Synthèse de presse

Espace
  • Espace
    Le rover Perseverance a atterri sur le sol martien
    A 21 h 55, heure de Paris, la formule rituelle « Touchdown confirmed » (« atterrissage confirmé ») a résonné dans la salle de contrôle de la NASA. Quelques minutes plus tard, Perseverance a envoyé sa première image en noir et blanc de son site d’atterrissage, le cratère Jezero. Emmanuel Macron, qui a suivi la soirée au siège du Centre national d’études spatiales (CNES), a félicité les équipes de scientifiques et d’ingénieurs français ayant mis au point le principal instrument de Perseverance, SuperCam. Aux Etats-Unis, l’administrateur par intérim de la NASA, Steve Jurczyk, a commenté : « Cet atterrissage est un de ces moments charnières pour la NASA, les Etats-Unis et plus largement pour l’exploration spatiale ». Le rover peut désormais partir à la recherche des traces d’une éventuelle vie passée sur Mars. Le cratère Jezero n’a pas été choisi au hasard : d’une cinquantaine de kilomètres de diamètre, il a autrefois été occupé par un profond lac qu’alimentait le delta d’un fleuve, soit d’excellentes conditions pour que la vie ait pu s’y développer.

    Le Monde et Ensemble de la presse du 19 février
  • Espace
    Le rover Perseverance est équipé d’un microphone d'ISAE Supaero
    Des chercheurs de l’école d’ingénieurs toulousaine ISAE-Supaero travaillent depuis cinq ans sur le microphone de Perseverance. L’ISAE-Supaero s’est elle aussi impliquée dans la construction de la caméra SuperCam, à bord du rover Perseverance, en fabriquant notamment le microphone de quelques centimètres de diamètre, placé sous l’oeil de la caméra. « La surface de Mars est très poussiéreuse. La SuperCam utilise donc un laser et un spectromètre pour rendre visibles les roches. Le microphone vient en complément et utilise le son créé par l’interaction du laser sur la roche. Cela donne des informations clés sur sa dureté et ses strates », détaille David Mimoun, enseignant-chercheur à l’ISAE-Supaero. Le microphone apportera également des connaissances sur des phénomènes atmosphériques tels que la turbulence du vent, les tourbillons de poussière ou les interactions du vent avec le rover.

    L’Usine Nouvelle du 18 février
  • Espace
    Focus sur l’essor du tourisme spatial
    Le Figaro consacre un article aux progrès du tourisme spatial. La frontière entre la Terre et l'espace, délimitée par la ligne de Kármán, fixée à 100 kilomètres d'altitude, crée deux catégories de vols : les suborbitaux (en dessous de 100 km) et les orbitaux (au-delà de 100 km). Les vols suborbitaux sont comme « projetés » vers l'espace avant d'atteindre leur apogée et de retomber vers la Terre sous l'effet de la gravité. Ces vols ultrarapides (entre 15 et 30 minutes) seront assurés par les entreprises américaines Virgin Galactic et Blue Origin et comportent quelques minutes en apesanteur. Les vols orbitaux impliquent une mise en orbite du vaisseau et au moins un tour de la Terre. Ils seront organisés notamment par les américains SpaceX et Axiom Space, qui prévoient déjà des expéditions de plusieurs jours. SpaceX compte faire décoller son premier vol commercial dans le courant de l'année ; Virgin Galactic espère, quant à lui, lancer son premier vol commercial au premier trimestre 2021. Le Figaro rappelle qu’en France, l’entreprise Zephalto, installée dans l'Hérault, développe un « ballon Céleste » qui doit emmener ses premiers passagers dans la stratosphère en 2024, jusqu'à 25 km d'altitude. Il ne s’agit pas d’un voyage dans l’espace scientifiquement parlant, mais cette altitude permet de voir la courbure de la Terre et le ciel obscur et étoilé.

