Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Achat de Rafale par la Grèce, crise du secteur aérien : entretien avec Eric Trappier, président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation
    Eric Trappier, président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation, s’exprimait ce matin sur RTL. Le dirigeant a notamment évoqué la commande de 18 Rafale par la Grèce, annoncée samedi 12 septembre. Les Rafale commandés par la Grèce seront livrés «dans l’année à venir, soit en 2021», indique M. Trappier. La commande comprendra 12 avions d’ «occasion», actuellement opérationnels au sein de l’armée de l’Air française, une mesure décidée afin de répondre à l’urgence du besoin exprimé par la Grèce. Ces prélèvements d’appareils au sein de l’armée de l’Air française seront « compensés par la fabrication d’avions neufs », insiste M. Trappier. La fabrication de 18 Rafale garantit « un an de travail pour les chaînes de production de Dassault Aviation et de ses sous-traitants », souligne-t-il. M. Trappier rappelle également qu’une discussion avec le gouvernement français est en cours concernant l’achat d’une «cinquième tranche de 30 avions». Le Rafale est «un avion qui n’arrête pas d’évoluer, par standards successifs», souligne le dirigeant : «on est en train de développer le quatrième standard». Interrogé sur la crise que traverse actuellement le secteur de l’aéronautique, M. Trappier souligne que l’Etat est «très mobilisé» ; mais il met en garde contre le «changement d’hypothèse» qui surviendrait si «les frontières restent fermées et si le trafic aérien ne reprend pas». Il rappelle que le secteur de l’aéronautique travaille, depuis plusieurs années, à la mise au point d’un «avion décarboné», dont le développement s’est récemment accéléré avec le soutien du gouvernement.

    RTL Matin du 16 septembre
  • Défense
    Ratier Figeac renforce son activité militaire
    Collins Aerospace Systems a annoncé mardi avoir été sélectionné pour livrer des systèmes d’hélices NP2000 pour 30 Lockheed Martin C-130H supplémentaires de l’US Air National Guard (ANG) et de l’Air Force Reserve (AFR). La conception et la production des hélices seront assurées par Ratier-Figeac, filiale de Collins Aerospace. «Collins Aerospace est honoré de supporter l’US Air Force» a déclaré Jean-François Chanut, directeur général Propeller Systems chez Collins Aerospace, et président de Ratier Figeac. «Notre système innovant NP2000 intègre des technologies de pointe plus intelligentes, conçues pour améliorer les performances et la disponibilité des appareils tout en augmentant le confort et la sécurité de l’équipage. Nous continuons de travailler au côté de l’Air Force pour assurer les meilleures performances et taux de disponibilité de leur flotte C-130», ajoute-t-il.

    Air & Cosmos, le Journal de l’Aviation et L’Usine Nouvelle du 16 septembre
  • Défense
    Nathalie Guichard, première femme en France à diriger un Atelier Industriel de l'Aéronautique
    Nathalie Guichard, ingénieure en chef de l’armement, a été nommée au poste de directrice de l’Atelier Industriel de l’Aéronautique de Clermont-Ferrand. Cette nomination illustre la volonté de développer la parité au sein du ministère des Armées. Originaire de Lyon, Nathalie Guichard, formée à l’Ecole Polytechnique, a fait ses premières armes à l’AIA de Clermont-Ferrand. Ensuite, elle a collaboré avec le préfet de région Auvergne avant de rejoindre, quelque temps plus tard, la communauté d’agglomération clermontoise en qualité de directrice générale du développement économique.

    La Montagne Entreprendre du 14 septembre

Espace
  • Espace
    Thales Alenia Space fournira des technologies clés pour la mission de défense planétaire Hera
    L'Agence Spatiale Européenne (ESA) a signé mardi un contrat avec le constructeur de satellites allemand OHB pour réaliser la sonde spatiale Hera, qui partira en 2024 à destination d'un système constitué de deux astéroïdes (baptisés Didymos et Dimorphos). Maître d'oeuvre de ce programme européen, OHB sera responsable du design et de l'intégration du véhicule spatial, et travaillera en collaboration avec des sociétés de 17 Etats membres, dont Thales Alenia Space, qui fournira le système de communication ainsi que l’unité de conditionnement et de distribution d’énergie (PCDU) d’Hera. La mission vise à déterminer s'il est possible de dévier un astéroïde dangereux de sa trajectoire de collision avec la Terre. Cette mission représente la contribution européenne à la coopération internationale AIDA (Asteroid Impact & Deflection Assessment), la toute première démonstration à grande échelle de la déviation d’un astéroïde pour la défense planétaire.

