Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Boeing regroupe les activités de production du 787 à Charleston
    Boeing a confirmé, le 1er octobre, son intention de regrouper la production du 787 Dreamliner à North Charleston en Caroline du Sud dès l’année prochaine, à partir de la mi-2021. Le choix d’un site unique doit permettre une amélioration de son efficacité opérationnelle. La production du 787 se poursuivra à Everett, dans l’État de Washington, jusqu'à ce que les cadences de production reprennent au rythme annoncé précédemment, à savoir six avions par mois en 2021.

    Ensemble de la presse du 2 octobre 2020
  • Industrie
    Nouvelles nominations chez Safran Landing Systems
    Safran Landing Systems a annoncé trois nominations au sein de son équipe dirigeante fin septembre. Agnès Pronost-Gilles a été nommée directrice de la division systèmes et équipements. Elle était jusqu’ici directrice des programmes de la division roues et freins de Safran Landing Systems depuis 2016. Florence Minisclou est nommée directrice clients. Elle occupait précédemment le poste de directrice commerciale de la division avionique de Safran Electronics & Defence. Enfin, Nicolas Potier est nommé directeur de la division roues et freins. Il avait rejoint le spécialiste des atterrisseurs du groupe Safran l’année dernière comme directeur de la division systèmes et équipements.

    Journal de l’Aviation du 2 octobre 2020
  • Industrie
    Le radar à balayage électronique APG-82(V) 1 de Raytheon va équiper le F-15EX de Boeing
    Le radar à balayage électronique APG-82(V) 1 de Raytheon Intelligence & Space a été choisi par Boeing pour équiper le F-15EX. Ce radar est conçu pour être inséré comme un système de « plug-in-play », aux performances nettement améliorées avec une fiabilité plus élevée, moins de pièces mobiles et de nouveaux modules facilement remplaçables. Dans le cadre du contrat avec Boeing, Raytheon livrera huit systèmes à partir de cette année jusqu'en 2022.

    Air & Cosmos du 2 octobre 2020
  • Industrie
    Le fonds de modernisation pour l’aéronautique sélectionne de nouveaux lauréats
    Le plan de relance prévoit de constituer un fonds de soutien pour les TPE, PME et ETI. Au total, 900 millions d’euros seront mobilisés d’ici à la fin 2022 dont 300 millions d’euros dès 2020 pour subventionner les projets de modernisation ou d’innovation portés par leurs dirigeants dans les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique. « Ce n’est pas seulement un plan d’accompagnement dans la crise, explique Agnès Pannier-Runacher, la ministre en charge de l’Industrie. Ce plan va aider les TPE et PME, aujourd’hui en situation de risque, à se transformer et à se repositionner pour capter des parts de marché, et à sortir de cette crise en meilleure posture ». Ainsi Loiretech (140 salariés), dont le chiffre d’affaires est réalisé à 80 % dans l’aéronautique, doit se diversifier d’urgence. Son premier client, Airbus, ne peut plus lui commander à nouveau d’outillage de grande dimension. « Nous avons un savoir-faire à proposer grâce à nos programmes de R&D dans la production de pièces composites qui intéresse le médical, les énergies renouvelables, la propulsion marine », énumère Marc Moret, le PDG, qui s’est donné trois ans pour former une partie du personnel aux nouveaux marchés. Depuis début septembre, 37 projets ont été sélectionnés pour bénéficier du plan pour un montant total de 24 millions d’euros.

    Le Figaro du 5 octobre 2020
  • Industrie
    Bertrand Piccard et Catherine Maunoury appellent dans une tribune à cesser l’ « avion bashing »
    L’explorateur Bertrand Piccard, président de la Fondation Solar Impulse, et Catherine Maunoury, championne du monde de voltige aérienne, présidente de l’Aéro-Club de France, appellent à « ne pas se tromper de combat » sur l’aérien dans une tribune publiée le 4 octobre par le Journal du Dimanche. Si l’aviation est un « bouc émissaire » facile dans la lutte contre le réchauffement climatique, les auteurs de la tribune expliquent que l’étude des sources mondiales de CO2 « montre que les plus importantes proviennent des moteurs à combustion, des bâtiments mal isolés, des chauffages et climatisations inefficients. Mais l’impuissance à résoudre ces énormes problèmes de façon systémique ne devrait pas justifier de se retourner contre des cibles de moindre importance ». En ce qui concerne l’aviation, « les émissions de CO2 par passager ont diminué de 80% au cours des 70 dernières années pour ne plus représenter, avant la crise Covid-19, que 2 à 3% des émissions globales. Moins que le secteur digital dont les tenants du streaming vidéo ne sont jamais montrés du doigt », soulignent les auteurs. L’aviation subit pourtant « des attaques sans commune mesure avec son impact réel sur le climat. Elle est devenue l’otage d’une idéologie qui prône la décroissance comme seule solution aux enjeux environnementaux et qui déroule un avion-bashing, un dénigrement, qui frôle le fanatisme, comme pour se donner bonne conscience et oublier qu’on pollue ailleurs ». Ce « dénigrement irrationnel de l’aviation occulte non seulement la dimension émotionnelle, mais également l’impact socio-économique des activités aéronautiques », qui représentent plus de 1,1 million d’emplois directs et indirects en France, et 4,3% du PIB national. C’est donc « une réussite industrielle, un fleuron de notre capacité à innover, enfin un garant majeur de notre indépendance en matière de transport et de défense. Au-delà des nombreux emplois et du dynamisme économique qu’elle génère dans nos territoires, l’aéronautique est l’un des meilleurs représentants de notre savoir-faire », conclut les auteurs de la tribune.

