Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Coronavirus : le GIFAS, le GICAT et le GICAN auditionnés à l’Assemblée nationale
    Les industries de défense jugent « fondamental » un plan de relance de l'économie dont elles bénéficieraient face à l'épidémie de coronavirus, mettant en avant les emplois en jeu en France et la rudesse de la concurrence internationale, ont affirmé jeudi leurs représentants. « Nous proposons un plan de relance pour soutenir la base industrielle et technologique de défense à l'image de ce qui avait été réalisé après la crise de 2008 pourtant beaucoup moins forte », ont plaidé Eric Trappier, Président du GIFAS, Stéphane Mayer, Président du GICAT et président du Conseil des industries de défense française (CIDEF) et Hervé Guillou, président du GICAN, lors d'une audition par les députés de la commission des Forces armées. Ils étaient entendus en tant que présidents des trois groupements professionnels, dont le GIFAS, le Groupement des industries françaises de défense et de sécurité terrestres (GICAT) et le GICAN (Groupement des industries navales).

    AFP du 23 avril 2020 - L’Express du 23 avril 2020
  • Industrie
    Covid-19 : Lufthansa Technik convertit au fret quatre A330
    En Allemagne, Lufthansa Technik a terminé en 36 heures la conversion en version fret des quatre Airbus A330-300 passagers retenus pour transporter des produits médicaux et « répondre à la demande croissante de fret aérien durant la crise des coronavirus ». Normalement, les avions long-courriers de ce type transportent « jusqu’à 236 voyageurs d’affaires et de loisirs dans le monde », précise son communiqué. Aujourd’hui, quatre d’entre eux transportent donc désormais des fournitures médicales là où les besoins sont urgents.

    Air-journal du 23 avril 2020

Défense
  • Défense
    Coronavirus : les industriels de défense plaident pour un « plan de relance »
    Le volet défense du plan de relance lancé en 2008 représentait 2,4 milliards d'euros. Il avait notamment donné lieu à la commande d'un porte-hélicoptères supplémentaire, le Dixmude, qui croise aujourd'hui dans les Antilles pour y apporter soutien logistique et matériel sanitaire face à l'épidémie de Covid-19. Un tel plan de relance est aujourd'hui « absolument fondamental », selon les présidents du GIFAS, du GICAT et du GICAN. « La commande publique est le meilleur moyen de redémarrer l’économie », a jugé Hervé Guillou, du GICAN. « Il faut être capable de relancer notre économie au risque sinon de voir déferler une vague relativement forte de problématiques d’emplois et d'activités qui serait désastreuses », a observé Eric Trappier pour le GIFAS. Les salariés des industries de défense représentent plusieurs centaines de milliers de personnes, pour beaucoup très qualifiées et réparties sur l'ensemble du territoire. « Avant de parler de relocalisations, l'industrie de défense est déjà localisée en France, donc un euro dans le budget français va directement dans l'emploi en France et l’export, c'est du budget étranger qui donne de l'emploi en France », selon Eric Trappier. Le secteur est contributeur net à la balance commerciale, mais fait face à une forte concurrence internationale, notamment d'Allemagne, de Chine ou des États-Unis. « Or, nos principaux concurrents se sont mis dans une situation de redémarrage [de l'activité] qui pourrait très rapidement tuer nos parts de marché », a estimé Hervé Guillou, Président du GICAN. Entendue par les sénateurs le 10 avril, la ministre des Armées Florence Parly avait affirmé que son ministère, « premier investisseur de l’État », aurait « un rôle particulier à jouer lorsqu'il s'agirait de relancer l'économie française ».

    AFP du 23 avril 2020 - L’Express du 23 avril 2020
  • Défense
    MBDA a réalisé un chiffre d’affaires record en 2019
    Profitant d'un carnet de commandes record, MBDA a réalisé un chiffre d'affaires historique en 2019 en atteignant 3,7 milliards d’euros. Soit un bond de plus de 15% par rapport à 2018 (3,2 milliards). Avant la crise liée au Covid-19, le missilier européen était clairement sur le chemin des 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires après six années de hausse consécutive (2,4 milliards en 2014). MBDA a même augmenté sa profitabilité, son résultat opérationnel l'EBITDA ayant progressé de 14% environ, passant de 456 millions en 2018 à 520 millions d'euros l'année dernière.

    La Tribune du 24 avril 2020

Espace
  • Espace
    SpaceX met en orbite 60 satellites Starlink
    SpaceX a réussi le lancement d'une nouvelle grappe de soixante satellites Starlink, dans la soirée du 22 avril. Ce vol a aussi été l'occasion d'effacer deux précédents échecs, en réussissant à faire revenir le premier étage de la fusée Falcon 9 sur une barge.

    Ensemble de la presse du 23 avril 2020
  • Espace
    La France condamne le lancement d'un satellite militaire iranien
    La France a « fermement » condamné jeudi 23 avril la mise en orbite d'un satellite militaire annoncé la veille par l'Iran. Dans un communiqué, le ministère français des Affaires étrangères juge que ce lancement n'est pas conforme à la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations unies qui encadre l'accord de juillet 2015 sur le programme nucléaire iranien.

    AFP du 23 avril 2020
  • Espace
    « Tianwen » est le nom de la future première mission chinoise d’exploration de Mars
    L’agence spatiale chinoise a dévoilé le nom que sa première mission d’exploration de la planète Mars, « Tianwen-1 », dont le lancement est prévu cette année, a rapporté l’agence de presse officielle Chine Nouvelle vendredi 24 avril, au jour du 50e anniversaire du lancement du premier satellite chinois. La Chine est devenue en 2003 le troisième pays à envoyer un homme dans l’espace à bord d’une fusée fabriquée par ses soins, après l’ex-URSS et les États-Unis, avant de réussir dix ans plus tard son premier alunissage.

