Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    CFA de Bonneuil-en-France : les métiers de l’aérien toujours attractifs
    Le centre de formation d’apprentis (CFA) des métiers de l’aérien, situé à Bonneuil-en-France, a organisé, samedi 13 mars, une journée portes ouvertes virtuelle. Environ 250 contrats ont été signés pour cette année scolaire, contre 550 en 2019. Une reprise des contrats s'amorce pour 2021-2022 : « on sent un souhait de nos partenaires de maintenir leur politique d'apprentissage », explique Véronique Flavigny, la directrice du CFA, notamment pour les formations techniques proposées par le centre de formation : « Les avions, les moteurs, il faut de toute façon soit les maintenir, y compris au sol, soit les construire, et il faut cinq ans pour vraiment former un mécanicien alors qu'il y aura les départs à la retraite des baby-boomers », rappelle la directrice. « De plus nous avons aussi des entreprises qui travaillent dans les domaines de la défense et du spatial », sur lesquels l’impact de la crise sanitaire est moindre, précise-t-elle. Le nombre des candidats n'a quant à lui pas baissé en 2020. « L'aérien et l'aéronautique sont des métiers de vocation et de passion et restent une vocation chez de nombreux jeunes donc cela continuera de les attirer », estime Mme Flavigny.

    Le Parisien du 13 mars
  • Industrie
    Titan Airways reçoit le premier Airbus A321P2F équipé de moteurs CFM
    La compagnie britannique Titan Airways a pris livraison de son premier avion converti en version passager à cargo (Passenger to Fret), un Airbus A321P2F propulsé par des moteurs CFM56-5B. Cette livraison est la première des trois Airbus A321P2F en commande. L’appareil est loué dans le cadre d’un support d’investissement géré par des filiales de BBAM, société qui a supervisé la conversion de l’avion à Singapour, en collaboration avec des partenaires affiliés d’Airbus. Le programme de conversion de l’Airbus A321 Passenger to Fret a été lancé en 2015 par ST Engineering et Airbus via leur société commune, Elbe Flugzeugwerke (EFW).

    Aerobuzz du 15 mars
  • Industrie
    EFW fournit un plancher de chargement plus résistant pour l'A350
    Elbe Flugzeugwerke (EFW), coentreprise d’Airbus et du groupe singapourien ST Engineering, a développé une solution pour rendre plus résistants les panneaux du plancher des soutes de l’A350. Il s’agit d’un nouveau procédé de stratification, utilisant le principe du « peel ply », dans lequel un film de couverture en tissu résistant à la déchirure est retiré après l'installation. La résine est extraite de la surface, ce qui la rend rugueuse et antidérapante. « Le nouveau panneau composite est beaucoup plus robuste tout en conservant sa légèreté. En outre, le nombre de points de connexion a été considérablement réduit, ce qui raccourcit le temps d'installation chez Airbus », précise EFW, indiquant que « les nouveaux panneaux ont déjà été livrés et installés avec succès dans le premier des nombreux avions à venir ».

    Le Journal de l’Aviation du 13 mars
  • Industrie
    Entretien avec Alexandre Saubot, Président de France Industrie
    Alexandre Saubot, Président de France Industrie, accorde une interview aux Echos. Il observe que l'industrie française a été moins durement frappée par les conséquences de la pandémie de Covid-19 que lors de la crise financière de 2008-2009, alors même que la chute du PIB a été plus forte. Après le choc relativement court du premier confinement, la plupart des secteurs se sont vite rétablis, aidés par le soutien financier de l'Etat. Il relève que dans certains secteurs, aéronautique notamment, « des restructurations » devront intervenir. Il se félicite de la « prise de conscience » engendrée par la crise en matière de souveraineté industrielle : « on comprend qu'un pays sans industrie ne peut pas répondre aux besoins de ses citoyens. Il faut maintenant que cette prise de conscience se transforme en actes. Il faut poursuivre la baisse des impôts de production et aider les industriels dans la transition écologique ».

    Les Echos du 15 mars

Défense
  • Défense
    Florence Parly : « Nous avons besoin de cybercombattants »
    La ministre des Armées, Florence Parly, était l’invitée du Club de l’économie du Monde, jeudi 11 mars. Elle est revenue notamment sur la situation de la filière industrielle française et sur l’extension des nouvelles menaces, particulièrement dans le domaine du cyber. « La loi de programmation militaire prévoit non seulement des investissements massifs pour ce qui concerne le spatial, avec le renouvellement de la totalité de nos capacités spatiales, mais aussi pour ce qui concerne le cyber. Nous avons besoin de cybercombattants. L’objectif est d’accroître de 1 000 cybercombattants notre force et d’avoir, en 2025, 4 000 cybercombattants », précise-t-elle. La ministre a également évoqué le programme européen sur l’avion de combat du futur, ainsi que l’Eurodrone : « nous avons besoin de ces programmes de très grande ampleur, dont je ne suis pas certaine que nous pourrions les financer seuls, et qui constituent une base industrielle et technologique de défense européenne. Plus les Européens seront forts, plus ils investiront dans leur propre défense et plus l’Alliance atlantique, à laquelle ces pays appartiennent et sont naturellement très attachés, sera elle-même forte et efficace ».

