Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Dassault Aviation met deux Falcon au service de l’opération Résilience
    Pour faire face à la crise sanitaire liée au Covid 19, Dassault Aviation met gracieusement à la disposition du ministère des Armées deux avions d’affaires Falcon, dans le cadre de l’opération Résilience. Ces deux appareils, un Falcon 8X et un Falcon 900, sont aménagés pour 15 et 13 passagers. Ils sont opérés par Dassault Falcon Service (DFS), filiale de Dassault Aviation spécialisée dans la maintenance et les opérations aériennes ; les équipages sont ceux de DFS. En fonction des besoins définis par les autorités gouvernementales, les deux Falcon peuvent être sollicités par la cellule Résilience du Commandement de la Défense Aérienne et des Opérations Aériennes (CDAOA) de l’armée de l’Air. Capables de se poser sur de petits aéroports, par tous les temps et sans nécessiter d’infrastructures au sol, ils permettent d’acheminer très rapidement des équipes médicales ou du matériel, en France et dans le monde entier. La première mission a eu lieu ce dimanche 5 avril. Les deux Falcon ont ramené, de Brest à Paris, 26 médecins et personnels médicaux, qui avaient accompagné des malades du Covid 19 transférés en Bretagne par train sanitaire.

    Le Figaro, Air & Cosmos et Capital du 6 avril
  • Défense
    Lutte contre le Covid-19 : focus sur les moyens déployés par les forces armées
    Le ministère des Armées est pleinement mobilisé dans la lutte contre le Covid-19 dans le cadre de l'opération Résilience lancée par Emmanuel Macron le 25 mars. Les forces armées ont mis en œuvre des moyens très importants, via notamment les appareils de l'armée de l'Air et l'armée de Terre, pour permettre le désengorgement des hôpitaux du Grand Est et de l'Ile-de-France saturés. La Tribune rappelle que, depuis le 18 mars, 104 patients en réanimation atteints du Covid-19 ont été transférés vers des établissements de santé moins sollicités. Depuis le 17 mars, à la demande de la ministre des Armées Florence Parly, les armées ont mis en alerte, sur la base aérienne 125 d'Istres, le MOdule de Réanimation pour Patient à Haute Élongation d'Évacuation (MORPHEE), qui permet de transporter sur de longues distances, et dans des conditions de prise en charge adaptées, jusqu'à six patients lourds atteints du Covid-19. Ce module est mis en œuvre sur les avions A330 Phénix et C135FR de l'armée de l'Air. Un A400M de l'armée de l'Air allemande Lufttransportgruppe 62 a été également mis à disposition de l'EATC (European Air Transport Command).

    La Tribune du 5 avril
  • Défense
    Lockheed Martin a signé avec la Bulgarie un contrat pour la vente de huit F-16 Block 70
    Le ministère de la Défense américain a annoncé jeudi que Lockheed Martin avait signé avec la Bulgarie un contrat FMS (Foreign military sales) évalué à 512 millions de dollars, pour la vente de huit F-16 Block 70. Fabriqués dans la nouvelle ligne de production de F-16 à Greenville (Caroline du Sud), les avions de combat américains, qui devraient être livrés en 2027, vont remplacer une flotte de 15 MiG-29 bulgares (sur 19) encore en service jusqu'en 2029.

    La Tribune du 5 avril

Industrie
  • Industrie
    Airbus achemine 4 millions de masques en Europe
    Un équipage d'Airbus vient de terminer une nouvelle mission avec un avion d'essai A350-1000. Il s'agit de la troisième mission de ce type entre l'Europe et la Chine. L'avion est rentré en France avec une cargaison de 4 millions de masques dimanche 5 avril. Il avait quitté Toulouse le vendredi 3 avril, pour atteindre le site Airbus de Tianjin, en Chine, le 4 avril, et faire étape à Hambourg le même jour. Depuis la mi-mars, deux autres missions ont été effectuées, par un A330-800 et un A330 Multi-Role Tanker Transport (MRTT). Airbus a également déployé un A400M et sa flotte Beluga pour transporter des cargaisons de masques entre ses sites européens, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni et en Espagne.

    La Tribune du 5 avril et La Dépêche du Midi du 6 avril
  • Industrie
    Teledyne a annoncé que l'Etat français s'oppose à son souhait de racheter Photonis
    Dans un document transmis le 31 mars à la SEC (Securities and Exchange Commission) américaine, le groupe Teledyne a annoncé qu'il avait été informé verbalement d'un «avis négatif» du ministre français de l'Économie et des Finances Bruno Le Maire pour le rachat de Photonis. Teledyne avait proposé au fonds d’investissement Ardian, qui détient l’entreprise, 550 millions de dollars pour ce rachat.

