Synthèse de presse

Espace
  • Espace
    Safran Data Systems fournira ses antennes Legion 400 à Contec
    Safran Data Systems annonce la signature d'un contrat de fourniture d'antennes Legion 400 avec Contec, acteur coréen en plein développement de son réseau international de stations sol pour le suivi de satellites. Les antennes seront accompagnées des modems Satcore DirecT hautement miniaturisés de Safran Data Systems. Contec a annoncé que ces systèmes seront déployés, dans un premier temps, en Corée du Sud, en Alaska et en Europe du Nord, avant d'être étendus à l'Amérique du Sud et au Moyen-Orient. « Cette antenne, adaptée, performante et fiable, est conçue pour adresser non seulement l'augmentation des besoins de stations sol satcom LEO (Low Earth Orbit), mais aussi les acteurs du New Space et les fournisseurs de services d'accès aux données », précise Jean-Marie Bétermier, Président de Safran Data Systems.

    La Tribune du 12 mars
  • Espace
    Airbus Defence and Space prépare la première usine de satellites dans l'espace
    Airbus a été sélectionné par la Commission européenne pour étudier la fabrication d'engins spatiaux dans l'espace, dans le cadre du programme Horizon 2020. Le projet PERIOD (PERASPERA In-Orbit Demonstration) se concentre sur l'assemblage et la fabrication de satellites en orbite. Ce contrat d'étude de phase A/B1, d'une valeur de 3 millions d'euros, durera deux ans, avec l'objectif de poursuivre avec un démonstrateur en orbite. « L'« usine orbitale » envisagée par PERIOD sera le pionnier de la construction de composants majeurs tels que les réflecteurs d'antenne, l'assemblage de composants d'engins spatiaux et le remplacement de charges utiles de satellites, directement dans l'espace », précise Airbus Defence and Space. « La production directement en orbite va révolutionner la façon dont les systèmes spatiaux sont conçus, construits et exploités. Elle présente des avantages considérables par rapport à l'approche traditionnelle - où tout est produit sur Terre puis transporté dans l'espace - puisque les objets fabriqués dans l'espace sont libérés des contraintes et des exigences du lancement », explique le constructeur. Airbus Defence and Space dirige, à Brême, une équipe de sept innovateurs européens, qui apportent leur propre expertise dans des domaines tels que l'exploitation robotique, la réalité virtuelle et l'assemblage dans l'espace : DFKI, EASN-TIS, GMV, GMV-SKY, ISISPACE, SENER Aeroespacial et Space Applications Services. « Les futurs systèmes spatiaux à grande échelle ne peuvent être fabriqués et assemblés qu'en orbite, il est donc crucial que l'Europe soit à la pointe de cette capacité clé », souligne Silvio Sandrone, responsable des projets futurs d'exploration spatiale chez Airbus Defence and Space.

    L’Usine Nouvelle du 12 mars

Industrie
  • Industrie
    Aerospace Cluster Auvergne-Rhône-Alpes lance son « Virtual Aerospace Show »
    Pour soutenir l’action et l’activité des entreprises de la filière aéronautique et spatiale en région Auvergne-Rhône-Alpes, Aerospace Cluster annonce l’organisation du « Virtual Aerospace Show », du 6 au 8 avril 2021. L’événement devrait regrouper 80 exposants et accueillir près de 200 Business Conférences. L’objectif est de permettre aux acteurs régionaux de présenter les innovations et les projets mis en place au cours des derniers mois pour accompagner les grandes mutations de la filière vers l’industrie du futur et vers une aviation durable et décarbonée. « La région Auvergne-Rhône-Alpes se distingue par la très grande diversité des compétences et savoir-faire développés par ses entreprises. Le Virtual Aerospace Show est une opportunité de faire mieux connaître les forces de notre région. Et c’est pour chacun l’occasion de renforcer ses relations avec ses clients et ses prospects, pour mieux préparer la reprise » déclare Franck Colcombet, CEO de Tecalemit Aerospace et Président d’Aerospace Cluster Auvergne-Rhône-Alpes.

