Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Ouverture de la Conférence des armées de l’Air des pays de l’Initiative européenne d’intervention
    Dans le cadre de l’Initiative européenne d’intervention (IEI), l’armée de l’Air et de l’Espace (AAE) organise, en partenariat avec le GIFAS et les 13 armées de l’Air des pays partenaires, les 22 et 23 juin, la première édition de la Conférence sur la puissance aérienne et spatiale des pays de l’IEI. Ouverte ce 22 juin au matin par le chef d’état-major de l’armée de l’Air et de l’Espace, le général Philippe Lavigne, puis par une allocution d’Eric Trappier, président du GIFAS, la conférence se déroule au musée de l’Air et de l’Espace – Paris-Le Bourget ; elle est diffusée en direct sur la chaîne YouTube de l’armée de l’Air et de l’Espace. Réunissant les chefs d’état-major et de hautes autorités des ministères des armées des 13 pays de l’Initiative européenne d’intervention, des responsables d’industries et des personnalités du monde académique, elle a pour objectif de faire avancer la culture stratégique européenne en matière de puissance aérospatiale. La première édition traite du thème : « La puissance aérienne européenne – maîtrise des rythmes stratégiques et opérationnels ».

    Aerobuzz du 22 juin
  • Défense
    Le Groupe Rafaut, fournisseur du Rafale, accélère sa croissance et sa modernisation
    Rafaut a finalisé, jeudi 17 juin, l’acquisition d’Alkan, marquant une étape déterminante pour sa croissance. Basé à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), fournisseur du Rafale, Rafaut est spécialisé dans les systèmes d’emports et d’éjection, ainsi que les réservoirs carburants, notamment. L’entreprise travaille avec Dassault Aviation, Airbus, Safran, Thales, mais aussi Bell Helicopter et MBDA. Rafaut, qui dispose désormais de douze sites industriels en France, entend procéder à une restructuration profonde. « Nous allons rationaliser le groupe via une stratégie de spécialisation des sites sur des technologies spécifiques et de valorisation des compétences sur chacun d’entre eux », explique Bruno Berthet, président de Rafaut. Le site de Rouvignies (Nord), près de Valenciennes, a été labellisé vitrine du futur en 2020 grâce à son système de supervision, rappelle L’Usine Nouvelle. Dans le cadre du programme Industrie du Futur du GIFAS, Rafaut modernisera d’abord deux sites : Villeneuve-la-Garenne et Vitry (Val-de-Marne). « Nous allons investir dans des robots de soudure, nous ouvrir à de nouvelles approches tel que le procédé de soudage par friction malaxage », précise Nicolas Orance, directeur général de Rafaut. Les cobots seront aussi déployés sur les sites spécialisés dans les fixations, à Solliès-Pont (Var) et Bonneville (Haute-Savoie), afin de pouvoir augmenter encore les cadences. L’usine de Baccarat (Meurthe-et-Moselle), spécialisée dans l’usinage des roues et freins, va aussi être modernisée. Pour mener à bien ces opérations, Rafaut a obtenu un financement de 995 000 euros, dans le cadre du fonds de modernisation issu du plan de Relance.

    L’Usine Nouvelle du 22 juin

Environnement
  • Environnement
    L'Europe va lancer une grande alliance pour l'avion « zéro émission »
    A l’occasion du « Paris Air Forum », Thierry Breton, le commissaire européen en charge de la politique industrielle, du marché intérieur, du numérique, de la défense et de l'espace, a annoncé la création, « d'ici la fin de l'année », d'une alliance européenne rassemblant « les acteurs du futur écosystème de l'avion propre ». Le lancement de cette alliance s'inscrit dans le cadre des objectifs de la feuille de route européenne « Destination 2050 », qui ambitionne de réduire de 45% les émissions de CO2 de tous les vols domestiques et au départ de l'UE d'ici à 2030, avec l'objectif d'atteindre la neutralité carbone d'ici à 2050. L'un des projets-phares est le lancement par Airbus d'un premier avion de ligne « zéro émission » dès 2035. « L'alliance rassemblera l'ensemble des acteurs du futur écosystème de l'avion propre pour identifier très en amont toutes barrières, émettre des recommandations sur la manière de les surmonter et promouvoir les investissements nécessaires », a promis le commissaire européen, qui souhaite constituer des « partenariats public-privé » autour de cet objectif.

