Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    MBDA : réussite d’un tir de Missile MMP avec désignation d'objectif réalisé par un drone Novadem
    MBDA a procédé à la première démonstration des capacités opérationnelles de LYNKEUS Dismounted, comprenant le système MMP (Missile Moyenne Portée), en liaison radio avec le drone Novadem NX70. « Le drone a permis la détection et l’identification d’un char situé hors du champ de vision de l’opérateur. Les coordonnées de la cible ont ensuite été transférées au poste de tir MMP, selon une séquence illustrant la possibilité d’engager une cible qui n’a jamais été en vue directe du tireur », détaille MBDA. La démonstration s’est conclue par un impact direct sur la cible. Le succès de ce premier tir « vient confirmer les capacités offertes par LYNKEUS de maîtrise et de qualité de la chaîne d’informations allant du drone au poste de tir, et prouve également la précision de l’extraction des coordonnées de la cible », souligne MBDA.

    Aerobuzz du 25 janvier
  • Défense
    La Grèce signera aujourd’hui le contrat d'achat de 18 avions de combat Rafale à la France
    La ministre française des Armées, Florence Parly, se rend ce lundi à Athènes pour signer le contrat d'acquisition de 18 avions de combat Rafale, dont 6 avions à construire par Dassault Aviation pour 2023 et 12 jets d'occasion, prélevés sur le stock de l'armée de l'Air française, à livrer en deux lots, l'été prochain et l'été 2022. Il s’agit du premier contrat d’exportation vers un pays européen pour l’avion de combat, aujourd’hui en compétition pour des commandes de trois autres pays d'Europe : Croatie, Suisse et Finlande, rappellent Les Echos. Le contrat s'élève à 2,5 milliards d'euros, pour les appareils, mais aussi pour les équiper d'armes, à l'identique des Rafale de l'armée française, soit par des missiles de dernière génération fabriqués par MBDA : Scalp, Meteor, Mica et Exocet M39. Le contrat négocié entre les deux gouvernements porte aussi sur la formation des pilotes et le maintien en condition des appareils.

    Les Echos et Ensemble de la presse du 25 janvier
  • Défense
    Cyberdéfense des Armées : forte augmentation des effectifs à Rennes
    Selon une étude publiée jeudi 21 janvier par l'INSEE Bretagne, les effectifs des Armées en cyberdéfense seront en forte augmentation sur le territoire de Rennes Métropole jusqu'en 2025. Le développement des activités de cyberdéfense du ministère des Armées dans l'agglomération rennaise devrait se traduire par la création de 1 800 postes entre 2018 et 2025, et par des recrutements, précise La Tribune. Le quartier de La Courrouze abrite la Cyberdéfense Factory, un incubateur civil et militaire, ainsi que plusieurs groupes industriels de plus de 100 salariés et impliqués dans cet écosystème. Airbus Cybersecurity (protection des gouvernements et des activités vitales), Thales Services, Altran et la CyberSoC d'Orange Cyberdéfense concentrent à eux seuls 70% de l'emploi privé. « La présence du pôle d'excellence cyber permet le développement de synergies entre la recherche, la formation et les acteurs économiques », précise l'INSEE.

    La Tribune du 25 janvier
  • Défense
    L’armée face aux enjeux de la « guerre spatiale »
    Le Figaro analyse les enjeux de défense liés à la maîtrise de l’espace, à l’heure où près de 90 États disposent d’au moins un satellite en orbite. Selon le CNES, 2 200 satellites en fonctionnement sont aujourd’hui en orbite autour de la Terre. L’augmentation est exponentielle: en dix ans, le nombre de satellites opérationnels a plus que doublé, notamment sous l’impulsion des acteurs privés du «New Space», tels que SpaceX. La France a établi une doctrine militaire et un commandement de l’espace en 2020, avec deux objectifs : des capacités de connaissance et, à moyen terme, de défense active. « La clé, c’est détecter, identifier, agir », explique le général Lavigne, chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace. Des capacités de suivi sont développées : pour la France, l’approche du satellite franco-italien de télécommunication militaire Athena-Fidus en 2017 a ainsi été détectée par le système GeoTracker, développé par ArianeGroup, équipé de huit télescopes au sol. L’armée veut aussi se doter de moyens de défense active. En 2023, elle doit lancer le démonstrateur Yoda, qui sera capable d’accompagner des satellites en orbite géostationnaire. Au sein du CSpO (Combined Space Operation), la France cherche aussi depuis un an à établir avec ses partenaires des Five Eyes (États-Unis, Royaume-Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande) et de l’Allemagne un « code de bonne conduite ». Dans un entretien accordé au Monde, les chercheurs Marc Julienne et Isabelle Sourbès-Verger décryptent par ailleurs la montée en puissance de la Chine dans le domaine de l’espace, et ses enjeux militaires.

