Synthèse de presse

France Relance
  • France Relance
    La société Jacques Dubois de Barentin lauréate du plan de relance
    Spécialisée dans le blindage électro-magnétique, la PME, forte de ses 30 salariés, réalise un chiffre d’affaires annuel de 5 millions d’euros et compte parmi ses clients les grands donneurs d’ordre du secteur aéronautique. Elle recevra une subvention de 750 000 euros afin de financer ses projets liés à la décarbonation et la sobriété énergétique. Le président Nicolas Voiriot souhaite également développer un laboratoire hyperfréquences, ce qui « serait une première mondiale afin de de tester ses produits dans des conditions aussi réelles que possible. Les fournisseurs actuels de blindages électromagnétiques ne testent pas leurs produits, laissant cela à leurs clients. Or il faut que ces produits puissent résister à la fois à des agressions physico-chimiques de milieux difficiles (la vitesse d’un supersonique, le milieu salin des navires de guerre par exemple) tout en bloquant des ondes à très haute fréquence, de l’ordre de 40 milliards de vibrations/seconde. Ce contrôle de la qualité, c’est comme un saut quantique ».

    Paris-Normandie, 30 avril

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Transavia au cœur de la stratégie d’Air France
    Cet été, l’offre de la filiale low cost du groupe égalera le niveau de 2019. Transavia compte ouvrir davantage de lignes (152) que lors des saisons précédentes, mais elle va diminuer le nombre de fréquences horaires. « La conjoncture actuelle valide la stratégie du PDG, Benjamin Smith, de faire de Transavia un levier de compétitivité car ce sont les low cost, dotées de bilans financiers solides, qui vont être au premier rang de la reprise » analyse Didier Bréchemier du cabinet Roland Berger. L’entreprise souhaite se positionner sur les vols domestiques. « Notre objectif est de nous placer sur des aéroports qui ne sont pas déjà saturés par la concurrence, comme c'est le cas à Bordeaux ou à Toulouse, tout en proposant de nouvelles destinations », explique Nicolas Hénin, directeur commercial.

    Challenges, 2 mai
  • Aviation Commerciale
    Premier vol commercial pour le 9ème Airbus A350 d'Air France baptisé « Saint-Malo »
    Son premier vol commercial reliait Paris à Bombay le 1er mai. L’appareil est configuré pour accueillir 34 passagers en classe Affaires, 24 en Premium et 266 en classe éco. Les avions de cette flotte portent tous le nom d'une ville française : Toulouse, Lyon, Saint-Denis de La Réunion, Nice, Bordeaux, Marseille, Reims et Dijon. La compagnie doit recevoir au total 38 exemplaires de cet appareil d'ici à 2025 pour sa flotte long-courrier, composée également des A330 et des Boeing 777 et 787.

    francetvinfo.fr, 2 mai et Air-Journal, 3 mai

Espace
  • Espace
    Thales Alenia Space sélectionnée par la Commission européenne pour étudier la possibilité d’augmenter l’intégrité du futur système de navigation par satellite en Europe EGNSS
    Cette étude de faisabilité sera réalisée dans la perspective d’une application au profit des véhicules autonomes. Maître d’œuvre d’EGNOS (European Geostationary Navigation Overlay Service) depuis 25 ans, contributeur industriel majeur au système Galileo et responsable de la fourniture de 6 satellites Galileo de deuxième génération, le groupe explique qu’il « va proposer une approche nouvelle en s’appuyant sur la combinaison de plusieurs capteurs, incluant et complétant les évolutions du niveau de précision du système EGNSS, afin de garantir le niveau d’intégrité nécessaire pour répondre aux besoins de positionnement ultra précis et fiable de nouvelles applications exigeantes. Celles-ci concernent les véhicules routiers autonomes, mais aussi les moyens de transport autonomes dans les secteurs maritime et ferroviaire ».

    satelliteprome.com, 30 avril
  • Espace
    Portrait des dirigeants d’Unseenlabs dans les Echos
    Après la deuxième levée de fonds de 20 millions d’euros réalisée par Unseenlabs, les Echos dresse le portrait de Clément (CEO), Jonathan (directeur technique) et Benjamin Galic (conseiller juridique). Avec sa constellation de nano-satellites, l’entreprise a pour cœur de métier la surveillance du trafic maritime par l’identification des ondes magnétiques émises par les navires. Leur récente levée de fonds, l’une des plus importantes du secteur spatial européen, « vise à étoffer le nombre des nano-satellites envoyés dans l’espace », indique Clément Galic. Aujourd’hui, l’entreprise en dénombre trois, « l’objectif est de passer à plus de 20 en 2025 ». Leurs clients sont surtout étatiques (surveillance de la pêche illégale, sécurisation des eaux territoriales…) mais « on voit désormais poindre une nouvelle clientèle formée des compagnies d’assurances » poursuit Clément Galic.

