Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Airbus publie ses résultats financiers 2020
    Airbus a publié ce jeudi ses résultats financiers 2020. Le chiffre d'affaires consolidé a diminué pour atteindre 49,9 milliards d'euros (contre 70,5 milliards d'euros en 2019), en raison de l'environnement de marché difficile qui affecte l'activité des avions commerciaux avec 34% de livraisons en moins par rapport à l'année précédente. Au total, 566 avions commerciaux ont été livrés (863 en 2019). En 2020, Airbus Helicopters a livré 300 unités (332 en 2019), avec une augmentation des revenus d'environ 4%. Les revenus d'Airbus Defence and Space ont diminué d'environ 4%. L'EBIT consolidé ajusté s'est élevé à 1 706 millions d'euros (6 946 millions d'euros en 2019). « Les résultats de 2020 démontrent la résilience d'Airbus dans la crise la plus difficile à surmonter pour l'industrie aérospatiale. Je tiens à remercier nos équipes pour leurs grandes réalisations en 2020 et à souligner le soutien important de nos activités Hélicoptères, Défense et Espace. Je tiens également à remercier nos clients, fournisseurs et partenaires pour leur fidélité à Airbus », a déclaré Guillaume Faury, CEO d'Airbus. « De nombreuses incertitudes subsistent pour notre industrie en 2021, alors que la pandémie continue d'avoir un impact sur les vies, les économies et les sociétés. Nous avons publié des lignes directrices afin d'assurer une certaine visibilité dans un environnement instable. À plus long terme, notre ambition est de mener le développement d'une industrie aérospatiale mondiale durable », a-t-il ajouté.

    Ensemble de la presse du 18 février
  • Industrie
    Crise sanitaire : Factem met au point des micros pour les masques
    La société Factem (Bayeux), qui conçoit des accessoires audio dédiés au secteur aéronautique civil et militaire, a mis au point un micro qui s'adapte aux masques et « qui permet de se faire entendre de loin, distinctement et sans forcer la voix », explique le PDG, Alain Dulac. « En 2018, Airbus nous a choisis pour être fournisseurs de casques équipés de micro », explique-t-il. Les casques pour les pilotes et les co-pilotes sont l'objet de commandes régulières et fournissent une part importante de l'activité de l'entreprise, qui emploie 70 personnes sur son site de Bayeux. En développant ce micro qui se clipse aux masques, commercialisé depuis quelques jours, Factem souhaite répondre aux attentes des enseignants ou des commerçants, pour qui se faire comprendre avec un masque sur la bouche, toute la journée, relève du défi. « Cela ne remet pas en cause notre travail sur l'aéronautique. Bientôt, les avions redécolleront et notre activité reprendra. D'ailleurs, nous avons déjà un retour de commandes. On sent que la machine se remet en marche », anticipe Alain Dulac.

    La Manche Libre du 15 février
  • Industrie
    Le Boeing 737 MAX de retour dans le ciel européen
    Mercredi 17 février, la compagnie belge TUI fly a fait voler un Boeing 737 MAX entre Bruxelles et les villes d'Alicante et Malaga en Espagne. Deux mois après la FAA américaine, l'Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) avait donné le 27 janvier son autorisation au retour en vol de l'appareil. Les vols commerciaux de B737 MAX ont repris le 9 décembre avec la compagnie brésilienne Gol et depuis aux Etats-Unis et au Canada. Depuis son entrée en service, 67 exemplaires de l'appareil ont été livrés à des clients européens, dont 19 Norwegian Air Shuttle et 12 à Turkish Airlines. Un total de 723 appareils a été commandé par 14 clients européens (aucun français), dont 210 restant à livrer à Ryanair, 92 à Norwegian Air Shuttle et 63 à Turkish Airlines.

