Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Fourniture de masques : Airbus déploie un pont aérien
    Airbus a déployé un pont aérien entre l'Europe et la Chine pour livrer des masques supplémentaires aux systèmes de santé français, allemand, espagnol et britannique, en soutien aux efforts de la lutte contre le coronavirus. L'avion, un Airbus A330-200 en cours de conversion en avion ravitailleur multirôle (MRTT), a décollé le 26 mars vers 19h du site Airbus de Getafe près de Madrid (Espagne) pour rejoindre le site Airbus de Tianjin (Chine) le 27 mars. Il est rentré en Espagne le 28 mars tôt au matin, avec une cargaison de plus de 4 millions de masques faciaux. Ces derniers jours, Airbus avait déjà organisé des vols au départ de l'Europe et de la Chine avec des appareils A330-800 et A400M pour faire don de milliers de masques aux hôpitaux et aux services publics de toute l'Europe.

    Air Journal du 29 mars
  • Industrie
    Safran se mobilise pour fournir des équipements au personnel soignant
    Safran, comme plusieurs industriels n’appartenant pas au monde de la santé, se mobilise pour fournir des équipements au personnel soignant. «Nous avons pris cette initiative car nous pouvons aider les soignants. Mais nos produits, des masques militaires et aéronautiques ainsi que des respirateurs de secours, ne sont pas, contrairement aux masques médicaux, des produits jetables. Ils doivent entrer dans un protocole de décontamination avant d’être réutilisés», explique Philippe Petitcolin, Directeur Général de Safran, dans Le Figaro. Safran, qui est en contact étroit avec les ministères de la Santé, des Armées et de l'Economie et des Finances, propose deux types de masques : des équipements très couvrants destinés aux soldats de l’armée de terre et des produits conçus pour les pilotes d’avions de ligne. Des respirateurs portables de secours présents à bord des avions de ligne, sur lesquel il est possible de brancher deux masques, sont également proposés. «Tout l’enjeu est d’adapter ces produits à des usages médicaux», souligne Alexandre Ziegler, Directeur des affaires internationales et institutionnelles de Safran. Des tests et évaluations, dont les résultats sont attendus dans les prochains jours, sont en cours à l’hôpital militaire de Percy. Safran est également prêt à mettre à disposition d’autres industriels des capacités de production de pièces pour respirateurs dans ses ateliers français de mécanique de précision et de micro-électronique. Parallèlement, l’entreprise participe aux côtés de trente industriels européens, dont Airbus et Air Liquide notamment, à une initiative lancée par Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Thierry Breton, commissaire au Marché intérieur, dont l’objectif est de former une task-force européenne trans-sectorielle, qui mettra à disposition des moyens de production, fabriquera et livrera des masques et respirateurs aux pays de l’UE, en ciblant les régions les plus critiques.

    Le Figaro du 27 mars
  • Industrie
    Safran maintient ses livraisons à Airbus et Boeing
    Philippe Petitcolin, Directeur Général de Safran, a indiqué vendredi, lors d'une conférence de presse téléphonique, que le groupe continue à produire et à livrer ses principaux clients, notamment l'armée française, Airbus et Boeing. Après quatre jours d'arrêt nécessaires à la mise en oeuvre des mesures de sécurité sanitaire, tous les sites français de production de Safran ont repris leur production cette semaine. «Nous n'avons pas réduit nos livraisons de moteurs et autres équipements à Airbus et nous n'envisageons pas le faire », a souligné M. Petitcolin ; quant à Boeing, « l'accord signé en début d'année, qui prévoit 10 livraisons de moteurs Leap par semaine pour les 737 MAX, fonctionne bien ». Le dirigeant a souligné qu' « il n’est pas question d’effectuer des licenciements en France, tant que les mesures gouvernementales s'appliqueront » concernant le chômage partiel. Safran a également pris en compte les difficultés de ses sous-traitants :« nous avons appelé tous nos fournisseurs les uns après les autres pour leur demander de quoi ils auraient besoin pour continuer à produire », indique M. Petitcolin, «pour l'heure, nous n'avons pas rencontré de problème particulier. Si un sous-traitant rencontre des difficultés, qu'il nous le fasse savoir, nous ferons tout notre possible pour l'aider ».