    La Tribune et Les Echos du 22 juin
  • Environnement
    Paris Air Forum : Airbus confirme son objectif de faire voler un avion à hydrogène à l'horizon 2035, l’industrie prône l'accélération de l'utilisation des carburants durables
    La Tribune revient sur les échanges à l'occasion du Paris Air Forum entre Guillaume Faury, CEO d’Airbus, Olivier Andriès, directeur général de Safran et Patrick Ky, directeur exécutif de l’EASA. « L’avion à hydrogène sera bien l'avion du futur mais cela va prendre du temps », a déclaré Guillaume Faury. « Safran, Airbus et ArianeGroup ont décidé de lancer une étude sur les systèmes de propulsion à l'hydrogène. Elle doit déboucher dans deux ans sur un programme de démonstration au sol d'un petit système de propulsion à hydrogène », a expliqué Olivier Andriès - un projet baptisé Hyperion. Les aéroports se préparent également : ADP, Airbus et Air Liquide ont annoncé hier un accord pour étudier les infrastructures qui seront nécessaires dans les aéroports pour accueillir des avions à hydrogène. « 2035, cela peut paraître très lointain mais c'est demain au vu du niveau de certification, de la quantité d'essais et de l'écosystème à mettre en place avec les aéroports », a rappelé Guillaume Faury. En matière de réglementation, « Nous travaillons déjà avec Airbus pour mieux comprendre les enjeux autour de l'avion à hydrogène », a fait valoir Patrick Ky. Les industriels insistent sur la nécessité de développer en parallèle d’autres solutions à plus court terme, en misant sur les SAF (carburants d’aviation durables) : « L'hydrogène est une solution séduisante car elle n'émet pas de gaz carbonique mais ce n'est pas une solution universelle. Il n'est pas évident qu'elle puisse s'adapter à des avions long-courriers, en raison du volume des réservoirs. Cela prendra un certain nombre d'années. Cela dit, la décarbonation ne peut pas attendre. Pour réussir à réduire de 50% les émissions en 2050 par rapport à 2005, il faut s'y mettre dès aujourd'hui », a expliqué Olivier Andriès. Augmenter l'utilisation des SAF constitue ainsi « une priorité à court terme » pour l'industrie aéronautique, a relevé Guillaume Faury, qui a déclaré attendre des actions de la part des régulateurs et des compagnies aériennes pour « créer les conditions » permettant d'accélérer l'adoption de ces carburants.

    La Tribune du 22 juin

Espace
  • Espace
    Le CNES embarque sur le rover lunaire des Émirats arabes unis
    Le CNES a conclu le 21 juin un accord avec les Émirats arabes unis pour équiper le rover Rashid, développé par le Mohammed Bin Rashid Space Centre (MBRSC), qui doit être lancé vers la Lune au second semestre 2022. Le CNES fournira deux caméras au rover Rashid. Baptisées Caspex, pour « CAmera for SPace EXploration », ces caméras permettront de fournir des images de très haute résolution en Full HD. « Des scientifiques français participeront au choix du site d’atterrissage et aux analyses de données pendant la phase d’exécution de la mission ainsi que pendant la phase d’analyse post-mission. Les images acquises par les caméras du rover et les données du système de navigation seront également partagées », précise le CNES dans un communiqué.

    L’Usine Nouvelle du 22 juin
  • Espace
    Anywaves fournira les antennes permettant de piloter les satellites de la constellation CO3D d'Airbus
    La société toulousaine Anywaves a remporté l'appel d'offres pour « fournir les antennes qui assureront la télécommande et la télémétrie des quatre satellites composant la constellation CO3D (Constellation Optique 3D) », annonce la société. Ces quatre satellites de 300 kilos chacun doivent être lancés en 2022. Ils permettront d'observer la Terre en trois dimensions avec une résolution de 50 centimètres pour des besoins civils et militaires. « Un contrat cadre courant sur 5 ans vient formaliser ce partenariat industriel. Pour les prochains satellites similaires qu'Airbus compte produire, Anywaves fournira ainsi à la demande les antennes en bande S nécessaires au pilotage de la plateforme », précise Anywaves.