    La Tribune et Le Monde du 18 février

Espace
  • Espace
    Perseverance embarque la technologie spatiale française
    Un des éléments-clés du rover Perseverance, qui doit se poser sur Mars ce jeudi soir, le laser SuperCam, est d’origine française, conçu par Thales. « SuperCam, c'est l'instrument central de Perseverance: il va analyser la composition des roches en tirant dessus au laser », explique Jean-Yves Le Gall, président du CNES, qui accorde un entretien à Challenges. « On sait que Mars a été habitable, la question est désormais de savoir si elle a été habitée », résume le dirigeant. Il se félicite des performances françaises et européennes en matière d’exploration de la planète rouge : « nous avons lancé Mars Express en 2003, nous écoutons battre le cœur de Mars sur la mission américaine InSight, nous sommes sur Curiosity. Et pour 50 à 70 millions d'euros, le coût de développement de SuperCam, nous embarquons sur Perseverance, un programme à 2,5 milliards de dollars », développe-t-il. Quant au vol habité vers Mars, il semble encore difficilement envisageable, et ne fera pas partie des priorités du volet spatial du plan de relance, une enveloppe de 365 millions d'euros gérée par le CNES. « L'idée est de soutenir la compétitivité de l'industrie française et de réfléchir à l'avenir des lanceurs », indique Jean-Yves Le Gall. La Tribune consacre également un article au laser SuperCam. Ce laser est plus puissant encore que le laser ChemCam, embarqué sur la mission Curiosity, qui a démontré qu'il était possible qu'il y ait eu de la vie sur Mars. « Non content de pouvoir analyser les atomes du sol martien, SuperCam est équipé d'un autre rayon laser qui permet cette fois-ci de détecter les molécules, autrement dit les liaisons entre les atomes », explique Christophe Salomon, Directeur général adjoint Systèmes Terrestres et Aériens du groupe Thales.

    Challenges et La Tribune du 18 février
  • Espace
    Le rover Perseverance doit atterrir sur Mars ce jeudi
    Ce jeudi à 20H30 GMT (21H30 en France), le rover de la NASA doit se poser sur Mars. Un atterrissage périlleux car Perseverance arrivera sur Mars à plus de 21 000 km/h, pour se poser, en quelques minutes, à moins de 3 km/h. Cette phase critique, décrite comme les « sept minutes de terreur » par la communauté spatiale, est entièrement programmée et plus aucune intervention humaine n'est possible. La précision visée, après un voyage de sept mois et 470 millions de kilomètres, est d'environ sept kilomètres. L'astromobile se posera près du cratère de Jezero, qui est vraisemblablement l'emplacement d'un ancien lac.

    Ensemble de la presse du 18 février

Défense
  • Défense
    Difficultés de financement de la BITD : résultats du rapport de l’Assemblée nationale
    À l’issue de quatre mois de travaux, les députés Françoise Ballet-Blu (LaREM, Vienne) et Jean-Louis Thiériot (LR, Seine-et-Marne), rapporteurs de la mission sur le financement de la base industrielle et technologique de défense (BITD), ont confirmé lors de la présentation du rapport qu'il existe bien une réticence des banques à financer les industries de la défense. Jean-Louis Thiériot accorde un entretien à La Tribune. « Le GICAT a raison à 80%. Il existe une vraie frilosité concernant le financement de l'exportation vers certains pays. Le GICAT a parfaitement raison de tirer la sonnette d'alarme », souligne-t-il.« Les auditions que nous avons menées ont confirmé deux tendances profondes qui rythment désormais la vie des entreprises de défense : les règles de « compliance », notamment la loi Sapin 2, renforcent considérablement les exigences imposées aux entreprises, et le risque réputationnel est devenu absolument majeur pour les banques », explique M. Thiériot, qui conclut : « pour sauver notre industrie d'armement, qui est indispensable à notre modèle de défense, basé à la fois sur une production nationale et à l'exportation, il faudra, d'une manière ou d'une autre, trouver une structure publique de financement de l'industrie de défense et de ses exportations ». Les députés proposent, par exemple, de créer un label industrie de souveraineté pour les PME/PMI, afin de leur permettre de mieux négocier leurs demandes de crédits. Ils proposent aussi qu'une mission d'accompagnement des PME à la conformité soit confiée à l'Agence française anticorruption et à Bpifrance. Ils plaident, de plus, pour déplafonner les seuils d'intervention de Bpifrance s'agissant des crédits export, en passant de 25 à 50 millions d'euros pour les financements en solitaire et de 75 à 100 millions pour les opérations en cofinancement. Enfin, ils demandent que la Banque européenne d'investissement (BEI) devienne un acteur du financement de la défense.

