Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Entretien avec Eric Trappier, Président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation
    Eric Trappier, Président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation, était invité sur Europe 1 mardi 26 janvier. Le dirigeant a souligné que la signature du contrat de vente de 18 avions de combat Rafale à la Grèce, qui s’inscrit dans la continuité d’un partenariat historique, représente également « un tournant », puisqu’il s’agit du premier contrat Rafale signé en Europe. Ce contrat met en évidence l’interopérabilité de l’avion de combat avec les alliés de la France. La construction de 18 avions Rafale (6 appareils destinés à la Grèce et 12 destinés à l’armée de l’Air française dans le cadre d’une commande à venir du gouvernement français afin de remplacer les appareils prélevés en faveur de la Grèce), garantit « un an et demi » de travail dans les usines de Dassault Aviation, et sollicitera « 7 000 personnes » dans ces usines, situées en France. M. Trappier est par ailleurs revenu sur l’importance d’un soutien sur le long terme des compétences et des technologies pour l’ensemble de la filière aéronautique et spatiale, et sur les enjeux de souveraineté qui y sont liés, rappelant le rôle du GIFAS à cet égard. Il a évoqué également le fonds français mis en place dans le cadre du plan de Relance, qui doit contribuer à garantir la sauvegarde de la supply chain et des pépites françaises. Le dirigeant a enfin souligné le caractère crucial de la prise en compte stratégique des enjeux liés à l’espace, pour la défense française et européenne.

    Europe1 Matin du 27 janvier

Industrie
  • Industrie
    Airbus Helicopters maintient sa position dominante sur le marché mondial
    La presse souligne la résilience d’Airbus Helicopters en 2020, face aux conséquences économiques de la pandémie de Covid-19. 300 hélicoptères ont été livrés en 2020, soit seulement près de 10% de moins que l'année précédente. 289 commandes brutes sont dénombrées en 2020, soit 22% de moins qu'en 2019 ; le solde net des commandes s'établit à 268 appareils pour l'année. Le volume de livraisons permet à Airbus Helicopters de préserver une part de marché mondiale de 48% sur les marchés civil et parapublic ; suivent l'italien Leonardo (20%), l'américain Bell (18%), Russian Helicopters (12%). Parmi les principales livraisons de 2020 figurent les premiers hélicoptères légers H145 dotés de rotor à cinq pales, les premiers H225M Caracal à l'armée koweïtienne et les hélicoptères militaires NH90 à l'armée espagnole. L'Allemagne vient de commander 31 hélicoptères NH90 pour sa marine, tandis qu'en France, la Direction générale de l'armement (DGA) a commandé la transformation de dix hélicoptères NH90 en version « forces spéciales ». Deux contrats majeurs sont attendus pour 2021, l'un pour la modernisation de l'hélicoptère de combat Tigre et l'autre pour la commande des hélicoptères H160, les Guépard en version militarisée, pour l'armée de Terre française, dont le premier exemplaire doit entrer dans les forces en 2026 et non plus en 2028. Le premier vol entièrement automatisé du CityAirbus, prototype de taxi volant électrique équipé de quatre rotors, a de plus été effectué en 2020. Airbus a également réalisé, en juillet 2020, le premier vol libre et les premiers atterrissages autonomes du VSR700, un drone hélicoptère de reconnaissance destiné à être projeté depuis le pont d'un navire. Les Echos rappellent, enfin, qu’une négociation est en cours entre les gouvernements indien et français pour la vente de 100 hélicoptères militaires Panther en Inde.

    Ensemble de la presse du 27 janvier
  • Industrie
    Lufthansa célèbre les 5 ans d'exploitation de l'Airbus A320neo
    Lufthansa, client de lancement de l’Airbus A320neo, célèbre les cinq ans d'exploitation de l’appareil, dont le tout premier exemplaire est entré en service le 25 janvier 2016. Au 31 décembre 2020, Airbus comptait 7 451 commandes d’appareils de la famille A320neo, dont 1 617 appareils avaient été livrés, précise le Journal de l’Aviation. Lufthansa en a aujourd’hui commandé 124 exemplaires (84 A320neo et 40 A321neo) et en a reçu 35.

    Le Journal de l’Aviation du 27 janvier
  • Industrie
    Lancement d’un projet européen de batteries à 2,9 milliards d'euros
    La Commission européenne a autorisé mardi le versement de 2,9 milliards d'euros d'aides publiques pour un projet commun à douze Etats membres, dont la France, visant à créer un centre de recherche et d'innovation dans le domaine des batteries. Dans le cadre de ce projet, les groupes Tesla, BMW, Fiat Chrysler Automobiles, Arkema, Borealis, et Solvay, entre autres, pourraient recevoir des aides financières pour la production de batteries pour véhicules électriques, afin de réduire le nombre d'importations. Le programme, appelé « European Battery Innovation », sera financé par la France, l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, la Croatie, la Finlande, la Grèce, la Pologne, la Slovaquie, l'Espagne et la Suède. Les pays-membres espèrent lever 9 milliards d'euros auprès d'investisseurs privés, selon la Commission européenne.

    La Tribune et Les Echos du 27 janvier
  • Industrie
    L’EASA recrute des experts
    L’EASA vient de rediffuser son appel à candidature pour la mise à jour d’une base de données d'experts externes auxquels elle fait régulièrement appel pour renforcer ses propres équipes sur certains sujets. Tous les sujets d’expertise sont concernés : « Aircraft, Air Operations, Aviation Personnel, Aerodromes, Air Traffic Management, Horizontal Disciplines ». Des rédacteurs des QCM (questionnaire à choix multiples) destinés aux examens de connaissances théoriques des différents tests de la Part-FCL (brevets de pilote, de mécaniciens…) sont également recherchés. L’inscription dans les bases de données dure 1 an et est automatiquement renouvelée 4 fois.

