Synthèse de presse

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    United Airlines passe une importante commande de 270 monocouloirs auprès d’Airbus et de Boeing
    Dans le cadre de son plan de modernisation baptisé « United Next », United Airlines a annoncé le 29 juin 2021 une commande ferme de 70 Airbus A321neo, de 150 Boeing 737 MAX 10 et de 50 Boeing 737 Max 8 supplémentaires. Pour la compagnie, il s’agit d’une marque de confiance envers le Boeing 737 MAX (380 ont déjà été commandés) mais également envers l’A321neo dans sa version standard, après avoir commandé 50 A321XLR en décembre 2019. A ce stade, aucun calendrier des livraisons des A321neo supplémentaires n’est précisé. L’accord est évalué à environ 15 milliards de dollars (12,5 milliards d'euros), selon l'agence de presse Bloomberg. Les appareils bénéficieront « d'une cabine rénovée avec des écrans de dossier et des compartiments supérieurs plus grands », selon le communiqué de la compagnie américaine. Cette commande, bien qu’impressionnante, reste inférieure à celle passée en 2011 par American Airlines pour un total de 460 appareils Airbus et Boeing. L’entreprise a également annoncé son intention de réaménager les cabines de l’ensemble de sa flotte monocouloir existante et d’augmenter de 75% son offre de sièges Premium sur le marché domestique à l’horizon 2025.

    Ensemble de la presse, 30 juin

Environnement
  • Environnement
    Avant le début de la présidence slovène, le Conseil de l’Union européenne adopte la loi européenne sur le climat
    Le Conseil de l’Union européenne a adopté le 28 juin 2021 l’accord provisoire sur la « loi climat » conclu avec le Parlement européen. Cette adoption fait suite à l'accord politique conclu avec le Parlement européen le 21 avril et à l'adoption par le Parlement de sa position en première lecture, le 24 juin. Ce texte fixe « à au moins 55% » l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne d’ici à 2030 par rapport aux niveaux de 1990. C’est une réduction « nette » des émissions dont il est question, ce qui signifie que les absorptions par les puits de carbone doivent être prises en compte dans les calculs. La loi européenne sur le climat étant désormais adoptée par le Parlement européen et par le Conseil, elle va être signée et publiée au Journal officiel, avant d'entrer en vigueur. « L'obtention d'un accord sur la loi européenne sur le climat a constitué une priorité pour la présidence portugaise, et je me félicite que nous y soyons parvenus » a déclaré João Pedro Matos Fernandes, ministre portugais de l'environnement et de l'action pour le climat. La Slovénie prend le 1er juillet, la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne. Sa priorité « fondamentale » pour ses six mois de présidence sera « le renforcement de la résilience » de l’Europe.

    Ensemble de la presse, 30 juin
  • Environnement
    Le Sénat a voté le 29 juin en première lecture le projet de loi « climat et résilience »
    Après deux semaines de discussion, et plus de 2 000 amendements débattus, la majorité sénatoriale estime avoir « réhaussé » l’ambition du texte tandis que le gouvernement déplore des « reculs ». Une commission mixte paritaire sera réunie le 12 juillet. Si un accord est trouvé, le projet de loi pourrait être validé avant la fin du mois. Dans le cas contraire, une nouvelle lecture est envisagée dès le 19 juillet à l’Assemblée nationale. Parmi les modifications à signaler, le Sénat a notamment introduit un article préliminaire imposant à la France de respecter ses objectifs en matière de réduction des gaz à effet de serre, soit une baisse de 55% d’ici à 2030 par rapport à 1990. Ils ont également retiré du texte le terme d’« écocide » le jugeant plus adapté « à des crimes relevant des juridictions internationales », assoupli le dispositif des zones à faible émission (ZFE) et instauré une TVA à 5,5% sur les billets de train.