    Les Echos et L'Usine Nouvelle du 27 mars
  • Industrie
    Réorganisation du travail au sein de Mecachrome
    Le site Mecachrome d’Aubigny-sur-Nère (Cher) a rouvert lundi 23 mars après plusieurs jours de fermeture. L'Usine Nouvelle détaille les modifications apportées à l'organisation du travail afin de garantir la sécurité des salariés. Christian Cornille, CEO de Mecachrome, explique : « Nous avons consacré du temps à imaginer de nouvelles façons de travailler dans nos usines pour respecter les gestes barrières. » le dirigeant souligne que Mecachrome « travaille en grande transparence avec ses clients, pour que la filière aéronautique reste synchronisée. »

    L'Usine Nouvelle du 27 mars
  • Industrie
    Dividendes : les entreprises appelées à faire preuve de «responsabilité»
    Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a annoncé ce vendredi que les entreprises qui distribueraient des dividendes ne pourraient bénéficier des reports de paiement des charges sociales et fiscales. Vendredi soir sur BFMTV, il a indiqué que «toutes les entreprises qui auraient bénéficié de ce report de charges sociales et fiscales et qui auraient versé des dividendes devront rembourser ces charges, avec une peine d'intérêts». Le ministre a aussi précisé que les entreprises qui auront versé des dividendes «ne pourront avoir de prêt garanti par l'Etat». «Le capital disponible aujourd'hui, doit aller dans l'entreprise, dans l'investissement, pour les salariés, pour la formation.», a-t-il insisté. Le Medef a salué la mesure du gouvernement dès vendredi. L'AFEP (Association Française des Entreprises Privées), a pris la parole dimanche soir, estimant dans un communiqué que la pandémie de coronavius «réclame des mesures fortes de la part des grandes entreprises françaises». L'AFEP, qui enjoint bien sûr à ses membres de se conformer aux décisions du gouvernement, encourage les entreprises ayant demandé à bénéficier du chômage partiel à réduire de 20% leurs dividendes versés en 2020, par rapport à 2019. Elle demande à leurs dirigeants de réduire de 25% la rémunération «qui leur sera versée en 2020 pour la durée où des salariés de leur entreprise seront en chômage partiel». Ces rémunérations non payées «seront versées à des actions de solidarité nationale en relation avec le Covid 19», poursuit l'association.

    Les Echos du 29 mars
  • Industrie
    Pour le Délégué Général de l'UIMM, l'industrie est dans une phase de « redémarrage »
    Selon Hubert Mongon, Délégué Général de l’Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM), qui s'exprime dans La Croix, l’activité économique est en phase de reprise, avec des tendances différentes selon les secteurs et les régions. «Nous sommes clairement en phase de redémarrage après le choc de la semaine dernière et l’industrie commence un peu à repartir. Les entreprises s’organisent, afin de prendre en compte l’ensemble des mesures sanitaires et mettre les salariés en sécurité», déclare-t-il. Il précise que la reprise est notamment en cours, de manière progressive, «dans l'aéronautique», et que «dans la mécanique, nous sommes autour de 30 %». M. Mongon souligne que les entreprises sont «prioritairement à la recherche de plusieurs millions de masques. La solidarité s’organise avec les grands groupes en coordination avec les ministères de la santé et du travail».

    La Croix du 27 mars
  • Industrie
    Entreprises en difficulté : assouplissement des règles
    Le Conseil des Ministres a examiné vendredi une ordonnance qui assouplit les règles pour les entreprises en difficulté. Les chefs d'entreprise disposeront d'un délai allant jusqu'à trois mois après la fin de l'urgence sanitaire pour se déclarer en cessation de paiement. Les procédures pourront se faire en ligne pendant la période de fermeture des tribunaux de commerce.

    Les Echos du 29 mars
  • Industrie
    Embraer : les nouvelles améliorations du Phenom 300E certifiées ANAC, EASA et FAA
    Après avoir certifié le Phenom 300E (Enhanced) en 2018, Embraer a obtenu, le 27 mars, une nouvelle certification de type pour la version modernisée de l'appareil. La certification a été octroyée simultanément par les trois agences brésilienne, européenne et américaine, l'ANAC, l'EASA et la FAA. Plusieurs fonctionnalités ont été apportées au système avionique, notamment un système d'alerte de sortie de piste (ROAAS, Runway Overrun Awareness and Alerting System) développé par Embraer, et un système prédictif de descente d'urgence. Par ailleurs, certaines performances ont été améliorées, comme la vitesse (qui peut atteindre mach 0.80, et 464 noeuds en croisière avec cinq passagers).

