Synthèse de presse

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France-KLM : la recapitalisation toujours sur les rails
    Interrogé sur BFMTV le 3 janvier, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, a de nouveau évoqué une prochaine recapitalisation d’Air France-KLM, afin de préparer le groupe à affronter l’après-pandémie de Covid-19. Cette recapitalisation vise, selon le ministre, à « restaurer la capacité du groupe à faire face à l’après-crise ». Mais il pose au moins deux conditions, la première étant de « trouver un accord avec l’autre actionnaire important, l’Etat néerlandais », ce qui nécessite des discussions « qui sont déjà en cours ». L’autre est « d’être d’accord sur la stratégie du groupe ». Le gouvernement « souhaite avoir une vision très claire de ce que peut faire le groupe dans un monde post-Covid », qui va être compliqué avec « certainement de la consolidation » mais aussi « beaucoup d’opportunités » pour le groupe.

    Air Journal du 4 janvier 2021

Industrie
  • Industrie
    Premier Airbus A220-300 pour JetBlue
    La compagnie aérienne low-cost JetBlue Airways a pris possession de son premier Airbus A220-300. JetBlue a annoncé le 31 décembre 2020 avoir « formellement » pris possession de cet appareil. Sorti mi-octobre des ateliers peinture de la FAL (final assembly line, chaîne de montage final) Airbus à Mobile en Alabama, le premier des 70 A220-300 commandés depuis janvier 2019 par JetBlue avait opéré le 9 décembre 2020 son vol inaugural au-dessus du Golfe du Mexique.

    Air Journal du 1er janvier 2021
  • Industrie
    Aircalin réceptionne son premier Airbus A320neo
    Air Calédonie International (Aircalin) a réceptionné le 28 décembre son premier Airbus A320neo dans le cadre du renouvellement de sa flotte. La livraison de cet appareil était initialement prévue en mai. Un second avion du même type, prévu pour février 2021, a lui été retardé à 2022, voire 2023. En 2019, la compagnie avait réceptionné deux Airbus A320neo, toujours dans le cadre du renouvellement complet de sa flotte. « Je n’ai pas de calendrier (pour la reprise du trafic). Mais à ce moment-là, nous disposerons sur les dessertes régionales d’un avion performant dans un environnement qui sera très compétitif », a déclaré Didier Tappero, directeur général d’Aircalin.

    Journal de l’Aviation du 28 décembre 2020 - Air & Cosmos du 28 décembre 2020
  • Industrie
    Portrait d’Olivier Andriès, nouveau PDG de Safran
    L’Usine Nouvelle consacre un portrait à Olivier Andriès, 58 ans, diplômé de l’Ecole Polytechnique et de l'Ecole des Mines de Paris, qui a pris les commandes du groupe Safran le 1er janvier 2021. L’hebdomadaire rappelle que durant ses douze ans passés au sein de Safran, Olivier Andriès a eu l’occasion d’approfondir sa connaissance des activités du groupe. Il a intégré Safran en 2008 en tant que directeur général adjoint, en charge de la stratégie et du développement du groupe puis a été nommé en 2009 directeur général-adjoint en charge de la défense et de la sécurité. En 2011, il prend la présidence de Turbomeca, devenu Safran Helicopter Engines, et devient en 2015 le président de Safran Aircraft Engines. Désormais à la tête de Safran, Olivier Andriès devra désormais assurer des débouchés commerciaux pour le Silvercrest mais surtout porter l’axe stratégique, engageant à long terme, de l’aviation décarbonée. Dans Le Figaro, Olivier Andriès définit sa feuille de route axée autour de trois priorités : d’abord l’avion vert et le renforcement de la souveraineté européenne, via ArianeGroup, codétenue avec Airbus, qui garantit un accès autonome à l’espace à l’Europe et dans la défense, via le programme de Système de combat aérien du futur franco-allemand. Et enfin, l’accélération de la transformation digitale, qui est « un enjeu de performance et de qualité ».

    L’Usine Nouvelle du 1er janvier 2021 - Le Figaro du 1er janvier 2021
  • Industrie
    L’accord post-Brexit préserve l’aéronautique
    L’accord passé entre l’Union européenne et le Royaume-Uni le 24 décembre 2020, et signé par leurs dirigeants mercredi 30 décembre, a permis d’éviter au secteur aéronautique un scénario catastrophe. Airbus fabrique en effet au Royaume-Uni la quasi-totalité des ailes de ses appareils via sa filiale Airbus UK spécialisée dans la voilure. Il y est également bien implanté dans la production des hélicoptères et dans l’aérospatial. Après l’annonce du compromis trouvé le 24 décembre, Guillaume Faury, PDG d'Airbus, a exprimé son soulagement sur Twitter : « Nous sommes ravis de continuer à travailler avec nos nombreuses parties prenantes dans un esprit de collaboration et de partenariat à long terme. Nous sommes heureux que les perturbations potentielles d'un scénario de non-réalisation aient été évitées. » Interrogé par l’Usine Nouvelle, un porte-parole d’Airbus confie que les négociations concernant le secteur aéronautique ont très vite été concluantes. A l’instar d’autres secteurs, l’industrie aéronautique devra désormais mettre en place des certifications des normes de production, à présent que le Royaume-Uni ne dépend plus de la juridiction européenne sur cet aspect.

