Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Boeing 737 MAX : la FAA publie ses plans pour la formation des pilotes
    La Federal Aviation Administration (FAA) a publié une ébauche de rapport sur les procédures de formation révisées pour le Boeing 737 MAX, un des derniers obstacles nécessaires avant que l’avion puisse reprendre du service. Publié le 6 octobre 2020 et ouvert à commentaires jusqu’au 2 novembre, le projet de rapport du Flight Standardization Board (FSB, Comité de normalisation des vols) porte sur les modifications de formation nécessaires après la mise à jour du logiciel anti-décrochage MCAS, impliqué dans les crashes des monocouloirs remotorisés des compagnies aériennes Lion Air puis Ethiopian Airlines. Les pilotes devront passer comme prévu par une séance sur simulateur, mais aussi être formés aux « alertes multiples du poste de pilotage dans des conditions inhabituelles ». Les propositions de la FAA s’appuient sur les conclusions d’un groupe de représentants des Etats-Unis, du Canada, du Brésil et de l’Union européenne, qui s’étaient réunis à Londres début septembre pendant neuf jours.

    Air Journal du 7 octobre 2020
  • Industrie
    Airbus dévoile son projet de vol expérimental AlbatrossONE
    Après s’être inspiré du vol en formation des oiseaux migrateurs dans le projet Fello’Fly, Airbus prend exemple sur l’albatros, oiseau de mer capable de se déplacer sur de grandes distances avec un minimum d’efforts. Airbus a eu l’idée de concevoir un avion les extrémités des ailes sont « semi-aéroélastiques » et articulées, comme l’extrémité des ailes de l’albatros : AlbatrossONE. Les équipes britanniques de l’avionneur travaillent sur ce concept d’avion depuis 2019. Airbus a expliqué le 7 octobre avoir mené une deuxième phase d’essais de son prototype en juillet 2020, avec des extrémités d’ailes mobiles rallongées de 75% par rapport au premier modèle. Une vidéo publiée sur le site web du magazine L’Usine Nouvelle retrace notamment les différentes étapes des tests. L’Usine Nouvelle du 7 octobre 2020

  • Industrie
    Jean-François Chanut, président de Ratier Figeac, prône pour une aide à destination des territoires
    Jean-François Chanut, président de Ratier Figeac et président de l'association Mecanic Vallée, prône un soutien ciblé en région pour sauver les compétences et favoriser les investissements. « De nombreuses mesures générales sont annoncées ou en place, et de multiples initiatives ont été prises pour aider les entreprises à surmonter les difficultés à court et moyen terme ; c’était nécessaire et c’est très apprécié, écrit-il dans une tribune publiée sur le site web de l’Usine Nouvelle dans le cadre de « l’appel des trente pour sauver l’industrie ». Mais un soutien particulier et explicite de la part de l’Etat et des Régions doit être porté à l’investissement dans les territoires car l’impact de la crise y est particulièrement sensible ».

    L’Usine Nouvelle du 7 octobre 2020
  • Industrie
    Boeing prévoit le doublement de la flotte mondiale sur vingt ans
    Sur une période de vingt ans, les effets de la crise actuelle devraient presque disparaître, estiment les prévisionnistes de Boeing, qui tablent sur 43 310 avions de ligne d'ici à 2039, dont 39 750 avions passagers de plus de 90 sièges, contre 44 800 précédemment. Soit une baisse de 2 % seulement ou encore 930 avions de moins sur vingt ans. Selon le constructeur aéronautique, la crise actuelle ne remettrait pas durablement en cause les fondamentaux de la croissance mondiale du transport aérien, qui devrait retrouver un rythme de 4 % par an en moyenne sur les vingt prochaines années. Suffisamment pour assurer un doublement du nombre de passagers aériens sur les vingt prochaines années, ainsi qu'un quasi-doublement de la flotte mondiale, qui passerait de 25 900 avions cette année à 48 400 en 2039. Les principaux moteurs de cette croissance resteraient inchangés. Les avions monocouloirs moyen-courriers, de type Airbus A320 et Boeing 737, représenteront toujours le plus gros de la demande, avec 32 270 livraisons prévues sur vingt ans. Une prévision quasi-identique à celle de 2019. La croissance du marché aéronautique sera également plus que jamais en Asie, qui devrait héberger près de 40 % de la flotte mondiale en 2039, contre 30 % aujourd'hui. A ces deux tendances de fond s'ajouterait, selon Boeing, une accélération du remplacement des avions les plus anciens, comme après chaque crise.

