Synthèse de presse

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Créneaux d’aéroports : les alliances aériennes appellent à une prolongation de la dérogation aux règles
    Les trois alliances aériennes Oneworld, SkyTeam et Star Alliance, qui rassemblent 58 compagnies aériennes, soit « plus de 60% de la capacité mondiale », ont lancé à l’Union européenne et au reste du monde un appel pour la prolongation après le printemps de la dérogation aux règles sur l’utilisation des créneaux d’aéroport, mise en place en mars 2020. Dans des circonstances normales, les compagnies aériennes doivent utiliser 80% des créneaux qui leur sont alloués pour garantir cette allocation la saison suivante.

    Air Journal du 6 janvier 2021
  • Aviation Commerciale
    L’appel à l’aide du secteur de la restauration aérienne
    L'Alliance des Métiers de la Restauration aérienne et ferroviaire, lancée en mai dernier par le PDG fondateur de Newrest, Olivier Sadran, et Alexis Frantz, directeur général de Servair, a adressé mardi 5 janvier un courrier à l'Elysée, dans les ministères et à l'Assemblée Nationale, pour réclamer le maintien du dispositif actuel d'indemnisation jusqu'au 31 mars prochain. La restauration aérienne, dont l’activité a baissé de 80% en 2020, figure sur la liste des secteurs paralysés par la pandémie. La prise en charge du chômage partiel a été prolongée jusqu'au 31 janvier. Mais à compter du 1er février, si la rémunération du salarié en chômage partiel est bien maintenue à 70% du brut (ou 84% du net), l'allocation versée à l'employeur devrait être réduite de 70% du brut à 60%. « Ce qui revient à augmenter notre reste à charge de 15%, sans parler des « compteurs sociaux», congés payés, 13 ou 14ème mois, représentant 18 à 25% du coût d'un poste, et incombant aux employeurs également. Soit au total un reste à charge qui peut atteindre 40% pour les entreprises. Intenable ! », explique Olivier Sadran.

    Les Echos du 6 janvier 2021

Industrie
  • Industrie
    Revima obtient la certification pour son nouvel atelier en Thaïlande
    Le nouveau site d’entretien de trains d’atterrissage de Revima en Thaïlande est prêt à démarrer ses activités, a annoncé la société de MRO le 6 janvier après avoir reçu sa certification Part-145 de la part des trois autorités de l’aviation civile majeure que sont la CAAT (Civil Aviation Authority of Thailand), l’EASA (Union européenne) et la FAA (Etats-Unis). « Nous sommes ravis et prêts à soutenir les révisions des trains d’atterrissage dans la région et nous sommes impatients de mener à bien les premiers projets dans les semaines à venir », a commenté Olivier Legrand, le PDG du groupe Revima.

    Journal de l’Aviation du 6 janvier 2021
  • Industrie
    En quoi consiste le PGE « Aéro » ?
    Le Prêt garanti par l’Etat (PGE) « Aéro », lancé officiellement fin décembre 2020 par Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, fin décembre 2020 doit permettre d’éviter les défaillances d’entreprises en proposant un outil sur mesure pour le secteur. Le PGE Aéro est accessible à tous les acteurs de l’aéronautique, PME et ETI, qui réalisent au moins 15% de leur chiffre d’affaires dans l’aéronautique. Au total, le PGE Aéro pourrait répondre à un besoin de l’ordre de 250 à 300 millions d’euros au sein de la chaîne d’approvisionnement. Une dizaine d’entreprises a déjà effectué des demandes. Le PGE Aéro devrait être accessible jusqu’au 31 juin 2021 mais pourrait être prolongé au-delà. Le PGE permettra aussi de vendre une partie des surstocks à la plateforme de rachat Aero Trade. Physiquement, les stocks restent toujours présents chez le fournisseur, mais d’un point de vue juridique, leur propriété est transférée à la plateforme. « L’idée est que le fournisseur rachète ensuite son stock au fur et à mesure de ses besoins de production », détaille Karine Guenan, directrice Financement et Garanties chez Airbus.

    L’Usine Nouvelle du 6 janvier 2021
  • Industrie
    Satys se recentre dans la peinture d’avions et les aménagements intérieurs
    Le groupe toulousain Satys se recentre dans la peinture d'avion et les aménagements intérieurs d'aéronefs et de trains. Il a cédé en décembre sa division Satys Electric au fonds d'investissement Capital Croissance. « Nous allons beaucoup investir dans des salles de peinture et de traitement de surface dans les deux ans à venir », explique Christophe Cador, président de Satys et du Comité AERO-PME du GIFAS.

    Les Echos du 7 janvier 2021

Espace
  • Espace
    Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, dresse le bilan de 2020
    Dans une interview à La Tribune, Stéphane Israël, PDG d’Arianespace, revient sur les réussites de la société, qui a effectué avec succès dix lancements en 2020, générant un chiffre d’affaires de 1 milliard d’euros. Stéphane Israël prévoit le retour en vol de Vega d’ici fin mars et le premier vol de Vega C. Au sujet de cette année « si particulière » qu’est 2020, il fait le constat de « la prédominance des vols commerciaux ». « Ce bilan n'a pas d'équivalent : la domination du commercial par rapport à l'institutionnel est vraiment une singularité d'Arianespace qui la distingue de ses concurrents, explique Stéphane Israël. D'autre part, nous avons réalisé cette année des lancements très innovants qui montrent bien les évolutions de ce marché. Sur le segment géostationnaire (GTO), nous avons réalisé pour la première fois un lancement triple, avec le véhicule de service en orbite MV2 ».

