Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Le ministère des Armées au secours des industriels de la défense
    La «Task Force» mise en place en mars a permis au ministère de la Défense de venir en aide à une centaine d'entreprises membres de la Base Industrielle et Technologique de Défense (BITD), indique L’Usine Nouvelle. 1 236 sociétés ont ainsi été sollicitées. Sur 792 ayant répondu, 92 ont été jugées dans un état critique (dont 80 % de PME et ETI) et ont été aidées, selon le magazine. Sodern, spécialisée dans la fabrication d'instruments scientifiques pour le spatial et la défense, a notamment témoigné lors d’un point presse : «la ministre est venue nous voir début juillet, et la DGA nous a accordé une aide à la trésorerie de 1 million d'euros dans la foulée. Sodern devrait pouvoir continuer ses investissements et relancer sa croissance», a souligné son dirigeant, Franck Poirrier.

    L’Usine Nouvelle du 7 septembre

Espace
  • Espace
    «France relance» : soutien à la filière spatiale française
    Le soutien à la filière spatiale représente, dans le cadre du plan «France relance» présenté jeudi dernier par le Premier ministre Jean Castex, une enveloppe de 515 millions d'euros, dont 365 millions, pour la période 2021-2022, financés intégralement par le plan de relance de l'Union européenne, précise La Tribune. «Un soutien spécifique au secteur spatial doit permettre de redynamiser les entreprises du secteur sinistrées par la crise, d'investir dans l'innovation et d'améliorer leur compétitivité», indique le gouvernement dans son dossier de presse, «Il est urgent de mettre en place un soutien dédié à la filière». Le plan de relance français en faveur du spatial est constitué d'un premier volet de soutien en trésorerie et en fonds propres aux entreprises du secteur (maîtres d'oeuvre, équipementiers et PME). Un second volet vise à stimuler la recherche et l'innovation, en améliorant la compétitivité de la filière, à maintenir les compétences critiques en France, et à les accompagner vers la transition numérique et environnementale. Dans ce cadre, il est notamment prévu un projet industriel d'unité de production d'hydrogène vert dès 2020 ou début 2021 sur le site d'ArianeGroup à Vernon. En outre, le gouvernement souhaite préparer dès 2021 les technologies et les compétences industrielles nécessaires pour les futures capacités spatiales civiles et militaires en France (télécoms, observation, surveillance de l'espace). Cette mesure va faire l'objet d'une subvention au CNES (127,7 millions d'euros).

    La Tribune du 7 septembre
  • Espace
    Vers un développement des usages de l’hydrogène dans la filière spatiale
    Le plan de relance prévoit non seulement de développer une filière d’hydrogène vert en France, mais aussi d’en soutenir les usages, notamment dans le domaine spatial. L’Usine Nouvelle relève ainsi que, dans le volet compétitivité du plan, une partie des 365 millions d‘euros destinés à la filière spatiale servira à financer un projet industriel d’unité de production d’hydrogène "vert" dès 2020 ou début 2021, sur le site d’ArianeGroup à Vernon (Eure) où sont conçus, développés et produits des systèmes propulsifs liquides pour lanceurs Le détail du plan hydrogène français de 7,2 milliards doit être présenté le 8 septembre par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance.

    L’Usine Nouvelle du 7 septembre
  • Espace
    Test de mise à feu sur un propulseur du Space Launch System
    La NASA et Northrop Grumman ont mené le 2 septembre un test de mise à feu statique sur un propulseur du Space Launch System (SLS). La fusée SLS utilisera deux propulseurs de ce type pour s’envoler vers la Lune en 2021. Le SLS doit devenir la fusée la plus puissante de la NASA après Saturn V, précise l’Usine Nouvelle.

    L’Usine Nouvelle du 7 septembre

Industrie
  • Industrie
    Airbus a bien ajusté sa production d'avions à l’évolution de la demande
    La réduction de 40% des cadences de production d'Airbus en avril s'est révélée conforme à l'évolution de la demande, soulignent Les Echos, permettant à l'avionneur de livrer une cinquantaine d'appareils par mois. Le quotidien relève également que les négociations en cours et les mesures gouvernementales pourraient permettre de revoir à la baisse les prévisions de réduction des effectifs, et d'éviter des départs contraints en France.