    Les Echos du 16 septembre
  • Espace
    Pour Hervé Derrey, PDG de Thales Alenia Space, il faut « faire entrer la prise de risque dans notre culture »
    Hervé Derrey s’exprime dans l’Usine Nouvelle, dans le cadre de la série « l’appel des 30 pour sauver l’industrie » initiée par le magazine. « Le leadership de l’industrie spatiale européenne repose en grande partie sur sa capacité d’innovation, pierre angulaire de sa compétitivité », souligne le dirigeant. «La prise de risque doit entrer dans la culture de nos entreprises car les nouveaux entrants de l’espace, auto-proclamés « newspace », nous prouvent tous les jours qu’ils avancent vite en capitalisant sur leurs échecs et sur leurs initiatives audacieuses. Il faut également inciter les grands groupes à travailler plus en collaboration avec les PME et les start up en les impliquant très en amont dans une boucle vertueuse d’innovation. Enfin, le CNES, la DGA, l’ESA et la Commission européenne doivent renforcer leur soutien à l’innovation et poursuivre le développement de grands programmes spatiaux opérationnels et structurants tels que Copernicus, Galileo, GovSatCom pour les communications gouvernementales européennes et SST pour la surveillance de l’espace, pour n’en citer que quelques-uns ». M. Derrey relève que « Chez Thales Alenia Space, où l’innovation est inscrite dans notre ADN, notre vision Space for Life prend tout son sens dans un monde post Covid, et complète naturellement la raison d’être de Thales de construire ensemble un avenir de confiance ».

    L’Usine Nouvelle du 16 septembre

Industrie
  • Industrie
    Thales obtient la certification de son simulateur de vol H160
    Le simulateur de vol Reality H de Thales a obtenu sa qualification FFS (Full Flight Simulator), niveau D, par la DGAC. Équipé d’une imagerie 4 K hautes définitions à large champ de vision, ce simulateur apporte « encore plus de réalisme et de sensations lors des exercices d’entraînement », précise Thales. «Le très prometteur hélicoptère H160 incarne la nouvelle génération d’hélicoptère civil en rejoignant la gamme des hélicoptères entre le H145 et le H175. Il se positionne comme le premier de la « génération H », cette dernière mettant en œuvre de nouvelles méthodes de conception, de production et de soutien», indique le communiqué. Les premières sessions de formation peuvent commencer avant la livraison des appareils aux premiers clients, précise encore Thales.

    Air & Cosmos et Aerobuzz du 16 septembre
  • Industrie
    Le gouvernement appelle les dirigeants d’entreprises à recourir à l’APLD
    Le Premier ministre, Jean Castex, a appelé en début de semaine les dirigeants d'entreprises qui connaissent une baisse de travail durable à recourir « massivement et très vite » au dispositif d'activité partielle de longue durée (APLD). Ce dispositif permet de réduire jusqu'à 40% du temps de travail de ses employés avec l'aide financière de l'Etat. L'APLD « sert à un employeur à conserver ses salariés, même s'il ne peut les occuper à plein temps, avec l'objectif de disposer d'effectifs compétents et capables, lorsque la reprise se fera sentir », précisent Les Echos. Le vice-président affaires sociales de la CPME, Eric Chevée, estime que « Le dispositif est satisfaisant », mais « nous continuons de dire au gouvernement que c'est le carnet de commandes qui décide de l'embauche et de la débauche », insiste-t-il. Jean-Pierre Fine, secrétaire général de l'UIMM, rappelle que l'APLD est un dispositif très récent que les PME doivent encore s'approprier, mais constate un vif intérêt des PME de son secteur : « Cela concerne particulièrement le cas des donneurs d'ordre dans l'aéronautique, mais la cascade des sous-traitants va suivre. On commence à relire des solutions unilatérales. Cela prend parfois des années pour former nos employés, nous faisons tout pour les garder », insiste-t-il.