    Les Echos, 3 mai
  • Espace
    Fin de la mission Crew 1 de SpaceX
    La capsule Resilience de SpaceX et son équipage constitué des Américains Victor Glover, Mike Hopkins et Shannon Walker, et du Japonais Soichi Noguchi ont été récupérés dans les eaux du golfe du Mexique. Lancée le 15 novembre 2020 depuis le Centre spatial Kennedy, en Floride, Crew 1 avait rejoint la Station Spatiale Internationale (ISS) près de 27 heures après le décollage. La mission aura donc duré 167 jours, 6 heures et 29 minutes, battant ainsi le record de longévité détenu par un vaisseau américain depuis février 1974 avec les trois astronautes de Skylab 4 : 84 jours, 1 heure et 15 minutes précise Air & Cosmos. La capsule Resilience devrait être réutilisée dès le mois de septembre avec la mission Inspiration4 qui emportera un équipage entièrement touristique durant deux ou trois jours, à une altitude supérieure à celle de l’ISS (540 km d’apogée).

    Air & Cosmos, 3 mai

Défense
  • Défense
    L’armée de Terre prépare le standard 2 du NH90 (NHIndustries)
    Le 4ème régiment des forces spéciales (RHFS) de Pau sera le premier livré avec 10 Caïman (NH90) prévus en 2025 et 2026 (cinq chaque année). Ensuite, ce standard sera déployé à toute la flotte de l’armée de Terre et sans doute, à des clients exports. Plusieurs points restent à régler notamment en matière d’aérocordage, la capacité grappe, les positions des armes à bord, la caméra grand champ et surtout la commande d’un deuxième batch d’une dizaine de machines pour la 3ème escadrille des opérations spéciales du 4ème RHFS.

    Air & Cosmos, 3 mai

Environnement
  • Environnement
    Transavia optimise les économies de carburant avec Safety Line
    Transavia utilisait déjà OptiDirect, un outil développé en partenariat avec Safety Line pour proposer des raccourcis aux pilotes de ligne pendant le vol afin de réduire ses émissions. La compagnie utilise désormais OptiLevel, solution d’optimisation verticale des vols. En prenant en compte l’effet des différents vents et températures à différents niveaux de vols sur la performance des avions, OptiLevel recommande aux pilotes de demander au contrôle aérien un changement de niveau de vol lorsque celui-ci devient possible. D’après une étude de la NASA, l’optimisation des niveaux de vol peut permettre des économies potentielles de l’ordre de 1% du carburant de croisière.

    Air-Journal, 2 mai
  • Environnement
    All Nippon Airways vise la neutralité carbone en 2050
    La première compagnie aérienne japonaise s’est fixée des objectifs environnementaux ambitieux, à la hauteur de ceux du gouvernement nippon qui souhaite également atteindre la neutralité carbone en 2050. Pour les atteindre, l’entreprise explique vouloir s’appuyer sur le kérosène synthétique durable (SAF), en introduisant dans sa flotte de nouveaux appareils plus endurants ou encore en achetant des crédits-carbone pour compenser l’impact environnemental de ses opérations.

    Air-Journal, 2 mai

Industrie
  • Industrie
    L’économie repart légèrement au premier trimestre
    La production manufacturière française a décliné de 1,2% après une baisse de 13% pour l’ensemble de l’année 2020. Quant aux exportations, elles ont fléchi de 1,5%. « Tous les secteurs industriels ne sont pas logés à la même enseigne, nuance toutefois Éric Trappier, Président-Directeur général de Dassault Aviation et président de l’Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM). L’aéronautique et l’automobile souffrent particulièrement. Il faudra que la puissance publique continue d’accompagner ces entreprises dans les prochains mois en ciblant les aides filière par filière et territoire par territoire ». Pour la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher, « cette crise aura eu le bénéfice de faire prendre conscience à de nombreuses entreprises de la nécessité d’investir dans les transitions numériques et environnementales. Plus de 20% des entreprises industrielles françaises se sont manifestées pour bénéficier des différents dispositifs du plan de relance ». Néanmoins, pour Eric Trappier, si « le plan de relance va dans le bon sens (…) il faudra passer à de nouveaux dispositifs pour gagner la bataille de la réindustrialisation ».

    Le Figaro, 3 mai