Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Airbus Corporate Jets : nouvelle commande pour un ACJ319neo, l’ACJ TwoTwenty en cours d'assemblage au Canada
    Airbus Corporate Jets (ACJ), filiale d'Airbus commercialisant des avions d'affaires, a reçu une commande supplémentaire portant sur un appareil ACJ319neo, équipé des moteurs LEAP-1A de CFM International. Le nom du client n'a pas été divulgué. Pouvant transporter jusqu'à huit passagers dans un rayon de 12 500 km ou de 15h, l'ACJ319neo peut atteindre une grande partie du monde sans escale. ACJ annonce par ailleurs que la première section de l'ACJ TwoTwenty, récemment lancé, est arrivée sur la chaîne d'assemblage final (FAL) de l'A220 à Mirabel, au Canada.

    Le Journal de l’Aviation et ABC Bourse du 18 mai
  • Industrie
    Entretien avec Eric Trappier : « L’économie française a maintenant besoin de renouer avec la confiance »
    Eric Trappier, Président du GIFAS et de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) et PDG de Dassault Aviation, accorde une interview à L’Usine Nouvelle. Il évoque les conditions de la relance de l’économie en France et en Europe. « L’économie française a maintenant besoin de renouer avec la confiance », souligne-t-il : « l’important, c’est de créer un climat vertueux pour les entreprises. La reprise et la relance sont une opportunité pour prioriser le développement de l’industrie ». Il appelle à soutenir l’innovation, favoriser le développement du numérique, mais aussi à permettre « de bonnes conditions pour produire en France » pour « ceux qui innovent », ce qui nécessite « de la compétitivité et de la simplification ». « Toutes nos entreprises s’inscrivent complètement dans la transition énergétique », insiste-t-il, regrettant : « on interdit l’avion sur certains parcours, on criminalise les pollutions, on double les peines de ce qui est criminalisé, on ajoute encore plus de reporting ». « La défiance vis-à-vis des industriels qui créent la richesse du pays est difficilement compréhensible », observe le dirigeant.

    L’Usine Nouvelle du 18 mai
  • Industrie
    Falcon 10X : Dassault Aviation sélectionne Collins Aerospace
    L’équipementier américain Collins Aerospace sera présent sur le nouveau Falcon 10X de Dassault Aviation. Il fournira notamment les systèmes de génération de puissance électrique primaire et auxiliaire du jet, ainsi que les « smart probes » (sondes anémométriques) de l’appareil, et sera responsable du système de gestion de l’eau. Il fournira également des équipements de protection incendie.

    Le Journal de l’Aviation du 18 mai
  • Industrie
    Divertissement en vol : ACJ signe un accord de partenariat avec Latécoère
    Airbus Corporate Jets (ACJ) annonce la signature d'un accord de partenariat avec Latécoère Interconnection Systems (LIS), pour lancer l’« ACJ Smart LiFi Monitor », une nouvelle technologie de divertissement en vol, qui proposera entre autres une connexion LiFi (Light Fidelity). La technologie LiFi repose sur l’utilisation de la lumière pour transmettre des données. Cet accord fait d'ACJ le seul constructeur aéronautique à proposer cette technologie à bord d'un avion d'affaires.

    Le Journal de l’Aviation du 18 mai
  • Industrie
    42 nouveaux projets aéronautiques lauréats du plan de Relance du gouvernement
    Le ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance a présenté 42 nouveaux projets d’investissements productifs soutenus par le Fonds de modernisation, de diversification et de verdissement des procédés de la filière aéronautique. Le nombre de projets aidés atteint désormais 285, précise Aerobuzz, ce qui représente près de 507 millions d’euros d’investissements industriels, soutenus pour plus de 230 millions d’euros par l’Etat. Les PME ont été les premières bénéficiaires de ce dispositif, avec 193 projets lauréats, soutenus à hauteur de près de 150 millions d’euros pour près de 283 millions d’euros d’investissements productifs, précise le quotidien. Les 42 nouveaux projets aéronautiques, portés par autant d’entreprises, totalisent plus de 83 millions d’euros d’investissements productifs et seront soutenus à hauteur de 34 millions d’euros par l’Etat.

