Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Air Liquide investit environ 50 M€ sur son Campus Technologies de Grenoble
    Air Liquide finalise un investissement d’environ 50 M€ sur son Campus Technologies de Grenoble, implanté à Sassenage (Isère). Ce site, le plus grand du groupe au monde, allie développement de procédés et production de solutions et d’équipements, avec une focalisation sur la deeptech et la transition énergétique. Spécialisé à l’origine dans la cryogénie extrême, il produit des réservoirs d’oxygène de l’étage supérieur du lanceur Ariane 5, et ceux d’hélium liquide d’Ariane 6. Dans le domaine du spatial, le campus travaille aussi, notamment, sur des systèmes d’électrolyse de l’eau dans l’espace, pour produire en apesanteur de l’hydrogène. Dans l’aéronautique, Air Liquide développe sur son site de Grenoble des systèmes de production et de distribution d’hydrogène pour les aéroports, ou encore des stockages d’hydrogène liquide pour les piles à combustible de futurs avions. Air Liquide y travaille également sur les procédés de production, purification, distribution et de liquéfaction du biométhane.

    L’Usine Nouvelle du 19 octobre
  • Industrie
    Caillau se diversifie dans le solaire avec la reprise de la société AdiWatt
    Caillau, spécialiste français des colliers et fixations pour les moteurs, basé à Romorantin (Loir-et-Cher), reprend la société AdiWatt, une PME qui conçoit et fabrique des systèmes de fixation pour les panneaux solaires. « C'est une étape importante dans notre stratégie de croissance et de diversification dans une industrie d'avenir compatible avec notre expertise », se félicite Stéphane Drivon, président de Caillau. Présente en Allemagne, en Chine et au Brésil, AdiWatt travaille déjà dans la plupart des pays d'Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Caillau reprend 100% de cette société, qui devrait réaliser un chiffre d'affaires de 35 M€ en 2021.

    L’Usine Nouvelle du 19 octobre
  • Industrie
    MRO : entretien avec Laurent Caballe, directeur services clients d’ATR
    Air & Cosmos consacre un dossier au secteur de la MRO (Maintenance, Repair, and Operations). Laurent Caballe, directeur services clients d’ATR, accorde un entretien au magazine. Il souligne que la crise a été pour ATR l’occasion de renouveler l’offre globale MRO proposée à ses clients. Il expose notamment les modalités du contrat de maintenance globale, ou GMA, un outil qui permet d’accompagner les opérateurs dans leur recherche de performance, par l’amélioration des coûts de maintenance et l’optimisation de la gestion de leur flotte. La crise « a confirmé que le modèle GMA est un outil pertinent pour aider les clients d’ATR : 100% de nos clients ont souhaité renouveler leur contrat pendant la crise, période durant laquelle quatre nouveaux opérateurs, dont Finnair, ont souhaité rejoindre le programme », souligne-t-il.

    Air & Cosmos du 15 octobre
  • Industrie
    Les ETI et PMI françaises accélèrent leur transformation digitale
    En dépit des conséquences de la crise sanitaire, les ETI et PMI françaises intensifient aujourd’hui leurs investissements dédiés à la transformation digitale et à la robotisation, grâce notamment aux différentes mesures d'aides et d'accompagnement du gouvernement. La baisse des impôts de production, les appels à projets territoriaux pour la réindustrialisation et l'innovation, les guichets « industrie du futur », entre autres, alimentent des investissements plus importants que prévu, dans tous les sujets liés à la modernisation des outils de production, la productivité, les compétences, etc. « Il s'agit d'un effort historique », souligne le directeur général de France Industrie, Vincent Moulin Wright, « avec comme effet positif de pousser beaucoup d'entreprises à se digitaliser et à robotiser vers le 4.0 », relève-t-il, à travers « des investissements importants tant dans le hardware que le software ». Le dirigeant rappelle le rôle de « laboratoires industriels des ETI : ces entreprises sont très implantées en territoires, et y investissent donc fortement ».