    Le Figaro et Le Monde du 25 janvier

Industrie
  • Industrie
    « Nous ferons tout pour sauver l’industrie aéronautique », déclare Bruno Le Maire
    Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a rappelé le soutien de l’Etat envers le secteur aéronautique, lors de son déplacement à Toulouse le 22 janvier sur le site de Liebherr-Aerospace. « L’aéronautique est le secteur industriel qui est, de loin, le plus touché », a déclaré Bruno Le Maire. « Or ce secteur est stratégique pour la nation française, en termes d’indépendance, d’emploi et de savoir-faire. C’est un enjeu de souveraineté. L’Etat mettra tout ce qu’il faut pour sauver le secteur aéronautique. Et ce soutien durera tant que la crise durera ». Liebherr-Aerospace, qui emploie plus de 1 300 personnes sur son site toulousain, fait partie des lauréats du plan France Relance. Avec un investissement de 5 millions d’euros, cofinancé par l’Etat à hauteur de 2,4 millions d’euros, le groupe va notamment démarrer la production d’une pompe liquide, qui pourrait avoir des débouchés dans le spatial, le ferroviaire et le transport routier. «Je veux dire à tous les industriels, à toutes les TPE et PME, que si vous avez des projets de développement de vos lignes de production, c’est le moment de le faire », a souligné Bruno Le Maire. Le ministre a également insisté sur la nécessité de consolider la filière tout en protégeant les pépites industrielles. Le fonds ACE Aéro Partenaires, géré par ACE Management (Tikehau Capital), est doté d’une enveloppe de 740 millions d’euros.

    L’Usine Nouvelle du 25 janvier
  • Industrie
    Dassault Aviation : les atouts du Falcon 6X
    Challenges consacre un article au Falcon 6X, présenté par Dassault Aviation le 8 décembre dernier. L’appareil, au rayon d’action de 10 200 kilomètres, possède la cabine la plus haute (1,98 mètre) et la plus large du marché (2,58 mètres) et intègre un hublot dans le plafond, pour la première fois au monde. Il est aussi capable, comme les autres Falcon, de desservir les pistes d’atterrissage les plus courtes (Saint-Tropez, London City…), où ses concurrents ne peuvent atterrir. « Le Falcon 6X doit entrer en service en 2022, date à laquelle la pandémie de Covid-19 devrait, je l’espère, avoir été jugulée », indique Eric Trappier, PDG de Dassault Aviation, qui souligne : « A l’inverse de l’aviation commerciale, le segment de l’aviation d’affaires n’a pas connu d’effondrement : on reste au-delà de 80 % du trafic de 2019 ». « Le marché des très grandes cabines, où figure le 6X, et des avions à très long rayon d’action (G700 de Gulfstream, Global 7 500 de Bombardier) a toujours mieux résisté », explique Ernest Arvai, analyste au cabinet américain AirInsight.