    Journal de l'Aviation du 28 mars

Espace
  • Espace
    L'US Space Force a placé en orbite son premier satellite
    ULA (United Launch Alliance) a placé sur orbite de transfert géostationnaire, dans la nuit du 26 au 27 mars, le sixième satellite de télécommunications militaires de la constellation américaine AEHF (Advanced Extremely High Frequency), au moyen d’un lanceur Atlas V, depuis Cap Canaveral (Floride). AEHF-6 vient compléter une constellation de satellites lancés entre 2010 et 2019, conçus par Lockheed Martin Space Systems et  Northrop Grumman et destinés à relayer des informations sécurisées de l’armée américaine en cas de conflit. Il s'agit du premier lancement d'un satellite au profit de l'US Space Force, nouvelle structure des forces armées des États-Unis, dédiée à l’espace, établie en décembre 2019.

    Air & Cosmos du 27 mars
  • Espace
    OneWeb se place sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites
    L'opérateur OneWeb a déposé vendredi auprès de la justice de l'Etat de New York une requête pour se placer sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, afin qu'un moratoire sur ses dettes soit mis en place. «Notre situation actuelle est une conséquence de l'impact économique de la crise du Covid-19. Nous restons convaincus de la valeur sociale et économique de notre mission de connecter tout le monde partout», a déclaré le Directeur Général de OneWeb, Adrian Steckel, dans un communiqué. Depuis le début de l'année, OneWeb avait engagé des négociations pour compléter le financement du déploiement de sa constellation et son lancement commercial. «La pandémie du coronavirus a obligé nos investisseurs à tout stopper, brutalement», explique aux Echos le directeur exécutif Adrian Steckel, «cela nous a poussé à demander la sauvegarde du chapitre 11, afin d'obtenir du temps pour nous réorganiser et trouver de nouveaux investisseurs».

    Les Echos du 29 mars

Environnement
  • Environnement
    La chute de la pollution de l'air en Europe vue de la constellation Copernicus
    L'Agence Spatiale Européenne (ESA) a diffusé vendredi des cartes réalisées sur la base des observations du satellite Sentinel 5P de la constellation européenne Copernicus. Elles montrent une chute spectaculaire de la pollution au dioxyde d'azote au-dessus des grandes métropoles européennes, notamment à Paris, Rome et Madrid.

    Les Echos du 27 mars

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Coronavirus : «Si la crise dure, l'Etat devra venir au secours de son réseau aéroportuaire», pour l'UAF
    Dans une interview accordée à La Tribune, Thomas Juin, le président de l'Union des Aéroports Français (UAF), annonce que la quasi-totalité des aérogares en France vont fermer temporairement dans les prochains jours. L'UAF demande à l'Etat de prendre à sa charge le financement des missions régaliennes de sûreté et de sécurité, qui ne pourra plus être assuré par les aéroports. L'UAF demande également à Bruxelles de reporter les échéances de 2020 et 2022 pour la mise en place dans les aéroports de nouveaux équipements de sûreté. Au niveau local, l'association demande le report ou la suspension de la taxe professionnelle et de la taxe foncière. En outre, l'UAF souhaite une réflexion avec l'Etat sur la stratégie à mettre en place au moment de la reprise, une phase au cours de laquelle les pays seront en compétition pour attirer les compagnies aériennes. Thomas Juin préconise «de ramener la fiscalité du transport aérien à son plus bas niveau, au moins pour la période de reprise, pour permettre d'attirer des compagnies aériennes qui vont regarder comment se refaire en peu temps».

    La Tribune du 27 mars
  • Aviation Commerciale
    Les dirigeants de l'OACI saluent la réponse mondiale à la crise du coronavirus, et soulignent la nécessité d'un secours au transport aérien
    Le président et le secrétaire général du Conseil de l’Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) ont salué le 27 mars, dans un communiqué, la déclaration des dirigeants du G20 relative à la crise du nouveau coronavirus. « J’ai été encouragé de voir les engagements financiers solides que le G20 a désormais pris pour aider à la reprise mondiale après COVID-19, et que les secteurs les plus gravement touchés par les mesures d’atténuation de la pandémie actuelles seront prioritaires à l’avenir», a affirmé le président du Conseil de l’OACI, Salvatore Sciacchitano. «Le transport aérien international souffre clairement de manière très aiguë alors que la mobilité personnelle et mondiale continue d’être restreinte, et compte tenu de son rôle déterminant dans la réponse mondiale en temps de crise, je suis très encouragé par le fait que les secours pourraient bientôt arriver.» Le Secrétaire général de l’OACI, Fang Liu, évoque pour sa part la nécessité d’un «soutien budgétaire audacieux et à grande échelle». Les deux dirigeants ont rappelé que l’OACI se joint au Sommet des dirigeants du G20 pour continuer de travailler sur la base d’une coopération internationale efficace avec les Nations Unies (ONU), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et d’autres organisations internationales et industrielles.

    Air Journal du 29 mars