Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Safran a dégagé un bénéfice net de 352 millions d'euros en 2020
    Safran a réussi une belle performance en 2020, publiant ce jeudi un bénéfice net de 352 millions d'euros, malgré la crise liée à la pandémie de Covid-19. Le chiffre d'affaires consolidé s'établit à 16 631 millions d’euros. Le résultat opérationnel courant consolidé s'établit à 1 393 millions d’euros, le résultat opérationnel consolidé s'élève à 927 millions d’euros. Safran a maintenu une rentabilité de l'ordre de 10% et une génération de cash-flow libre supérieure à 1 milliard d’euros en 2020, comme annoncé dans ses objectifs. Olivier Andriès, Directeur Général de Safran, a déclaré : « La pleine mobilisation de l'ensemble des équipes a permis à Safran de faire face à la crise et de dégager des marges et une génération de cash-flow très correctes. Malgré les incertitudes et les difficultés qui persistent, notamment au premier semestre 2021, je demeure déterminé et optimiste. Ma conviction repose sur la qualité de nos actifs accumulés au fil des années : le LEAP, moteur de choix des compagnies aériennes, notre jeune flotte de moteurs CFM56 en service qui sera ainsi à la pointe de la reprise des activités de services pour moteurs civils ; nos positions de leader dans les activités Équipements aéronautiques et Défense ; la confiance retrouvée des clients dans nos activités d'Aircraft Interiors ; ainsi qu'une empreinte industrielle optimisée. Safran affiche des fondamentaux solides et les nouveaux investissements dans les innovations technologiques pour répondre à nos engagements en matière de changement climatique sont assurés ».

    Ensemble de la presse du 25 février
  • Industrie
    Entretien avec Olivier Andriès
    Olivier Andriès, le Directeur Général de Safran, accorde un entretien aux Echos. Le dirigeant évoque la gestion de la crise, sans licenciement ni fermeture de site en France, ainsi que les grands chantiers d'avenir, concernant notamment l’aviation décarbonée et le futur lanceur Ariane 6. « La crise du transport aérien a fait chuter notre chiffre d'affaires, mais nos fondamentaux sont intacts », déclare-t-il, soulignant que Safran a su faire preuve d’une grande rapidité de réaction face à la crise. La résilience des activités dans la défense et le spatial, qui représentent environ 20% du chiffre d'affaires du groupe, ont « contribué à atténuer le choc ». Olivier Andriès évoque le projet de démonstrateur de moteur ultra-sobre prévu pour 2025 : « L'objectif est de parvenir à un moteur d'avion moyen-courrier offrant un gain de consommation de carburant d'au moins 20% comparé au moteur Leap actuel, grâce à une architecture en rupture, et qui serait capable de fonctionner à 100% avec des carburants durables. Il serait destiné à une nouvelle génération d'appareil attendue pour 2035 ». Il rappelle qu’« une étude commune sur l'hydrogène avec Airbus et ArianeGroup » a été lancée. Il relève qu’il est possible d’« avancer sur les carburants alternatifs sans attendre 2035. Tous les moteurs d'avion actuels peuvent fonctionner avec 50% de carburants alternatifs. On pourrait donc potentiellement réduire de 50% les émissions de CO2 du transport aérien, pour peu que ces carburants soient disponibles en quantité suffisante et à un prix abordable », et il appelle à « imposer, au niveau européen, un taux minimum d'incorporation de carburant durable pour les compagnies aériennes volant en Europe, d'ici à 2025 ou 2030 ». Au sujet d’Ariane 6, rappelant que Safran est co-actionnaire d'ArianeGroup au côté d'Airbus, il se réjouit du démarrage des essais de l'étage supérieur complet à Lampoldhausen : « c'est un jalon très important du programme ». Le dirigeant évoque également les projets SCAF et Eurodrone.

    Les Echos du 25 février
  • Industrie
    Fonds de solidarité : le gouvernement soutiendra les entreprises « tant que la crise durera »
    Depuis avril dernier, environ 2 millions d'entreprises ont touché une aide via le fonds de solidarité, pour un montant de 15 milliards d’euros. « Le fonds de solidarité marche très bien, et nous continuerons à soutenir tous les secteurs d'activité aussi longtemps que la crise durera », a assuré Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, lors d'un point presse téléphonique. Bercy espère que l'activité redémarrera avec force dans la seconde partie de l'année. « Nous maintenons notre objectif d'une croissance de 6%, sous réserve de ne pas être confronté à de nouvelles règles sanitaires », a assuré Bruno Le Maire.

