Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Safran confirme ses objectifs pour 2021
    Safran a publié ses résultats pour le premier trimestre 2021. Pour la période de janvier à mars, le chiffre d'affaires consolidé s'est établi à 3,29 milliards d'euros, ou 3,34 milliards d'euros en données ajustées, contre 5,38 milliards au premier trimestre 2020, soit une baisse, conforme aux prévisions, de 37,9% en données publiées, et de 34,6% en variation organique. CFM, la coentreprise de Safran avec General Electric, a livré 188 moteurs LEAP, ainsi que 26 moteurs CFM56, contre respectivement 272 et 54 au premier trimestre 2020. « La faiblesse du chiffre d'affaires du 1er trimestre reflète, au-delà de la base de comparaison, la détérioration du trafic aérien en janvier et février, bien que celui-ci ait montré des signes d'amélioration au mois de mars. Dans l'ensemble, la baisse d'activité de ce trimestre est cohérente avec le profil sur lequel nous avons basé les objectifs pour l'exercice 2021, objectifs que nous confirmons. Nous restons flexibles et poursuivons nos efforts qui produiront leurs pleins effets au second semestre et les années suivantes », a déclaré le Directeur Général, Olivier Andriès.

    Les Echos du 30 avril
  • Industrie
    Reprise du trafic aérien : Airbus tire parti de ses sites d’assemblage de l’A320 aux Etats-Unis et en Chine
    Guillaume Faury, CEO d’Airbus, regrette « le manque de coordination des restrictions de circuler prises principalement en Europe », qui « conduit à une situation de voyage bien pire que sur d’autres marchés comparable », a-t-il déclaré suite à la publication des résultats du premier trimestre 2021, selon un propos rapporté par Le Figaro. L’ampleur de la crise sanitaire en Inde représente également « un sujet de préoccupation ». Le trafic aérien s’est toutefois nettement redressé aux États-Unis et dépasse de 6% son niveau d’avant crise en Chine. Airbus peut s’appuyer sur deux sites d’assemblage d’A320 américain et chinois, où l’activité tourne à cadence normale, à raison de 6 avions produits par mois à Mobile, en Alabama, et 4 par mois à Tianjin, près de Pékin. La production de ces deux sites avait représenté 31% des livraisons en 2020, précise Le Figaro. Airbus a maintenu son objectif de hausse de la production de l’A320 à partir de cet été, pour atteindre une cadence mensuelle de 43 avions au troisième trimestre, et de 45 au quatrième trimestre 2021, contre 60 avant la crise.

    Le Figaro du 30 avril
  • Industrie
    ADDEV Materials choisi par Airbus pour la distribution de produits chimiques
    L'ETI lyonnaise ADDEV Materials, spécialisée dans la fabrication et distribution de produits chimiques pour l'aéronautique et le spatial, vient de signer un contrat de 5 ans avec Airbus et ses filiales, Stelia et Premium Aerotec. Cet accord pluriannuel porte sur la fourniture de produits chimiques, colles, peintures, graisses, adhésifs, avec un démarrage progressif prévu dès le printemps 2021 dans les différentes zones géographiques nécessitant une distribution locale. Julien Duvanel, Directeur général et cofondateur d’ADDEV Materials avec Pascal Nadobny, s’est réjoui de ce contrat. « 
Nous avions déjà initié une collaboration avec Airbus Helicopters en proposant des kits de réparation prêts à l'emploi destinés aux hélicoptères », précise-t-il ; « dans un monde complexe, en pleine mutation, nous agissons en tant que facilitateur : ce savoir-faire spécifique de reconditionnement sur mesure, permettant d’apporter plus de valeur ajoutée tout en consommant moins de matériaux, est un atout supplémentaire pour développer à l’avenir nos échanges avec l’ensemble des filiales Airbus, partout dans le monde ». ADDEV Materials est notamment implanté en Europe et en Amérique du Nord, et compte plus de 650 collaborateurs pour un chiffre d'affaires de 150 millions d'euros.

    Le Tout Lyon du 20 avril
  • Industrie
    Le projet de modernisation d’Éolane soutenu par France Relance
    Vendredi 9 avril, le Conseil national de l’industrie a sélectionné le projet ALCOM, qui vise à moderniser l’outil de production d’électronique d’Éolane, à Combrée (Maine-et-Loire), comme étant un projet stratégique à soutenir, via l’octroi d’une subvention de 800 000 €. Cette subvention représente près de 50% du montant d’investissement consacré par Éolane pour la modernisation du site de Combrée, qui s’inscrit dans un plan stratégique lancé en début d’année par le groupe, intitulé « Alizées 2025 ». Il s’agit, notamment, de moderniser les lignes CMS (Composant Monté en Surface) par l’ajout « de moyens d’inspections optiques 3D haute performance et le remplacement de robots de pose de composants », « d’optimiser et automatiser les flux logistique internes », et de « consolider la capacité de production par le déploiement de logiciels de pilotage de la production », précise Éolane. « Cette distinction et ce soutien financier viennent concrétiser la mobilisation de l’ensemble du groupe Éolane et de ses salariés », souligne le groupe. « Cela confirme également le choix d’Éolane d’investir dans sa raison d’être : l’innovation au plus près des besoins de ses clients pour assurer excellence technologique et qualité opérationnelle ».