    Ensemble de la presse du 6 avril
  • Industrie
    Bruno Le Maire appelle toutes les entreprises à réduire leurs dividendes
    Dans une interview accordée dimanche matin au Journal du Dimanche, Bruno Le Maire rappelle qu’«aucune des grandes entreprises qui font appel à l'Etat pour leur trésorerie ne devra verser de dividende», et invite toutes les entreprises à suivre cette voie : «je les appelle à diminuer d'au moins un tiers le versement des dividendes en 2020», déclare-t-il. Les grands établissements bancaires français ont déjà renoncé à verser la rémunération prévue à leurs actionnaires. Beaucoup de grands groupes, à l’image de Dassault Aviation, Airbus ou Safran, ont également suspendu leurs dividendes. Bruno Le Maire demande aux dirigeants, en outre, de faire preuve d’un esprit de solidarité avec les employés qui ne toucheront que 84% de leur rémunération. «J'ai déjà des réponses positives des présidents d'Air France et de Safran. Je salue leur décision», souligne-t-il. Le ministre promet également que les dispositifs mis en place pour aider les entreprises à passer le choc du confinement «seront réabondés autant que nécessaire». Quant aux grandes entreprises en difficultés, le ministre dit avoir «transmis au président et au Premier ministre une liste d'une vingtaine d'entreprises stratégiques fragilisées et des solutions pour les aider : garanties de prêts, montée au capital, recapitalisation, et, en dernier ressort, nationalisation». L'Etat apportera «les moyens financiers nécessaires aussi longtemps que la crise durera», assure le ministre.

    Le Journal du Dimanche du 5 avril, Les Echos et La Tribune du 6 avril
  • Industrie
    Report des charges sociales et fiscales en avril
    Dans un entretien publié samedi par Ouest-France, le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a indiqué que le report de paiement des charges sociales et fiscales, permis aux entreprises en mars pour résister durant la crise du coronavirus, sera également possible en avril. «J'ai décidé de donner la possibilité aux entreprises qui en ont besoin de reporter ces échéances pour tout le mois d'avril», explique-t-il. «Il en est de même pour les impôts : comme en mars, les entreprises qui subissent des difficultés financières liées à la crise sanitaire auront la possibilité de demander un report de leurs échéances d'impôts directs», a-t-il ajouté.

    Ouest-France du 4 avril
  • Industrie
    La BEI propose de soutenir l’économie européenne à hauteur de 200 milliards d'euros
    Les ministres des Finances de la zone euro devraient valider, ce mardi 7 avril, la proposition de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) de soutenir l'économie européenne à hauteur de 200 milliards d'euros supplémentaires. Le dispositif passe par la création d'un fonds de garantie financé par les Etats membres. «Les entreprises de toute l'Union européenne nécessitent un soutien massif. Elles requièrent davantage de lignes de crédit, de prêts-relais et de fonds de roulement pour surmonter ce défi sans précédent. Avec l'appui des Etats membres, la réponse du Groupe BEI à la crise du coronavirus permettrait de soutenir des financements représentant jusqu'à 1,5% du PIB européen», a indiqué Werner Hoyer, président de la BEI.

    Les Echos du 6 avril
  • Industrie
    Fixations aéronautiques : Böllhoff entre au capital de Gillis Aerospace
    Le fabricant de fixations pour l’aéronautique Gillis Aerospace (Tarn et Garonne) vient de céder 40% de son capital au groupe allemand Böllhoff, spécialisé dans les composants d'assemblage pour l'industrie. «Böllhoff fabrique des fixations novatrices et fera évoluer nos compétences avec son bureau d’études, pour chercher des marchés plus technologiques», se félicite Serge Dumas, dirigeant de Gillis Aerospace, qui reste propriétaire de l’entreprise.

    Les Echos du 6 avril

Espace
  • Espace
    Airbus Defence and Space : amarrage réussi de la plateforme Bartolomeo au laboratoire Columbus
    L’amarrage de la plateforme d’expériences externes Bartolomeo sur les flancs du module-laboratoire européen Columbus, à l’aide du bras et de la main robotiques canadiens Canadarm2 et Dextre, a été mené avec succès les 1er et 2 avril derniers par les équipes du centre de contrôle de la Station Spatiale Internationale à Houston (Texas). Développée par Airbus Defence and Space et construite à Brême, en Allemagne, la plateforme Bartolomeo avait été acheminée en position repliée le 7 mars, à l’aide du vaisseau-cargo Dragon CRS 20 de SpaceX, lancé depuis la base militaire de Cape Canaveral, en Floride. La plateforme doit être exploitée conjointement par Airbus Defence and Space et l’Agence Spatiale Européenne.

    Air & Cosmos du 5 avril

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    IATA reporte son assemblée générale
    L'Association Internationale du Transport Aérien (IATA) reporte son assemblée générale qui devait se tenir les 22 et 23 juin à Amsterdam. L'assemblée générale pourrait se tenir au troisième ou quatrième trimestre, a indiqué IATA. «Nos membres sont confrontés à la crise la plus profonde que le secteur du transport aérien ait jamais connue… Nous nous rassemblerons en tant qu'industrie lorsque la liberté de voyager aura été rétablie et que nous pourrons nous concentrer sur le rôle essentiel du transport aérien dans la reprise économique et sociale après cette crise sans précédent», a déclaré Alexandre de Juniac, son directeur général.

    La Tribune du 5 avril
  • Aviation Commerciale
    La France et les Pays-Bas discutent d'une aide financière massive à Air France-KLM
    Selon Reuters, des négociations seraient en cours concernant l’octroi de 6 milliards d’euros à Air France-KLM, sous la forme de crédits garantis par ses deux actionnaires étatiques, afin de faire face aux besoins de liquidités de la compagnie. Une injection directe de capital resterait également envisagée à moyen terme.

    Ensemble de la presse du 6 avril