    Le Figaro du 22 juin

Innovation
  • Innovation
    Le taxi volant développé par Volocopter réussit son premier test en France
    La société allemande Volocopter a fait décoller son taxi aérien électrique, pour la première fois en France, lundi 21 juin au Bourget, à l'occasion du Paris Air Forum. Le vol a duré trois minutes, à 30 km/h, sans dépasser les 30 mètres de hauteur. L’appareil est toutefois capable d'atteindre une vitesse de 100 km/h. Volocopter, qui collabore notamment avec le groupe ADP et la RATP, entend être opérationnelle pour les Jeux Olympiques de 2024.

    L’Usine Nouvelle du 22 juin

Industrie
  • Industrie
    Le plan de relance français approuvé par l’Union européenne
    La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se rendra à l'Elysée, ce mercredi 23 juin, pour rencontrer Emmanuel Macron et annoncer la validation par l'exécutif européen du plan national de Relance soumis par la France en mai. La France devrait bénéficier de 40 milliards d'aides européennes pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire. Le plan a été jugé conforme aux règles fixées par Bruxelles pour bénéficier de subventions et de facilités d'emprunt financées par le plan européen de 750 milliards d'euros. Les Etats doivent en particulier allouer au moins 37% des fonds à la transition écologique et 20% à la transition numérique, des taux qui atteignent respectivement 50% et 25% dans le plan de Relance français.

    Les Echos du 22 juin
  • Industrie
    Entretien avec Bernard Charlès (Dassault Systèmes) : « l’aéronautique est une filière exemplaire »
    Dans un entretien accordé au Figaro, Bernard Charlès, directeur général de Dassault Systèmes, appelle à redéfinir le rôle de l’État, en particulier dans le domaine spatial. « L’aéronautique est une filière exemplaire du succès du partenariat public-privé. Nous avons de grands groupes leaders mondiaux comme Airbus, Dassault Aviation, Safran, Thales… qui ont organisé une filière et bénéficié du soutien de l’État. Dans cette industrie, nous sommes leaders et nous sommes en bonne position pour le rester dans le futur. Il est urgent de prendre exemple sur l’aéronautique », insiste-t-il, appelant à s’inspirer de la NASA dans le secteur spatial, afin de redéfinir la relation entre secteur public et secteur privé : « C’est bien parce que la NASA, donc l’État, a confié au secteur privé certaines de ses missions que l’on assiste à une relance formidable de l’industrie spatiale avec SpaceX et Blue Origin ». Interrogé sur le lancement par Airbus, dont Dassault Systèmes est partenaire, d’un avion à hydrogène d’ici à 2035, le dirigeant se montre confiant : « Guillaume Faury, le CEO d’Airbus, est très au point sur ce sujet. Il a accéléré le mouvement avec détermination. Airbus comme Boeing construisent des bases solides sur lesquelles sera développée la prochaine génération d’avions ».

    Le Figaro du 22 juin

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Transport aérien : la reprise est en cours
    A l'occasion du Paris Air Forum, plusieurs compagnies aériennes ont témoigné de la reprise de leur activité. Les dirigeants sont soulagés de la levée, même partielle, des restrictions de voyage, en particulier en Europe, et de l'accélération de la vaccination. Les compagnies misent sur le pass sanitaire pour un retour à la normale, qu'elles attendent dès l'an prochain pour le tourisme. « Nous devrions être à 65% de nos capacités cet été », a ainsi déclaré Benjamin Smith, le directeur général d'Air France KLM.

    La Tribune du 22 juin
  • Aviation Commerciale
    CMA CGM se renforce dans le fret aérien
    La Tribune consacre un article à l’armateur CMA CGM, dont la stratégie s’étend au-delà du transport maritime, comme en témoigne un partenariat récent avec le CNES, ainsi que le choix de développer le fret aérien avec Air Cargo. CMA CGM Air Cargo constitue un pôle qui devrait prendre de l'ampleur : la compagnie de fret aérien dispose déjà de six destinations, notamment vers les Etats-Unis. Une coalition internationale, initiée en 2019 par Rodolphe Saadé, CEO de CMA CGM, vise en outre à rassembler de grandes entreprises et industriels, dont Airbus, PSA, Michelin, Faurecia, Schneider Electric, pour faire émerger des solutions de mobilité décarbonée.

    La Tribune du 22 juin