    Ouest-France et Le Journal des Entreprises du 30 avril
  • Industrie
    Dedienne Multiplasturgy Group digitalise sa production
    Dedienne Multiplasturgy Group déploie un système de pilotage de la production (Manufacturing Execution System, MES), dans ses ateliers d’injection de Saint-Aubin-sur-Gaillon (siège du groupe) dans l’Eure, et de Făgăraș en Roumanie. « Il s’agit d’une première étape réussie qui doit mener, à terme, à l’instauration d’un modèle Dedienne de Smart Factory. Notre objectif est d’avoir des usines ultra-connectées où toutes les phases de procédures sont dématérialisées au maximum afin que l’humain intervienne désormais uniquement sur les tâches à forte valeur ajoutée. Nous voulons aussi créer l’usinage intelligent : la collecte de données du savoir-faire et du process, alliée à l’intelligence artificielle, au service de la production. Ces évolutions répondent à la nouvelle façon d’acheter de nos clients, qui demandent une personnalisation de masse et une diminution des grandes séries », détaille David Guichard, Chief Digital Officer chez Dedienne Multiplasturgy Group. 180 000 € par site ont été investis pour ce projet.

    Paris-Normandie du 29 avril
  • Industrie
    Corsair signe un contrat de services avec Safran Nacelles pour ses Airbus A330neo
    Safran Nacelles a signé avec Corsair un contrat de services « NacelleLife » d’une durée de 12 ans pour les nacelles de ses 5 A330neo. Avec ce contrat, Safran Nacelles assurera la réparation des nacelles et réalisera une révision générale des inverseurs de poussée lors des déposes programmées. Enea Fracassi, Directeur technique et flotte de Corsair, a commenté : « Ce contrat s’inscrit dans une action plus globale visant à améliorer le coût et l’efficacité de la maintenance de la flotte. L’immobilisation des avions se verra donc réduite et le travail des équipes facilité lors de la maintenance des avions A330neo ». C’est également Safran Nacelles qui a en charge, depuis 2019, les nacelles des Airbus A330ceo de Corsair.

    Aerobuzz et Le Journal de l’Aviation du 30 avril
  • Industrie
    JetBlue prend livraison d'un A321LR avec le premier intérieur Airspace
    La compagnie américaine JetBlue Airways a pris livraison du premier de ses 13 A321LR équipés du nouvel intérieur Airspace d'Airbus. Cet A321LR a été assemblé dans l'usine de production d'Airbus à Hambourg, en Allemagne, et permettra à JetBlue d'inaugurer son tout premier service transatlantique entre les États-Unis et Londres cet été. En plus de ces 13 nouveaux A321LR, la compagnie a également commandé 57 autres appareils Airbus comprenant d'autres variantes d'A321neo, qui seront également équipés de cabines Airspace. JetBlue est la première compagnie aérienne à proposer la nouvelle cabine Airspace sur un appareil monocouloir. Airspace apporte à la famille A320 différentes améliorations, avec, entre autres, un éclairage personnalisable, qui contribue à réduire le décalage horaire, de nouveaux panneaux latéraux plus fins pour un espace personnel supplémentaire, une meilleure vue à travers les hublots, le plus grand coffre à bagages de sa catégorie et de nouvelles toilettes dotées de fonctions hygiéniques sans contact et de surfaces antimicrobiennes.

    Le Journal de l’Aviation du 30 avril

Défense
  • Défense
    SCAF : Safran Aircraft Engines, MTU Aero Engines et ITP Aero ont finalisé un accord de coopération pour la motorisation - Safran Aircraft Engines et MTU Aero Engines créent la société commune EUMET
    Safran Aircraft Engines, MTU Aero Engines et ITP Aero ont finalisé un accord de coopération pour le développement, la production et le soutien communs du moteur du futur avion de combat européen (NGF), élément central du SCAF (Système de Combat Aérien du Futur). ITP Aero rejoint le programme en tant que partenaire majeur de la nouvelle société commune formée par MTU et Safran Aircraft Engines, baptisée EUMET (European Military Engine Team). « EUMET sera le seul partenaire contractuel des nations pour toutes les activités liées au moteur du futur avion de combat européen, avec ITP Aero comme partenaire majeur », ont précisé les trois motoristes. Cette société sera basée à Munich et sera dirigée par un directeur général nommé par Safran. Au sein d'EUMET, Safran Aircraft Engines aura la responsabilité d'ensemble de la conception et de l'intégration du moteur et MTU Aero Engines sera leader pour les services. ITP Aero sera pleinement intégré dans la conception du moteur et développera notamment la turbine basse pression et la tuyère. Selon le calendrier défini par les autorités nationales, la prochaine phase de recherche et technologie (R&T 1B/2) devrait franchir les processus d'approbation nationaux d'ici le milieu de cette année, précisent les motoristes.

