Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Filière aéronautique et défense : reprise d’activité et perspectives de relance
    Dans la filière aéronautique et défense, «la reprise de l'activité est assez rapide après un arrêt quasi complet», avait observé il y a une dizaine de jours Eric Trappier, président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation, au moment de son audition à l'Assemblée nationale. Un constat partagé par le président du CIDEF (GIFAS, GICAT, GICAN), Stéphane Mayer : «au début de la crise, nous avions jusqu'à 60% des entreprises qui étaient à l'arrêt ou très perturbées. Aujourd'hui, nous observons une généralisation progressive des reprises mais avec un niveau très variable entre 30 et 60%, au maximum 70%, des effectifs au travail», dont 20 à 30% sur site. L'étape du 11 mai marquera la poursuite de l'amélioration voire «une accélération de ces ratios», a souligné M. Mayer. La Tribune rappelle que le GIFAS s'est mis en ordre de combat depuis le début de la crise : Eric Trappier a décidé de réunir autour de lui sur une base hebdomadaire les principaux dirigeants de la filière : Guillaume Faury (Airbus), Philippe Petitcolin (Safran), Patrice Caine (Thales), ainsi que le président du Groupe des Équipements Aéronautiques et de Défense Patrick Daher (Daher), le président du Comité Aéro-PME, Christophe Cador, PDG de Satys, et le Délégué général du GIFAS, Pierre Bourlot. Un plan de relance est en préparation dans la défense. Dans l'aéronautique civile, Eric Trappier rappelle que renouveler les avions «permettrait de redynamiser le secteur aéronautique et de rendre les compagnies aéronautiques encore plus vertueuses en ayant des avions plus verts». M. Trappier a rappelé que les États-Unis ont déterminé «deux priorités stratégiques de relance : l'aéronautique et l'industrie de défense», soit un plan de 50 milliards de dollars. «Est-ce que l'Europe va en mettre un en place ? Nous y travaillons, le commissaire Breton y réfléchit sérieusement», a-t-il expliqué.

    La Tribune du 5 mai
  • Défense
    Focus sur l’A330 «Morphée»
    A ce jour, les Airbus 330 Phénix de l’Armée de l’Air ont effectué six vols d’évacuation, entrecoupés de missions plus habituelles, détaille Aerobuzz, qui consacre un article aux performances de l’appareil dans la gestion de la crise sanitaire. L'un des deux Phénix demeure aujourd'hui en configuration Morphée, en cas de besoin.

    Aerobuzz du 5 mai

Industrie
  • Industrie
    Covid-19 : comment Airbus s’assure de la qualité de l’air des avions
    Jean-Brice Dumont, Executive Vice President Engineering d’Airbus, s’exprime dans L’Usine Nouvelle. Il souligne que le système d’aération assure une grande pureté de l’air à l’intérieur des avions. «L’air est renouvelé en permanence à 30% et recyclé à 70%», explique-t-il. «Cet air recyclé passe par des filtres de type hospitalier (au standard HEPA), équivalent aux masques FFP2 et FFP3, capables d’absorber les virus et les bactéries. Ces filtres sont utilisés en milieu hospitalier, dans les salles blanches notamment, et piègent les virus comme le Covid-19 à 99,97%». En outre, l’air est entièrement renouvelé toutes les 2 à 3 minutes en moyenne suivant le type d’appareils, soit entre 20 et 30 fois par heure. Au-delà des équipements chargés de la qualité de l'air au sein des appareils, Airbus s’attèle à trouver des mesures sanitaires compatibles avec les contraintes quotidiennes des compagnies aériennes. «Nous sommes en discussions directes avec de nombreuses compagnies aériennes pour leur donner des préconisations en matière sanitaire», souligne Jean-Brice Dumont.