    Challenges du 25 janvier

Espace
  • Espace
    La mission InSight sur Mars prolongée de deux ans
    Jeudi 21 janvier, la NASA et le Centre National d'Etudes Spatiales (CNES) ont annoncé qu’ils apporteraient les financements nécessaires pour prolonger de deux ans la mission InSight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport), jusqu’en décembre 2022. La France fournit l’un des principaux instruments de la mission, le sismomètre SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure), dont le CNES avait assuré la maîtrise d’oeuvre. De nombreux laboratoires français participent à l’analyse des données fournies par l’instrument. Le dispositif SEIS mesure l’activité tectonique de Mars, ce qui permet d’en déduire des informations sur sa structure (taille du noyau, épaisseur du manteau…). Les impacts de météorites sont également analysés, via les ondes sismiques générées. L’atterrisseur InSight s’était posé en novembre 2018 sur Mars avec une durée de mission primaire de deux ans. Son objectif est d’étudier la structure interne de Mars et de mieux comprendre comment cette planète autrefois similaire à la Terre s’est transformée en désert glacé.

    L’Usine Nouvelle du 25 janvier
  • Espace
    Un lanceur SpaceX place un nombre record de satellites dans l'espace
    Un lanceur Falcon 9 de SpaceX a décollé dimanche 24 janvier avec 143 satellites à son bord. Il s’agit du « plus grand nombre » de satellites « jamais déployés en une seule mission », a souligné le groupe. Des scientifiques ont dit leur inquiétude au sujet du nombre d'objets gravitant autour de la Terre. SpaceX affirme que ses satellites sont conçus pour brûler dans l'atmosphère au bout de quelques années. SpaceX a par ailleurs fait l'acquisition de deux plateformes pétrolières offshores, auprès de l’entreprise britannique Valaris, pour les convertir en base de lancement. Elles devraient être les bases de réception des boosters lors des vols de Starship, la navette de SpaceX.

    Le Figaro et L’Usine Nouvelle du 25 janvier

Environnement
  • Environnement
    Boeing prévoit de livrer des avions de ligne sans pétrole d'ici 2030
    Vendredi 22 janvier, Boeing a déclaré s’engager à livrer des avions de transport de passagers pouvant voler avec du carburant sans pétrole d'ici 2030. Pour « respecter l'engagement du secteur aérien à réduire ses émissions de carbone de 50% par rapport aux niveaux de 2005 d'ici 2050, les avions doivent pouvoir utiliser des carburants d'aviation 100% durables bien avant 2050 », remarque Boeing. En 2018, l'avionneur américain a inauguré le premier vol d'un appareil utilisant 100% de biocarburants. Il s'agissait d'un cargo 777 utilisé par la société de messagerie FedEx.

    La Tribune et L’Usine Nouvelle du 25 janvier

international
  • international
    Google met fin au projet Loon
    Google renonce au projet Loon, lancé en 2011, qui visait à connecter le monde entier à Internet par l'intermédiaire de ballons stratosphériques. « Nous n'avons pas trouvé un moyen de maintenir les coûts suffisamment bas pour construire une activité rentable sur le long terme », a expliqué le responsable du projet, Alastair Westgarth, dans un billet publié sur le blog Medium.

    Les Echos du 25 janvier

Innovation
  • Innovation
    Thales développe les technologies quantiques de demain
    Thales annonce que ses chercheurs sont en train de développer « les prochaines solutions quantiques qui vont structurer le monde de demain », à savoir les capteurs quantiques, les communications quantiques, et la cryptographie post-quantique. « S'appuyant sur les atomes froids, les défauts du diamant, ou encore des dispositifs à base de supraconductivité, les équipes du groupe réussissent aujourd'hui à démultiplier les propriétés des matériaux et leurs débouchés potentiels », explique Thales. Le groupe est engagé dans plusieurs collaborations avec le milieu académique, l'industrie et les startups, afin d'accélérer le développement des technologies quantiques. Thales salue le plan quantique lancé par le gouvernement français, qui va permettre d'accélérer « le développement de technologies prometteuses et souveraines ».

    Boursorama du 22 janvier
  • Innovation
    Le laboratoire ProtoSpace d’Airbus construit un fauteuil sur mesure pour le champion paralympique David Toupé
    ProtoSpace, le laboratoire d’innovation d’Airbus, travaille depuis deux ans pour construire un fauteuil sur mesure à David Toupé, champion du monde de parabadminton. ProtoSpace est déjà à l’origine d’une jambe « bionique » imaginée pour un champion d’aviron.

    20Minutes du 25 janvier