    La Tribune, BFM TV et Sud Ouest du 30 avril

Espace
  • Espace
    Pléiades Neo, nouvel atout d’Airbus Defence and Space pour l’observation spatiale
    La constellation Pléiades Neo, dont le premier satellite a été mis en orbite par le lanceur Vega d'Arianespace dans la nuit du 28 au 29 avril, est entièrement financée, conçue, fabriquée et exploitée par Airbus Defence and Space. Trois autres satellites devraient rejoindre le premier, à 620 km d'altitude, d'ici à la fin 2022. La constellation sera capable d’observer 2 millions de km2 par jour avec une résolution d’image de 30 cm, au profit de clients privés comme institutionnels. « Les satellites Pléiades Neo, très compacts, sont dotés d'un instrument optique léger en carbure de silicium de nouvelle génération, qui s'appuie sur la technologie mise au point par Airbus au début des années 2000. Ils disposent également de liaisons intersatellites avec les satellites géostationnaires SpaceDataHighway (EDRS) pour permettre des acquisitions urgentes 30 à 40 minutes après la demande de mission, afin de répondre rapidement aux situations les plus critiques », précise Airbus Defence and Space.

    Air & Cosmos, Challenges et L’Usine Nouvelle du 30 avril
  • Espace
    Le CNES choisit Safran Data Systems pour l'instrumentation et la télémesure du démonstrateur Callisto
    Le CNES, l'Agence spatiale française, a sélectionné Safran Data Systems pour fournir les équipements d'instrumentation et de télémesure du nouveau démonstrateur de lanceur réutilisable Callisto. Safran Data Systems fournira plusieurs unités pour recueillir et traiter les données de la plupart des instruments, capteurs et caméras vidéo embarqués dans le lanceur, en générant un flux de télémesure envoyé en temps réel vers le centre de contrôle au sol, et assurer en parallèle la transmission des commandes provenant du sol vers l'ordinateur de bord. Le programme Callisto, véhicule mono-étage réutilisable, est développé conjointement par le CNES, le DLR (agence spatiale allemande) et la JAXA (agence spatiale japonaise).

    Zone-Bourse.com du 29 avril

Sécurité
  • Sécurité
    Thales et OVHcloud proposent un hébergement souverain des données pour la messagerie chiffrée Citadel Team
    Pour répondre à la menace que représentent les cyberattaques et à la demande croissante des citoyens en matière de sécurité dans leurs échanges, Thales et OVHcloud s’associent afin de proposer aux clients de la messagerie chiffrée Citadel Team une plateforme d’hébergement garantissant la souveraineté de leurs données. « OVHcloud nous apporte de la flexibilité et des capacités d'extension tout en garantissant que les données resteront en France dans un mode souverain, ce qui est important pour nos clients professionnels et institutionnels tout comme, de plus en plus, pour le grand public », explique Pierre-Yves Jolivet, Vice-President Cyber Defence Solutions chez Thales. Les données des clients de Citadel Team sont dès à présent chiffrées et stockées chez OVHcloud, via des datacenters situés en France. La fonction de messagerie de l’application sécurisée Citadel est désormais disponible gratuitement pour le grand public sur smartphone et ordinateur. « Déjà plébiscité par plus d’un tiers du CAC 40, Citadel Team intègre aujourd’hui de nouvelles fonctionnalités telles que la vidéoconférence, l’audioconférence et le partage d’écran pour répondre aux besoins des professionnels », précise Thales.

    Les Echos du 30 avril

Environnement
  • Environnement
    Vers l’aviation décarbonée : intervention d’Olivier Andriès au CEPS
    Invité du Club l'Atelier du CEPS (Centre d'étude et de prospective stratégique) le 13 avril dernier, Olivier Andriès, Directeur Général de Safran, a abordé le sujet : « La conduite de la transition vers l'aviation décarbonée : quels enjeux, quels défis à relever, quelles actions de Safran pour y répondre ? ». Le magazine Air & Cosmos retrace les grandes lignes de cette intervention. Le dirigeant a évoqué l’avion à hydrogène, « une solution séduisante » qui présente d’importants défis techniques, et « sur laquelle il faut travailler dans les années à venir pour « maturer » les technologies ». Cette solution ne pourra toutefois pas « être exclusive », insiste-t-il, notamment en raison de l’enjeu du stockage de l’hydrogène à bord de l’avion, « qui fait que l’hydrogène n’est pas une solution pour les vols long-courriers. Or ces derniers représentent 20% des vols réalisés dans le monde, mais 50% des émissions de CO2 générées par le transport aérien ». Pour atteindre l’objectif de réduction de 50% des émissions de CO2 en 2050 par rapport à 2005, la filière aéronautique doit pouvoir compter sur le développement des carburants durables, à condition que l’Union européenne impose une réglementation qui facilite leur utilisation. 75% du budget R& T de Safran sont consacrés à la décarbonation de l’aviation, avec plusieurs leviers, dont notamment le développement d’un « moteur de nouvelle génération, en rupture par rapport aux architectures que l’on connaît », qui pourrait permettre d’économiser 20% de carburant par rapport au CFM LEAP actuellement sur le marché.

    Air & Cosmos du 30 avril