Synthèse de presse

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    Airbus Defence and Space commence l’intégration du premier exemplaire de la série « B » de sa nouvelle génération de satellites météorologiques à orbite polaire
    Mis en œuvre par l'Agence spatiale européenne (ESA) en collaboration avec EUMETSAT, le programme MetOp-SG repose sur une constellation de 6 satellites et assurera la continuité des observations météorologiques depuis une orbite polaire à partir de 2024-2045. Plus précisément, il comprend deux séries de trois satellites chacune : « la série des satellites A embarque des instruments optiques et des sondeurs atmosphériques, tandis que les satellites B accueillent des instruments micro-ondes (…). Les deux séries sont basées sur les plates-formes de satellites Astrobus d'Airbus Defence and Space. Alors que la série de satellites A est développée et construite sous la direction industrielle d'Airbus à Toulouse, la conception et la fabrication des satellites B sont dirigées par le site de Friedrichshafen, en Allemagne ». Le premier satellite « B » de la série MetOp-SG devrait être soumis à des tests environnementaux dans des conditions similaires à celles de l'espace d’ici novembre 2022. Airbus Defence and Space indique que « la durée de vie nominale de chaque satellite est de 7,5 ans. Après 7 ans, le satellite suivant de la même série sera lancé, assurant une couverture opérationnelle complète sur une période de 21 ans avec une paire de satellites de type A et B toujours en orbite ». Le premier lancement est prévu pour le début de l’année 2024.

    Zonebourse, 25 mai
  • Adhérent à la une
    IndiGo choisit le moteur LEAP-1A de Safran pour ses A320neo
    Le 21 mai, IndiGo a annoncé avoir sélectionné les moteurs LEAP-1A de CFM International pour équiper sa flotte de 310 nouveaux Airbus A320neo, A321neo et A321XLR. Ce contrat comprend 620 nouveaux moteurs installés, les moteurs de rechange associés, ainsi qu'un contrat de service à long terme. L’entreprise exploite actuellement sept A320neo et 15 A321neo avec des moteurs Leap-1A. « Le secteur de l'aviation en Inde est sur le point de croître de plus en plus fort, et nous poursuivrons notre mission de construction d'un réseau de transport de classe mondiale. Nous sommes là pour tenir notre promesse de fournir des tarifs économiques et une expérience ponctuelle, courtoise et fluide à tous nos clients », estime Ronojoy Dutta, PDG d'IndiGo. « Nous sommes fiers d'étendre notre relation avec IndiGo et de jouer un rôle clé dans leur croissance continue », déclare Philippe Couteaux, Directeur Commercial et marketing de Safran Aircraft Engines, société mère de CFM. « Nous considérons la confiance d'IndiGo comme une grande responsabilité de continuer à soutenir leur flotte avec le haut niveau d'exigence de CFM ».

    Air & Cosmos, 21 mai

Défense
  • Défense
    Livraison du 100ème A400M par Airbus Defence and Space
    Le 24 mai, Airbus a livré le centième A400M, l’exemplaire MSN111. Il s’agit du dixième appareil réceptionné par l’armée de l’Air espagnole. Par ailleurs, la flotte mondiale d’A400M a franchi le seuil des 100 000 heures de vol. Airbus Defence and Space développe en parallèle de nouvelles capacités pour l’appareil dont celles de ravitaillement en vol des hélicoptères. A ce stade, il dispose déjà de la capacité de larguer de jour comme de nuit, 116 parachutistes par sauts simultanés depuis les portes latérales ou la rampe arrière avec ouverture automatique de parachute, ou par sauts en chute libre. Airbus Defence and Space conduit également des essais en vue d’étendre sa capacité de largage, y compris de plateformes multiples par extraction (23 tonnes). Pour le fret, l’appareil dispose de la certification charge militaire jusqu’à 19 tonnes de palettes (en un seul passage) ou 25 tonnes (en deux passages) sur pistes aménagées et non aménagées. Il est certifié aussi pour ses capacités de vol automatique à basse altitude en conditions météorologiques de vol aux instruments (IMC), une première pour un avion militaire.

    Aerobuzz et l’Usine Nouvelle, 25 mai

international
  • international
    Air France suspend les vols au-dessus de la Biélorussie
    Lundi 24 mai, le Conseil européen a appelé les compagnies aériennes basées en Europe à « éviter le survol de la Biélorussie », et à l’adoption des « mesures nécessaires pour interdire le survol de l’espace aérien de l’UE par les compagnies biélorusses et leur accès aux aéroports ». Le même jour, sur Twitter, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari avait indiqué avoir demandé « aux compagnies aériennes opérant en France de ne plus survoler l'espace aérien biélorusse » et avoir suspendu les autorisations de vol de l’entreprise Belavia. Mardi 25 mai, la compagnie aérienne Air France a indiqué qu’elle suspendait jusqu’à nouvel ordre le survol de la Biélorussie suite à l’arrestation d’un journaliste d’opposition biélorusse à bord d’un avion de Ryanair.

    Ensemble de la presse, 25 mai

Environnement
  • Environnement
    La révolution de l’hydrogène ?
    Le reporter Olivier James revient sur le débat en cours sur le moteur à hydrogène. S’il concède que le « dynamisme de certains projets incite à la prudence », il estime pour autant « qu’il ne faut pas repousser cette solution d’un revers de main ». En effet, les projets bien qu’encore « modestes, (…) témoignent d’un réel intérêt pour l’hydrogène au service de l’aviation un peu partout dans le monde ». Citant le projet d’avions à hydrogène d’Airbus, ZEROe, et le projet d’étude Hypérion (réunissant Airbus, Safran et ArianeGroup), le journaliste conclut que « le pays pourrait être l’un des grands bénéficiaires de cette nouvelle orientation si elle parvenait à se concrétiser ».