    Les Echos du 18 octobre

Environnement
  • Environnement
    Green&Fly, avion « 100% électrique à hydrogène » d’AKKA Technologies
    AKKA Technologies a dévoilé Green&Fly, un concept d’avion électrique propulsé à l’hydrogène. Conçu pour transporter jusqu’à 30 passagers pour une autonomie de 500 km, il est destiné à des vols à échelle régionale. Il s’agit d’« un avion léger et de petite taille (classification CS25) au design futuriste et au mécanisme sophistiqué, alimenté par des batteries, des piles à hydrogène et des supercondensateurs », précise le groupe. L’avion bimoteur présente une nouvelle configuration d’aile, dite rhomboédrique : « la forme rhomboédrique des ailes réduit la turbulence aux extrémités des ailes par rapport aux variantes conventionnelles, réduisant considérablement la traînée. Le raidissement des structures est basé sur la biomimétique et imite la croissance des nervures des feuilles pour augmenter la stabilité et réduire le poids de l’avion », indique AKKA Technologies.

    Aerobuzz du 19 octobre
  • Environnement
    L’UAF et ACI Europe attaquent à Bruxelles la loi Climat et Résilience sur la suppression des lignes aériennes intérieures
    L'Union des aéroports français (UAF) et la branche européenne du Conseil international des aéroports (ACI Europe) ont saisi la Commission européenne pour contester la suppression des lignes aériennes intérieures décidée dans le cadre de la loi « Climat et Résilience », rapporte La Tribune. Cette loi, promulguée il y a deux mois, dicte la suppression des lignes aériennes dès lors qu'il existe une alternative ferroviaire en moins de 2h30 (hors trafic vers les hubs). Sont concernées les lignes Orly-Bordeaux, Orly-Nantes, Orly-Lyon et Lyon-Marseille. « C'est une plainte pour non-respect du droit communautaire déposée auprès de la Commission européenne. L'article 20 du règlement européen sur lequel se fonde la loi prévoit une exception au principe de libre circulation et de libre concurrence en cas d'atteinte grave à l'environnement », explique à La Tribune Thomas Juin, le président de l'UAF. Or, « aucune étude d'impact n'a démontré une atteinte grave à l'environnement », estime-t-il. Il assure que les quatre lignes concernées par la loi « Climat et Résilience » ne représentent « que 0,23% des émissions de CO2 du transport aérien intérieur français et 0,04% des émissions des transports en France ».

    La Tribune du 19 octobre

Espace
  • Espace
    Le télescope James Webb emportera les instruments NIRSpec et MIRI d’Airbus Defence and Space
    Le télescope spatial James Webb est arrivé au port spatial européen de Kourou, en Guyane française. Le vaisseau spatial va maintenant être préparé pour son lancement, prévu le 18 décembre sur un lanceur Ariane 5. L'un des quatre instruments qu’il emportera est le spectrographe NIRSpec (Near InfraRed Spectrograph) construit par Airbus Defence and Space en Allemagne. L'instrument est un « super œil », un spectrographe multi-objets « capable de mesurer simultanément le spectre dans le proche infrarouge d'au moins 100 objets tels que des étoiles ou des galaxies, avec différentes résolutions spectrales allant jusqu'à 0,3 nanomètre », précise Airbus Defence and Space. Un autre instrument, appelé Mid-InfraRed Instrument (MIRI), fait également partie de la contribution européenne à la mission James Webb. Il couvre la gamme de longueurs d'onde de l'infrarouge moyen, de 5 à 28,3 microns. MIRI « observera les premières générations de galaxies qui se sont formées après le Big Bang, et étudiera les sites de formation de nouvelles planètes et la composition du milieu interstellaire », indique Airbus Defence and Space. Airbus au Royaume-Uni a assuré la gestion, et l'ingénierie pour le consortium européen qui a construit MIRI. « Le télescope Webb va changer la façon dont nous voyons l'Univers », a déclaré Jean-Marc Nasr, président d’Airbus Defence and Space et vice-président exécutif d'Airbus Space Systems, « nos contributions aux instruments NIRSpec et MIRI témoignent de l'expertise d'Airbus et de la valeur que nous pouvons apporter à l'astronomie moderne ».