    Les Echos du 16 septembre

international
  • international
    B737 MAX : prochaines étapes pour un retour en vol
    Lancée le 14 septembre, la réunion du Comité conjoint d'évaluation des opérations JOEB (Joint Operations Evaluation Board), qui devrait durer une dizaine de jours, doit «examiner le programme de formation proposé par Boeing à l’attention des équipages du Boeing 737 MAX », ce qui représente une étape majeure vers le retour en service de l’appareil. « Les résultats de cette évaluation seront incorporés au rapport préliminaire du Comité de normalisation des vols (FSB — Flight Standardization Board) de la FAA. Le rapport sera publiquement accessible aux fins de commentaires », indique Boeing. Air & Cosmos détaille les autres étapes clés qui restent à franchir pour le B737 MAX, notamment le vol d'évaluation que doit réaliser Stephen Dickson, l'administrateur de la FAA, à l'issue duquel il partagera ses observations avec le personnel technique de la FAA. La FAA examinera de plus «la documentation de conception finale remise par Boeing, en vue d’en évaluer la conformité à l’ensemble de ses réglementations», précise Air & Cosmos. La FAA devra enfin publier une notification CANIC ou notification de maintien de la navigabilité à la communauté internationale, indiquant les mesures de sécurité importantes en cours, ainsi qu’une directive de navigabilité (AD — Airworthiness Directive) finale, couvrant les problèmes connus relatifs à l’immobilisation au sol.

    Air & Cosmos du 16 septembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Corsair équipe sa flotte de l’outil FOMAX
    La compagnie Corsair va équiper l’ensemble de sa flotte de l'outil de collecte de données FOMAX (Flight Operations and Maintenance Exchanger), développé par la plateforme de services MRO Skywise d'Airbus. Ce système permet d'échanger d’importants volumes de données entre l'avion et le sol durant les phases de vols. Les données collectées à bord des avions via FOMAX peuvent être combinées avec celles provenant des systèmes au sol des différents contributeurs à la plateforme Skywise (ateliers MRO, Airbus, équipementiers,....). « Avec ses algorithmes de maintenance prédictive, Skywise peut ainsi surveiller un système spécifique de l'avion - une pompe hydraulique, par exemple - et détecter tout problème dans son fonctionnement normal », précise Air & Cosmos. Ce système de maintenance prédictive doit permettre d'anticiper les réparations éventuelles avant qu'une panne ne survienne.

    Air & Cosmos du 16 septembre
  • Aviation Commerciale
    Transavia : 5 lignes au départ de Paris-Orly et Nantes-Atlantique
    Transavia France, filiale low-cost du groupe Air France, commence son déploiement sur le réseau domestique en France, avec l’ouverture, début novembre, de cinq premières lignes depuis ses bases de Paris-Orly et Nantes-Atlantique. Transavia France opérera ainsi des vols réguliers entre Paris-Orly et Biarritz et entre Nantes-Atlantique et Montpellier, Marseille, Toulouse et Nice. « Les horaires des vols proposés faciliteront les déplacements fréquents des voyageurs en semaine », indique Transavia France dans son communiqué.

    La Tribune et Air Journal du 16 septembre
  • Aviation Commerciale
    Air Caraïbes poursuit le redéveloppement de son réseau
    Air Caraïbes, filiale du groupe Dubreuil, relancera à partir de la mi-octobre ses vols vers la République Dominicaine et Haïti. La compagnie proposera cet hiver jusqu'à 45 vols hebdomadaires vers les Antilles. S’y ajouteront deux vols par semaine vers Punta Cana à partir du 17 octobre, et un vol vers Port-au-Prince à partir du 26 octobre.

    Air & Cosmos du 16 septembre