Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Sauvegarder les sous-traitants, la priorité de Dassault Aviation, Airbus, Safran et Thales
    Challenges revient, dans un article détaillé, sur l’appel à un plan de soutien en faveur de la filière aéronautique lancé par Eric Trappier, président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation, mercredi 6 mai. Challenges rappelle que le GIFAS a mis en place une task force chargée d'identifier les sociétés les plus menacées afin de pouvoir les épauler. Patrice Caine, PDG de Thales, a de plus déclaré, lors de l’AG du groupe qui a eu lieu mercredi : «Nous faisons un suivi systématique des fournisseurs critiques pour la fabrication de nos produits», rapporte Challenges, qui revient également sur les déclarations de Philippe Petitcolin au Figaro en début de semaine : «nous pourrions être amenés à acheter certains de nos petits fournisseurs qui ont des savoir-faire, technologies ou expertises critiques», déclarait le dirigeant de Safran.

    Challenges du 7 mai
  • Industrie
    Protéger la filière aérospatiale : un enjeu majeur pour Toulouse et sa région
    A Toulouse, «capitale» de l’aéronautique et du spatial en France, il va falloir «être capable de s'adapter et être prêt à repartir», déclare au Figaro Christophe Cador, président de Satys et président du comité Aéro-PME du GIFAS. Aujourd'hui, «on travaille à 50-60% de notre capacité», indique-t-il, ajoutant qu’il garde «une totale confiance dans le marché de l'aéronautique et dans les produits d'Airbus». «On n'empêchera pas les gens de voyager ou d'aller rencontrer des clients», estime-t-il. Yann Barbaux, le président de Aerospace Valley, avance quant à lui les «atouts» de la filière pour le futur: «des entreprises performantes, avec des personnels compétents, qualifiés» répondant à «des exigences en termes de qualité». La Région Occitanie et la Métropole ont évoqué auprès du gouvernement la nécessité de protéger l’ecosystème industriel, rapporte Le Figaro. M. Moudenc, maire de Toulouse, souligne auprès de l'AFP «les enjeux en termes de souveraineté française et européenne».

    Le Figaro du 7 mai
  • Industrie
    Nexans : revenus stables au premier trimestre et négociation d’un prêt garanti par l’Etat de 280 millions d’euros
    Nexans annonce qu'il négocie un prêt garanti par l'Etat pour faire face à la crise sanitaire : «des négociations sont en cours pour sécuriser un prêt de 280 millions d'euros garanti par l'Etat français», a indiqué l'entreprise dans un communiqué. Nexans a par ailleurs publié un chiffre d'affaires stable au titre du premier trimestre. Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 1,61 milliard d'euros à cours des métaux courants, contre 1,66 milliard d'euros pour la même période de 2019. A cours des métaux constants, les revenus se sont établis à 1,57 milliard d'euros, contre 1,59 milliard d'euros au premier trimestre de l'an passé, traduisant un recul de 0,1% en données organiques. «Nexans dispose de liquidités suffisantes pour ses activités et ses engagements financiers prévus, sans remboursement de dette avant 2021», déclare la société.

    Les Echos du 7 mai

Défense
  • Défense
    Pour la présidente de la commission de la défense de l’Assemblée nationale, «le budget de la défense doit être, plus que jamais, préservé»
    Françoise Dumas, présidente de la commission de la défense de l’Assemblée nationale, souligne, dans une tribune au Figaro, que l’industrie française de la défense constitue un outil précieux pour relancer l’économie française. «Un plan de relance à la hauteur des enjeux doit (...) surtout donner un stimulus immédiat à notre économie. Voilà qui plaide pour un focus très puissant en faveur de la défense et, par extension, de l’aéronautique et de l’espace, qui lui sont intrinsèquement liés», déclare notamment Mme Dumas. «L’industrie de défense, l’aéronautique et l’espace sont les grands points forts de la France dans la concurrence internationale. Il faut défendre nos atouts existants, en reprenant le travail lorsque toutes les précautions sanitaires seront réunies et, d’autre part, en préservant nos industries stratégiques de la récession qui frappe le reste de notre économie», poursuit-elle, mettant en garde contre d’éventuelles «coupes budgétaires destructrices dans l’exécution ou dans l’actualisation de la loi de programmation militaire» votée pour les années 2019 à 2025. «Investir dans la défense, c’est ainsi créer des emplois, de la valeur ajoutée et de l’innovation technologique dès à présent ; c’est relancer tout de suite, et non pas plusieurs années plus tard. Ne nous privons pas d’un vecteur de relance plus réactif que les autres», conclut Mme Dumas.