    Aerobuzz du 18 mai
  • Industrie
    Les entreprises de Nouvelle-Aquitaine préparent la reprise
    La région Nouvelle-Aquitaine compte parmi les régions bénéficiant du plus grand nombre de lauréats dans le cadre du fonds d’accompagnement public à la diversification, à la modernisation et à la transformation environnementale des procédés. Les entreprises de la région tirent parti de la dualité de leurs activités, entre aéronautique et défense. L’équipementier de systèmes électroniques embarqués Aeva (Charente) est lauréat, à travers le projet « Maeva », qui vise à renforcer sa compétitivité industrielle et relocaliser sa fabrication de composants critiques en céramique. Roxel France (Gironde), qui commercialise des moteurs destinés aux systèmes d’armes tactiques, va mener un important plan de formation de ses salariés. Potez Aéronautique, spécialiste de la fabrication de pièces élémentaires et de l’assemblage d’ensembles complexes d’aéronefs, qui a remporté récemment plusieurs contrats porteurs, est lauréat dans le cadre de son projet Mipa, un programme de 4,5 millions d’euros subventionné par BPIfrance à hauteur de 800 000 euros, qui « fait partie d’une stratégie globale de modernisation et de sécurisation de notre outil industriel », explique le directeur général, Antoine Potez. JVgroup mène le projet « JVgroup 2023 », à hauteur d’1,4 millions d’euros, qui vise à doubler la superficie du site de JVmechanics à Eysines (Gironde). A Brives, Mecanat, l’une des entités du groupe Euclide-Industrie, mène le projet « Mecanat 2023 », qui va permettre notamment d’« accélérer la mise en place des technologies de la continuité numérique ». Le groupe Lauak a quant à lui obtenu une subvention pour deux projets distincts : « Decop », qui va permettre d’introduire la cobotisation à l’usine d’Hasparren (Pyrénées-Atlantiques) et Digipro 2, qui concerne la numérisation.

    Air & Cosmos du 14 mai

Espace
  • Espace
    L’ESA notifie deux importants contrats à ArianeGroup
    ArianeGroup a conclu, lundi 17 mai, deux contrats auprès de l’agence spatiale européenne (ESA), d’une valeur de près de 150 millions d’euros. Le premier, d’un montant de 135 millions d’euros, prévoit la poursuite du développement d’un ensemble de démonstrateurs de moteurs Prometheus réutilisables et à très bas coût. Ce nouveau contrat est destiné, d’une part, à finaliser la phase de démonstration avec les essais à feu des deux premiers prototypes sur le site du DLR à Lampoldshausen et, d’autre part, à concevoir une version améliorée du moteur pouvant atteindre une poussée de 120 tonnes, la version actuelle étant de 100 tonnes, ainsi qu’une version hydrogène liquide, qui pourra « être utilisée dès 2025 sur une évolution d’Ariane 6 », indique ArianeGroup. Réalisée jusqu’à 70% en impression 3D, « la famille Prometheus permet de développer les technologies de propulsion les plus récentes destinées aux lanceurs européens du futur », précise le constructeur. Le second contrat, d’un montant de 14,6 millions d’euros, porte sur le développement de technologies composites, dans le cadre du programme Phoebus (Prototype of a Highly OptimizEd Black Upper Stage). Il permettra d’augmenter la maturité des technologies nécessaires pour réduire le coût de fabrication et le poids de l’étage supérieur d’Ariane 6. Le futur étage supérieur en composite carbone, appelé ICARUS (Innovative Carbon ARiane Upper Stage), sera plus léger que l’actuel étage supérieur métallique et « renforcera encore la polyvalence et la compétitivité d’Ariane 6 d’ici quelques années ». «Grâce au recours aux composites, Ariane 6 s’allégera de plusieurs centaines de kilos et améliorera sa polyvalence et sa capacité d’emport en orbite GEO », explique André Hubert Roussel, CEO d’ArianeGroup, cité par Le Figaro. La mise au point d’un réservoir en carbone embarquant de l’hydrogène liquide pourrait avoir des retombées pour l’aéronautique, souligne Le Figaro, qui rappelle qu’ArianeGroup est membre du consortium associant Airbus, Safran et l’ONERA, qui travaillent depuis début 2020 sur l’utilisation de l’hydrogène dans l’aviation commerciale.

    Le Figaro, Air & Cosmos et L’Usine Nouvelle du 18 mai

Défense
  • Défense
    SCAF : accord entre la France, l’Allemagne et l’Espagne pour un vol de prototype en 2027
    Florence Parly, ministre française des Armées, Annegret Kramp-Karrenbauer, ministre de la Défense d'Allemagne, et Margarita Robles, ministre de la Défense d'Espagne, annoncent dans un communiqué commun la finalisation des discussions portant sur le contenu de la prochaine phase du système de combat aérien du futur (SCAF), « qui doit aboutir d’ici 2027 au premier vol d’un démonstrateur de l’avion de combat de nouvelle génération (NGF)». Ce futur appareil devra entrer en service à horizon 2040. « À ce stade, il n’y a pas d’accord entre les États et les industriels. Les discussions se poursuivent », souligne Éric Trappier, PDG de Dassault Aviation. Le NGWS sera composé d'un « NGF » (New Generation Fighter, l'avion de combat de nouvelle génération), de « Remote Carriers » (plateformes aériennes pilotées à distance) et d'un cloud de combat conçu pour assurer la supériorité informationnelle. « En intégrant des technologies de pointe qui apporteront aux forces armées le niveau de performance attendu (propulsion, manœuvrabilité, radars, optronique, guerre électronique, connectivité, intelligence artificielle, interopérabilité, etc.), le NGWS/SCAF placera les industries participantes au premier rang de l'innovation dans le secteur de la défense », se félicitent les ministres, espérant que « ce programme ambitieux renforcera considérablement le statut de l'Europe en tant que pourvoyeur de sécurité fiable et crédible, en permettant aux trois États participants d'agir de manière souveraine dans les espaces communs stratégiques ».