    Le Monde du 13 mars
  • Défense
    Nicolas Chamussy prend la tête de Nexter Systems
    Nicolas Chamussy a été nommé directeur général de Nexter Systems, a annoncé vendredi le groupe franco-allemand KNDS, dont Nexter constitue l'entité française. Conseiller Espace d'Airbus, où il est entré en 1999, Nicolas Chamussy succède à Stéphane Mayer et prendra ses fonctions le 1er avril. Diplômé de l'École Polytechnique, de l'École Nationale Supérieure de Techniques Avancées (ENSTA) et de l'Institut d'Études Politiques de Paris, Nicolas Chamussy débute sa carrière au sein d'un laboratoire de l'US Air Force aux États-Unis. Il rejoint ensuite la Direction générale de l'armement (DGA) pour exercer des fonctions au sein du cabinet du ministre de la Défense. En 1999, il rejoint EADS (European Aeronautic Defence and Space company). De 2012 à 2016, il est chef de cabinet du CEO d'Airbus, Tom Enders, avant de devenir directeur des systèmes spatiaux et membre du Comité Exécutif d’Airbus Defence and Space. Depuis juin 2019, il était le conseiller Espace d'Airbus.

    Ensemble de la presse du 15 mars
  • Défense
    L'équipementier Rafaut se renforce dans la Défense
    L’Usine Nouvelle revient sur la croissance de Rafaut, qui a annoncé le 4 mars avoir acquis Lace, filiale de Lisi Aerospace, spécialisée dans les accroches pour hélicoptères. Une acquisition qui représente la seconde opération de croissance externe en deux mois pour Rafaut, après le rachat en janvier de Secapem, qui développe des radars et des systèmes d’entraînement au tir pour les forces armées. « Nous complétons nos métiers dans la Défense. Dans ce secteur, les contrats internationaux imposent désormais une taille critique », explique Bruno Berthet, président de Rafaut, basé à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Ces deux nouvelles activités, qui représentent environ 80 nouveaux salariés, apportent un volume d'affaires de 13 millions d'euros.

    L’Usine Nouvelle du 15 mars

Environnement
  • Environnement
    Loi Climat : premier aval parlementaire à la suppression des vols intérieurs courts
    Les députés ont donné un premier aval, lors de son examen en commission, dimanche 14 mars, à l’article 36 du projet de loi Climat et résilience. Cet article vise à interdire les liaisons aériennes intérieures quand il existe une alternative en train de moins de 2 h 30. Des lignes comme Orly-Nantes, Orly-Lyon, voire Paris-Rennes seraient concernées ; des exceptions pour les trajets en correspondances seraient toutefois possibles. Depuis le 8 mars, une commission spéciale de l’Assemblée nationale, composée de 71 députés, étudie la recevabilité des amendements portant sur le projet de loi Climat et résilience. Le texte sera ensuite examiné en séance plénière à partir du 29 mars, et ce jusqu’au 9 avril.

    Ouest-France du 15 mars

international
  • international
    L’Ukraine souhaite nationaliser Motor Sich
    Le secrétaire du conseil de sécurité d’Ukraine, Oleksiy Danilov, a annoncé, jeudi 11 mars, le « retour au peuple ukrainien » de Motor Sich, groupe aéronautique soviétique puis ukrainien spécialisé dans la construction de moteurs d’hélicoptères et d’avions. Une décision « prise pour des raisons de sécurité nationale » d’après Oleksiy Danilov. Le vote d’une loi au parlement devra encore l’entériner dans les semaines à venir. Le groupe chinois Skyrizon avait acquis une part majoritaire de Motor Sich en 2016.

    Air & Cosmos du 15 mars
  • international
    Boeing : 777 Partners commande 24 737 MAX-8
    Boeing annonce avoir reçu une commande de la société d’investissement 777 Partners (basée à Miami) pour 24 monocouloirs 737 MAX-8, pour un prix catalogue de 2,9 milliards de dollars. 777 Partners a aussi pris une option sur 60 avions supplémentaires, a précisé Boeing. « Il s’agit d’une commande importante qui témoigne de la confiance de 777 Partners dans le 737-8 et dans la reprise du marché à venir », souligne l’avionneur.

    Le Figaro et Air Journal du 13 mars

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Entretien avec Augustin de Romanet, PDG du Groupe ADP
    Invité du Club de l’économie du Monde, jeudi 11 mars, Augustin de Romanet, PDG du Groupe ADP, a évoqué les conséquences à long terme de la crise sanitaire sur le trafic aérien. « Le transport aérien transportera moins de voyageurs d’affaires qu’avant », anticipe-t-il. S’agissant du tourisme, en revanche, il estime que « la croissance va repartir de plus belle. Mais les voyageurs demanderont un « verdissement » de l’aviation. Il faut préparer l’avion à hydrogène, mais, surtout, il est urgent de développer le bio fioul ». Il se dit favorable à « la numérisation des tests et des vaccins » pour que les contrôles sanitaires soient facilités, mais pas « à ce qu’on interdise aux gens de voler parce qu’ils n’ont pas de vaccins ou parce qu’ils n’ont pas de test. Beaucoup de personnes ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales, comme des allergies », relève le dirigeant.

    Le Monde du 13 mars