    Les Echos du 25 février
  • Industrie
    Comment l’industrie française résiste à la crise sanitaire
    Le Figaro évoque, dans un article détaillé, la résilience de l’industrie française, relevant que « si certains sous-secteurs sont en grande difficulté, l’industrie dans son ensemble s’est très vite relevée ». Le quotidien cite l’exemple d’Air Liquide, qui est parvenu à augmenter son résultat net de près de 9 % (8,6 %), ainsi que celui du fabricant de câbles Nexans. « L’industrie a montré qu’elle était capable de s’adapter très rapidement », relève Alexandre Saubot, le président de France Industrie. « Nous avons eu très peur au printemps, lorsque tout s’est arrêté. Mais l’industrie s’est organisée pour produire, avec des protocoles spécifiques et des équipements de protection en quantité ». Le plan France Relance mis en place par le gouvernement ouvre des perspectives pour la sortie de crise. Une enveloppe de 35 milliards est prévue pour l’industrie. Les industriels se saisissent de ces outils, relève Alexandre Saublot : « 14 000 dossiers pour obtenir des soutiens à l’investissement ont d’ores et déjà été déposés ».

    Le Figaro du 24 février
  • Industrie
    L'European Helicopter Association lance une consultation
    L'European Helicopter Association (EHA) lance une consultation auprès des acteurs de la filière aéronautique européenne afin d’établir l'image la plus fidèle possible du secteur du vol vertical en Europe. L’objectif est de cerner de manière ce que représente aujourd’hui la filière de l’hélicoptère et les attentes de ses diverses composantes. Cette enquête repose sur le volontariat. Un questionnaire a été mis en ligne mardi 23 février. Il s’adresse autant aux entreprises qu’aux associations et aux individus impliqués dans le secteur du vol vertical.

    Aerobuzz du 25 février

Espace
  • Espace
    La NASA publie une photo panoramique de Mars prise par Perseverance
    La NASA a publié mercredi une photo panoramique de Mars prise par le rover Perseverance sur sa zone d’atterrissage. La photo, reconstituée à partir de plusieurs clichés pris par le véhicule, montre la crête du cratère de Jezero, qui a contenu, selon les scientifiques, un lac profond dans lequel se jetait une rivière, il y a environ 3,5 milliards d'années. Perseverance a réalisé 142 clichés à 360 degrés avec les appareils haute-définition installés sur son mât.

    Le Figaro et Le Monde du 25 février
  • Espace
    L'opérateur Sateliot fait appel à la Space Alliance
    L'opérateur de télécommunications Sateliot fait appel à la Space Alliance formée par Thales Alenia Space et Telespazio pour le développement d'une constellation de nanosatellites destinée à garantir la compatibilité de la connectivité IoT avec le standard 5G. Le projet prévoit 16 satellites à partir de 2022 et jusqu’à 96 d’ici 2025, pour un investissement d’environ 100 millions d’euros. Les satellites de cette constellation, qui feront office de stations de base orbitales de télécommunications, permettront de déployer des services IoT dans des secteurs variés tels que le transport maritime, la logistique, l’énergie, l’agroalimentaire, les infrastructures et la surveillance environnementale. Sateliot a conclu un accord avec Thales Alenia Space en Espagne et en France pour coordonner la conception et le développement des technologies requises pour pouvoir proposer, dès 2022, des services IoT via le réseau 5G.

    Zone-Bourse.com du 25 février
  • Espace
    La pépite Unseenlabs va réaliser une deuxième levée de fonds
    Unseenlabs, startup fondée en 2015 et basée à Rennes, a mis au point une technologie permettant de géolocaliser n'importe quel navire en mer. L’objectif est notamment la lutte contre la pêche illégale pour les États ou la surveillance des dégazages sauvages pour protéger les aires marines. Le 20 novembre dernier, les nano-satellites BRO-2 et BRO-3 ont été mis en orbite à 500 kilomètres d'altitude. Déployés par le lanceur Electron de l'opérateur Rocket Lab, ces deux satellites ont rejoint BRO-1, lancé en août 2019, et constituent les premières briques d'une constellation de cubesatellites dédiés à la surveillance maritime. D'ici à 2025, Unseenlabs souhaite disposer d'une constellation de 20 à 25 nano-satellites afin de proposer un suivi quasiment en temps réel du trafic maritime et de nouveaux services (tracking, base de données, signature unique des émetteurs). En 2018, Unseenlabs avait finalisé une levée de fonds de 7,5 millions d'euros en faisant entrer à son capital les fonds Definvest (Bpifrance et DGA) et Breizh Up, opéré par le Conseil régional de Bretagne ainsi que l'ETI nantaise Hemeria, dédiée à la fabrication de satellites de petite taille. Pour accompagner sa croissance, l'entreprise prévoit une deuxième levée de fonds courant 2021.