    La Tribune du 7 janvier 2021
  • Espace
    Le CNES est amené à se développer sur le front militaire
    Lors de ses voeux à la presse, le 5 janvier, Jean-Yves Le Gall, président du CNES, a rappelé que l’organisation était « une agence duale » dont les travaux au profit de la défense sont amenés à se renforcer depuis l’annonce de la nouvelle stratégie spatiale de Défense en juillet 2018 par le président de la République. « L’objectif est d’assurer notre défense de l’Espace et par l’Espace », a ainsi rappelé Jean-Yves Le Gall. L’année 2021 sera marquée par le lancement de plusieurs satellites militaires pour le CNES, qui fêtera ses soixante ans. En premier lieu, les trois satellites Ceres (Capacité d'écoute et de renseignement électromagnétique spatiale), qui voleront en formation. Il s’agira de la seule capacité orbitale de ce type en Europe, selon le ministère des Armées. Une fusée Ariane 5 mettra aussi sur orbite le premier des deux satellites Syracuse de nouvelle génération pour les télécommunications militaires. Ils apporteront une hausse significative des débits de données, ainsi qu’une meilleure résistance aux brouillages. Au sujet de l'opérateur américain SpaceX, qui a totalement bouleversé la donne spatiale en diminuant drastiquement le coût d'accès à l'espace, Jean-Yves Le Gall souligne que le succès de SpaceX est fondé sur le moteur Merlin développé par la NASA dans les années 1990, et que le CNES, nommé chef de file en France pour un plan de relance spatial de 365 millions d'euros, redistribue plus de 80% de son budget dans des contrats avec des acteurs privés. « S'il existe un domaine où le partenariat public-privé fonctionne, c'est bien celui du spatial », plaide le patron du CNES dans Les Echos.

    L’Usine Nouvelle du 6 janvier 2021 - Les Echos du 7 janvier 2021

Défense
  • Défense
    Dassault Aviation optimiste pour 2021 sur le plan militaire
    Dassault Aviation a livré au total 13 Rafale en 2020, contre 26 en 2019, et 34 Falcon, contre 40 l’année d’avant, a fait savoir le groupe dans un communiqué diffusé mercredi 6 janvier. La valeur globale du carnet de commandes s’élevait à 16,2 milliards d’euros en 2020, contre 17,8 en 2019. Sur le plan militaire, la baisse de cadence ne devrait être que transitoire par rapport au segment civil. Le niveau de livraisons de Rafale, en ligne avec la prévision, s’explique par l’absence d’appareils à fournir à l’armée française en 2020. Dassault Aviation, qui a 62 Rafale dans son carnet de commandes (contre 75 en 2019), assemble actuellement à Mérignac (Gironde) les appareils pour honorer les contrats avec l’Inde et le Qatar, des livraisons qui devraient s’achever début 2022. Les livraisons des 28 derniers Rafale sur les 180 commandés à ce jour pour les armées françaises devraient ensuite prendre le relais, jusqu’en 2024. Pour rappel, Dassault assemble depuis la signature de ses différents contrats à l’export, environ deux appareils par mois, sur onze mois (soit 22 Rafale par an).

    Ensemble de la presse du 7 janvier 2021

Covid-19
  • Covid-19
    Le président du Medef évoque l’instauration d’un « passeport sanitaire » pour les salons professionnels
    Le 6 janvier, sur France Info, le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, a réintroduit l’idée d’un « passeport sanitaire », déjà évoqué lors du premier confinement. «On peut réfléchir » à l'instauration d'un tel passeport « pour certains usages bien précis », « sur la base du volontariat », a déclaré Geoffroy Roux de Bézieux. Par exemple, pour assister à l'un de ces salons professionnels qui rassemblent parfois 10 000 personnes venues du monde entier. « On n'est pas obligé d'y aller », mais « vous ne pouvez vous y inscrire que si vous avez ce passeport sanitaire », a-t-il laissé entrevoir.

    Les Echos du 6 janvier 2020

Environnement
  • Environnement
    Lisi passe au zéro papier
    Afin de réduire son empreinte carbone, le groupe Lisi, basé à Grandvillars, dans le Territoire de Belfort, s’est lancé dans diverses démarches zéro papier. Pour ce faire, l’entreprise développe, entre autres, une solution de facturation électronique à destination de ses fournisseurs et de ses clients. Pour Lisi, la démarche zéro papier déployée actuellement au sein du groupe permet de répondre à trois enjeux. « Premièrement, on réduit notre empreinte carbone. On sauve des arbres mais on limite aussi les transports. Deuxièmement, on développe notre automatisation et on gagne ainsi en productivité. Troisièmement, on bénéficie de gains qualitatifs. Les erreurs de saisie sont réduites, l’archivage est facilité, etc. », précise Anne-Delphine Beaulieu, directrice de la transformation digitale chez Lisi.

    L’Est Républicain du 6 janvier 2021