    Zone Bourse.com du 19 octobre
  • Espace
    Perspectives et modernisation du Centre Spatial Guyanais
    Marie-Anne Clair, la directrice du Centre Spatial Guyanais (CSG), et Bruno Gérard, directeur des établissements Arianespace et ArianeGroup en Guyane, répondent aux questions d’Air &Cosmos concernant les perspectives du port spatial européen. « Nous continuons de développer notre panoplie de possibles », souligne Marie-Anne Clair, qui relève que le CSG s’organise, depuis plusieurs années, pour être plus performant sur son cœur d’activité classique, et s’ouvre aussi à d’autres évolutions, avec notamment la mise en œuvre de microlanceurs, ou l’accueil du Space Rider, laboratoire réutilisable développé par l’ESA pour 2023, qui sera lancé sur Vega C. La base bénéficie d’une enveloppe de 140 M€, allouée en 2019, pour sa modernisation. Ce programme, appelé « CSG Nouvelle Génération », est financé par la France et l’Agence Spatiale Européenne. La rénovation du centre de contrôle de mission, la numérisation des différents moyens de suivi, ou encore l’objectif de fonctionner avec 90% d’énergie durable d’ici 2030, figurent notamment à l’ordre du jour.

    Air & Cosmos du 15 octobre

Sécurité
  • Sécurité
    Après la crise sanitaire, un fort rebond à prévoir pour le marché de la sécurité
    Le salon Milipol, événement mondial consacré à la sécurité intérieure des États, a lieu du 19 au 22 octobre, au parc des expositions de Villepinte. Cet événement, organisé tous les deux ans à Paris, sous l’égide du ministère français de l’Intérieur, est l’occasion de mettre en lumière les bouleversements technologiques dans le secteur, qui prévoit en France une croissance supérieure à 5% cette année, selon Les Echos. Le secteur de la cybersécurité, en particulier, est en forte croissance. Thales, notamment, présente à Milipol sa plateforme de sécurité digitale, un centre de commandement numérique qui exploite les flux de données générées par des milliers de capteurs physiques et virtuels afin de détecter et traiter les incidents et accompagner les forces de l’ordre.

    Les Echos et Le Figaro du 19 octobre

Défense
  • Défense
    La Russie ferme son bureau de liaison avec l'OTAN
    La Russie a annoncé ce lundi la fermeture de son bureau de représentation auprès de l'Alliance atlantique, ouvert à Bruxelles en 1998. « Les conditions de base pour un travail en commun ne sont plus là », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, après la décision il y a quelques jours de l'OTAN de retirer leur accréditation à huit membres de la mission russe à Bruxelles, accusés d'espionnage. Pour communiquer en cas « d'urgence », l'OTAN devra désormais échanger avec l'ambassade russe à Bruxelles, a précisé le chef de la diplomatie russe.

    Ensemble de la presse du 19 octobre
  • Défense
    La Corée du Nord a lancé un missile balistique depuis un sous-marin
    La Corée du Nord a lancé un missile balistique, qui aurait été tiré par un sous-marin, a annoncé l'armée sud-coréenne ce mardi 19 octobre. « Notre armée a détecté un missile balistique à courte portée non identifié, il s'agirait d'un SLBM (missile balistique stratégique mer-sol) tiré par la Corée du Nord », selon un communiqué des chefs d'état-major. Le missile a été lancé depuis la ville de Sinpo vers la mer à l'est de la péninsule, ont-ils ajouté. « Les services de renseignement sud-coréens et américains procèdent à une analyse minutieuse afin d'obtenir des détails supplémentaires », ont poursuivi les chefs d'état-major.

    Le Figaro du 19 octobre