    L’Usine Nouvelle du 20 janvier 2020
  • Industrie
    Figeac Aero engrange de nouvelles commandes
    Après avoir souscrit des prêts garantis par l'Etat (PGE), à hauteur de 80 millions d'euros, et un prêt de Bpifrance de 15 millions d'euros, Figeac Aero disposait d'une trésorerie de 104 millions à la fin septembre. « Depuis quelques semaines, des éléments positifs apparaissent », souligne son PDG-fondateur, Jean-Claude Maillard, en citant l'autorisation de vol et la reprise de la fabrication du B737 Max prévue à 422 exemplaires l'an prochain, le maintien de la cadence de l'A320 à l'été 2021 et la reprise du trafic aérien en Chine. Un nouveau client, l'américain Collins Aerospace, lui a accordé dès 2021 un contrat à long terme de 250 millions de dollars pour des poutres d'inverseur de poussée des nacelles des moteurs Pratt & Whitney de l'A320neo. Rolls-Royce lui a octroyé une deuxième commande, de 60 millions de dollars pour des carters de moteur de l'A350. Et Stelia Aerospace a renouvelé un contrat important pour sept ans.

    Les Echos du 28 décembre 2020
  • Industrie
    Comment Safran s'est transformé en cinq ans sous l’impulsion de Philippe Petitcolin
    Le Figaro revient sur le parcours de Philippe Petitcolin et comment le directeur général, qui a cédé sa place à Olivier Andriès le 1er janvier, a profondément modifié le motoriste en cinq ans à sa tête. Arrivé en 2015, Philippe Petitcolin verra son mandat prolongé au-delà des trois ans initiaux. « Lorsque je suis arrivé à la tête de Safran, j'avais trois objectifs : mettre la société sous tension en matière de gestion et de reporting, lancer la cession de Morpho qui nécessitait de gros investissements et n'évoluait pas sur le même cycle long de l'aéronautique, et renouveler l'équipe de management », se rappelle Philippe Petitcolin. En 2016, le nouveau directeur général intègre Sagem et unifie toutes les marques sous le seul nom de Safran. Il lance ensuite la cession de Morpho et, deux ans plus tard, réussit l'acquisition de Zodiac Aerospace. Safran devient le troisième groupe aéronautique mondial (hors avionneurs), derrière les américains UTC et GE Aviation.

    Le Figaro du 4 janvier 2020

Environnement
  • Environnement
    Airbus affine ses concepts d’avions à hydrogène
    Airbus affine ses trois concepts de futurs avions à hydrogène. Deux d’entre eux - l’appareil régional turbopropulsé et le moyen-courrier - logent des réservoirs à hydrogène liquide derrière la cloison étanche arrière. Ce qui pose la question de « trouver l'équilibre entre la quantité d'hydrogène qui sera génératrice de rayon d'action, le nombre de passagers transportés et la taille de l'avion », explique Jean-Brice Dumont, directeur de l'ingénierie d’Airbus. « Arrivera un moment où les compagnies aériennes voudront aller plus loin et pour répondre à cette demande il faudra soit réduire le nombre de passagers, soit rallonger le fuselage pour mettre plus d'hydrogène. Et un fuselage ne s'allonge pas indéfiniment », poursuit-il. L’une des solutions étudiées par les équipes d'Airbus pour le concept d'avion régional turbopropulsé est d'installer six ensembles propulsifs, trois sous chaque aile, animant des hélices à huit pales chacune avec des nacelles logeant des moteurs électriques, des réservoirs d'hydrogène liquide, des systèmes de refroidissement ainsi que des ensembles d'équipements auxiliaires. Les nacelles sont dotées de fixations amovibles permettant de les démonter rapidement et ainsi faciliter le ravitaillement en hydrogène dans les aéroports ainsi que leur maintenance.

    Air & Cosmos du 28 décembre 2020
  • Environnement
    Filière hydrogène : Airbus envisage des coopérations avec l’équipementier automobile Faurecia
    Dans une interview avec l’Usine Nouvelle, Jean-Brice Dumont, directeur de l’ingénierie d’Airbus, revient sur les enjeux de l’avion à hydrogène pour le groupe. L’annonce de ce projet est une façon « de répéter que l’enjeu environnemental fait partie de nos préoccupations et que nous préparons l’avenir », explique-t-il. Le futur projet se nourrira du savoir-faire des motoristes « en matière de moteurs thermiques, toujours incontournables dans les projets d’avions commerciaux à hydrogène ». Dans le cadre du développement de la filière hydrogène, des rapprochements avec la filière automobile sont également envisagés « car nous avons de nombreuses problématiques en commun, ajoute Jean-Brice Dumont. Nous avons déjà des échanges avec l’équipementier Faurecia. Il faut en particulier que nous nous assurions avec eux que la filière de l’hydrogène prenne bien forme ».

