lanceurs en Europe et aux États-Unis ne remet pas en cause l’utilisation d’Ariane 6 dont « le coût au kilogramme transporté est beaucoup moins élevé ». Une version réutilisable du lanceur est à l’étude avec la nouvelle génération de moteurs réutilisables Prometheus. Parmi les autres défis, il cite également la militarisation de l’espace et les constellations de satellites internet.

    Le Monde, 23 avril
  • Espace
    Le rover Perseverance a fabriqué de l’oxygène sur Mars, le 20 avril
    Le « Mars Oxygen In-Situ Resource Utilization Experiment » (Moxie) est une boîte de 17 kg de la taille d’une batterie de voiture qui utilise électricité et chimie pour scinder les molécules de CO2, produisant ainsi de l’oxygène, d’un côté, et du monoxyde de carbone, de l’autre. L’outil a été élaboré pour pouvoir produire jusqu’à 10 grammes d’oxygène par heure. Il s’agit d’« une première tentative cruciale de conversion du dioxyde de carbone en oxygène sur Mars », se réjouit Jim Reuter, un administrateur associé de la NASA. Cette expérience ouvre potentiellement la voie à une exploration humaine car il ne serait plus nécessaire d’emporter de larges quantités d’oxygène indispensables aux astronautes et à la propulsion de la fusée pour le voyage du retour.

    Le Monde, 22 avril

Défense
  • Défense
    Invitée de la matinale de BFM Business, la ministre des Armées, Florence Parly, évoque la militarisation de l’espace
    Au préalable, la ministre des Armées, Florence Parly, a rappelé l’importance prise par l’espace pour notre défense nationale. Elle ne souhaite pas qu’il devienne un « véritable Far West ». Cette inquiétude justifie la politique volontariste engagée depuis 2017 avec la création en 2019 d’un Commandement de l'espace. Elle est également revenue sur l’arsenalisation de l’espace, la multiplication des débris, les capacités adverses développées visant à gêner, neutraliser ou détruire nos capacités spatiales. Face à la saturation de l’espace, le gouvernement entend « promouvoir des règles internationales de comportement responsable dans l'espace ».

    bfmtv.com, 22 avril
  • Défense
    Les Armées détaillent la feuille de route du porte-avions de nouvelle génération (PANG)
    La coque du futur porte-avions de nouvelle génération (PANG) sera construite et assemblée de 2031 à 2034, avant les essais en mer en 2036 et l'entrée en service en 2038. Il semblerait que la configuration avec deux catapultes électromagnétiques EMALS de General Atomics soit privilégiée par le ministère des Armées. En ce sens, d’ici la fin de la décennie, un Rafale Marine (Dassault Aviation) doit vérifier sa compatibilité avec cette EMALS (Electromagnetic Aircraft Launch System) et les brins d’arrêt américains. La valeur des équipements américains serait évaluée à 3 milliards de dollars (trois avions-radar Northrop Grumman E-2D, catapultes électromagnétiques de General Atomics, brins d’arrêt et aides à l’appontage). Se poserait donc la question des offsets. A l’occasion de l’achat des trois E-2C dans les années 90, l’entreprise Potez Aéronautique est devenue sous-traitante à part entière dans le programme.

    Air & Cosmos, 22 avril
  • Défense
    Nouveaux critères de label écologique de l’Union européenne pour les produits financiers : les industriels européens inquiets
    Le CIDEF adresse une lettre à la ministre des Armées, Florence Parly, exprimant sa « profonde inquiétude » s’agissant du projet de texte visant à établir de nouveaux critères de label écologique pour les produits financiers. Il craint que ce nouveau texte ne restreigne encore davantage les facultés de financements des industriels de la défense car il se fonde sur un rapport du Centre commun de recherche (JRC) qui préconise d’exclure de ce label « les entreprises impliquées dans la production et/ou le commerce d'armes conventionnelles et de produits militaires pour le combat si elles tirent plus de 5% de leurs revenus de ces activités ». En conséquence, six fédérations d'industriels européens de la défense appellent les États à les soutenir en vue d'éviter leur exclusion de la taxonomie sur la finance durable de l'UE. « Nous exhortons les institutions européennes et les gouvernements nationaux à reconnaître qu'une telle interprétation de la finance durable aurait des effets négatifs sur l'industrie européenne de la défense, l'une des industries les plus réglementées », expliquent-elles.

    La Tribune, 23 avril

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Les organismes de l’aérien européen réclament une mise en œuvre rapide du passeport sanitaire
    Trois organisations de l'aérien européen, Airlines for Europe (A4E), ACI Europe (branche européenne du Conseil international des aéroports) et l'ERA (Association des compagnies aériennes régionales) ont adressé une lettre jointe aux chefs d'Etat et aux ministres européens pour que le « certificat vert digital », ou « standard » du pass sanitaire européen, soit finalisé au plus tard à la fin du mois de juin. La mise en œuvre du passeport sanitaire est du ressort des États.

    Air & Cosmos, 21 avril

Environnement
  • Environnement
    Décarbonation de l’industrie aéronautique : développement d’un avion régional électrique capable de voler une trentaine de minute
    L’entreprise suisse H55 s’est associée au canadien Harbour Air et à l’américain magniX afin de développer un avion régional tout électrique et de le faire certifier par les autorités canadiennes d’ici fin 2022. « Cet avion pourra effectuer des vols de 50 kilomètres pour une durée maximale d’environ 30 minutes », précise André Borschberg, pilote professionnel et impliqué dans le projet Solar Impulse 2 (tour du monde à l'énergie solaire). Confiant, il pense que « l’électrification pourrait ensuite concerner des vols plus longs, comme un Paris-Londres, d’ici la fin de la décennie ».

    L’Usine Nouvelle, 22 avril.

Covid-19
  • Covid-19
    Conférence de presse du Premier ministre Jean Castex
    Le Premier ministre, Jean Castex, et le Ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ont détaillé le « haut niveau de contrôle aux frontières » qui sera applicable à compter du 24 avril pour les voyageurs en provenance du Brésil, du Chili, de l’Argentine, de l’Afrique du Sud, et de l’Inde. Estimant que la suspension des vols ne peut constituer une « solution durable et généralisée », le ministre de l’Intérieur a indiqué que les voyages sont possibles pour les seuls ressortissants français et européens ayant leur résidence principale en France, justifiant d’un test PCR négatif de moins de 36 heures, réalisant un test antigénique à l’arrivée, puis se soumettant à une quarantaine stricte (sorties limitées entre 10 et 12h) de 10 jours, dans un lieu préalablement déclaré avec contrôles réguliers par les forces de l'ordre. Une contravention pouvant aller jusqu'à 1 500 euros pourra être dressée en cas de non-respect de cette quarantaine. Les voyageurs venant de Guyane seront également soumis aux exigences de dépistage et d’isolement.

    Ensemble de la presse 23 avril