Synthèse de presse

Espace
  • Espace
    L’Europe spatiale veut renforcer sa stratégie dans le domaine des lanceurs
    Le commissaire européen au Marché intérieur, Thierry Breton, et le ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, ont insisté sur le caractère stratégique du secteur spatial, lors d'une visioconférence qui s’est tenue le 15 février 2021. Les dirigeants ont évoqué lors de cette séance de travail la politique industrielle de l’Europe. « Si nous voulons qu’entre la Chine et les Etats-Unis, l’Europe se fasse une place stratégique, il est essentiel que nous revenions vers des investissements plus importants dans le domaine spatial », a souligné Bruno Le Maire. « On a lancé des travaux avec l’Allemagne et l’Italie avec l’idée de définir une feuille de route européenne », a-t-il souligné. Ce document devrait être rendu public en juin. Thierry Breton a quant à lui insisté : « l’Europe est la deuxième puissance spatiale au monde. Nous avons bien l’intention de le rester. La Commission est chargée de définir la politique spatiale avec l’ensemble des Etats membres ». La création d’une alliance pour les lanceurs est envisagée. Thierry Breton évoque trois segments : les lanceurs de puissance, les lanceurs renouvelables et les mini-lanceurs, afin « que l’on puisse utiliser au mieux les compétences de chacun au service de notre autonomie d’accès à l’espace ».

    L’Usine Nouvelle du 16 février
  • Espace
    Laser Thales à bord de la mission Mars 2020 : atterrissage proche
    Le 18 février prochain, lors de l’atterrissage du rover Perseverance sur Mars, le laser de Thales entrera au service de Supercam, l’œil de Perseverance, afin de déterminer la composition chimique et organique des échantillons de roches martiennes récupérés. Le laser Thales, au cœur de l’instrument SuperCam, est encore plus performant que le laser Chemcam, déjà en opération depuis huit ans à bord de la mission Curiosity. Il permettra de repérer d’éventuels marqueurs de vie sur Mars.

    Boursorama du 16 février
  • Espace
    Thomas Pesquet se prépare pour sa nouvelle mission dans l’espace
    Le Figaro consacre un article à Thomas Pesquet, l’astronaute français, qui devrait redécoller des États-Unis à bord d’un vaisseau SpaceX en avril prochain pour un second voyage à bord de l’ISS. Lors de sa première mission, Proxima, en 2016, Thomas Pesquet avait participé à la réalisation de 60 expériences : certaines pour l’ESA et le CNES, d’autres pour l’agence spatiale japonaise JAXA, ou l’ASC canadienne et la NASA américaine. Avec cette nouvelle mission, l’ESA et le CNES se concentrent un peu plus sur des expériences et des tests de matériels dont les applications pourront servir à l’exploration de l’espace au sens propre, et notamment aux futures missions autour de la Lune et de Mars.

    Le Figaro Magazine du 12 février

Industrie
  • Industrie
    Shell choisit l'hélicoptère Airbus H160
    Le groupe Shell a sélectionné le principal opérateur américain d'hélicoptères offshore PHI pour exploiter quatre Airbus H160 dans le cadre d'un contrat de soutien dans le Golfe du Mexique. Ce contrat marque l'entrée sur le marché du transport vers les plateformes pétrolières et gazières du H160, « dont les nombreuses caractéristiques de conception promettent de nouveaux niveaux de sécurité, de confort et de fiabilité des horaires dans les opérations offshore », précise Airbus. Les trois sociétés, Airbus, PHI et Shell, coopèrent dans le cadre d'un partenariat unique. Airbus fournira un H160 avant les dernières livraisons à PHI et Shell dans le cadre d'un programme d'essais de route d'une durée d'un an, afin de permettre à l'opérateur et au client final de se familiariser avec les caractéristiques avancées de ce type de véhicule et d'atténuer les difficultés habituelles liées à l'entrée en service. Avec 68 brevets, le H160 est l'hélicoptère le plus avancé technologiquement au monde et dispose d'une suite d'aides au pilotage fournies par son avionique Helionix qui réduit considérablement la charge de travail de l'équipage et diminue le risque d'erreur du pilote. Le H160 est propulsé par deux des derniers moteurs Arrano de Safran Helicopter Engines et intègre un système de surveillance intégré et une redondance des capteurs, et peut être maintenu de manière autonome loin de la base. La conception met l'accent sur une défense robuste contre la corrosion, en particulier pour les missions offshore.