    Les Echos du 8 octobre 2020
  • Industrie
    Les bassins d’emploi s’inquiètent de la fragilisation des petits aéroports
    Fragilisés par la crise de la Covid-19, les petits aéroports français revendiquent un rôle essentiel dans l’activité économique des territoires. « La desserte aérienne des villes moyennes est indispensable. Sinon, c’est le tissu économique de territoires entiers qui va disparaître », s’alarme Josiane Costes, qui a rédigé le rapport, fin 2019, d’une mission d’information sur les transports aériens et l’aménagement des territoires. Au pied de ces aéroports se sont en effet souvent créées des zones économiques directement ou indirectement tributaires de l’activité aéroportuaire. A Tarbes, Daher Aerospace entretient des liens organiques avec l’aéroport construit en 1941 pour permettre de transférer l’industrie aéronavale en zone libre. Spécialiste de la maintenance aéronautique, Sabena technics emploie 2 200 personnes dont 650 à Dinard-Pleurtuit-Saint-Malo et 400 à Nîmes-Garons.

    Les Echos du 8 octobre 2020
  • Industrie
    Interview de Philippe Petitcolin, directeur général de Safran
    Dans un entretien avec le magazine spécialisé Aviation Week, Philippe Petitcolin, directeur général de Safran, évoque notamment les relations de son entreprise avec Airbus et Boeing. « Nous voulons continuer de travailler avec Airbus, et même développer la nouvelle génération de moteurs, déclare-t-il. Nous sommes totalement alignés avec notre partenaire GE sur le fait que Airbus et Boeing représentent des clients-clés pour aujourd’hui et à l’avenir ». Philippe Petitcolin salue par ailleurs l’action du CORAC, qui a débloqué pour l’industrie aéronautique une aide de 300 millions d’euros cette année et de 600 millions pour les deux années à venir. Le directeur général de Safran évoque enfin les efforts déployés depuis cinq ans pour développer la propulsion électrique, notamment dans le cadre du projet eVTOL. « Nous sommes leur fournisseur favori pour la propulsion électrique, rappelle-t-il. La propulsion électrique dans 10 à 15 ans commencera avec les eVTOL et se terminera avec des « commuters » de 20 à 30 sièges ».

    Aviation Week du 28 septembre 2020

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    British Airways fait ses adieux à ses derniers 747
    British Airways a annoncé que ses deux derniers Boeing 747, basés à Londres Heathrow, allaient être retirés de la flotte ce 8 octobre. British Airways ne comptait pas faire de célébration pour le retrait de ses 747 mais le départ des deux derniers depuis Heathrow donnera lieu à un décollage synchronisé depuis les deux pistes de l’aéroport.

    Journal de l’Aviation du 7 octobre 2020

Défense
  • Défense
    L’Allemagne renonce à son projet d’hélicoptère de transport lourd
    L’Allemagne a fait le choix d'annuler son appel d'offres visant au remplacement de sa flotte de CH-53G, pour lequel concouraient d'une part Rheinmetall et Sikorsky avec le CH-53K et de l'autre Boeing avec son Chinook. Cependant l'Allemagne n'a pas pour autant renoncé à l'idée de remplacer sa flotte de CH-53G, mais souhaite cependant revoir sa copie et ses priorités dans le cadre de ce projet. Un contrat pourrait ainsi malgré tout être attribué, mais comportant beaucoup moins d'options, afin de faire baisser le coût global.

    Air & Cosmos du 7 octobre 2020

Environnement
  • Environnement
    MTU Aero Engines expérimente la pile à hydrogène
    Le motoriste allemand MTU Aero Engines a débuté ses travaux avec son partenaire, le DLR (Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt, centre allemand pour l'aéronautique et l'astronautique) afin d’expérimenter la propulsion électrique sur un Dornier 228, dont l'un des deux turbopropulseurs sera remplacé par un moteur électrique qui sera alimenté par pile à hydrogène. Les premiers essais au sol devraient se tenir au cours du deuxième trimestre 2021, tandis que le premier vol du démonstrateur technologique est prévu pour 2026.

