Synthèse de presse

Défense
  • Défense
    NHIndustries choisit le casque TopOwl de Thales pour les pilotes des NH90 des Forces Spéciales
    NHIndustries a choisi la nouvelle génération du casque TopOwl Digital Display de Thales pour la version Forces Spéciales du programme NH90. Cette version est développée à la demande de la Direction générale de l’armement (DGA) pour le besoin des forces spéciales françaises ; elle est également disponible pour celles des pays partenaires ou clients du NH90. « Cette génération digitale ouvre l’ère de la réalité augmentée au profit de la capacité opérationnelle des pilotes d’hélicoptères de combat, notamment pour le vol en environnement visuel très dégradé », précise Thales. Le casque TopOwl a été également sélectionné pour le standard 3 de l’hélicoptère de combat Tigre qui fait l’objet d’une coopération entre la France, l’Allemagne et l’Espagne. Les Forces Spéciales sont les unités militaires spécifiquement formées pour recueillir du renseignement ou effectuer des interventions derrière les lignes ennemies. Les évolutions du NH90 Forces Spéciales apportent une augmentation substantielle des capacités de mission et le positionnent comme l’un des hélicoptères de transport tactique les plus performants au monde, en particulier dans des conditions environnementales extrêmes comme le sable, la neige, le brouillard ou les nuits les plus sombres.

    Aerobuzz du 28 avril
  • Défense
    Thales sélectionné par Lockheed Martin pour fournir des sonars aéroportés aux marines américaine, indienne, grecque et danoise
    Thales a signé avec l'américain Lockheed Martin un contrat pour fournir jusqu'à 55 sonars de lutte anti-sous-marine, a annoncé mardi le groupe français. Thales équipera de ces sonars ALFS (Airborne Low Frequency Sonar) les hélicoptères MH-60R Seahawk produits par Lockheed Martin pour l'US Navy ainsi que les marines indienne, grecque et danoise. New Delhi a commandé 24 appareils en 2020, Athènes 7 en 2019 et Copenhague 9 en 2012. « La livraison des 42 premiers systèmes interviendra dans les cinq prochaines années. Les 13 systèmes optionnels restants seront livrés au cours de la sixième année », précise Thales. Ces sonars « peuvent être utilisés de manière autonome pour sécuriser une zone spécifique, ou comme système de lutte anti-sous-marine venant compléter les capacités des sonars embarqués sur les navires de surface, pour la relocalisation et l'attaque des objectifs », explique Thales.

    Ensemble de la presse du 28 avril
  • Défense
    Un second F-15EX aux essais pour l'US Air Force
    Le second Boeing F-15EX Eagle II a été réceptionné par l'US Air Force à la base aérienne d'Eglin en Floride, en avance sur le calendrier initial, indique Air & Cosmos. L'appareil doit être soumis à une campagne d'essais en vol visant à tester les systèmes et l'avion dans un environnement similaire à celui qu'il pourrait rencontrer au combat. En juillet 2020, l’US Air Force a attribué à Boeing un contrat de livraison à durée indéterminée/quantité indéterminée pour un nombre maximal de 200 F-15EX pour remplacer le F-15C.

    Air & Cosmos du 28 avril

Industrie
  • Industrie
    NAE lance la marque FAN, « Fabrication Additive en Normandie »
    Normandie AeroEspace (NAE) a présenté, le 20 avril, en présence de Philippe Eudeline, son Président, et d’Hervé Morin, Président de la Région Normandie, le lancement de la marque FAN (Fabrication Additive en Normandie), qui a vocation à « fédérer l’ensemble des acteurs industriels, académiques et transverses du territoire pour propulser l’intégration de cette technologie dans les PME et ETI normandes ». FAN s'appuiera sur les deux plateformes technologiques qui ont vu le jour l'an dernier sous l'impulsion de NAE : la première est installée au sein du centre de recherche d'Arkema (Eure), spécialisé dans la mise au point de polymères biosourcés ; la seconde chez Francofil (Seine-Maritime), fabricant de filaments destinés à l'impression 3D. NAE répertorie une vingtaine d'industriels en pointe dans l'impression 3D et une trentaine de cursus de formation. Le futur moteur Prometheus, en cours de prototypage chez ArianeGroup à Vernon, sera presque entièrement imprimé en 3D, rappelle La Tribune.