    Boursorama du 16 février
  • Industrie
    Fonds de modernisation aéronautique : déjà 244 projets soutenus
    Une liste de 244 projets lauréats retenus pour bénéficier du fonds de modernisation aéronautique a été dévoilée lundi 15 février. Ce sont 108 projets de plus qu’en décembre 2020. Les 244 projets, soutenus pour plus de 197 millions d’euros par l’Etat, représentent près de 431 millions d’euros d’investissements industriels. L’Etat a décidé de prolonger la durée de dépôt de projets jusqu’au 1er juin 2021. Les PME comptabilisent 162 projets, contre 57 projets pour les ETI et 25 projets pour les grandes entreprises, selon les chiffres de L’Usine Nouvelle. Figeac Aero, Liebherr, Guimbal, Souriau, Satys, Mecaprotec, AAA, Avions Mauboussin, Aubert et Duval figurent entre autres parmi les groupes sélectionnés. Outre la décarbonation et la relocalisation, l’essentiel des projets concernent la modernisation de l’outil industriel, via une automatisation et une numérisation accrue des procédés de fabrication. Les grands groupes et certaines ETI ont déjà pu mettre en pratique cette modernisation ces dernières années, à l’image d’Airbus et de Safran, mais aussi de Figeac Aero, de Daher, de Latécoère ou bien encore de JPB Système, qui vient d'annoncer la construction d'une nouvelle usine en Seine-et-Marne.

    L’Usine Nouvelle du 16 février
  • Industrie
    Airbus : vers une relance du projet de création d’une chaîne d'A321neo ?
    Selon La Tribune et L’Usine Nouvelle, le projet de création d'une nouvelle chaîne d'assemblage d'A321neo à Toulouse pourrait être bientôt relancé. « Suite à la crise Covid-19, le projet de FAL A321 à Toulouse a été mis en pause l'an dernier. Il sera relancé lorsque les conditions de marché seront réunies et que les niveaux de production de nos avions monocouloirs le justifieront », explique Airbus. Lors de l'annonce du projet fin janvier 2020, Airbus avait indiqué que cette chaîne d'assemblage entraînerait la création de 500 à 600 emplois.

    La Tribune et L’Usine Nouvelle du 16 février
  • Industrie
    Alexandre Saubot (France Industrie) : « c'est avec les industriels que l'on construira la transition écologique »
    Alexandre Saubot, qui a pris la tête de France Industrie il y a quelques semaines, s’exprime dans La Tribune. Il évoque la réindustrialisation française, et livre sa vision d'une industrie qui doit s'appuyer sur deux piliers : innovation et compétitivité. La relance et la réindustrialisation s'inscrivent dans un contexte très marqué par le développement durable : « il ne faut pas oublier que l'industrie a déjà fait beaucoup en ce sens », relève le dirigeant. « En l'espace de 30 ans, nous avons divisé par deux les émissions de carbone de nos usines ; l'essentiel repose sur l'amélioration des process et un travail qui a été réalisé en profondeur ». « C'est avec les industriels que l'on construira la transition écologique, sujet par sujet, usage par usage et filières par filières », conclut-il.

    La Tribune du 16 février

Défense
  • Défense
    Photonis est racheté par HLD
    Le holding d'investissement HLD a signé le rachat de Photonis, après le rejet de l'américain Teledyne par le ministère des Armées. La transaction s’élèverait à 370 millions d'euros environ. « Avec HLD, holding animé par Cédric Chateau qui détient également le spécialiste aéronautique Rafaut et qui n'a pas d'échéance de détention, Photonis trouve un actionnaire de long terme et sous capitaux familiaux européens », soulignent Les Echos. « La reprise de Photonis par HLD constitue une très bonne nouvelle, pour laquelle Florence Parly s’est impliquée personnellement », fait savoir le cabinet du ministère des Armées, cité par Le Figaro.

