Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Airbus attribue une ligne d’assemblage séparée à la section arrière de l’A321XLR
    Airbus a fait un point sur la progression de la production des composants du premier A321XLR. Le constructeur a annoncé que la section arrière du fuselage et le réservoir central arrière (RCT) seront assemblés sur une ligne de production pilote séparée, afin de ne faire peser aucun risque de perturbation sur le reste de la production A320. Cette ligne de production sera située dans le hangar 260 de l’usine d’Hambourg. L'entrée en service de l’A321XLR est prévue pour 2023.

    Journal de l’Aviation du 4 février 2021
  • Industrie
    La compagnie airBaltic investit dans la maintenance de ses Airbus A220
    La compagnie airBaltic avait obtenu en 2019 la certification Part-145 pour la maintenance des Airbus A220-300. Elle a annoncé avoir mené à bien les grandes visites (check C) de ses sept premiers A220 et continue d’investir dans ses capacités avec le projet d’ouvrir un nouveau hangar MRO d’ici 2024.

    Journal de l’Aviation du 4 février 2021
  • Industrie
    Dassault Aviation harmonise les ventes de son réseau MRO mondial
    Les acquisitions simultanées d’ExecuJet et de TAG Maintenance Services par Dassault Aviation l’année dernière donnent une nouvelle dimension au réseau de soutien mondial de la gamme des jets d’affaires de Dassault Aviation. L’intégration des deux acteurs MRO vient de franchir une nouvelle étape avec la mise en place d’un point de contact unique pour les clients Falcon. Les équipes commerciales de Dassault Falcon Service (DFS) et des deux nouvelles entités sont désormais unifiées pour répondre aux besoins des opérateurs des régions Europe, Moyen-Orient, Afrique et Asie/Pacifique. Cette nouvelle organisation commerciale est dirigée par Thierry Salaün.

    Journal de l’Aviation du 4 février 2021
  • Industrie
    Azur Drones réalise le premier test de drone autonome sur un site nucléaire
    Azur Drones a annoncé, le 4 février, une expérimentation en cours sur le site d’Orano, acteur majeur de l’énergie et du combustible nucléaire, à la Hague. Depuis le mois de janvier, l’entreprise teste un drone autonome pour assurer la surveillance de ce site de 300 hectares dédié au traitement des combustibles nucléaires usés. Azur Drones cherche à démontrer la pertinence de ces engins pour assurer la sécurité des implantations industrielles sensibles. « L’expérimentation de notre drone sur un tel site en France démontre que notre solution est arrivée à maturité, explique Hugues d’Alès, directeur général adjoint d’Azur Drones. La crise sanitaire provoque d’ailleurs une appétence pour notre offre de la part de nombreux industriels ».

    L’Usine Nouvelle du 5 février 2021
  • Industrie
    Un « robot-livreur » dans l’usine de Safran à Niort
    L’Usine Nouvelle consacre une vidéo au « robot-livreur » autonome utilisé par l'usine Safran de Niort (Deux-Sèvres), laquelle produit des systèmes de génération et de distribution électriques dans l'aéronautique. Depuis décembre 2020, le petit automate fabriqué par le japonais Omron récupère les kits d’assemblage et les distribue aux différentes lignes de production. Chaque année, 90 000 contacteurs et 6 000 boîtiers de distribution sortent des lignes de production de cette usine, essentiellement pour le secteur aéronautique. Ses employés assemblent, intègrent et certifient différents composants électriques entrant dans la fabrication du Rafale et du Falcon de Dassault Aviation, des Airbus A220, A320, A350 et des hélicoptères Tigre.

    L’Usine Nouvelle du 4 février 2021
  • Industrie
    Interview d’Eric Trappier, Président du GIFAS, dans Les Echos
    Dans le Grand Entretien au journal Les Echos, Eric Trappier, Président du GIFAS et PDG de Dassault Aviation, souligne, en dépit de la crise, la résilience du secteur, qui n'a cessé de produire et d'innover. Eric Trappier dresse également des perspectives d'avenir, dans le domaine militaire, civil et même spatial. Au sujet de l’année 2020, il rappelle que passé un court délai d'adaptation, l'industrie aéronautique a montré qu'elle était capable de continuer à produire, à développer de nouveaux programmes et même à gagner des commandes. « Nous le devons à la filière aéronautique, qui a su s'organiser pour faire face ensemble. Mais aussi au soutien de l'Etat, qui a su mettre rapidement en place des mesures de chômage partiel et de prêts garantis, afin d'éviter un effondrement », estime Eric Trappier. En ce qui concerne Dassault Aviation, « nous serons encore sur des cadences basses de Falcon et les succès récents du Rafale nous permettront seulement de limiter les dégâts, en passant de cadence 2 à cadence 1 (appareil par mois), explique Eric Trappier. Mais cette stabilisation nous permet déjà de ne plus recourir au chômage partiel. C'est aussi ce que veulent nos sous-traitants : de la stabilité et de la visibilité ». Selon lui, la crise a confirmé la robustesse du modèle dual de Dassault Aviation, basé sur l'aéronautique civile avec les Falcon, et la défense, avec les ventes de Rafale, en France et à l’export. Dassault Aviation est parvenu à livrer le nombre de Rafale prévu, ainsi que 34 Falcon sur les 40 prévus initialement, certains clients ayant demandé de reporter leurs livraisons.