    Air & Cosmos du 7 octobre 2020
  • Environnement
    Thales souhaite « verdir » ses technologies
    Le groupe Thales a rendu publique mercredi 7 octobre sa feuille de route « verte » pour les années à venir. Son objectif est de démontrer « comment l’utilisation des hautes technologies peut participer à la réduction des émissions de CO2 », explique Marko Erman, directeur de la technologie de Thales. Thales Alenia Space (TAS) va par exemple fabriquer, en coopération avec l’allemand OHB, deux satellites qui permettront, pour la première fois, de surveiller et de mesurer finement les émissions de CO2 d’origine humaine, qui contribuent à l’effet de serre et au réchauffement climatique. Ces deux satellites seront lancés en 2025. Dans l’aérien, Thales travaille sur l’optimisation des vols et de la gestion du trafic aérien, avec des gains de 10% sur la consommation de carburant. D’autres recherches plus amont visent à développer des IA utilisant des algorithmes à reconnaissance vocale ayant une consommation énergétique cent fois plus faible que l’électronique actuelle. Enfin, Thales s’est donné pour objectif de réduire l’empreinte carbone de ses usines de 20 % d’ici à 2023 et de 40 % d’ici à 2030.

    Le Figaro du 8 octobre 2020

Espace
  • Espace
    Avio procède au test de qualification d’un moteur de Vega C
    Avio, l’architecte industriel du lanceur léger européen Vega, a procédé le 1er octobre au test de qualification de la version VT3 du moteur Zefiro 9, destinée à propulser le troisième étage de Vega C. L’essai a été mené sur le polygone de tir inter-armes de Perdasdefogu, en Sardaigne. Sa préparation a nécessité quatre semaines de travail et a impliqué vingt techniciens et opérateurs spécialisés. L’essai a duré 120 secondes, et a permis d'enregistrer plus de 500 mesures. L’entrée en service de Vega C est désormais attendue pour la mi-2021. Le nouveau lanceur léger européen sera capable d’emporter jusqu’à 2,3 tonnes vers l’orbite basse, pour un coût réduit de 60 % par rapport à la version actuelle de Vega, en service depuis février 2012. Le prochain lancement de Vega est aujourd’hui attendu pour le 18 novembre, avec notamment, à son bord, le satellite français Taranis. Air & Cosmos du 7 octobre 2020

  • Espace
    Comment les satellites Pléiades ont aidé les secours après la tempête Alex
    Le Centre national d'études spatiales (CNES) a utilisé l’imagerie satellite pour documenter les conséquences de la tempête Alex dans l'arrière-pays niçois. Survenues dans la nuit du vendredi 2 au samedi 3 octobre, les crues ont fait au moins quatre morts et huit personnes disparues. Le CNES a programmé dès le samedi 3 octobre les deux satellites Pléiades. Construits et opérés par Airbus, ces instruments d’observation de la Terre ont été placés en orbite en décembre 2011 et décembre 2012 à 694 kilomètres d’altitude. Depuis, les appareils sont régulièrement mobilisés en cas de catastrophe naturelle, d’accident industriel ou de crash aérien, outre des applications militaires.

    L’Usine Nouvelle du 7 octobre 2020

Formation
  • Formation
    Airbus troisième entreprise préférée des étudiants
    Le Figaro Étudiant publie, en partenariat avec le baromètre Epoka/Harris Interactive, le classement 2020 des 50 entreprises préférées des étudiants. « Il est étonnant de voir que malgré la pandémie de Covid-19, les valeurs sûres restent. Ce qui montre bien l’intérêt pour elles de communiquer sur le long terme », déclare Mathieu Gabai, président d’Epoka. Dans ce classement, Airbus arrive ainsi à la troisième place. Dassault Aviation et Thales se placent respectivement en quinzième et seizième position, suivis de Safran, que l’on retrouve à la 27ème place.

    Le Figaro du 8 octobre 2020