Synthèse de presse

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Le nombre d’accidents mortels en aviation légère en baisse en France en 2019
    En 2019, les accidents d’aviation légère ont diminué de presque moitié par rapport à 2018, en France. Selon les chiffres de la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), 38 personnes ont perdu la vie en 2019 (tous types d’aéronefs confondus) contre 71 l’année d’avant.

    Aerobuzz du 12 mars 2020
  • Aviation Commerciale
    Coronavirus : les transports longue distance « progressivement réduits » en France
    Les transports longue distance entre les agglomérations, par trains, par cars ou par avions, seront « progressivement réduits », a indiqué le 15 mars la ministre de la Transition écologique en France, Elisabeth Borne.

    Air-journal du 15 mars 2020
  • Aviation Commerciale
    SunExpress signe un contrat avec GE Aviation
    La compagnie SunExpress a signé un contrat avec GE Aviation pour couvrir sa flotte de Boeing 737 et d'Airbus A330 avec la solution eFOQA Mainline. Ce service de surveillance propose d'analyser les données de vol pour renforcer la sécurité des opérations aériennes.

    Journal de l’Aviation du 13 mars 2020
  • Aviation Commerciale
    Coronavirus : les compagnies aériennes américaines adaptent leurs plans de vol
    Plusieurs compagnies aériennes américaines ont annoncé des réductions drastiques de leurs plans de vol à partir du 16 mars, en réponse à l'interdiction d'entrée aux Etats-Unis pour les voyageurs en provenance d'Europe, qui sera étendue ce soir au Royaume-Uni et à l’Irlande. American Airlines prévoit ainsi une réduction de 75% de sa capacité sur les vols internationaux par rapport à l'année passée. Sa concurrente Delta Airlines indiquait le 15 mars être en train d'adapter son programme de vols à cette nouvelle interdiction.

    Le Journal de l’Aviation du 16 mars 2020
  • Aviation Commerciale
    Fermeture de l’espace aérien américain : quel impact pour la France ?
    Depuis le 14 mars, les États-Unis ont fermé leurs portes aux voyageurs européens pour endiguer la propagation du coronavirus Covid-19. Parmi les 26 pays de l’espace Schengen, la France fait partie des plus exposés au marché américain. En 2019, les vols vers les États-Unis ont représenté 5,2 % dans le trafic origine-destination total de la France. Seuls les Pays-Bas (6,5 %) et l’Islande (17,1 %) sont plus exposés au marché américain dans l’espace Schengen. En termes financiers, la France serait le deuxième pays le plus touché par les mesures américaines. En 2019, les voyages aériens entre les États-Unis et la France représentaient 3,12 milliards d’euros, derrière l’Allemagne (3,57 milliards d’euros) et devant l’Italie (2,59 milliards d’euros).

    L’Usine Nouvelle du 13 mars 2020
  • Aviation Commerciale
    Coronavirus : les effets à long terme sur les compagnies aériennes
    Dans une tribune publiée sur le site du journal Les Echos, Xavier Tytelman et Olivier Joffet consultants en stratégie dans l’aéronautique, évoquent le spectre de la faillite qui menace les compagnies aériennes les plus fragiles en raison de la baisse du trafic aérien dû à l’épidémie de coronavirus. Si la baisse se poursuivait, des poids lourds du secteur pourraient être amenés à faire faillite à leur tour. « Dans tous les cas, on s'oriente bel et bien vers une accélération de la concentration, à l'oeuvre depuis plusieurs années, écrivent-ils. Des majors comme Qatar Airways, Saudia et les trois grandes chinoises, mais aussi les compagnies low-cost européennes profiteraient de la disparition de leurs concurrentes ».

    Les Echos du 14 mars 2020
  • Aviation Commerciale
    Coronavirus : l’Italie prête à prendre le contrôle d’Alitalia
    En raison de l’épidémie de coronavirus qui menace les compagnies les plus fragiles, le gouvernement italien s’apprête à prendre le plein contrôle d’Alitalia, rapportait le 15 mars le quotidien Il Messaggero. Il prévoyait jusque-là de trouver un acquéreur pour la compagnie aérienne en difficultés, dont la vente devait être finalisée le 31 mai au plus tard. Les candidats au rachat avaient jusqu’au 18 mars - mercredi prochain - pour exprimer leur intérêt. Selon le nouveau projet, qui se trouve déjà à un « stade avancé » précise le quotidien, le gouvernement prendrait le contrôle des opérations aériennes et terrestres d’Alitalia par le biais d’un « véhicule » public.

    Le Figaro du 15 mars 2020

Industrie
  • Industrie
    Airbus se félicite de la suppression d’une aide fiscale à Boeing
    Airbus a salué le 12 mars la décision des États-Unis de supprimer ce qu'il a qualifié de « subventions illégales » au bénéfice de Boeing. Le Sénat de l'État de Washington, où Boeing a son siège, a voté la suppression d'une exonération fiscale pour l'aérospatiale qui était contestée par l'Union européenne (UE). Boeing a assuré que cette décision lui permettrait d'être en phase avec les règles de l'OMC. De son côté, Airbus estime qu'il ne s'agit que d'une première étape, évoquant notamment d'autres aides versées à Boeing par l'État du Kansas ou certaines agences gouvernementales américaines. « Après 14 ans de déni, c'est finalement la reconnaissance claire qu'il y a eu des subventions de l'État de Washington qui étaient contraires aux règles de l’OMC», a déclaré Clay McConnell, porte-parole d’Airbus.

    L’Usine Nouvelle du 12 mars 2020
  • Industrie
    Les piles électriques d’ASB indispensables aux missiles
    L’Usine Nouvelle consacre un article à ASB (Aérospatiale Batteries), coentreprise de Saft (Total) et d’Airbus, qui produit des piles électriques composées de poudres de lithium, de sels et de pyrite, qui constituent l’alimentation secondaire idéale pour les sièges éjectables d’avions de chasse, les missiles, les roquettes, les satellites et les fusées. ABS emploie plus de 350 personnes, dont 160 dans le Berry, et recherche des ingénieurs multidisciplinaires en mécanique, électrochimie, électricité et thermique. ASB a réalisé un chiffre d’affaires de 63 millions d’euros en 2019.

    L’Usine Nouvelle du 15 mars 2020
  • Industrie
    Comment l’industrie s’adapte au coronavirus
    Le Figaro consacre un article à la façon dont les industriels, qui ne peuvent envisager de télétravail pour leurs ouvriers, s’adaptent à l’épidémie de coronavirus. Dans les usines aéronautiques, les salariés sont habitués à respecter des règles d’hygiène strictes. Les compagnons travaillant sur les chaînes d’assemblage d’avions ou de moteurs manipulent des pièces dites critiques, qui doivent être propres. Ils sont équipés de gants et de lunettes de protection. De plus, beaucoup d’opérations sont pilotées à distance, via des tablettes de type IPad. Enfin, les usines sont vastes et aérées, ce qui évite la promiscuité.

    Le Figaro du 15 mars 2020