Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Airbus annonce avoir conclu le programme d’essais en vol ATTOL
    Airbus a annoncé avoir conclu avec succès son projet de taxiage, de décollage et d’atterrissage autonomes (ATTOL), après un programme d'essais en vol qui s'est étendu sur deux ans. En complétant ce projet, Airbus a réalisé le roulage autonome, le décollage et l’atterrissage d’un avion commercial grâce à des essais en vol entièrement automatiques basés sur la vision à l’aide de cette technologie de reconnaissance d’images embarquée. Plus de 500 vols d’essai ont été effectués, dont environ 450 ont été consacrés à la collecte de données vidéo brutes, à l’appui et à l’optimisation des algorithmes, tandis qu’une série de six vols d’essai, chacun comprenant cinq décollages et atterrissages, ont été utilisés pour tester les capacités de vol autonomes.

    Air & Cosmos du 29 juin 2020
  • Industrie
    Trois jours de tests de certification pour le Boeing 737MAX
    Boeing et la FAA, l’autorité de régulation américaine, ont entamé le 29 juin trois jours d'essais en vol, destinés à démontrer que les modifications logicielles apportées au logiciel MCAS sont suffisamment robustes et permettront d'éviter tout nouveau scénario d'accident comparable à celui de Lion Air ou d'Ethiopian Airlines. Un équipage est monté à bord d’un 737 MAX 7 bénéficiant d’équipement d’essai et a décollé de l'aéroport de Boeing Field près de Seattle. Il a réalisé méthodiquement des scénarios de vol tels que des virages serrés, progressant vers des manœuvres plus extrêmes, le tout dans un couloir aérien situé au-dessus de l’État de Washington. Les essais en vol, qui doivent durer au moins trois jours, pourraient aussi inclure des touch-and-go réalisés à l’aéroport de Lake Moses, ainsi qu'un vol au-dessus de la côte de l’océan Pacifique.

    Air & Cosmos du 29 juin 2020
  • Industrie
    Norwegian annule l'intégralité de ses commandes de 737 MAX et 787 chez Boeing
    Norwegian a décidé d'annuler l'intégralité des appareils commandés à Boeing, à savoir 92 737 MAX et 5 Dreamliner 787-9. La compagnie low-cost indique que les négociations entamées avec l'avionneur concernant des dédommagements liés à l'immobilisation du monocouloir ainsi qu'aux problèmes des Trent 1000 de ses Dreamliner n'ont pas « débouché sur un accord avec une compensation raisonnable pour la compagnie ».

    Journal de l’Aviation du 30 juin 2020
  • Industrie
    L'équipementier Tecalemit fusionne deux sites de production
    L'équipementier aéronautique Tecalemit Aerospace, spécialisé dans les tuyauteries, va fusionner ses sites de Blois (Loir-et-Cher) et de Luceau (Sarthe), en espérant que cette rationalisation lui permette de « franchir le cap » de la crise que traverse la filière. « Nous proposons aux salariés de Blois d'occuper exactement la même fonction à Luceau », a déclaré le 29 juin le directeur général Franck Colcombet, expliquant que cette mesure allait permettre « de protéger la totalité de l'emploi, sans faire de licenciements ». Blois, site historique de l'entreprise, est distant d'une centaine de kilomètres de Luceau, une usine que Tecalemit avait reprise il y a deux ans en rachetant certaines activités de son concurrent Daher. Les deux sites emploient chacun environ 150 personnes.

    AFP du 29 juin 2020 - Journal de l’Aviation du 30 juin 2020
  • Industrie
    Hemeria en négociation exclusive pour le rachat des activités d’Eolane les Ulis
    Un peu plus d'un an après sa création, Hemeria, qui fabrique des équipements et des systèmes pour des marchés comme la dissuasion française et l'industrie spatiale, est en train de racheter le site des Ulis d'Eolane. « Le groupe Eolane et Hemeria Invest ont approuvé un protocole d'accord portant sur le rachat des titres d'Eolane les Ulis par le groupe Hemeria. La transaction devrait être réalisée durant l'été 2020 », précise un communiqué. Après avoir structuré une activité nationale centrée sur les nanosatellites et des systèmes de défense, Hemeria complète son portefeuille avec les activités d'Eolane les Ulis, qui travaille dans le maintien en condition opérationnelle dans le secteur de la défense (aéronautique militaire et sous-marins), mais aussi dans l'aéronautique civile et les transports ferroviaires.

    La Tribune du 29 juin 2020
  • Industrie
    Vers un rebond dans le secteur de l’aviation d’affaires ?
    Le secteur de l’aviation d’affaires pourrait rebondir, en France et dans le monde : à l’échelle mondiale, les livraisons de jets ont atteint 809 exemplaires l’an passé, contre 703 en 2018. « Je pense que l’aviation d’affaires pourrait connaître une reprise plus rapide que celle de l’aviation commerciale, étant donné qu’elle permet d’accéder à des horaires à la carte et de transporter des personnes en toute sécurité, estime Bruno Mazurkiewicz, directeur de l’aéroport Paris-Le Bourget. On peut même espérer voir arriver un nouvelle clientèle professionnelle, qui ne prend pas les avions d’affaires en temps normal ». Ces dernières semaines, l’aviation d’affaires a ainsi montré un nouveau visage, en transportant des masques et du personnel soignant. Dassault Aviation a par ailleurs mis à disposition du ministère des Armées deux avions d’affaires dans le cadre de l’opération Résilience, un Falcon 8X et un Falcon 900. De son côté, Daher a prêté main forte avec deux avions TBM et leurs pilotes depuis son site de Tarbes.

