Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    Canada : Airbus qualifié comme soumissionnaire pour le projet ASTRV
    L’A330 MRTT (Multi Role Tanker Transport) d’Airbus a été identifié comme capable de répondre aux exigences du projet ASTRV (Avion stratégique de transport et de ravitaillement en vol), suite à l’invitation à se qualifier publiée au début de l’année 2021 par le gouvernement canadien. Le Canada veut remplacer la flotte d'avions ravitailleurs Airbus A310 MRTT multirôles (CC-150 Polaris) de l'Aviation royale canadienne (ARC). Le projet passe maintenant à l’étape suivante; une ébauche de projet d’appel d’offres est attendue au troisième trimestre 2021. Simon Jacques, Président d’Airbus Defence and Space Canada, a déclaré : « L’A330 MRTT est le seul ravitailleur multirôles de nouvelle génération éprouvé au combat, disponible sur le marché. Il est certifié pour opérer avec la majorité des aéronefs occidentaux, y compris les avions de chasse, de transport et de mission en service au Canada. Affichant plus de 250 000 heures de vol, le MRTT est opéré par 13 nations, dont des alliés clés de l’OTAN et des partenaires du Groupe des cinq (Five Eyes) comme l’Australie et le Royaume-Uni ». Airbus représente un fort poids économique au Canada où il compte environ 3 800 employés et génère plus de 23 000 emplois indirects dans le secteur aéronautique, travaillant avec plus de 665 fournisseurs, dans neuf provinces.

    La Tribune et Aerobuzz du 2 avril
  • Défense
    Défense européenne : entretien avec Wolfgang Schäuble et Sylvie Goulard
    Le Figaro publie une discussion entre Wolfgang Schäuble (CDU), Président du Bundestag allemand, et Sylvie Goulard, ancienne ministre des Armées française, un échange extrait du livre récemment publié de Wolfgang Schäuble « Grenzerfahrungen. Wie wir an Krisen wachsen » (« Expériences limites. Comment les crises nous font avancer »), et animé par Jacques Schuster, directeur de la rubrique opinions du journal Die Welt. Les deux personnalités évoquent les enjeux et les défis de la politique de défense commune de l’Union européenne, la question des institutions, ainsi que les opportunités soulevées par le plan de relance européen. « Nous n'avons pas beaucoup de temps devant nous. Nous vivons dans un monde dangereux, dans lequel l'Europe a besoin d'une armée fonctionnelle et moderne. Les Allemands n'y seraient pas opposés. Ils seraient immédiatement prêts à renoncer à leur armée nationale », déclare notamment Wolfgang Schäuble. Sylvie Goulard souhaite qu’apparaisse clairement « que l'UE constitue une puissance unique, qui repose sur des valeurs démocratiques et a appris de sa propre histoire ».

    Le Figaro du 2 avril
  • Défense
    Le C-27J JEDI italien, joyau de la guerre électronique
    Le Figaro consacre un reportage à l'avion C-27J JEDI (Jamming and Electronic Defense Instrumentation) de l'armée de l'Air italienne, destiné aux activités de guerre électronique. La soute de l'avion abrite un système capable de détecter, brouiller ou aveugler n'importe quelle fréquence. L'avion est produit par Leonardo. Ses équipements matériels et logiciels ont été développés par les militaires du Restoge de Pratica di Mare, dans « l'un des premiers laboratoires au monde créé pour la guerre électronique », précise Le Figaro. Au total, 5200 heures de vol ont déjà été enregistrées. « Souvent, même les Américains nous demandent de les escorter, car ils ont très peu de moyens de ce genre », commente un officier.

    Le Figaro du 2 avril

Environnement
  • Environnement
    Matériaux adaptés à l’hydrogène : focus sur les travaux de l'ISAE-Supaero avec Airbus
    La Tribune consacre un article détaillé aux recherches menées à Toulouse par l’ISAE-Supaero, de concert avec Airbus, visant à identifier les matériaux les plus adaptés dans la perspective d'une aile volante à hydrogène. Parmi les pistes étudiées, figure notamment l'utilisation de matériaux multicouches pour favoriser l'isolation thermique de l'appareil. « C'est une piste qui est bio-inspirée. L'isolation thermique chez les oiseaux cela fonctionne par multicouches. De la même manière, dans un gilet pare-balles, la première couche est sacrifiée et va se reporter sur la deuxième et ainsi de suite. Dans la thermique des satellites, le même procédé est utilisé. Les couches argentées qui entourent les satellites sont des couches métallisées qui agissent comme des barrières isolantes. Citons enfin l'exemple du matériau composite « glare » (de l'anglais Glass Laminate Aluminium Reinforced Epoxy) qui est utilisé dans l'A380. Il s'agit d'alterner des couches de fibre de verre et de métal. Nous cherchons à alterner des couches thermiques et des couches dynamiques en additionnant les propriétés de chaque matériau », explique Yves Gourinat, enseignant-chercheur à l'ISAE-Supaero. Une autre piste de travail est celle des matériaux polyvalents, qui devront être « à la fois structuraux, tenir aux vibrations, isolants au niveau thermique », précise le chercheur (des qualités que l’état actuel des recherches ne permettent pas de cumuler dans une même solution). Ces travaux de prospective pourraient déboucher sur des démonstrateurs dans les deux à trois années à venir.