    Les Echos du 7 septembre
  • Industrie
    Soutien à la modernisation des usines françaises
    Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’industrie, présente ce lundi des mesures de soutien à la modernisation des usines françaises. «Il faut saisir ce moment pour transformer notre industrie», affirme la ministre. Bercy révèle deux dispositifs. Le premier est la transformation en un mécanisme de subvention du système de suramortissement en cas d'investissement dans l'industrie du futur (robotique, fabrication additive, machines à commande programmable, capteurs, logiciels, etc.). Dans le cadre du plan de relance, le gouvernement a prévu 40 millions d'euros pour ces subventions en 2020, puis 140 millions en 2021 et encore 140 millions en 2022. Le gouvernement a également décidé de renouveler le Prêt French Fab opéré par Bpifrance . Avec ce dispositif, abondé à hauteur de 45 millions d'euros par l'Etat, Bpifrance dispose de 400 à 500 millions de fonds à prêter aux entreprises pour les aider à investir dans la modernisation des lignes, y compris avec des logiciels.

    Les Echos du 7 septembre
  • Industrie
    Olivier Andriès a été nommé vendredi directeur auprès du directeur général de Safran
    Olivier Andriès a été nommé vendredi directeur auprès du directeur général de Safran, Philippe Petitcolin, auquel il succédera le 1er janvier prochain, annonce le groupe. Diplômé de Polytechnique et des Mines de Paris, ancien de la direction du Trésor au ministère des Finances passé notamment par Lagardère et Airbus, Olivier Andriès a intégré Safran en 2008. Il prendra ses nouvelles fonctions à compter du 10 septembre puis succédera à Philippe Petitcolin au poste de directeur général le 1er janvier 2021. Jean-Paul Alary lui succède au poste de président de Safran Aircraft Engines ; Cédric Goubet est par conséquent nommé Président de Safran Landing Systems, et Vincent Caro Président de Safran Nacelles.

    Challenges du 7 septembre
  • Industrie
    Plan de relance : entretien avec Philippe Darmayan (UIMM)
    Le président de l'Union des Industries et Métiers de la Métallurgie (UIMM), Philippe Darmayan, s’exprime dans Les Echos. Il se félicite du gain de compétitivité lié à la baisse des impôts de production. «Les projets de relocalisations des industriels ne tiendront que si la compétitivité est au rendez-vous et un effort comme celui qui vient d'être fait sur les impôts de production est de nature à la sécuriser», souligne-t-il. «Le plan met 30 milliards sur la table pour construire une économie verte mais parle peu du pilotage de cet argent», avertit toutefois le dirigeant. «Il faut aller plus loin pour concrètement mettre en perspective ce plan dans les 20 filières industrielles françaises et le transformer en stratégie globale».

    Les Echos du 7 septembre
  • Industrie
    PGE : des taux de 1 à 2,5% pour les PME/TPE qui en prolongent la durée
    Les TPE et PME qui souhaitent prolonger la durée de leur prêt garanti par l'État (PGE) bénéficieront de taux bancaires compris entre 1% et 2,5%, «particulièrement avantageux», a annoncé dimanche le ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire. «Les discussions ont abouti (à ce résultat) hier dans un esprit constructif avec les banques», a déclaré le ministre dans l'émission Grand rendez-vous Europe 1/Les Échos/CNews. «Nous avons négocié avec les banques des taux particulièrement avantageux». M. Le Maire a rappelé que «ces entrepreneurs ne sont pas engagés sur leurs biens individuels dans ce prêt garanti par l'Etat». Dans le communiqué du ministère de l'Economie, le ministre délégué chargé des PME Alain Griset s'est félicité de «l'excellente nouvelle» des conditions de taux que M. Le Maire et lui-même ont négociées avec les banques, précisant que 95% des bénéficiaires des prêts garantis par l'Etat sont des TPE/PME. Les entreprises peuvent étaler le remboursement de leurs créances sur 6 ans au maximum.

    Ensemble de la presse du 7 septembre
  • Industrie
    L’État met en place des aides pour les entreprises exportatrices
    Le plan de relance prévoit 247 millions d’euros spécifiquement pour les entreprises exportatrices, précise Le Figaro. Le dispositif va apporter un soutien financier aux entreprises, en particulier aux entreprises de taille intermédiaire (PME-ETI). L’État prendra directement en charge certains frais de ces entreprises. Un «chèque export» remboursera jusqu’à 50% des frais de participation à un salon international ou à l’achat d’une prestation d’accompagnement. D’autre part, un «chèque VIE» d’un montant de 5 000 euros sera octroyé aux PME-ETI qui envoient un jeune à l’international.