    L’Usine Nouvelle du 30 décembre 2020

international
  • international
    Droits de douane américains : Airbus regrette une escalade « contre-productive »
    L'imposition de droits de douane supplémentaires annoncée le 30 décembre par les États-Unis dans le cadre du litige entre Boeing et Airbus est « contre-productive » pour l'industrie américaine et témoigne d'une volonté d’« escalade » à laquelle l'Europe doit réagir, a dénoncé le lendemain l'avionneur européen. « L'extension des droits de douane [...] pour inclure les composants d'avions fabriqués aux États-Unis - par des travailleurs américains - est contre-productive à tous égards. Airbus regrette que l'USTR [le représentant américain au Commerce] ait décidé d'une escalade de ce conflit en prenant une mesure qui porte également préjudice à l'industrie manufacturière, aux travailleurs et aux consommateurs américains », estime le groupe dans un communiqué.

    La Tribune du 31 décembre 2020

Compétitivité
  • Compétitivité
    Ce qui change pour les entreprises en 2021
    Le gouvernement a donné une orientation pro-entreprises à son projet de loi de Finances pour 2021. Au-delà des mesures destinées à aider les grands groupes, ETI et PME, face à la crise de la Covid-19, l'ambition affichée est de transformer le tissu productif français. Les impôts de production vont ainsi être réduits de 10 milliards d’euros. La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) sera réduite de moitié, de même que la cotisation foncière des entreprises (CFE) et la taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB). Par ailleurs, pour éviter qu'une partie des gains retirés de ces baisses ne soient neutralisés, le gouvernement a abaissé de 3% à 2% le taux de plafonnement de la cotisation économique territoriale (CET) en fonction de la valeur ajoutée. Enfin, le taux d’impôt sur les sociétés (IS) va continuer à diminuer. En 2021, le taux de l'IS passera ainsi à 26,5% pour les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 250 millions d'euros et à 27,5% pour les grandes entreprises (chiffre d'affaires égal ou supérieur à 250 millions d’euros).

    Les Echos du 1er janvier 2021
  • Compétitivité
    Le ministère de l’Economie et des Finances lance les PGE « Aéro »
    Le ministère de l’Economie et des Finances a dévoilé le 23 décembre les PGE « Aéro », des prêts garantis par l’Etat pour permettre aux fournisseurs et sous-traitants de la filière aéronautique, affectés par la pandémie de Covid-19, d’acquérir « les surstocks de matières ou de pièces détenues par les entreprises du secteur de l’aéronautique, et de réduire ainsi leur endettement ». Il s’agit d’une « réponse spécifique à ces PME et ETI qui connaissent, en raison du ralentissement des cadences de production d’avions, une forte augmentation de leur stock et de leur besoin de financement ». L’adaptation décidée permet également, pour les entreprises du secteur qui préfèrent porter elles-mêmes leurs surstocks en s’endettant, d’augmenter le plafond du PGE « à 25% du chiffre d’affaires plus le double de la moyenne des stocks sur les deux derniers exercices ». Pour Guillaume Faury, CEO d’Airbus, la crise sans précédent qui frappe l’industrie aéronautique « impose de recourir à des solutions pragmatiques et innovantes pour venir en soutien à l’ensemble de notre chaîne de fournisseurs. La concrétisation de ce premier accord de financement au titre du PGE Aéro, rendu possible grâce au soutien du GIFAS et de Bercy, montre la détermination d’Airbus à jouer un rôle de premier plan pour apporter des réponses immédiates aux défis rencontrés par les PME et ETI du secteur ».

    Ensemble de la presse du 23 décembre 2020

Espace
  • Espace
    Lancement réussi de CSO-2, le satellite d’observation militaire français réalisé par Airbus
    CSO-2, le satellite d’observation de la Terre de la Composante spatiale optique (CSO) des forces armées françaises construit par Airbus, a été lancé avec succès le 28 décembre depuis le port spatial européen de Kourou, en Guyane, à bord d’un lanceur Soyouz. CSO-2 est le deuxième des trois satellites de la constellation CSO, qui fournira des informations géospatiales à extrêmement haute résolution aux forces armées françaises et à leurs partenaires dans le cadre du programme de coopération MUSIS (Multinational Space-based Imaging System for surveillance, reconnaissance and observation).

    Ensemble de la presse du 1er janvier 2021

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    Bonne année 2021 !
    Toute l’équipe du GIFAS, mobilisée à vos côtés, vous souhaite une bonne année 2021.