    Les Echos, Le Figaro et La Tribune du 16 février
  • Défense
    Bordeaux : la chaire « Défense et Aérospatial » renouvelée
    Les partenaires de la chaire Défense et Aérospatial (Sciences Po Bordeaux et l'université de Bordeaux) ont souhaité poursuivre leur engagement au sein de la chaire pour trois années supplémentaires, à compter du 1er janvier 2021. La chaire est le fruit d’une coopération entre deux établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, Sciences Po Bordeaux et l’université de Bordeaux, et cinq acteurs majeurs de la base industrielle et technologique de défense : ArianeGroup, le CEA et sa Direction des Applications militaires, Dassault Aviation, Safran et Thales. Initiée fin 2013 par le général Jean-Marc Laurent, la chaire est devenue opérationnelle le 1er janvier 2015, pour trois années initiales. Ses partenaires industriels se sont déjà réengagés pour une deuxième période de trois ans (2018-2020). Sur le plan opérationnel, la chaire développe des actions innovantes de formation (création de formations initiales, continues, spécifiques), de recherche (travaux sur la conflictualité entre puissances et le spatial de défense) et de diffusion des savoirs.

    Aerobuzz du 16 février
  • Défense
    La DGA commande un troisième lot de micro-drones NX70
    La Direction générale de l’armement (DGA) a commandé, fin 2020, un troisième lot de 49 micro-drones NX70 auprès de Novadem, a annoncé le ministère des Armées. La PME d’Aix-en-Provence avait déjà été notifiée en 2018 pour 27 systèmes à deux vecteurs, puis en 2020 pour 20 unités supplémentaires. La DGA a donc acquis à ce jour 143 micro-drones NX70 et plus de 200 équipements et rechanges associés, « portant le montant total des commandes à plus de six millions d’euros », souligne Novadem. Les premiers exemplaires seront réceptionnés par la DGA au cours du mois d’avril. Les livraisons s’étaleront ensuite jusqu’au début de l’été.

    Air & Cosmos du 16 février

Innovation
  • Innovation
    Thales Alenia Space : focus sur les technologies quantiques
    Mathias Van Den Bossche, directeur Telecommunication et Navigation Systems R&D au sein de ‎Thales Alenia Space, accorde un entretien à La Tribune. Il évoque les travaux que mène le groupe depuis 20 ans dans le domaine des technologies quantiques, qui s’apprêtent à « bouleverser le spatial, et le monde tout court ». Il existe actuellement trois technologies quantiques émergentes : l'ordinateur, les communications et les capteurs quantiques, explique-t-il. Thales est impliqué dans deux de ces domaines : les capteurs quantiques, qui intéressent plus particulièrement ses équipes à Palaiseau, et les communications quantiques, sur lesquelles se positionne Thales Alenia Space à Toulouse. « Il est possible de développer des clés de chiffrement pour sécuriser les communications de manière extrêmement forte. Le deuxième service, ce sont les réseaux d'information quantique. Il s'agit d'une façon de mettre en réseau des ordinateurs ou des capteurs quantiques afin de construire des instruments de mesure ou de calcul très performants », développe Mathias Van Den Bossche. Il estime qu’il faut s'attendre à l'arrivée des communications quantiques d’ici une quinzaine d’années. Le gouvernement a annoncé courant janvier un plan à 1,8 milliard d'euros pour le développement des technologies quantiques. Thales contribue de plus, notamment, au projet européen EuroQCI, qui vise à déployer un réseau sécurisé par le quantique.

    La Tribune du 16 février

international
  • international
    Bombardier arrête la production du Learjet
    Bombardier a annoncé, en présentant ses résultats financiers 2020, que son « repositionnement stratégique » était terminé. Le constructeur arrêtera la production de Learjet fin 2021, pour concentrer ses activités sur les gammes Challenger et Global, jugées plus rentable. En 2020, les revenus tirés de ses activités liées aux avions d’affaires ont atteint 5,6 milliards de dollars. Cette performance est liée à la montée en puissance du modèle haut de gamme Global 7500. 16 exemplaires ont été livrés au quatrième trimestre. Au total Bombardier a livré 114 avions d’affaires en 2020 : 59 Global, 44 Challenger et 11 Learjet.

    Aerobuzz du 16 février

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    L'aéroport d'Orly ferme les portes du terminal 4
    L'aéroport d'Orly a fermé son terminal 4 lundi dans la soirée, comme il l'avait déjà fait lors des mois de novembre et décembre derniers. Celui-ci restera clos jusqu'à nouvel ordre. Le terminal 1 reste, lui, complètement fermé. La raison invoquée à la clôture du terminal 4 est la fermeture des frontières françaises alors que depuis le 31 janvier, la France a bouclé ses frontières aux pays extérieurs à l'Union européenne et aux territoires ultramarins, « sauf motif impérieux ».

    Les Echos du 16 février