    Le Figaro du 6 mai
  • Défense
    Entreprises stratégiques : l’État doit établir des mécanismes de protection, alertent Eric Trappier et Jean-Charles Larsonneur
    «Il revient aux États de définir les mécanismes de protection des entreprises stratégiques de défense face à des investissements de fonds réputés agressifs», a souligné mardi Éric Trappier, président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation. «Aux États-Unis, lorsque des fonds étrangers veulent entrer au capital d’une entreprise américaine ou en prendre le contrôle, le projet est étudié par le CFIUS (Comité sur les Investissements Etrangers aux États-Unis) qui vérifie que cet investissement ne menace pas les intérêts stratégiques américains», a-t-il expliqué. «L’Europe pourrait se doter d’un tel outil. Pour cela, il faut regarder les aspects juridiques, les règles de concurrence car nos entreprises travaillent sur des marchés ouverts, et «détourer» ce qu’est une entreprise stratégique». Jean-Charles Larsonneur, député LREM spécialiste du sujet, interrogé par Le Figaro, met également en garde contre les risques de rachat d’entreprises stratégiques françaises, notamment de la part de la Chine et des Etats-Unis. «On parle de résilience et de souveraineté, alors il faudrait que l’Europe investisse dans sa défense», conseille-t-il.

    Le Figaro du 6 mai
  • Défense
    La ministre du Travail en visite chez Alkan à Valenton
    La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, s’est rendue ce mercredi à Valenton, sur le site de l’entreprise Alkan, spécialiste des systèmes d’emport et d’éjection destinés aux avions de combat, patrouilleurs maritimes et drones. Lors de ce déplacement, organisé dans le cadre des mesures prises par le gouvernement en matière de sécurité sanitaire pour la reprise de l’activité économique, la ministre du Travail a pu constater la façon dont Alkan s’est organisée pour reprendre sa production en se préservant de l’épidémie de coronavirus.

    BFM TV et 94.citoyens.com du 7 mai

Espace
  • Espace
    Le SpaceShipTwo de Virgin Galactic réussit son premier vol libre au-dessus du Spaceport America
    Virgin Galactic a réalisé le 1er mai le premier vol libre de son deuxième avion-fusée SpaceShipTwo (VSS Unity) au-dessus du spatioport Spaceport America, au Nouveau-Mexique. L’appareil a été largué à 15 km d’altitude par son avion porteur WhiteKnightTwo (VMS Eve), atteignant la vitesse de Mach 0,7 dans sa descente en spirale, rapporte Air & Cosmos. Virgin Galactic déclare avoir enregistré plus de 600 réservations à ce jour pour des premiers vols touristiques à venir, avec des billets compris entre 200 000 et 250 000 dollars par personne, selon les chiffres d’Air & Cosmos.

    Air & Cosmos du 7 mai

international
  • international
    L'Union européenne affronte la pire crise économique de son histoire
    La Commission européenne a présenté mercredi ses prévisions économiques de printemps. Alors qu' en novembre , Bruxelles anticipait une croissance de 1,1% en 2020 dans la zone euro, la Commission prévoit désormais une récession historique, qui pourrait être de 7,4% dans l'UE, et de 7,7% dans la zone euro. L'activité économique «a quasiment fondu d'un tiers du jour au lendemain», note Paolo Gentiloni, le commissaire européen en charge de l'Economie. Le commissaire a mis en garde contre une éventuelle réponse européenne «trop limitée» et une «coordination insuffisante», laquelle «augmenterait les divergences économiques, sociales et financières» et risquerait d'introduire de «sérieuses distorsions dans notre marché commun et notre union».

    Ensemble de la presse du 7 mai
  • international
    Les Etats-Unis estiment injustifiées les taxes de l'UE
    Les Etats-Unis ont déclaré mercredi à l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qu’il n’y avait «aucune base valable» permettant à l’Union européenne de surtaxer les importations américaines dans le cadre du litige sur les subventions à Airbus et Boeing. Dans un communiqué, les services de l’USTR (United States Trade Representative) ont affirmé que les Etats-Unis avaient pris toutes les mesures nécessaires pour respecter les recommandations de l’OMC et rendre «sans fondement» toute volonté européenne de représailles douanières. Cette démarche a pour objectif de rendre caduque la demande de l’Union auprès de l’OMC qui vise à obtenir quelque 10 milliards de dollars annuels via des droits de douane.