    Aerobuzz du 12 mars
  • Industrie
    Reprise de la croissance en France : dernières prévisions de l’Insee
    Selon la dernière note de conjoncture de l'Insee, publiée jeudi 11 mars, la croissance devrait être de 1% sur les trois premiers mois de l'année 2021, et de même ampleur au cours des trois mois suivants. Le PIB français resterait 4 points inférieur à la normale au premier trimestre 2021 et remonterait un peu au deuxième trimestre. A la fin juin, il se situerait à peu près 3 points en dessous de son niveau de la fin 2019. L'acquis de croissance, c'est-à-dire le rythme de progression du PIB sur l'ensemble de 2021 si celui-ci restait au même niveau au deuxième semestre, serait de 5,5%. « L'activité économique des prochains mois dépendra largement des conditions sanitaires », de l'issue de la course entre la campagne de vaccination et de l'avancée des variants, estime l'Insee.

    Ensemble de la presse du 12 mars

Défense
  • Défense
    Le président de la République attendu à Toulouse pour assister à l’opération AsterX
    Le président de la République, Emmanuel Macron, est attendu à Toulouse vendredi 12 mars, dans les locaux du CNES, pour assister à l’opération virtuelle « AsterX », le premier exercice spatial militaire européen organisé au sein du Commandement de l'espace (CDE). AsterX mobilise 60 opérateurs à Toulouse, ainsi que des officiers de liaison de l'armée allemande et de l'United States Space Command basé dans le Colorado. De nombreux scénarios sont envisagés, tels que la découverte d’un nouvel objet en orbite, la modification de la trajectoire d’un satellite menaçant de retomber sur Terre, ou des événements agressifs tels que le tir d’une arme anti-satellite générant beaucoup de débris. « Ce sont des événements auquel le nouveau Commandement de l'espace (CDE) est régulièrement confronté, mais le but lors de l'exercice est de saturer les opérateurs en leur donnant beaucoup de travail pour tester les chaînes de commandement et les améliorer. Pour porter la voix de la France en matière de spatial militaire, nous avons besoin d'un CDE efficace. Le président de la République va pouvoir se rendre compte de sa montée en puissance », indique l’Elysée.

    La Tribune du 12 mars
  • Défense
    Rafale : le programme Ravel apporte « des résultats encourageants »
    La ministre des Armées, Florence Parly, s’est rendue sur la base aérienne 113 de Saint-Dizier (Haute-Marne), vendredi 5 mars dernier. La visite avait pour thème le maintien en condition opérationnelle aéronautique (MCO) dans l’armée de l’Air et de l’Espace, dans le cadre du projet SO 4.0, et en particulier les contrats de soutien du Rafale dans le cadre du programme Ravel. La réforme voulue par la ministre « a déjà produit ses effets. En 2019, 70 Rafale étaient disponibles. Un an plus tard, ils étaient 82. Ce sont des premiers résultats encourageants », a-t-elle souligné. Un résultat rendu possible notamment grâce au contrat baptisé « Ravel » (pour Rafale Verticalisé), qui confie l’ensemble des activités de soutien à Dassault Aviation. « Le maître d’oeuvre Dassault Aviation coordonne l’ensemble des opérations de soutien de l’appareil et de ses équipements », ce qui permet « plus de flexibilité pour s’adapter aux évolutions de l’activité opérationnelle », souligne l’armée de l’Air et de l’Espace, citée par Air & Cosmos. Le magazine souligne que les nouveaux avions Rafale qui seront livrés par Dassault Aviation, afin de remplacer les 12 appareils de l’armée française vendus à la Grèce, seront conçus afin de pouvoir rapidement intégrer les évolutions prévues dans le cadre des travaux sur le standard F4, ce qui permettra un important gain de temps lors des chantiers de rétrofit. La disponibilité des forces françaises s’en trouvera accrue. Air & Cosmos consacre cette semaine un dossier à la modernisation du maintien en condition opérationnelle (MCO), portée par le Ministère des Armées.