    Ensemble de la presse du 18 mai
  • Défense
    SCAF, hélicoptère de combat Tigre, Eurodrone : focus sur les coopérations franco-allemandes
    A l’occasion de la finalisation des discussions concernant la prochaine phase du système de combat aérien du futur (SCAF), La Tribune consacre un article aux coopérations franco-allemandes en matière de défense. Outre le SCAF, la modernisation de l’hélicoptère de combat Tigre est à l’ordre du jour : « maintenant que l'ensemble des négociations avec Airbus Helicopters sur le contrat Tigre Mark 3 sont achevées à l'OCCAR (Organisation conjointe de coopération en matière d'armement) depuis fin mars, nous attendons l'inscription du sujet à l'ordre du jour d'une séance parlementaire du Bundestag, en parallèle du processus d'approbation espagnol », explique Florence Parly dans une interview accordée à La Tribune vendredi 14 mai. L'Eurodrone ou MALE RPAS (Medium Altitude Long Endurance Remotely Piloted Aircraft System) a été quant à lui approuvé en avril par le Bundestag. Selon Florence Parly, « nous avons résolu toutes les questions sur les plans technique et juridique ». « Le contrat est notifiable d'ici à l'été » indique-t-elle, précisant : « il n'y a pas de réserve de principe sur le programme mais il y a une question de financement à finaliser ».

    La Tribune du 18 mai
  • Défense
    Thales et Rheinmetall chargés de la certification du futur centre d'entraînement dédié à la flotte franco-allemande d’avions C-130J
    Thales et Rheinmetall annoncent avoir été chargés de la certification du futur centre d'entraînement dédié à la flotte franco-allemande d'avions de transport C-130J Super Hercules, en tant que sous-traitants (50/50) de Lockheed Martin, maître d’œuvre du centre d’entraînement et fabricant de l’avion. En vertu du contrat, attribué en mars 2021, Rheinmetall et Thales fourniront le personnel et les services nécessaires à la certification du centre d'entraînement. La qualification du centre devra s’achever au 1er trimestre 2024, les opérations d’entraînement devant débuter en 2024.

    ABCBourse du 18 mai
  • Défense
    Turgis & Gaillard développe le système de surveillance « SSA-1702 NITRATHE »
    L’équipementier Turgis & Gaillard développe le SSA-1702 NITRATHE, un « système de surveillance, de reconnaissance, de ciblage et de transmission, emporté sous la voilure d’un avion de transport tactique ». Ce dispositif, doté d’une boule optronique Euroflir 610 de Safran, peut se loger dans une nacelle ayant les mêmes dimensions que celle utilisée pour le ravitaillement en vol. Il pourrait permettre à un A400M, sans modification de l’appareil, d’associer capacité de renseignement et mission de transport. D’autres concepts, comme le SSA-1604 Foudre, c’est à dire un « système de mise en œuvre de munitions de précision depuis la soute d’un avion de transport tactique », sont développés par le groupe.

    Opex360.com du 15 mai

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Ryanair observe une forte reprise de ses réservations en mai
    La low-cost irlandaise Ryanair, qui fait état de 815 millions d'euros de pertes pour son exercice annuel 2020-2021, observe une forte reprise de ses réservations au mois de mai. Selon son CEO, Michael O'Leary, la forte augmentation des réservations hebdomadaires suggère que «  la reprise économique a déjà commencé ». Ryanair enregistre actuellement 1,5 million de réservations par semaine, contre environ 500 000 début avril, précise Le Figaro. « Si, comme prévu, la plupart de la population européenne est vaccinée d'ici septembre, on pense alors pouvoir s'attendre à une forte reprise  » au cours du second semestre de l'exercice, soit d'octobre à mars, déclare Michael O'Leary. Le nombre de passagers devrait se situer entre 80 millions et 120 millions de personnes d'ici à la fin mars 2022, estime la compagnie.

    Ensemble de la presse du 18 mai
  • Aviation Commerciale
    Lancement d’Air Catalogne
    Air Catalogne, jeune compagnie aérienne basée à Perpignan, a réalisé son premier vol charter pour le compte d’un club de rugby, au départ de l'aéroport de Perpignan et à destination de l'Angleterre. Le premier vol commercial est prévu pour le 18 juin prochain, avec des vols les vendredis, samedis et dimanches de Perpignan à destination de Palma de Majorque et Ibiza. Les vols seront opérés par des ATR 72. À terme, Air Catalogne envisage de mettre en place une liaison entre Perpignan et l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, peut-être d’ici la rentrée 2021.

    France Bleu, Air Journal et Air & Cosmos du 18 mai