    Les Echos et La Tribune du 18 février

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France-KLM : résultats 2020
    Air France-KLM souligne « l’impact sans précédent » de la crise de la Covid-19 sur les résultats de l'année 2020 : chiffre d'affaires de 11,1 milliards d'euros, en baisse de 59% par rapport à l'année précédente, perte d'EBITDA de -1,7 milliard d'euros, « limitée grâce à la maîtrise des coûts ». Le résultat d'exploitation est de -4,5 milliards d'euros, en baisse de 5,7 milliards d'euros par rapport à 2019, le résultat net de -7,1 milliards d'euros. Le groupe prévoit un premier trimestre 2021 difficile, en raison des confinements et des restrictions de voyage toujours en vigueur. Il souligne que la visibilité sur la reprise de la demande est toujours limitée. Air France-KLM « continue de travailler sur des solutions de quasi-fonds propres et de fonds propres afin de renforcer son bilan et attend des progrès dans les semaines à venir. Les discussions se poursuivent avec la Commission Européenne », précise le groupe. Le retour au niveau d'activité de 2019 n'est pas attendu avant 2024, a réaffirmé le directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith.

    Ensemble de la presse du 18 février
  • Aviation Commerciale
    Covid-19 : pour prendre l'avion, le gouvernement favorise les tests salivaires
    Le secrétaire d'État chargé du Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, interrogé par Sud Radio, a insisté sur l'importance de développer des tests salivaires à réponse rapide dans les aéroports. « L'avenir est plus aux tests rapides qu'au passeport vaccinal », a-t-il indiqué, estimant ce dernier « encore trop prématuré ». Jean-Baptiste Lemoyne s'est également montré favorable à la mise en ligne d'une application mobile qui permettrait de voir rapidement quel a été le résultat du dernier test d'un voyageur.

    Le Figaro du 18 février

Sécurité
  • Sécurité
    Cybersécurité : l’État présentera ce jeudi un plan à un milliard d’euros
    Le gouvernement entend renforcer la sécurité des entreprises, hôpitaux et administrations, alors que les cyberattaques se multiplient partout dans le monde. Emmanuel Macron doit présenter ce jeudi un plan à 1 milliard d'euros d'ici 2025 visant à renforcer la cybersécurité du pays. Ces aides doivent permettre à la filière française d'accélérer, de réaliser un chiffre d'affaires de 25 milliards en 2025 au lieu de 7,3 milliards en 2019, de doubler ses effectifs, et de faire grandir trois startup françaises au rang de licornes valorisées plus d'1 milliard chacune. « Nous sommes face à une situation où les risques sont multipliés alors que les cybercriminels ont industrialisé leur mode opératoire », souligne l'Elysée.

    Les Echos du 18 février

Environnement
  • Environnement
    Pipistrel va lancer un nouvel hybride de 19 places fonctionnant à l'hydrogène
    Pipistrel (Slovénie), surtout connu pour sa gamme de biplaces légers, est sur le point de lancer un nouvel hybride de 19 places alimenté par pile à combustible et batterie à hydrogène. Baptisé « Miniliner », l'avion pourrait entrer en service d'ici 2030, selon la compagnie, et devrait offrir une réduction importante des coûts d'exploitation par rapport aux conceptions actuelles. Pipistrel affirme que le Miniliner pourra effectuer de courts services point à point entre les villes, renforçant la connectivité des endroits mal desservis, ou ce qu'elle appelle des vols « microfeeder » vers des hubs plus importants. L'énergie fournie par les piles à combustible sera suffisante pour la plupart des départs, mais des batteries sont prévues pour améliorer les performances sur de courtes distances, permettant des départs de pistes jusqu'à 800 mètres, ce qui permettra d'accéder à 80% des aéroports européens. Selon le constructeur, le Miniliner pourra voler pendant environ 1 000 nm avec un seul réservoir d'hydrogène liquide.

    Air & Cosmos du 18 février