    La Tribune du 28 avril
  • Industrie
    Le premier A220-300 de JetBlue entre en service
    La compagnie américaine JetBlue annonce que son premier A220-300 est entré en service régulier, le 26 avril, entre l'aéroport Logan de Boston et l'aéroport de Tampa. 70 A220-300 sont attendus par JetBlue, suite à une commande initiale de 60 unités en 2018, complétée par 10 supplémentaires en 2019. Le deuxième exemplaire doit être livré dans les prochains jours, et le troisième dans le mois à venir, précise Aerobuzz. Selon JetBlue, « l’A220 présente un coût d’exploitation direct par siège inférieur de près de 30% à celui de la flotte existante d’E190 de JetBlue ». Avec une autonomie allant jusqu’à 3 350 miles nautiques et une consommation de carburant par siège inférieure de 40% à celle de l’E190, « les conditions économiques favorables ouvrent la porte à de nouveaux marchés et à de nouvelles routes qui n’auraient pas été rentables avec la flotte existante de JetBlue », affirme encore la compagnie.

    Aerobuzz et Le Journal de l’Aviation du 28 avril
  • Industrie
    British Airways ne compte pas se séparer de ses A380
    Sean Doyle, CEO de British Airways, a confirmé le retour en vol des A380 de la compagnie. L’A380 « ne vole pas à cette minute, mais c’est dans nos plans pour la reconstruction future de la compagnie aérienne ». « Nous ne savons pas exactement quand nous remettrons l’A380 en service », a-t-il précisé, « notre meilleure estimation étant 2023-24 » pour revenir aux niveaux d’activité d’avant la crise sanitaire.

    Le Journal de l’Aviation du 28 avril
  • Industrie
    AFI KLM E&M dévoile une nouvelle offre de services MRO pour l'A220
    AFI KLM E&M a conçu un programme de soutien équipements complet pour l’A220 et peut désormais le commercialiser. « AFI KLM E&M développe des capacités internes dédiées, notamment en investissant dans des stocks suffisants pour garantir un accès rapide aux pièces détachées, mais aussi en adaptant ses compétences en ingénierie pour fournir le meilleur service opérationnel possible », indique le groupe. Cette offre de service a été développée notamment en liaison avec la commande passée par Air France-KLM, maison-mère d’ AFI KLM E&M, de 60 Airbus A220, dont la livraison est prévue à partir de septembre.

    Le Journal de l’Aviation du 28 avril

Espace
  • Espace
    Eutelsat entre au capital de OneWeb à hauteur de 24%
    Eutelsat a annoncé, mardi 27 avril, avoir conclu un accord en vue d'acquérir 24% de la société britannique OneWeb. Eutelsat investira 550 millions de dollars dans OneWeb, devenant ainsi l'un des principaux actionnaires de la société aux côtés de l'Etat britannique et de Bharti Global. La finalisation de l'opération est attendue au second semestre 2021. OneWeb entend proposer un service d'accès à Internet plus rapide à l'échelle de la planète. La société opérera à terme 648 satellites en orbite basse offrant une faible latence. Une première génération de satellites assurera, d'ici fin 2021, une couverture de certaines régions qui sera étendue à l'ensemble du globe en 2022. « Nous sommes convaincus des chances de succès de OneWeb, que lui confèrent son entrée précoce sur le marché, ses droits d'utilisation prioritaire du spectre et sa technologie évolutive et modulable », a commenté Rodolphe Belmer, le directeur général d'Eutelsat. « OneWeb constituera notre principal moteur de croissance hors de nos activités de Broadcast et de Haut Débit, tandis que nous poursuivons l'optimisation de la génération de trésorerie de nos activités historiques à forte rentabilité et que nous verrons croître notre activité de Haut Débit fixe qui s'appuie sur nos actifs géostationnaires », a-t-il ajouté.