    Aerobuzz du 27 janvier
  • Industrie
    Le FMI révise ses prévisions de croissance en 2021
    Le Fonds Monétaire International (FMI) révise à la hausse ses prévisions de croissance mondiale, prévoyant une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 5,5% en 2021, contre 5,2% selon l’anticipation de l'automne dernier. Le Fonds a dégradé ses projections de croissance pour la zone euro de 1 point pour cette année, à 4,2%, contre 5,2% en octobre dernier. Le redémarrage de l’activité en France devrait, selon ces prévisions, être moins rapide que prévu (5,5% contre 6% auparavant).

    Ensemble de la presse du 27 janvier
  • Industrie
    Formation des dirigeants de PME : des effets considérables
    Une étude conduite par trois économistes montre l'impact positif du « programme d'accélération » de Bpifrance, une formation sur deux ans destinée aux dirigeants de PME, mise en place depuis 2015. « Former les dirigeants peut produire des effets très puissants sans que cela coûte très cher à la collectivité, alors que le débat économique a tendance à se focaliser sur les seuls aspects financiers, comme les baisses de charges », souligne, dans Les Echos, Yannick L'Horty, économiste à l'Université Gustave Eiffel, et coauteur de l'étude avec Fabrice Gilles et Ferhat Mihoubi. Les économistes ont considéré trois groupes de participants au programme d'accélérateur et les ont comparés à trois groupes d'entreprises équivalentes ne bénéficiant pas de la formation. Pour le premier groupe, constitué d’importantes PME, la probabilité de passer du statut de PME à celui d'entreprise de taille intermédiaire (ETI, soit plus de 500 salariés) augmente de 7%. Pour les deux groupes suivants, rassemblant des PME plus petites, la participation au programme de Bpifrance entraîne un effet positif à la fois sur le chiffre d'affaires et la valeur ajoutée. Dès la première ou la deuxième année du programme, la progression du chiffre d'affaires est supérieure d'environ 10 points pour les PME dont les dirigeants suivent la formation par rapport à ceux qui n'y participent pas, et de 16 points sur la valeur ajoutée.

    Les Echos du 26 janvier

Espace
  • Espace
    Le satellite de reconnaissance militaire français CSO-2 livre ses premières images
    Le satellite de reconnaissance militaire optique français CSO-2 (Composante Spatiale Optique n°2), qui avait été lancé depuis la Guyane le 29 décembre dernier, à l’aide d’une fusée Soyouz mise en œuvre par Arianespace, a livré ses premières images. Placé sur une orbite héliosynchrone, à 480 km d’altitude, CSO-2 vient renforcer la mission de CSO-1, qui évolue à 800 km d’altitude depuis décembre 2018, en attendant l’envoi du troisième et dernier élément de la constellation, CSO-3, en 2022. Les satellites CSO permettent de recueillir, en un seul survol, un grand nombre d’images d’une même zone géographique, avec une qualité inédite, précise Air & Cosmos. L’objectif est de moderniser les capacités spatiales de défense française, « déterminante pour la souveraineté nationale et l’autonomie stratégique de l’Europe » selon Florence Parly, la ministre des Armées. Les trois satellites, construits sous la maîtrise d’œuvre d’Airbus Defence and Space pour le compte de la DGA et du CNES, sont équipés d’instruments optiques « très haute résolution » fournis par Thales Alenia Space.

    Air & Cosmos du 27 janvier

Environnement
  • Environnement
    Aviation durable : au Royaume-Uni, Faradair s’associe à Swansea University
    La startup britannique Faradair vient de renforcer ses liens avec l’université Swansea (Pays de Galles) afin de développer son concept de « Bio Electric Hybrid Aircraft ». Il s’agit d’« un triplan propulsé par un moteur fan arrière et caréné fourni par MagniX, lui-même alimenté par un turbogénérateur développé par Honeywell », détaille Aerobuzz. L’appareil devra consommer des carburants durables ; une version « tout électrique » est annoncée pour 2030. Faradair envisagerait de livrer 300 avions de transport régional hybrides entre 2025 et 2030.

    Aerobuzz du 27 janvier

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Forte hausse de l’activité cargo chez Air France
    L'activité cargo d'Air France a bénéficié de la hausse des tarifs du fret aérien, liée à la forte réduction des capacités offertes suite à la crise sanitaire. « Avant cette crise, le secteur du fret aérien souffrait de surcapacité », explique Christophe Boucher, directeur d’Air France cargo, « mais l'effondrement du trafic passager a entraîné une forte réduction des capacités d'emport de fret, sachant que 50% de ces capacités étaient fournies par les soutes des avions de passagers. La demande est devenue supérieure à l'offre de fret, ce qui a suscité une forte augmentation des tarifs du fret aérien partout dans le monde ». Le transport de fret a permis à Air France de continuer à desservir 85% de ses destinations. L'activité cargo, qui représentait autrefois moins de 10% du chiffre d'affaires de la compagnie, génère désormais 50% des recettes des lignes long-courriers. Quant à l’acheminement des vaccins, Air France devrait se trouver en première ligne, compte tenu de son expérience en matière de transport de produits pharmaceutiques fragiles. « Pour l'heure, les vaccins sont encore essentiellement transportés par la route, mais nous en avons déjà envoyé quelques centaines de kilos pour les départements d'Outre-Mer et nous nous attendons à une montée en puissance des besoins à partir du deuxième trimestre », estime le directeur d'Air France cargo.

    Les Echos du 27 janvier