    Ensemble de la presse, 30 juin
  • Environnement
    Le commissaire européen Thierry Breton veut créer une alliance pour l’aviation « zéro émission »
    Pour accompagner la transition écologique du transport aérien et atteindre les objectifs climatiques de l’Europe, Thierry Breton, commissaire européen, a plaidé́ au Paris Air Forum le 21 juin pour la création d’une « alliance pour l’aviation zéro émission d’ici à la fin de l’année » qui réunirait « tous les acteurs du futur écosystème » aéronautique privés et publics. Il rejoint ainsi les dirigeants d’entreprise comme Guillaume Faury, PDG d’Airbus, qui constate que ce sujet dépasse le simple cadre industriel. Un cadre réglementaire est nécessaire, selon eux, pour les avions commerciaux fonctionnant avec 100% de carburants issus de la biomasse, et ceux à l’hydrogène. Comme le rappelle Patrick Ky, président de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA), les appareils ne sont certifiés que pour voler avec 50% de biofuel. Or, aujourd’hui, « l’utilisation concrète des carburants durables par les compagnies ne dépasse pas 0,1% », constate Olivier Andriès, directeur général de Safran car ceux-ci sont « deux à trois fois plus cher que le kérosène », précise Philippe Petitcolin, son prédécesseur. Pour accompagner le secteur aéronautique dans cette transition, les acteurs soutiennent l’élaboration d’une stratégie pensée au niveau de la filière avec notamment des systèmes d’avitaillement avec des carburants durables et plus tard avec de l’hydrogène.

    Le Monde, 30 juin

Défense
  • Défense
    Dossier sur les pilotes de Reaper de la 33ème escadre de surveillance de reconnaissance et d’attaque
    Entré en service dans les forces françaises en 2013, le drone MQ-9 Reaper de General Atomics était d’abord utilisé pour ses capacités ISR (intelligence, surveillance, reconnaissance) avant d’être armé en décembre 2019. Fortement impliquée au Sahel, la 33ème escadre de surveillance de reconnaissance et d’attaque (33ème ESRA) compte aujourd’hui quatre escadrons et 250 personnes afin de mettre en œuvre quatre systèmes de trois drones chacun (deux sont au block 5, et deux au block 1), soit douze aéronefs au total. Les effectifs de l’unité n’ont cessé de croître et devraient atteindre potentiellement 1000 personnes à l’horizon 2030 avec l’arrivée du drone MALE européen. En cours de déploiement dans les forces depuis janvier 2020, le block 5 est la version la plus récente du MQ-9 Reaper. Elle met en œuvre une palette plus large d’armements (GBU-12, missiles Hellfire et GBU-49 à guidage mixte GPS/laser), permet l’emport d’une charge ROEM (renseignement d’origine électromagnétique) et dispose d’une endurance accrue. Pour l’armée de l’Air et de l’Espace, il faut désormais relever le défi du recrutement et de la fidélisation des pilotes. Ceux-ci réalisent leur formation initiale à Salon-de-Provence sur planeur et monomoteur Cirrus SR20 (Cirrus Design), puis sur Grob 120 (Grob Aircraft) à Cognac avant de débuter le pilotage de drone.

    Aerobuzz, 29 juin
  • Défense
    Au Salon SOFINS, Airbus Helicopters présente une version du NH90 dédiée aux forces spéciales
    Le salon des forces spéciales SOFINS a ouvert ses portes le 29 juin au Camp de Souges en Gironde, Airbus Helicopters y dévoile sa vision du NH90 (NHIndustries) qui équipera prochainement les forces spéciales. « C’est l’endroit parfait pour présenter nos réflexions », confirme le général Patrick Brethous, conseiller militaire du président d’Airbus Helicopters, qui a notamment commandé les forces spéciales Terre et l’opération Barkhane. Airbus Helicopters présente une large variété d’optionnels tels que des pylônes d’emports d’armement, plusieurs points pour les systèmes d’aérocordage. L’appareil présente aussi une perche de ravitaillement en vol, un puit central pour déployer une grappe, une nacelle d’extraction ou une corde lisse. Enfin, des fenêtres de grande taille permettent de mettre en œuvre de l’armement à l’arrière de la soute.

    Air & Cosmos, 29 juin

Industrie
  • Industrie
    Satair signe un accord avec Aircraft Elektro/ Electronik-System GmbH (AES)
    Aircraft Elektro/ Electronik-System GmbH (AES) et Satair ont conclu un accord de distribution pluriannuel faisant de Satair le distributeur exclusif mondial pour 23 références en rapport avec l’éclairage des galleys et des toilettes, des systèmes d’éclairage d’ambiance pour bars ainsi que pour des boîtiers d’alimentation à découpage pour des applications diverses en cabine.