    Le Figaro du 19 février
  • Espace
    Inde : essor de l’industrie spatiale
    Air & Cosmos consacre cette semaine un dossier à l’Inde, à l’occasion du salon Aero India qui s’est tenu début février, en format hybride, présentiel et virtuel, à Bangalore. Le magazine aborde notamment, dans un article détaillé, la situation du secteur spatial en Inde. Le premier lancement de l’année est programmé pour le 28 février, avec la mise sur orbite héliosynchrone du premier satellite d’observation brésilien Amazonia-1. L’Inde vient de décider d’ouvrir les activités spatiales au secteur privé : « à la demande du gouvernement, l’ISRO - l’agence spatiale indienne - va externaliser sa production à l’industrie privée, afin de faire émerger une industrie spatiale destinée à prendre sa part sur le marché international », explique Mathieu Weiss, représentant du CNES à Bangalore.

    Air & Cosmos du 19 février

Défense
  • Défense
    Thales va renforcer le système de télécommunications satellitaires de l'Armée française
    Thales a annoncé, jeudi 18 février, avoir remporté auprès de la Direction générale de l'armement (DGA) un contrat dans le cadre du programme français de satellite de télécommunications protégées Syracuse (SYstème de RAdioCommunication Utilisant un SatellitE). Après avoir été sélectionné pour les satellites en 2015 et pour la première partie du segment sol en 2019, Thales assurera la maîtrise d’oeuvre pour le développement et le déploiement du segment sol du système Syracuse IV. Le groupe livrera près de 200 nouvelles stations sol ainsi que le système de gestion de bout en bout, assurant une interopérabilité interarmées complète. « Les armées françaises des trois milieux (terre, air et mer) bénéficieront de capacités de communication interopérables fortement accrues en termes de débit, de disponibilité, de résistance aux menaces et de connectivité de bout-en-bout », précise Thales ; « grâce à la technologie unique d’antibrouillage modem 21 de Thales, les Forces disposeront de débits et d’optimisation à même de garantir la souveraineté et la supériorité informationnelle indispensable aux opérations, quelle que soit leur position sur le globe ».

    Les Echos du 19 février
  • Défense
    Entretien avec Florence Parly
    La ministre des Armées, Florence Parly, accorde un entretien au Figaro. Elle évoque le lancement du programme des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de 3ème génération (SNLE 3G), notifié jeudi 18 février à Naval Group et TechnicAtome. La ministre rappelle également les enjeux des discussions en cours concernant le concept stratégique de l’OTAN, et indique qu’un sommet des chefs d’État et de gouvernement de l’Alliance doit se tenir cette année. Elle aborde également le programme SCAF, soulignant que « vouloir développer [ce programme] entre Européens est un message politique fort ».

    Le Figaro du 19 février

Industrie
  • Industrie
    Pour préparer l’avion du futur, Airbus souhaite renforcer son système industriel
    Lors de la publication des résultats financiers de l'exercice 2020 d’Airbus, jeudi 18 février, le thème « Préparer l'écosystème industriel à la reprise du marché » figurait en haut de la liste des priorités de l'année 2021 présentée aux analystes financiers. « Nous travaillons au renforcement de notre outil industriel pour préparer notre avenir à court et long terme. Nous devons poursuivre la transformation de notre chaîne de valeur industrielle pour la rationaliser et la simplifier, afin d'améliorer la qualité, la compétitivité et la durabilité de notre écosystème interne », a expliqué Guillaume Faury, CEO d’Airbus, en visioconférence de presse. La construction et l'assemblage des aérostructures sont notamment jugées essentielles dans la construction de l'avion du futur, qui verra un renforcement du lien entre conception et production. Cette activité est aujourd'hui placée au sein des filiales Stelia Aerospace et Premium Aerotec. « Nos futurs avions auront des architectures différentes, avec de nouvelles énergies, un système de propulsion différent. L'aérostructure sera donc une partie importante de l'avion en termes de nouvelle architecture, de « digital design and manufacturing », donc de connexion entre le design et le système industriel de l'aérostructure. Nous pensons donc que cela doit rester dans Airbus », a relevé Guillaume Faury.

    La Tribune du 19 février
  • Industrie
    Air Côte d'Ivoire reçoit son premier Airbus A320neo
    Air Côte d'Ivoire a pris livraison de son premier A320neo, devenant ainsi le premier opérateur de ce type dans la région ouest-africaine. Air Côte d'Ivoire dispose d'une flotte de dix appareils, dont trois A319 et trois A320, qui desservent 25 destinations intérieures et régionales en Afrique occidentale et centrale.