    La Tribune du 25 février

Covid-19
  • Covid-19
    La vaccination en entreprise commence ce jeudi
    Les médecins du travail peuvent vacciner dès ce jeudi 25 février les salariés de 50 à 64 ans atteints de comorbidités et qui le souhaitent. Les médecins du travail volontaires pour vacciner les salariés doivent se rapprocher d'une pharmacie d'officine pour s'identifier et se procurer des doses du vaccin AstraZeneca. C'est à l'employé de faire la démarche auprès du médecin du travail, en prenant rendez-vous. L'intervention reste soumise au secret médical et à la confidentialité des vaccinations vis-à-vis de l'employeur. Audrey Richard, présidente de l'Association nationale des DRH (ANDRH), relève qu’«il y a une adhésion totale des entreprises, elles veulent prendre part à la stratégie vaccinale».

    Le Figaro du 25 février

international
  • international
    Boeing 737 MAX : un rapport dénonce les « limites » de la supervision de la FAA
    Dans un rapport gouvernemental publié mercredi 24 février, l'inspecteur général du département du Transport affirme que des «faiblesses» dans le processus de certification du B737 MAX ont affecté l'examen de l’avion et estime que la FAA doit améliorer et renforcer ses inspections de nouveaux avions afin d'identifier les risques. « Nous avions identifié des limites aux processus et à la supervision de la FAA, ce qui a impacté la certification (du B737 MAX) et conduit à une incompréhension significative du MCAS », le système antidécrochage, écrit l'inspecteur général. L'agence fédérale « n'avait pas une compréhension totale des évaluations portant sur la sécurité effectuées sur le MCAS jusqu’au premier accident ».

    Le Figaro du 25 février
  • international
    Boeing commence la production de l’eT-7A Red Hawk
    Boeing a annoncé mardi avoir commencé la production du jet d'entraînement avancé de l’US Air Force eT-7A Red Hawk. Le jet a été entièrement conçu en utilisant des systèmes de définition et de gestion des données basés sur des modèles 3D développés par Boeing au cours des 20 dernières années, a déclaré Boeing dans un communiqué de presse. Le nouvel avion a utilisé la même ingénierie et conception numérique que pour le Boeing T-X, qui est passé du concept ferme au premier vol en 36 mois. En septembre 2018, l'US Air Force a attribué à Boeing 9,2 milliards de dollars pour fournir 351 avions d'entraînement de pointe et 46 simulateurs de formation au sol associés au service. Saab s'est associée à Boeing pour fournir le fuselage arrière de l'avion d'entraînement.

    Air & Cosmos du 25 février
  • international
    BAE Systems : recul du bénéfice 2020 mais ventes en hausse
    BAE Systems, le groupe britannique spécialisé dans la défense et l’aérospatial, a vu son bénéfice net part du groupe reculer de 13% en 2020, notamment suite aux conséquences de la crise sanitaire. Ses ventes ont toutefois progressé de 4% sur un an, à 20,9 milliards de livres l'an dernier, d'après un communiqué publié ce jeudi. Le groupe s'attend à ce qu'elles augmentent à nouveau dans les mêmes proportions cette année.

    Les Echos et Le Figaro du 25 février

Défense
  • Défense
    Le Royaume-Uni révèle le plan de remplacement des hélicoptères Puma de la RAF
    Le Royaume-Uni a annoncé le remplacement du parc d’hélicoptères Puma de la Royal Air Force. Présenté le 23 février, le programme est baptisé NMH (New Medium Helicopter). Air & Cosmos indique qu’Airbus Helicopters propose le H225 Caracal, ainsi que le H175, issu de la gamme civile, qui serait militarisé pour l’occasion. Leonardo UK propose son AW149. La RAF exploite actuellement 23 hélicoptères Puma qui ont été mis à niveau à la norme HC2 au milieu des années 2010. Les cellules datant du début des années 1970, ces hélicoptères devraient être retirés du service en 2025.

    Air & Cosmos du 25 février