    L’Usine Nouvelle du 2 juillet 2020
  • Industrie
    Safran parmi les entreprises les plus innovantes en France
    L’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) a publié, le 26 juin, le palmarès 2019 des déposants de brevets. Le groupe aéronautique Safran y conserve sa troisième place pour la quatrième année consécutive avec 871 brevets publiés en 2019, contre 783 l'année précédente. 2019 aura représenté une bonne année pour le secteur de l'aéronautique, avec les groupes Airbus, passé de 317 à 351 demandes de brevets et de la huitième à la septième place, et Thales, passé de 243 à 265 demandes et de la dixième à la huitième place.

    Clubic du 29 juin 2020

Défense
  • Défense
    Safran Helicopter Engines remporte un contrat de maintenance pour l’armée de l’Air néerlandaise
    Safran Helicopter Engines vient de remporter un contrat pluriannuel avec l’armée de l'Air royale néerlandaise pour la maintenance des moteurs Makila équipant sa flotte d'hélicoptères Airbus Helicopters AS532U2 Cougar Mk.II. À la suite d'un appel d'offres public, le contrat officialise un accord de maintenance, de réparation et de révision portant sur 40 moteurs Makila 1A2, jusqu'à leur fin de vie.

    Air & Cosmos du 29 juin 2020
  • Défense
    Airbus livre le premier A330 MRTT à l'OTAN
    Le premier avion ravitailleur MRTT (Multi Role Tanker Transport, avion militaire de transport et de ravitaillement en français) doit s’envoler ce 30 juin pour la base militaire d’Eindhoven, aux Pays-Bas, depuis l'usine d'Airbus de Getafe, en Espagne. Sous l'égide de l'OTAN il s'agit du premier appareil sur les huit commandés dans le cadre du programme MMF (Multinational MRTT Fleet initiative, en français, l'initiative de ravitaillement en vol) réunissant six pays européens (Allemagne, Pays-Bas, Luxembourg, Belgique, Norvège et République Tchèque). Le contrat, qui lie Airbus Defence and Space et les pays initiateurs du MMF depuis 2016, prévoit la livraison des sept autres appareils d'ici 2024, avec des options portant sur trois appareils supplémentaires.

    L’Usine Nouvelle du 29 juin 2020
  • Défense
    La gendarmerie acquiert dix Airbus Helicopters H160
    Les forces aériennes gendarmerie (FAG) acquerront dix hélicoptères H160 et deviendront ainsi les premiers opérateurs étatiques de l’appareil, après les marins français, qui utiliseront quatre H160 loués.

    Air & Cosmos du 29 juin 2020

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Lufthansa remet en service la moitié de sa flotte
    Lufthansa a annoncé le 29 juin reprendre ses vols avec la moitié de sa flotte d'avions, pour accompagner la reprise progressive du trafic aérien mondial. « Les frontières rouvrent progressivement et la demande augmente, à court et moyen terme, a indiqué Lufthansa dans un communiqué. Nous élargissons en conséquence notre plan de vol, et poursuivons notre redémarrage. Cela signifie que la moitié de la flotte du groupe sera de nouveau dans les airs, soit 200 appareils de plus ». Après avoir cloué au sol la quasi-totalité de ses appareils au plus fort de la crise du coronavirus en mars, le groupe va remettre 380 avions en service.

    AFP du 29 juin 2020 - Journal de l’Aviation du 30 juin 2020

Espace
  • Espace
    Thierry Breton souhaite accélérer le dossier d’Ariane 7
    L'Union européenne va accélérer ses investissements dans les lanceurs, les communications par satellites et l'exploration spatiale pour ne pas se laisser déborder par les ambitions chinoises et américaines, a déclaré le 28 juin Thierry Breton. « Nous sommes une puissance spatiale autonome. Et nous allons non seulement le rester, mais nous allons accélérer », s'est engagé le commissaire européen au Marché intérieur, dont les attributions couvrent également le domaine spatial. « SpaceX a redéfini les standards des lanceurs, et c'est pour cela qu'Ariane 6 est une étape nécessaire, c'est une étape qui n'est pas une fin en soi : nous devons dès maintenant penser à Ariane 7 et aux ruptures technologiques à apporter, a souligné Thierry Breton alors qu'Ariane 6 n'a pas encore effectué son vol inaugural. Ce qui est très important c'est que tout le monde soit conscient que nous avons en Europe toutes les technologies et l'expertise pour le faire ».

    L’Usine Nouvelle du 28 juin 2020

Environnement
  • Environnement
    Une nouvelle étude révèle les potentialités de l’hydrogène
    Une nouvelle étude indépendante commandée par Clean Sky 2 et Fuel Cell & Hydrogen 2 Joint Undertaking sur le potentiel d’utilisation de l’hydrogène dans l’aviation a été présentée le 22 juin 2020. L’étude a révélé que l’hydrogène, en tant que source d’énergie primaire pour la propulsion, soit pour les piles à combustible, la combustion directe dans les moteurs thermiques (turbines à gaz), pourrait conduire à une entrée en service d’ici 2035 d’avions de type court-courriers. Coûtant moins de 18 euros de plus par personne sur un vol de type court-courrier et réduisant l’impact climatique de 50 à 90%, l’hydrogène pourrait jouer un rôle central au sein des futures technologies de propulsion.

    Air & Cosmos du 26 juin 2020