    La Tribune du 2 avril
  • Environnement
    Aura Aero prépare un avion de transport régional électrique
    Aura Aero, PME toulousaine fondée en 2018, ouvre une usine sur le site de l'ancien aéroport militaire de Toulouse Francazal, afin d’y construire son avion biplace « Intégral R » pour la voltige et l'armée, ainsi que la version « Intégral S » pour les écoles de pilotage. La version R de cet avion léger en bois et en matériaux composites a fait son premier vol en juin et doit être certifiée à la fin de l'année. La motorisation sera d’abord thermique, puis électrique en 2023. Aura Aero prépare aussi un avion de transport régional de 19 places (le seuil maximal de l'aviation légère). Appelé ERA (Electrical Regional Aircraft), cet avion sera équipé de batteries structurelles et d'un turbogénérateur au fuel produisant l'électricité de complément. L'objectif est de réduire les émissions de CO2 de 100% sur les vols de moins de 400 kilomètres et de 80% à 64% au-delà. La jeune pousse prévoit un premier vol en 2024 et une entrée en service en 2026 pour cet avion tout-terrain qui pourra atterrir sur les petits aérodromes et sera adapté au transport de fret.

    Les Echos du 2 avril

Industrie
  • Industrie
    Southwest Airlines étend sa flotte de moteurs LEAP-1B
    Southwest Airlines a annoncé une commande de LEAP-1B, le moteur de nouvelle génération de CFM International, pour équiper 100 Boeing 737 MAX. Southwest Airlines a été le premier client du moteur LEAP-1B sur le 737 MAX avec une commande ferme de 150 avions passée en 2011. La livraison des nouveaux avions débutera en 2022. « Le 737 MAX, propulsé par les moteurs LEAP-1B de CFM International, offre une efficacité opérationnelle exceptionnelle, avec une baisse de 14% de la consommation de carburant et la réduction associée des émissions de carbone ; des moteurs plus silencieux, qui profitent aux communautés que nous desservons ; et une excellente fiabilité qui favorise la ponctualité de nos opérations », a souligné Mike Van de Ven, directeur des opérations de Southwest Airlines.

    Zone-Bourse.com du 2 avril
  • Industrie
    En Charente, Aeva relocalise et s’agrandit
    Aeva, équipementier aéronautique basé à Fléac, près d’Angoulême, va bénéficier du fonds de soutien à l’aéronautique à hauteur d’1,4 million d’euros, pour un projet de 5 millions d’euros, visant à relocaliser certaines activités en Charente et à changer de local. « Ce fonds vise à encourager la relocalisation d’activités en France. C’est un sujet de souveraineté nationale », a souligné Magali Debatte, préfète de Charente, en visite jeudi 1er avril sur le site de l’entreprise. « On a déjà rapatrié la production de capteurs de vitesse et d’un boîtier d’allumage qui étaient partis en Chine », détaille Christian Houel, dirigeant d’Aeva. Une mesure qui a permis de doubler la production de capteurs de vitesse du site de Fléac. « Des éléments de mécanique et de fonderie, délocalisés en Asie par les ex-propriétaires, la multinationale Meggitt, ont également été ramenés, et on travaille actuellement sur un transfert de technologie avec Meggitt Danemark pour récupérer la production de composants en céramiques semi-conductrices, pièces maîtresses des bougies d’allumage », développe-t-il.

    Sud-Ouest du 2 avril

Espace
  • Espace
    Internet par satellite : les enjeux de l’accélération du déploiement de constellations en orbite basse
    Le Monde évoque dans un article détaillé les enjeux de la « course à l’espace » dans le déploiement de l’Internet par satellite. Le Commissaire européen Thierry Breton a annoncé, en décembre 2020, un projet européen de réseau de satellites pour une constellation nouvelle génération permettant d’échanger en toute sécurité partout dans le monde. Fin avril, neuf industriels, dont Airbus Defence and Space, Eutelsat, Arianespace et Thales Alenia Space, publieront leur étude de faisabilité de réseau, dont l’investissement est estimé à 5 milliards d’euros. Est en jeu la souveraineté numérique européenne, « face à des opérateurs privés non européens dont certains, comme Amazon, sont déjà leaders de l’hébergement dans l’informatique dématérialisée », relève le quotidien, dans un contexte de risque de saturation de l’espace.