    L’Usine Nouvelle du 5 mai
  • Industrie
    Airbus et la start-up Koniku développent des solutions biotechnologiques pour les opérations de sûreté aérienne
    Airbus et Koniku ont franchi un pas important dans le développement d'une solution pour les opérations de sécurité des avions et des aéroports, en étendant les activités de recherche, pour inclure les capacités de détection des risques biologiques, ainsi que les menaces chimiques et explosives. Airbus et Koniku avaient conclu un accord de coopération en 2017 pour le développement d’une solution biotechnologique innovante, qui était à l'origine axée sur la détection, le suivi et la localisation automatisés et sans contact des produits chimiques et des explosifs à bord des avions et dans les aéroports. Cette solution est maintenant adaptée, à la lumière de la crise Covid-19, pour inclure l'identification des risques biologiques. «Avec des essais in situ prévus pour le quatrième trimestre 2020, Airbus démontre sa capacité à accélérer les cycles de recherche traditionnels dans un environnement en temps réel», indique Airbus dans un communiqué.

    L’Usine Digitale du 5 mai
  • Industrie
    Bruno Le Maire lance l'examen de plans de soutien pour l'aéronautique
    Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, va lancer cette semaine l'examen de plans de soutien pour les secteurs de l’aéronautique et de l’automobile. «L'industrie aéronautique, ce sont des centaines de milliers d'emplois dans notre pays autour de la compagnie Air France, de la grande industrie Airbus et des milliers de sous-traitants autour d'Airbus», a rappelé le ministre sur France Inter. «Je propose à tous les acteurs de cette filière que dès cette semaine nous commencions à examiner ensemble ce que pourrait être un plan de soutien à la filière aéronautique dans notre pays», a-t-il souligné. Selon M. Le Maire, ce plan pourrait inclure «éventuellement la mise en place d'un fonds d'investissement pour la filière pour soutenir les sous-traitants, les PME, tout ce tissu industriel à travers le pays qui fait vivre Airbus, mais qui va être demain le plus menacé».

    Capital du 5 mai
  • Industrie
    Boeing : le deuxième 777X d'essais a volé avec succès
    Boeing annonce que son deuxième 777X d’essais a effectué avec succès un premier vol le jeudi 30 avril. Le vol a duré près de trois heures. Cet appareil, immatriculé WH002, sera principalement consacré à évaluer les caractéristiques de maniabilité et les performances du 777X. Quatre exemplaires doivent participer au programme de tests. Le premier, qui a réalisé son vol inaugural en janvier, approche la centaine d'heures de vol.

    Air & Cosmos du 5 mai
  • Industrie
    General Electric veut supprimer 10 000 emplois supplémentaires dans l'aviation
    General Electric (GE) a annoncé lundi qu'il supprimerait 10 000 emplois supplémentaires dans sa division aviation. Le groupe américain avait déjà supprimé 2 600 emplois en mars. Ces coupes se feront via des départs volontaires et des licenciements. Au total, GE aura réduit d'un quart ses effectifs dans l'aviation, soit près de 13 000 emplois.

    Les Echos du 5 mai

Espace
  • Espace
    Galileo au service des urgences économiques de l'Europe
    L'Agence du GNSS européen (GSA), qui gère la constellation Galileo, a développé, en coopération avec la Commission européenne, une application mobile «Galileo Green Lane» pour faciliter un transit rapide des marchandises critiques (médicaments, alimentaires...) aux frontières des pays de l'Union européenne. L’application est conçue pour répondre aux besoins des autorités de contrôle aux frontières et des sociétés de transport routier. «Avec l'application Galileo Green Lane, la GSA remplit sa mission de relever les défis économiques et sociaux», estime le directeur exécutif par intérim de la GSA, Pascal Claudel.