    Les Echos et Le Figaro du 7 mai

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France-KLM livrera un nouveau plan de vol cet été
    Air France-KLM a annoncé ce jeudi la préparation d’un nouveau plan de transformation, qui devrait être dévoilé cet été. «Nous travaillons sur un nouveau plan pour que le groupe Air France-KLM retrouve sa compétitivité dans un monde profondément bouleversé et réaffirme son leadership dans la transition durable du transport aérien», a déclaré Benjamin Smith, le directeur général du groupe. Air France-KLM a fait état d'une perte nette de 1,8 milliard d'euros au premier trimestre ; la perte d'exploitation atteint 560 millions d'euros sur le mois de mars. «Face au niveau d’incertitude élevé sur la durée de la crise du Covid-19 et son impact sur l'environnement macro-économique, le groupe retire ses perspectives antérieures pour 2020», indique Air France-KLM. Le groupe prévoit désormais une «lente» reprise de l'activité à l'été 2020, avec la levée progressive des restrictions aux frontières. La demande passagers «ne devrait pas revenir au niveau d'avant la crise avant plusieurs années», selon ses prévisions. Sur l'ensemble de 2020, le groupe prévoit un EBITDA négatif. Pour faire face à la crise, Air France-KLM a réduit ses investissements et entrepris des réductions de coûts estimées à 350 millions d'euros par mois au deuxième trimestre. Un accord sur un plan d'aide de 7 milliards d'euros de la France, sous forme à la fois d'un prêt direct de 3 milliards d'euros et d'un prêt garanti à 90% par l'Etat de 4 milliards d'euros, a été approuvé lundi par la Commission européenne. Le groupe travaille actuellement avec l'Etat néerlandais pour bénéficier d'un soutien qui sera compris entre 2 milliards et 4 milliards d'euros, indiquent Les Echos.

    Les Echos du 7 mai
  • Aviation Commerciale
    L'OACI met en garde contre les risques liés à la reprise du trafic aérien
    L'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) a mis en garde mercredi contre les risques associés à la reprise du trafic aérien, notamment ceux liés à la fatigue des membres d’équipage. «Même si les restrictions de vols sont levées, l'industrie aura des difficultés à accélérer et reprendre ses activités», a prévenu l'agence. Les destinations où persiste l'épidémie risquent de ne plus pouvoir héberger les membres d'équipage pour le repos entre les vols, ce qui «pourrait entraîner des contraintes sur les limitations obligatoires de temps de vol et de la fatigue». La fermeture des centres d'entraînement des pilotes sur simulateurs de vols et des centres médicaux a aussi entraîné des contretemps «importants» sur les personnels en formation et les contrôleurs aériens, de plus l'octroi de certificats médicaux, licences de vol et autres documents obligatoires a également été repoussé, souligne l'OACI, qui demande à ce que les autorités préparent une «évaluation au regard des risques pour la sécurité ainsi que des propositions d'atténuation de ces risques supplémentaires».

    Le Figaro du 7 mai
  • Aviation Commerciale
    Neuf compagnies aériennes demandent la réouverture d'Orly dès le 26 juin
    Neuf compagnies aériennes basées à Orly ont demandé ce mercredi à l'État, dans une lettre ouverte, de fixer dès maintenant au vendredi 26 juin la date de réouverture de l'aéroport fermé le 1er avril en raison de la crise sanitaire. Les signataires estiment que la situation n’est «pas tenable, ni pour nos clients d'abord, ni pour nos personnels, ni pour la survie de nos compagnies». Le Figaro rapporte que le groupe ADP (Aéroports de Paris) a indiqué «partager le vœu qu'Orly rouvre le plus tôt possible», mais que «cette réouverture n'est envisageable qu'avec une bonne visibilité sur un nombre significatif de vols», rappelant que «l'aéroport Charles de Gaulle est en mesure d'accueillir tous les avions qui le souhaiteraient». La lettre ouverte des compagnies est signée des présidents des compagnies Air Caraïbes, Air Corsica, Amelia, Chalair, Corsair, Frenchbee, La Compagnie, Level et Transavia.

    Le Figaro et Ensemble de la presse du 7 mai
  • Aviation Commerciale
    IATA s’alarme des hausses de tarifs qu’entraînerait la «distanciation sociale» à bord des avions
    L’Association Internationale de Transport Aérien (IATA) a indiqué être opposée à la mise en place de la «distanciation sociale» dans les avions en ménageant un siège vide entre les passagers. «Les appels pour les mesures de distanciation sociale en avion pourraient fondamentalement remettre en cause les indicateurs économiques de l'aviation en faisant baisser le taux de remplissage maximum à 62%», explique l'IATA dans un communiqué. «C'est bien en dessous du taux de remplissage moyen d'équilibre de 77%. Avec moins de sièges vendus, les coûts unitaires monteraient rapidement. Comparativement à 2019, les tarifs aériens devraient dramatiquement remonter de 43 à 54%, juste pour couvrir les coûts». IATA considère que le fait que les passagers portent des masques est suffisant. «Par ailleurs, les filtres HEPA (High Efficiency Particulate Air) présents dans les avions modernes assainissent l'air des cabines à un niveau comparable à une salle d'opération d'hôpital», précise l’association.

    Air Journal du 6 mai