    Le Monde du 2 avril
  • Espace
    Cailabs et l'ONERA fiabilisent les communications laser spatiales
    Le magazine Air & Cosmos consacre cette semaine un article à Cailabs, entreprise française « deep tech » basée à Rennes, qui conçoit, fabrique et vend des solutions photoniques pour exploiter pleinement le potentiel industriel de la mise en forme de la lumière. Cailabs déploie les exploitations possibles de la technologie MPLC (« Multi-Plane Light Conversion »). En collaboration avec l’ONERA, Cailabs a intégré en début d’année un programme de recherche et technologie du CNES sur les systèmes orbitaux, qui doit durer 18 mois. La finalité de ce programme est d’améliorer les solutions de communications laser avec des satellites par l’étude d’un module innovant de compensation de la turbulence atmosphérique. « En collaborant avec des organismes français tels que le CNES ou l’ONERA, internationalement reconnus dans les communications spatiales, nous espérons contribuer à l’émergence d’une filière française en communication optique spatiale », commente le président de Cailabs, Jean-François Morizur.

    Air & Cosmos du 2 avril

international
  • international
    Reprise du trafic aérien aux Etats-Unis : United Airlines embauche des pilotes
    La compagnie américaine United Airlines a annoncé, jeudi 1er avril, qu'elle allait commencer à embaucher à nouveau des pilotes de ligne, 300 dans un premier temps, pour faire face à la reprise du trafic aux États-Unis. « Avec les taux de vaccinations qui augmentent et la demande pour les billets qui remonte, j'ai le plaisir de vous annoncer que United va reprendre le processus de recrutement des pilotes qui avait été suspendu l'an dernier », a déclaré Bryan Quigley, le responsable des opérations de vol de la compagnie, dans un message aux salariés consulté par l'AFP. United Airlines a prévu en mai davantage de vols qu'à la même époque en 2019, avant la pandémie, à destination du Mexique, des Caraïbes et de l'Amérique centrale, des destinations touristiques. La compagnie Delta Airlines a de con côté annoncé qu'elle ne bloquerait plus les sièges du milieu à partir du 1er mai comme elle le faisait depuis le début de la pandémie, afin de pouvoir proposer plus de sièges à la vente.

    Le Figaro du 2 avril
  • international
    Le Boeing 737 MAX 8-200 reçoit la certification de la FAA
    La FAA a annoncé mercredi avoir approuvé le design du Boeing 737 8-200, version densifiée du Boeing 737 MAX 8 dont la compagnie aérienne low-cost Ryanair sera le premier opérateur. Il s’agit d’une version pouvant accueillir jusqu’à 200 passagers. Le « 737 8-200 incorpore toutes les améliorations de conception issues de l’examen de 20 mois du 737 MAX, y compris celles relatives au MCAS », a déclaré le régulateur américain. Ryanair prévoit de prendre livraison du premier appareil 737 MAX 8-200 dans le courant du mois d'avril.

    Air & Cosmos du 2 avril
  • international
    Textron Aviation livre le 1000ème Cessna Citation série 560XL
    Cessna Textron Aviation a célébré le 31 mars 2021 la 1 000ème livraison de son jet d'affaires de série 560XL. Ce Cessna Citation XLS+ a été livré à un client basé dans le nord-est des États-Unis. En 25 ans, Cessna a produit 1 000 exemplaires de série 560XL. L’évolution la plus récente de la famille « 560XL » est le Citation XLS+.

    Aerobuzz et Air & Cosmos du 2 avril

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Willie Walsh est le nouveau directeur général d’IATA
    Willie Walsh a pris ses fonctions de directeur général de l’Association du transport aérien international (IATA), succédant à Alexandre de Juniac. Ancien directeur général de British Airways, Willie Walsh a été directeur général d’IAG (International Airlines Group, holding née de la fusion entre les compagnies British Airways et Iberia), de sa création en 2011 jusqu’à son départ à la retraite en septembre 2020. Il a occupé pendant treize ans (de 2005 à 2018) différentes fonctions au sein du Conseil des gouverneurs d’IATA, qu’il a présidé en 2016-2017.

    Aerobuzz du 2 avril
  • Aviation Commerciale
    « Aéroports de la Côte d’Azur est le laboratoire idéal pour imaginer l’aéroport de demain » selon Franck Goldnadel
    Franck Goldnadel, Président du directoire d’Aéroports de la Côte d’Azur, s’exprime dans La Tribune. Il évoque les axes stratégiques de la plateforme et sa volonté de poursuivre l’objectif de ne plus émettre de CO2 à l’horizon 2030 : « Le volet environnemental est central dans notre stratégie. Le plan annoncé il y a un an, où nous affirmions notre volonté d'être neutre carbone émission à horizon 2030, a été sanctuarisé malgré la crise. Nous serons alors les seuls, en France, à avoir atteint cet objectif. Nous basculons de la phase de compensation à la phase d'absorption », insiste-il. Un engagement qui pousse aussi à la réflexion plus globale sur l'évolution du secteur aéroportuaire post-pandémie : « Les aéroports devront désormais intégrer des équipements et des procédures sanitaires de très haut niveau, les parcours passagers devront se faire dans des terminaux élargis pour faciliter le respect des gestes barrière. Pour moi, l'avenir, c'est des aéroports mieux desservis, totalement sains et totalement responsables vis-à-vis de l'environnement », explique le dirigeant, qui souligne qu’Aéroports de la Côte d’Azur a l’ambition de travailler comme un « laboratoire » à cet égard.

    La Tribune du 2 avril