    L’Usine Nouvelle, 26 mai

Espace
  • Espace
    La Représentation permanente de la France auprès des Nations Unies organise aujourd’hui une conférence sur la durabilité des opérations spatiales
    Cette conférence ayant pour thème « Assurer la durabilité des opérations spatiales : l’espace comme dix-huitième Objectif de développement durable ? » réunit notamment François Rivasseau, représentant permanent de la France auprès de l'ONU à Genève et des organisations internationales en Suisse, Josef Aschbacher, directeur général de l'Agence spatiale européenne et Stéphane Israël, président exécutif d'Arianespace. Dans un premier temps, les échanges se concentreront sur la gouvernance spatiale puis sur les radiofréquences.

    Air & Cosmos, 26 mai
  • Espace
    Virgin Galactic a réussi le 22 mai son troisième vol d’essai en haute altitude
    Lancé depuis un avion porteur samedi 22 mai aux États-Unis, le VSS Unity a atteint une altitude de 89,2 kilomètres avec deux personnes à son bord. Virgin Galactic se distingue de SpaceX et Blue Origin par son mode de lancement : ses vaisseaux-avions et ses fusées sont lâchés en plein air par des avions porteurs. Par ailleurs, puisque le VSS Unity n’a pas dépassé la ligne de Kármán à 100 kilomètres d’altitude, le terme de « vol spatial » fait débat. Les premiers clients de Virgin Galactic pourraient décoller en 2022. Trois autres essais suborbitaux sont programmés dans les prochains mois.

    L’Usine Nouvelle, 25 mai
  • Espace
    La Chine s’affirme en grande puissance spatiale
    L'atterrissage réussi du rover chinois Zhurong à la surface de Mars le 15 mai 2021 marque une étape importante dans les ambitions spatiales chinoises après avoir successivement envoyé son premier homme dans l'espace en 2003, posé son premier rover sur la Lune en 2013 et en 2019, sur la face cachée de la lune, l'astromobile Yutu-2. « C'est un très grand succès, un très bel exploit technique. C'est la première mission martienne de la Chine et elle fait un sans-faute. C'est le signe que la mission a été très bien préparée (…) la Chine est dans une logique de rattrapage et de mise à égalité vis-à-vis des autres puissances spatiales. Elle cherche à cocher toutes les cases, étape par étape, avec l'objectif de savoir tout faire d'ici 2049 » estime Isabelle Sourbès-Verger, directrice de recherche au CNRS, spécialiste de la politique spatiale chinoise. Prochainement, Pékin débutera l'assemblage de sa station spatiale en orbite terrestre et envisage d'en construire une autre en orbite ou à la surface de la Lune avec le concours de la Russie.

    Les Echos, 22 mai
  • Espace
    La NASA demande 11 milliards de dollars de rallonge dont 5 milliards pour le programme d’atterrisseur lunaire
    En audition devant la commission de la Chambre des représentants en charge des sciences, l’administrateur de la NASA, Bill Nelson, a demandé une rallonge de 11 milliards de dollars pour l'année 2022. Il envisage de flécher la moitié cette somme au profit de l’atterrisseur lunaire Human Landing System (HLS) dans le cadre des missions Artemis. Durant l’audition, le contrat attribué à SpaceX visant à fournir la navette qui doit emmener des astronautes sur la Lune a été évoqué. Cette décision est contestée par les autres finalistes, Blue Origin et Dynetics. Les élus ont mis en cause le fait que la NASA se prive d'une solution de repli dans l’hypothèse où SpaceX ne soit pas en mesure de tenir les délais. « Il est inacceptable que le destin des Etats-Unis pour l'accès à la Lune ne soit entre les mains que d'une seule entreprise », a estimé le député républicain de l'Alabama Robert Aderholt. Bill Nelson a répliqué que le budget alloué par le Congrès au développement du HLS pour l'année 2021 était en deçà des demandes formulées (850 millions au lieu de 3,3 milliards de dollars). Le Government Accountability Office (GAO) est appelé à se prononcer prochainement sur cette décision.

    Les Echos, 21 mai

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Livraison du 30ème Airbus A220, baptisé Davos, à la compagnie aérienne Swiss
    Le 25 mai 2021, Swiss a réceptionné le dernier Airbus A220 commandé. Cette livraison correspond à « l’achèvement de la phase de mise en service de cet avion court et moyen-courrier moderne et à faible émission de CO2 », souligne la compagnie nationale suisse dans un communiqué. « La livraison du 30ème Airbus A220 marque une étape importante dans le plus grand projet de renouvellement de flotte de l’histoire de Swiss », a déclaré Dieter Vranckx, CEO de la compagnie de Star Alliance. « L’Airbus A220 concourt à ce que nous disposions de l’une des flottes les plus modernes d’Europe. Nous assumons ainsi notre responsabilité environnementale et continuerons à investir dans des avions et des technologies modernes ». Avec ses émissions de CO2 inférieures de plus de 20% à celles des modèles d’avions précédents, il s’inscrit pleinement dans la stratégie de l’entreprise de réduire de moitié ses émissions de CO2 d’ici à 2030 par rapport à 2019 et de parvenir à un bilan carbone neutre d’ici à 2050. De plus, l’Airbus A220 « émet également 50% d’oxyde d’azote en moins et il est beaucoup plus silencieux, ce qui se ressent non seulement par les passagers mais aussi par les riverains ».

    Air-Journal, 26 mai