    Ensemble de la presse du 28 avril
  • Espace
    Vega : le vol VV18 est prévu pour cette nuit
    Dans la nuit de mercredi 28 avril à jeudi 29 avril, un lanceur Vega s’envolera depuis le Centre Spatial Guyanais (CSG) pour mettre en orbite le satellite optique Pléiades Neo 3, fabriqué par Airbus Defence and Space. Il s’agira du dix-huitième vol de Vega, qui emportera également un microsatellite d'observation au profit de l'agence spatiale norvégienne, Norsat-3, et quatre cubesats, pour les opérateurs Eutelsat (satellite Tyvak-182A), Aurora Insight (BRAVO, fabriqué par NanoAvionics) et Spire (LEMUR-2). Le vol VV18 embarquera ces cinq charges auxiliaires rassemblées autour de la structure de déploiement SSMS (Small Spacecraft Mission Service), le système de lancement partagé européen. « Les opérations de production du lanceur Vega, ainsi que la préparation du VV18 ont été minutieusement préparées par Avio, maître d'œuvre industriel du lanceur Vega, sous la supervision d'Arianespace et de l'ESA, en suivant l'ensemble des recommandations qui avaient été formulées par la Commission d'enquête indépendante mise en place après l'échec du vol Vega numéro 17 (VV17) », a expliqué Arianespace dans un communiqué.

    La Tribune du 28 avril
  • Espace
    La sonde JUICE d’Airbus Defence and Space a rejoint les Pays-Bas
    JUICE, la mission JUpiter ICy moons Explorer menée par l'Agence spatiale européenne (ESA), a quitté le centre d'intégration de satellites d'Airbus à Friedrichshafen (Allemagne) pour se diriger vers la chambre du Large Space Simulator (LSS) de l'Agence spatiale européenne (ESA) à Noordwijk (Pays-Bas). Au cours des 12 prochains mois, le vaisseau spatial sera exposé aux conditions environnementales de l'espace. La sonde JUICE, qui pèse 6,2 tonnes, partira en 2022 pour un voyage de près de 600 millions de kilomètres vers Jupiter. Le vaisseau spatial transportera 10 instruments scientifiques de pointe, dont des caméras, des spectromètres, un radar pénétrant la glace, un altimètre, une expérience radio-scientifique et des capteurs pour surveiller les champs magnétiques et les particules chargées dans le système jovien.

    BFM Bourse du 28 avril
  • Espace
    NewSpace : Unseenlabs réalise une nouvelle levée de fonds, à hauteur de 20 millions d'euros
    La startup rennaise Unseenlabs annonce une levée de fonds de 20 millions d'euros, « l'une des plus importantes du secteur du newspace européen », souligne-t-elle. L’opération réunit de nouveaux investisseurs comme 360 Capital, Omnes Capital et Blue Oceans Partners, aux côtés des partenaires historiques Breizh Up, le fonds Definvest et Hemeria. Cette deuxième levée de fonds, qui arrive après celle de 2018 (7,5 millions d'euros), va permettre à Unseenlabs d'accélérer le déploiement d'une constellation, qui devrait compter de 20 à 25 nanosatellites (dont trois sont déjà en orbite) d'ici à 2025, de soutenir le développement des services de géolocalisation et d'accroître sa présence à l'international. « Nous changeons clairement d'échelle », soulignent les deux fondateurs, Clément et Jonathan Galic, cités par La Tribune. La startup a lancé en août 2019 son premier nanosatellite de 8 kg, baptisé BRO-1, puis, en novembre 2020, BRO-2 et BRO-3, à bord du mini-lanceur Electron de la société de services de lancement américaine Rocket Lab. Cette année, Unseenlabs vise le lancement de trois à six nouveaux nanosatellites. L’objectif de la startup est d’accélérer sa croissance en poursuivant la mise en orbite de sa constellation de 20 à 25 nanosatellites.

    La Tribune du 28 avril
  • Espace
    Internet par satellite : focus sur les constellations en orbite basse
    Les Echos consacrent un article aux projets de constellations en orbite basse, censés apporter Internet en tout point du globe, qui se multiplient ces dernières années, comme en témoigne l'investissement d'Eutelsat dans OneWeb, annoncé ce mardi. L’Internet par satellite est devenu « un terrain d'affrontement entre les géants de la tech »: Amazon, avec son projet Kuiper, et Tesla, avec Starlink, misent ainsi sur des satellites situés à 550 kilomètres de la Terre pour apporter Internet en des points inaccessibles à la 5G et à la fibre optique. Par rapport aux technologies terrestres, les constellations en orbite basse n'offrent pas le même débit ni la même latence et sont souvent plus chères pour le consommateur, observe toutefois le quotidien.