    Reuters du 24 avril 2020

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Comment Air France gère l'immobilisation de sa flotte
    Les compagnies aériennes doivent s’adapter à une situation inédite où la majorité de la flotte mondiale est clouée au sol. Dans le cas d'Air France, 180 appareils sont immobilisés sur une flotte de 224 avions. Pour Air France Industries, cela nécessite le maintien d'un millier de mécaniciens sur le terrain, sur les 8 000 salariés que compte la division. En accord avec les recommandations constructeurs et les autorités, le groupe Air France a en effet opté pour un « stockage actif » de ces 180 appareils, qui correspond à une immobilisation d'un à trois mois. « Ceci nous permet de garder une certaine flexibilité si nous souhaitons remettre un avion en vol et de maîtriser les coûts associés à ces opérations », explique Géry Mortreux, directeur général adjoint en charge de la maintenance d'Air France.

    Le Journal de l’Aviation du 22 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    Le directeur général d’Air France renonce à son bonus 2020
    Le directeur général d'Air France-KLM Benjamin Smith va renoncer à son bonus au titre de 2020 dans le contexte de la crise du coronavirus et s'impose une réduction de 25% de sa rémunération, a-t-il indiqué jeudi 23 avril dans un communiqué. Le ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra a accueilli favorablement cette déclaration, estimant qu’« il est raisonnable et juste que cette proposition de bonus ait été rapidement abandonnée ».

    Le Journal de l’Aviation du 23 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    Ryanair ne revolera pas si le siège du milieu doit rester vide
    Dans une interview au Financial Times, le CEO de Ryanair, Michael O'Leary, prévient que la compagnie à bas coûts irlandaise ne recommencera pas à voler si elle est tenue de garder ses sièges de milieu de rangée vides pour maintenir des distances de sécurité face au coronavirus. « Soit il paie pour le siège du milieu, soit on ne volera pas, car nous ne pouvons pas gagner d'argent avec un taux de remplissage de 66%& », a-t-il déclaré. La compagnie aérienne EasyJet avait évoqué la semaine dernière la possibilité de laisser les sièges médians vides, dans une phase initiale de reprise des vols.

    AFP du 23 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    ADP annonce un chiffre d'affaires en baisse de 5,6% au premier trimestre
    Le chiffre d'affaires consolidé du Groupe ADP a baissé de 5,6% au premier trimestre à 911 millions d'euros, marqué par les premiers effets de la pandémie du Covid-19, a annoncé le groupe jeudi 23 avril. Le trafic du groupe, qui gère plus d'une vingtaine d'aéroports dans le monde, a reculé de 10,1%, pendant les trois premiers mois de l'année avec un total de 44,5 millions de passagers, et celui des aéroports parisiens de 20,9%, avec 18,8 millions de passagers. « Cette baisse du trafic s'est amplifiée en avril et devrait demeurer à un bas niveau en mai, a indiqué le PDG du groupe Augustin de Romanet cité dans un communiqué. Une reprise progressive est attendue à partir du mois de juin ».

    AFP du 23 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    L'Italie va nationaliser la compagnie aérienne Alitalia en juin
    Le gouvernement italien prendra en juin le contrôle total d'Alitalia, que la crise du coronavirus a poussé à la faillite, a annoncé jeudi 23 avril le ministre de l'Industrie, Stefano Patuanelli. « La nouvelle Alitalia débutera avec une flotte de plus de 90 de ses 113 avions actuels », a-t-il précisé.

    Reuters du 23 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    Lufthansa demande l'aide de l'Etat pour éviter la faillite
    Le premier groupe européen de transport aérien Lufthansa a indiqué jeudi 23 avril être en discussion avec les pouvoirs publics pour « assurer sa solvabilité ». Lufthansa va voir ses réserves financières fondre « nettement » dans les « prochaines semaines » et mène par conséquent des « discussions intenses » avec les gouvernements d'Allemagne, d'Autriche, de Belgique et de Suisse, où la compagnie est implantée, pour des aides financières diverses « afin d'assurer rapidement une solvabilité durable », écrit-il dans un communiqué.

    Reuters du 23 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    L'aéroport de Marseille demande à l'Etat de prendre en charge le coût des mesures de sûreté
    Les responsables de l'aéroport de Marseille-Provence (AMP), l'un des plus importants de France, ont demandé jeudi 23 avril à l'Etat de prendre en charge pour 2020 le coût des opérations de sécurité afin d'alléger le déficit dû à la crise du coronavirus. Pour cet aéroport, qui dessert notamment la deuxième ville du pays, les opérations de sûreté représentent des dépenses de 39 millions par an, soit l'équivalent du chiffre d'affaires, selon ses responsables. « Le coût des opérations de sûreté continue à courir alors que les recettes sont à zéro », ont-ils argumenté.

    Journal de l’Aviation du 23 avril 2020
  • Aviation Commerciale
    Le trafic aérien va baisser de moitié au Moyen-Orient et en Afrique du Nord en 2020
    Le trafic aérien au Moyen-Orient et en Afrique du Nord va diminuer d’au moins 51% en 2020 à cause de la pandémie de coronavirus, a indiqué le 23 avril l'Association internationale du transport aérien (IATA). IATA estime que la baisse du trafic va entraîner une perte de 24,5 milliards de dollars pour les compagnies de la région. Presque tous les avions des 19 compagnies aériennes nationales et de la douzaine de compagnies privées de la région sont cloués au sol en raison des strictes mesures prises pour combattre la pandémie. L'arrêt des vols au Moyen-Orient et en Afrique du Nord menace quelque 1,2 million d'emplois, soit la moitié des emplois locaux pour cette industrie, a précisé IATA.

    AFP du 23 avril 2020