    Journal de l’Aviation, 29 juin

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Brussels Airlines s'équipera de trois Airbus A320neo en 2023
    Brussels Airlines a reçu l'autorisation du comité exécutif du groupe Lufthansa et du conseil d'administration de SN Airholding pour l'attribution de trois Airbus A320neo. Ils seront équipés des LEAP-1A de CFM International, la coentreprise détenue à 50/50 par Safran et GE Aviation. « Comparés à nos A310, les trois A320neo permettront de réduire le bruit de 50% et la consommation de carburant et les émissions de CO2 de 11% par vol. En outre, grâce à l’augmentation de la capacité en sièges, ces Airbus ultramodernes réduiront notre consommation de carburant et les émissions de CO2 de 30% par siège », se réjouit Peter Gerber, CEO de Brussels Airlines. « Les trois nouveaux appareils nous rapprocheront de notre objectif d'une flotte moyen-courrier A320 entièrement harmonisée, réduisant ainsi non seulement la complexité de nos activités de maintenance, mais aussi l'ensemble des opérations », ajoute Edi Wolfensberger, directeur de l'exploitation de Brussels Airlines.

    Journal de l’Aviation et le Soir.be, 29 juin

Innovation
  • Innovation
    Présentation du moteur du futur démonstrateur supersonique et silencieux de la NASA
    Le turboréacteur construit par General Electric va être intégré au futur démonstrateur supersonique de la NASA (X-59) produit par Lockheed Martin afin qu’il puisse débuter ses essais en vol. D’une envergure de 4 mètres de long et 90 cm de diamètre, il génèrera une poussée de 10 tonnes. Avec son nez effilé supposé réduire le « bang » supersonique, le X-59 serait capable d’atteindre 1 500 km/h, soit 1,2 Mach. Pour le développer, Lockheed Martin a bénéficié d'une subvention de 247,5 millions de dollars dans le cadre du programme fédéral « Integrated Aviation Systems ». Le premier vol est attendu en 2022.

    L’Usine Nouvelle, 29 juin
  • Innovation
    Retour sur la table ronde « IA, quantique, cyber, laser, robotique... Quels leadership opérationnel et industriel de demain ? » du Paris Air Forum
    Les technologies de rupture permettant de garantir la supériorité opérationnelle de nos forces faisaient l’objet d’une table ronde dédiée au Paris Air Forum le 21 juin. Patrice Caine, Président-directeur général de Thales, précise avoir investi « 7 milliards d'euros dans ce domaine depuis 2016 » et notamment dans l’informatique quantique. Thales poursuit également ses travaux de R&D dans l’intelligence artificielle afin d’optimiser les trajectoires en vol et de parvenir à réduire la consommation de carburant. Les équipes d’Airbus Defence and Space ne sont pas en reste. « Nous étions les premiers à démontrer qu'on pouvait faire de la communication laser en espace entre satellites », affirme Dirk Hoke, directeur général délégué d'Airbus Defence and Space. Les deux entreprises développeront les briques technologiques du Système du Combat Aérien du Futur. Pour l’ONERA, son PDG, Bruno Sainjon déclare tenter de « mettre au point, tant dans le domaine des radars que de l'optique, des capteurs qui pourront, quand ils seront disponibles, être qualifiés de cognitifs, c'est-à-dire qu'ils pourront eux-mêmes définir un apprentissage et s'adapter en plein cœur de la mission ». Les travaux de l’ONERA s’étendent aussi aux solutions de recueil de renseignement d'origine électromagnétique. Dans la compétition internationale, Bruno Sainjon se montre confiant. « En matière de publications scientifiques dans le domaine de l'IA, l'Europe et les Etats-Unis sont loin devant la Chine. Et dans les classements mondiaux, les Européens figurent en bonne classe », poursuit le dirigeant de l’ONERA.

    La Tribune, 30 juin

Espace
  • Espace
    Avec Starlink, Elon Musk veut en finir avec la fracture numérique
    Au Mobile World Congress de Barcelone, le PDG de SpaceX, Elon Musk a déclaré viser en priorité les zones rurales ou difficiles d’accès et délaissées par les opérateurs télécoms traditionnels. A ce stade, Starlink a lancé plus de 1 500 satellites. D’ici le mois d'août 2021, Elon Musk entend couvrir toutes les régions du globe, à l'exception des pôles. Avec ses satellites positionnés en orbite basse, Starlink offre de meilleures performances que les satellites télécoms traditionnels. « Pour l'instant, il faut compter 500 dollars pour commander une antenne Starlink, a déclaré Elon Musk. C'est le même prix partout dans le monde. Seuls les taxes et les droits d'importation changent. Il faut ensuite débourser 100 dollars par mois pour l'abonnement ».

    La Tribune, 29 juin