    La Tribune du 5 mai

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France demandera à ses clients de porter un masque à compter du 11 mai
    Conformément à la consigne française de port du masque obligatoire dans les transports, Air France demandera à ses clients de porter un masque tout au long de leur voyage à compter du 11 mai 2020. Cette mesure complète le dispositif mis en place par Air France et ses partenaires pour répondre à la crise sanitaire du Covid-19, qui comprend aussi, notamment, la mise en place d’une distanciation physique à bord chaque fois que cela est possible, le renforcement des procédures quotidiennes de nettoyage des avions, avec la désinfection de toutes les surfaces en contact avec les clients, la mise en place d’une procédure spécifique de désinfection des avions périodique par pulvérisation d’un produit virucide homologué, et l’adaptation du service à bord pour limiter les interactions entre les clients et les membres d’équipage. Air France rappelle par ailleurs que l’air en cabine est entièrement renouvelé toutes les 3 minutes. Le système de recyclage des avions d’Air France est équipé de filtres «High Efficiency Particulate Air» ou filtres HEPA, identiques à ceux utilisés dans les blocs opératoires.

    Air Journal et Aerobuzz du 5 mai
  • Aviation Commerciale
    L’État pourrait aider financièrement Corsair International
    Durant une séance de questions-réponses sur les réseaux sociaux le 4 mai, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, a indiqué «suivre de très près la situation des compagnies (en-dehors d’Air France), en particulier par exemple Corsair». Mais il a souligné que si l’Etat est prêt à aider, «il faut aussi que les actionnaires de Corsair puissent faire leur part du chemin», évoquant une «responsabilité collective» devant être prise par tous les actionnaires des compagnies françaises.

    Air Journal du 5 mai

international
  • international
    Aux Etats-Unis, une probable restriction durable des vols
    Le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, n’a pas été en mesure de dire, lundi, si les limitations de voyages avec l’Europe et l’Asie seraient levées cette année, indique Le Monde. Il a évoqué des autorisations «limitées» pour les voyages d’affaires mais précisé que la priorité était la réouverture du marché intérieur. Fin janvier, Donald Trump a interdit les voyages en provenance de Chine et a pris une décision similaire début mars vis-à-vis de l’Europe.

    Le Monde du 5 mai

Environnement
  • Environnement
    Plus de 90 dirigeants d’entreprises appellent à «mettre l’environnement au coeur du rebond collectif»
    A l’initiative de Jean-Laurent Bonnafé, administrateur directeur général de BNP Paribas et président d’EPE (Entreprises pour l’Environnement), plus de quatre-vingt-dix dirigeants d’entreprises françaises et internationales appellent, dans une tribune au Monde, à une mobilisation collective pour faire de la relance économique un accélérateur de la transition écologique. «Une large part des moyens financiers qui seront prochainement mobilisés pour la relance économique aurait tout intérêt à l’être dans les directions qui avaient été précédemment identifiées pour accompagner la transition écologique, avec un souci encore plus affirmé de la justice sociale», affirme notamment le texte, qui relève trois «opportunités» pour que les plans de relance à venir «constituent autant d’occasions pour que les investissements nécessaires confortent les trajectoires de transformation» : un «soutien renforcé aux secteurs qui permettent de mobiliser des emplois nombreux et contribuent à la préservation de l’environnement», notamment la rénovation énergétique des bâtiments, le développement de mobilités décarbonées et d’énergies renouvelables ; un effort pour «rendre nos outils industriels en Europe plus résilients, les décarboner et réduire notre empreinte carbone» ; et enfin la «démultiplication les efforts de recherche, d’innovation, de démonstrateurs industriels et d’industrialisation de solutions d’avenir», en particulier la bioéconomie et l’hydrogène, et leurs usages pour les transports terrestre et aérien. Parmi les signataires figurent notamment Guillaume Faury, CEO d’Airbus, Patrice Caine, PDG de Thales, Anne-Marie Couderc, Présidente non-exécutive d’Air-France KLM, Augustin de Romanet, PDG du Groupe ADP, Jean-Yves Le Gall, président du CNES, Benoît Potier, PDG d’Air Liquide, Christopher Guérin, PDG de Nexans, Jérôme Pécresse, CEO de GE France, ainsi que Philippe Varin, président de France Industrie, et Geoffroy Roux de Bézieux, président du MEDEF.

    Le Monde du 5 mai