    Les Echos du 5 février 2021
  • Industrie
    A Ajaccio, Safran Electrical & Power travaille à un avion « plus électrique »
    Aerocontact consacre un article à l’usine de 1500 m2 de Safran Electrical & Power à Ajaccio. C’est notamment dans cette usine que se conçoit le principal coeur électrique des avions Beluga XL, le plus gros avion-cargo d'Airbus à ce jour. Avec 15 000 collaborateurs et 52 établissements situés dans 13 pays, Safran Electrical & Power est un leader mondial des systèmes électriques aéronautiques. Safran Electrical & Power maîtrise l’ensemble de la chaîne électrique aéronautique : la génération, la distribution, la conversion d’électricité, les composants électriques, les harnais électriques et l’intégration des systèmes. A l’heure actuelle, la filiale permet au Groupe Safran de déployer sa stratégie dans le domaine de l’avion « plus électrique ».

    Aerocontact du 4 février 2021

Emploi
  • Emploi
    Des rencontres pour favoriser la féminisation du métier d’ingénieur
    Pour tenter de briser certaines idées reçues et favoriser la féminisation des sciences de l’ingénieur, Laurence Lorda, ingénieure en mécanique spatiale au Centre national d’études spatiales (CNES), a fait le déplacement, le 4 février, pour rencontrer des jeunes lycéens à Foix. « Il faut persévérer certes, mais on y arrive, a-t-elle expliqué. C’est ce que le CNES veut montrer en envoyant ses ambassadeurs intervenir auprès des jeunes. Chez nous, il y a 38 % de femmes et on veut tendre vers l’égalité. Nous y sommes attentifs et cela se joue dès le plus jeune âge ». L’UPSTI, l’Union des professeurs de sciences et techniques industrielles, en a aussi conscience. Elle vient de lancer la première édition de « First » - Femmes et ingénieurs : réussir en science et technologies - une opération visant à sensibiliser les jeunes lycéennes et collégiennes aux métiers scientifiques.

    La Dépêche du Midi du 5 février 2021

Compétitivité
  • Compétitivité
    Le gouvernement envisage le prolongement des PGE, notamment pour l’aéronautique
    Le gouvernement souhaite allonger de deux ans la durée des prêts garantis par l'Etat (PGE). Le 4 décembre, le ministre chargé des TPE et des PME, Alain Griset, a indiqué dans Le Parisien que des discussions étaient en cours « avec la Commission européenne sur un allongement de la durée de remboursement des PGE. Nous aimerions passer de six à huit ans pour sécuriser les entrepreneurs et leur donner de la visibilité ». Bercy planche sur cette hypothèse depuis quelque temps déjà. La semaine dernière, le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, avait confié aux sénateurs qu'il était ouvert à un étalement plus important du remboursement des prêts garantis pour les entreprises particulièrement touchées par la crise, voire à transformer ces prêts « au cas par cas » en subventions. Le prolongement du PGE serait ainsi réservé à des secteurs spécifiques, comme l’aéronautique.

    Les Echos du 4 février 2021 - Le Parisien du 4 février 2021

France Relance
  • France Relance
    Air Support lauréat du plan France Relance
    Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée en charge de l’Industrie, a annoncé qu’Air Support était lauréate du plan France Relance. Dans le cadre de l’appel à projet « soutien aux investissements de la filière aéronautique », Air Support va recevoir un million d’euros pour développer un nouveau banc d’essai et digitaliser ses processus de réparation. Le projet a un coût total estimé à 1,75 million d’euros. « C’est une aide précieuse qui nous permettra d’élargir le spectre technique de nos capacités de réparation, notamment sur le moteur LEAP, qui équipe les A320neo d’Airbus. Notre ambition est également de devenir un atelier de maintenance 4.0 », explique Sabine Tertre, la présidente d’Air Support.

    Journal de l’Aviation du 4 février 2021

Espace
  • Espace
    Toulouse va accueillir le centre spatial d’excellence de l’OTAN
    L'OTAN va installer prochainement à Toulouse son centre spatial d’excellence. Le ministère des Armées l’a annoncé sur Twitter le 4 février en précisant que la décision avait été prise vendredi dernier. Toulouse n’était pas parvenue à obtenir le centre météorologique européen, finalement attribué à la ville de Bonn en Allemagne. Le futur centre d'excellence de l'espace accueillera entre 30 et 50 spécialistes des pays de l'OTAN, chargés de former et d'expérimenter dans le domaine de la défense spatiale notamment. Les premiers d'entre eux devraient arriver dès cet été 2021. Le centre pourrait prendre place sur le site du Centre national d'études spatiales (CNES) de Toulouse. Il doit s'installer à l'horizon 2023. Hervé Grandjean, le porte-parole du ministère des Armées a détaillé le choix de l'OTAN sur France Bleu Occitanie : « Toulouse est le cœur battant de l'industrie, de la recherche spatiale en France avec le CNES, Airbus et Thales, a-t-il déclaré. La ministre des Armées, Florence Parly, avait décidé d'installer à Toulouse le Commandement de l'espace. Nous avons donc des militaires qui sont déjà sur place. Le choix de l'OTAN est logique, même si nous nous en félicitons ».

    France Bleu du 4 février 2021

Défense
  • Défense
    Dassault Aviation en lice pour un contrat d’importance en Finlande
    Dans le cadre de la compétition HX pour le remplacement de ses F/A-18, la Finlande attend maintenant les offres finales des cinq avionneurs en lice. Dassault Aviation, Boeing, Saab, Airbus et Lockheed Martin ont jusqu’au 30 avril 2021 pour remettre leurs meilleures et ultimes offres. La décision est très attendue non seulement en raison de l’importance du marché, à savoir une soixantaine d’avions pour environ 9 milliards d’euros, mais également du fait de l’exemplarité et la rigueur du processus de sélection. Quatre critères sont mis en avant : les capacités militaires de l’avion, la sécurité des approvisionnements, les compensations industrielles et les coûts globaux. L’entrée en service du nouvel avion est attendue pour 2025.

    Aerobuzz du 3 février 2021