    Le Journal du Dimanche du 4 octobre 2020

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    KLM présente son plan de restructuration
    KLM, branche néerlandaise d'Air France-KLM, a annoncé jeudi 1er octobre avoir soumis son plan de restructuration à l'Etat néerlandais, condition au déblocage d'une aide de 3,4 milliards d'euros pour éviter d'être emportée par la crise du transport aérien. Ce plan prévoit des accords avec toutes les catégories de salariés ainsi qu'une réduction des coûts de 15% et une diminution de moitié de ses émissions de dioxyde de carbone d'ici 2030.

    Ensemble de la presse du 2 octobre 2020

Formation
  • Formation
    En Inde, un outil pour former les étudiants à la maintenance des appareils Airbus
    L'Institut indien d'aéronautique (IIA), dont le campus est implanté à New Delhi, est devenu le client de lancement du logiciel de formation développé par Airbus. Baptisée « Airbus Competence Training for Academy », cette formation numérique vise à « familiariser les étudiants avec les technologies développées par Airbus et aux procédures de maintenance associées ». L'outil est volontairement orienté sur un apprentissage opérationnel avec études de cas et une approche d'acquisition des connaissances par des scénarios très concrets. L'outil numérique comporte des représentations en 3D des avions Airbus, incluant un cockpit et des moteurs virtuels, ainsi qu'une inspection extérieure des appareils. La démarche d'Airbus et de l'IIA s'inscrit dans l'initiative « Skill India » lancée par le gouvernement indien et qui vise à doter le pays d'une main d'oeuvre dans les secteurs stratégiques dont l'aéronautique civile et militaire fait partie.

    Air & Cosmos du 2 octobre 2020

Espace
  • Espace
    Démarrage réussi pour le vaisseau spatial de ravitaillement Cygnus
    Le vaisseau spatial Cygnus, dédié au ravitaillement de la Station spatiale internationale (ISS), a été lancé dans la nuit du 2 au 3 octobre avec succès depuis la base de la NASA située à Wallops, en Virginie, pour une 14ème mission opérationnelle à bord d'un lanceur américain Antares, construit par Northrop Grumman. Il s'agit de la première mission Cygnus depuis le début de la pandémie. Cygnus, qui doit s’arrimer ce 5 octobre à l'ISS, comprend deux principaux éléments : un module de service, construit par Northrop Grumman, et le module cargo pressurisé (PCM) dans sa configuration améliorée, développé à Turin par Thales Alenia Space (TAS). Depuis fin 2015, cette version améliorée est capable d'accueillir des charges plus lourdes (plus de 3 500 kilos) et plus volumineuses. TAS a fourni à l'ISS 50% des modules pressurisés via un contrat avec Northrop Grumman depuis l'origine du programme.

    La Tribune du 4 octobre 2020
  • Espace
    Toulouse dépose sa candidature pour le centre européen de prévisions météorologiques
    La France a officiellement déposé la candidature de Toulouse pour accueillir une partie des équipes du Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) aujourd'hui basé à Reading, et qui doit quitter le Royaume-Uni suite au Brexit. Le CEPMMT doit en effet relocaliser ses équipes qui sont financées par le programme européen Copernicus pour l’observation et la surveillance de la Terre. Au total, entre 150 et 250 chercheurs spécialistes des sciences de l’atmosphère, de la modélisation, de la météorologie et du climat déménageront avec leur famille d'ici juin 2021.

    La Dépêche du Midi du 2 octobre 2020