    Air Journal du 19 février

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    ADP présente ses résultats 2020
    ADP a publié ses résultats financiers 2020, marqués par une baisse du résultat opérationnel de 2,2 milliards d'euros, à 1,1 milliard d'euros, pour un chiffre d'affaires en recul de 54,5%, à 2,14 milliards d'euros. Le groupe a toutefois dégagé un Ebitda positif de 168 millions d'euros, grâce à d'importantes réductions de coûts. Le trafic du groupe en 2020 a baissé de 60,4%, à 96,3 millions de passagers. Dans les aéroports parisiens de Paris-Charles de Gaulle et de Paris-Orly, le trafic a baissé de 69,4%, à 33,1 millions de passagers (équivalent en temps normal au seul trafic d'Orly). En 2021, ADP anticipe un trafic mondial représentant 35 à 45% du niveau qui était le sien en 2019, soit une légère amélioration par rapport à 2020, où le trafic avait à peine atteint 30,6% de son niveau de l'année précédente. Au niveau du groupe, ADP estime que le trafic pourrait se situer cette année entre 45% et 55% de son niveau d'avant-crise, contre 40% en 2020. La direction a maintenu la prévision communiquée l'été dernier d'un retour du trafic à son niveau d'avant entre « 2024 et 2027 ».

    La Tribune du 19 février
  • Aviation Commerciale
    Air France : montée en puissance de Transavia
    Anne Rigail, la directrice générale d'Air France, a confirmé jeudi 18 février, lors de la présentation des résultats annuels, la montée en puissance de sa la filiale à bas coûts, Transavia, qui débutera l’été prochain son déploiement sur le réseau domestique, avec l'ouverture d'une vingtaine de lignes, parfois en remplacement de vols Air France. Les départs s’opéreront au départ de Paris-Orly, mais aussi entre des métropoles régionales, comme Rennes-Montpellier, Brest-Toulon, Nantes-Toulon, ou encore Montpellier-Ajaccio. Ce développement, assorti du recentrage de la filiale régionale Hop! sur la desserte de Paris-CDG et de Lyon, permettra une offre low-cost qui devrait représenter 9% de l'offre domestique du groupe Air France, hors vols d'alimentation du hub de Paris-CDG, dès le premier semestre 2021. L'objectif est de monter à 26% d'ici à mi-2022.

    Les Echos du 19 février
  • Aviation Commerciale
    La justice européenne rejette les recours de Ryanair contre les aides publiques à Air France et SAS
    La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a jugé légales, ce mercredi, les aides publiques de la France et de la Suède pour sauver leurs compagnies aériennes Air France et SAS, rejetant des recours de Ryanair pour distorsion de concurrence. Dans deux arrêts séparés, la CJUE a jugé « conformes au droit de l'Union » les dispositifs mis en place dans ces deux pays, et a rejeté les recours introduits par Ryanair.

    Le Figaro du 19 février

Sécurité
  • Sécurité
    L'ANSSI va renforcer la défense de la France face aux cybermenaces
    L'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (ANSSI) va bénéficier, dans le cadre de France Relance, de 136 millions d'euros sur la période 2021-2022, afin d’accélérer la stratégie nationale française en matière de cybersécurité. Cette enveloppe servira notamment à apporter « un accompagnement à un certain nombre de structures qui sont particulièrement exposées et qui ont besoin d'être accompagnées en amont pour anticiper tout risque d'attaque », en particulier le secteur de la santé et les collectivités territoriales, explique le gouvernement. L'ANSSI financera également une partie des diagnostics de sécurité et des audits, qui vont être réalisés par des prestataires locaux agréés par l'Agence, pour le compte notamment des collectivités territoriales, des hôpitaux, mais également de l'administration centrale. « L'idée est de faire prendre conscience du niveau réel de la sécurité pour ensuite définir un plan d'action », explique Guillaume Poupard, directeur général de l'ANSSI.

    La Tribune du 19 février