    Les Echos du 28 avril
  • Espace
    Les startups de l'espace, nouveaux acteurs alliant polyvalence et agilité
    L’Express publie cette semaine un dossier consacré à la conquête spatiale. Un article est notamment consacré aux services spatiaux permettant l'observation de la Terre, accessibles grâce à des constellations de satellites miniaturisés et polyvalents, un nouveau secteur qui repose sur des entreprises petites et agiles. Loft Orbital, société américano-française basée en Californie, en est l’incarnation. « Nous mettons à la disposition du client une infrastructure neutre dont il garde le contrôle : il reçoit images et données radar pour le temps où il loue nos propres équipements et parfois ceux qu'il a fait installer à bord. Car nous faisons à la fois du time share (location de temps de vol) et du ride share (emport d'un module spécifique pour un tiers) », explique Antoine de Chassy, cofondateur de Loft Orbital.

    L’Express du 22 avril

Covid-19
  • Covid-19
    Test d’un pass sanitaire pour les vols à destination de la Corse
    Un pass sanitaire pour les passagers embarquant pour la Corse depuis l'aéroport d'Orly est en expérimentation depuis le jeudi 22 avril. Le document se trouve dans l'application TousAntiCovid et permet, à l'aide d'un QR code, de certifier une vaccination ou un test PCR négatif transmis par un laboratoire. « Il y a déjà 1 000 QR codes flashés » depuis le début de l'expérimentation ; « nous n'avons pour l'instant rencontré aucun problème, les choses se passent bien », affirme le secrétaire d'État chargé de la Transition numérique, Cédric O. « La France est le premier pays européen à déployer ce pass. On espère pouvoir faire en sorte que les choses soient généralisées d'ici courant juin dans le cadre européen qui doit fluidifier les passages aux frontières », explique-t-il. L'expérimentation concerne pour le moment les vols à destination de la Corse, et doit s'étendre prochainement aux outre-mer, à l'Allemagne, à l'Espagne ou encore aux Pays-Bas.

    La Tribune du 28 avril

international
  • international
    Relance : la France appelle à un « plan d’investissements » de l'Europe sur 10 ans
    La France, qui présente ce mercredi 28 avril à la Commission européenne son plan national de relance, préconise un plan d'investissements sur dix ans, qui prendrait la suite du plan de relance européen, notamment afin de soutenir la comparaison avec les Etats-Unis. « Nous avons besoin de faire ce qui n'a jamais été fait auparavant », explique Clément Beaune, le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, cité par Les Echos. Ce plan « prendrait le relais du plan de relance », indique-t-il. Le sujet pourrait être au centre de la présidence tournante du Conseil européen que la France assumera au premier semestre 2022.

    Les Echos du 28 avril
  • international
    Raytheon Technologies relève ses prévisions annuelles et mise sur la reprise de l'aviation commerciale
    Raytheon Technologies a relevé ses prévisions annuelles mardi, indiquant miser sur une reprise de l'aviation commerciale, et soulignant la solidité de ses activités de défense. « Raytheon Technologies a produit de solides résultats au premier trimestre avec des ventes, un bénéfice par action ajusté et un flux de trésorerie disponible supérieurs à nos attentes initiales, nous donnant la confiance nécessaire pour relever le bas de nos prévisions », a indiqué dans un communiqué son directeur général Greg Hayes. L'entreprise a dégagé des économies grâce au rapprochement, finalisé en 2020, entre Raytheon et United Technologies. « Grâce à notre solide carnet de commandes dans le secteur de la défense et à la reprise continue du transport aérien commercial, nous sommes bien placés pour générer une croissance rentable et des revenus suffisant à dégager une valeur significative pour les actionnaires », a affirmé Greg Hayes. Raytheon Technologies s'attend désormais à un chiffre d'affaires d'au moins 63,9 milliards de dollars (contre 63,4 milliards auparavant) et à un bénéfice par action d'au moins 3,50 dollars (contre 3,40 dollars). Il prévoit aussi d'augmenter son programme de rachat d'actions de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars.

    Le Figaro du 28 avril