    Le Figaro du 5 septembre
  • Industrie
    Dedienne Multiplasturgy Group fabrique des équipements de protection face à la Covid-19
    Dedienne Multiplasturgy Group a réadapté ses lignes de production pour confectionner des équipements de protection individuelle. L’entreprise a notamment conçu un masque réutilisable en plastique 100% recyclable, baptisé Protective Rainbow. «Jusqu'ici, nous avions opté pour une fabrication additive à l'aide d'imprimantes 3D. Cela nous permettait de produire 1000 masques par jour. Pour le Rainbow, nous avons créé un moule, ce qui a permis de multiplier par 10 notre production journalière», Pierre-Jean Leduc, directeur général de Dedienne Multiplasturgy Group, interrogé par L’Usine Nouvelle. «Nous devrions perdre 30% de notre chiffre d'affaires en 2020. En 2019, notre groupe a réalisé 66 millions d'euros, nous serons autour de 50 millions cette année. Nos masques devraient nous permettre d'amortir le choc en faisant entrer quelques millions d'euros», précise-t-il.

    L’Usine Nouvelle du 1er septembre

Environnement
  • Environnement
    Nicolas Orance, DG de Rafaut : "labellisons les industries éco-responsables et solidaires"
    L’Usine Nouvelle donne la parole, pendant 30 jours, à différentes personnalités proposant des mesures pour l’industrie française. Nicolas Orance, directeur général de Rafaut, s’exprime ce lundi. M. Orance propose de soutenir, via un crédit d’impôt, les investissements d’entreprises labellisées «éco-responsables et solidaires». «Ce label pourrait être une évolution du label «Vitrine Industrie du Futur», en prenant en compte des critères comme les émissions de CO2, les accidents du travail et le montant de CIR (Crédit Impôt Recherche) nécessaire aux processus d’innovation», précise le dirigeant.

    L’Usine Nouvelle du 7 septembre

international
  • international
    Le XB-1, futur avion supersonique, doit être présenté le 7 octobre
    Le 7 octobre prochain, la société Boom Supersonic (Colorado) doit présenter un appareil baptisé XB-1 qui pourrait préfigurer un futur avion supersonique, selon La Dépêche du Midi. Boom Supersonic développe depuis 2014 le projet "Overture". Ella a levé 87 millions d’euros l’an dernier, et reçu le soutien de plusieurs fonds d’investissement et de groupes technologiques américains comme Google, Airbnb et ou Dropbox. L’appareil devrait être capable de voler à Mach 2,2, soit deux fois la vitesse du son. Le XB-1 pourrait être disponible pour des vols commerciaux vers 2030. Les compagnies Virgin Atlantic et Japan Airlines ont précommandé respectivement 10 et 20 exemplaires de l’appareil.

    La Dépêche du Midi du 7 septembre
  • international
    La Corée du Sud assemble le premier prototype du KF-X
    La Corée du Sud a débuté l'assemblage final du prototype de son KF-X, le biréacteur de génération 4.5 destiné à renouveler la flotte d’avions de chasse de son armée de l’Air. Korea Aerospace Industries (KAI) est en charge du projet. La construction du prototype devrait être terminée au cours du premier semestre 2021, pour un premier vol en 2022.

    Air & Cosmos du 7 septembre

Innovation
  • Innovation
    Avions de chasse : une IA remporte la victoire face à un pilote expérimenté
    Lors d'une compétition organisée fin août par le département de recherche de l'armée américaine, un algorithme a battu à cinq reprises un combattant humain expérimenté. L’Express consacre un article à cet essor de l’IA militaire. «En simulateur, l'IA dispose d'une information parfaite sur la position et les mouvements de son adversaire. Elle possède par ailleurs un temps de réaction plus court. Ce n'est pas tout : son avantage vient aussi de la qualité et de la profondeur de son apprentissage», précise le magazine. «En simulateur, l’IA a déjà montré sa supériorité depuis longtemps», commente David Sadek, VP Recherche et Technologie, chargé de l’intelligence artificielle chez Thales.

    L’Express du 3 septembre