    Air & Cosmos du 12 mars

Covid-19
  • Covid-19
    Assouplissement des conditions d'entrée et de sortie du territoire français
    La France va assouplir à partir de vendredi les conditions d'entrée et de sortie de son territoire pour certains pays situés hors de l'espace européen, a annoncé, jeudi 11 mars, le Ministère des Affaires Etrangères. « Il ne sera plus nécessaire de justifier d'un motif impérieux pour les déplacements en provenance ou vers l'Australie, la Corée du Sud, Israël, le Japon, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni et Singapour, du fait de la diffusion très large du variant britannique en France et de la situation sanitaire spécifique de ces pays », indique le communiqué. Pour les déplacements vers et depuis ces pays, les autres restrictions à la circulation restent en vigueur (présentation d’un test PCR négatif de moins de 72 heures avant le départ, notamment). Depuis le 1er février, toute entrée en France et toute sortie du territoire à destination ou en provenance d'un pays extérieur à l'Union européenne est interdite sauf motif impérieux, et toute entrée à partir d'un pays de l'Union européenne est conditionnée à la réalisation d'un test PCR, à l'exception des travailleurs transfrontaliers.

    La Tribune et Le Figaro du 12 mars

Environnement
  • Environnement
    Rolls-Royce et Tecnam prévoient de livrer un avion électrique à Widerøe en 2026
    Rolls-Royce et l'aviateur italien Tecnam s'associent à la compagnie norvégienne Widerøe afin de livrer un avion de transport de passagers, entièrement électrique, prêt pour le service commercial en 2026. Ce projet s'appuie sur le partenariat existant entre Rolls-Royce et Tecnam portant sur la propulsion de l'avion tout électrique P-Volt. Il s’appuie également sur le programme de recherche associant Rolls-Royce et Widerøe, annoncé en 2019, visant à évaluer et développer des concepts d'avions électriques qui répondraient à l'ambition norvégienne d'avoir le premier avion électrifié sur des vols réguliers intérieurs d'ici 2030 et une réduction de 80% des émissions pour les vols intérieurs d'ici 2040. Rolls-Royce a par ailleurs publié, jeudi 11 mars, ses résultats 2020, marqués par une perte de 3,997 milliards de livres (4,666 milliards d'euros) pour un chiffre d'affaires de 11,76 milliards, en baisse de 23%.

    Air & Cosmos, Aerobuzz et Les Echos du 12 mars

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France teste le « pass sanitaire numérique » pour un mois
    Air France met en place pour un mois, à partir du jeudi 11 mars, l’« ICC AOK Pass », un « pass sanitaire numérique » sur ses liaisons au départ de Paris vers la Guadeloupe et la Martinique, afin d’« améliorer l’expérience de ses clients et fluidifier leur parcours en aéroport ». Le système prévoit l’authentification des résultats du test Covid-19 négatif, nécessaire pour voyager, via un partenariat avec un laboratoire, et leur enregistrement sécurisé sur une application. Jean-Baptiste Djebbari, le ministre délégué aux Transports, qui s’exprimait jeudi sur RMC, a estimé qu’un tel système « permet de faciliter l’emport des documents, de les numériser et de les authentifier », ce qui « évite les fraudes et désengorge les queues », soulignant que le « pass sanitaire numérique » d’Air France pourrait être « une préfiguration ou une anticipation, en tout cas une expérimentation grandeur nature, de ce que pourrait être demain un futur travel pass ou un pass sanitaire ». L’Usine Nouvelle consacre un article détaillé à l’expérimentation d’Air France, qui s’appuie sur la technologie de la blockchain pour assurer la sécurité des données.

    Le Parisien et L’Usine Nouvelle du 12 mars