Synthèse de presse

Espace
  • Espace
    Thales Alenia Space et Telespazio ont signé un contrat pour le développement du système de télécommunication SICRAL 3
    Thales Alenia Space et Telespazio ont signé un contrat avec le ministère italien de la Défense, portant sur le développement du système de télécommunications sécurisées par satellite, SICRAL 3, et le segment sol associé. La valeur du contrat, qui porte sur le développement des phases B et C1, s’élève à environ 159 millions d’euros. Le programme italien de système de télécommunications sécurisées et d’alertes avancées SICRAL (Sistema Italiana di Comunicazione Riservente ALlarmi) prévoit le déploiement de deux satellites géostationnaires dédiés aux liaisons confidentielles stratégiques et tactiques, en support aux opérations militaires à la fois sur le territoire national et à l’étranger, précise Thales Alenia Space. Le nouveau système SICRAL 3 répondra aux besoins de communications et d’interopérabilité des forces armées italiennes et assurera la continuité des services de télécommunications par satellite déjà en place dans les bandes de fréquences SHF et UHF fournis par les satellites SICRAL 1A, 1B et 2.

    Air & Cosmos du 8 juillet
  • Espace
    Planet, nouvelle licorne de l'économie spatiale, annonce son entrée à la Bourse de New York
    La société californienne Planet a annoncé mercredi 7 juillet son introduction prochaine à la Bourse de New York, après sa fusion avec le SPAC (société d'acquisition à vocation spécifique) dMY Technology Group IV. Planet, qui a lancé il y a dix ans la première constellation d'observation spatiale privée low-cost, est valorisée à 2,8 milliards de dollars.

    Les Echos du 8 juillet

Défense
  • Défense
    Quatre Falcon 2000S de surveillance supplémentaires pour la Corée du Sud
    L'armée de l’Air sud-coréenne (RoKAF) va renforcer sa capacité de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (ISR) avec quatre avions Falcon 2000S de Dassault Aviation supplémentaires. Les nouveaux appareils recevront une large palette d’équipements leur permettant de remplir des missions d’écoute électronique (missions SIGINT et ELINT), des capteurs optiques et radars, mais également des capteurs permettant de détecter et de localiser les lancements de missiles. Ils devraient entrer en service entre 2022 et 2026 et remplaceront les Hawker 800 actuellement utilisés par la force aérienne coréenne. La Corée du Sud dispose déjà de deux Falcon 2000S « Baekdu », modifiés pour les missions ISR par Korean Air entre 2011 et 2018.

    Aerobuzz du 8 juillet
  • Défense
    Lutte anti-drone : l'armée française teste l’HELMA-P de CILAS
    La ministre des Armées, Florence Parly, a assisté mercredi sur le site de la DGA Essai de missile, à Biscarrosse, à une démonstration de destruction en vol d'un mini-drone au moyen d'un laser. Le système HELMA-P, développé par la pépite CILAS, filiale d'ArianeGroup, est composé d'un radar pour détecter les drones jusqu'à 3 kilomètres, d'un système de pointage pour suivre la cible et d'un laser pour le neutraliser. Il peut « soit brûler le drone soit l'éblouir avec un tir de précision ». D'une portée d'un kilomètre, le laser est d'une puissance de 2 kW et détruit sa cible en moins d'une dizaine de secondes. Le système devrait être opérationnel en 2024. « A moyen terme, pour renforcer notre défense anti-drones, nous travaillons sur le développement de lasers de puissance, et c'est ce que vous nous avez montré aujourd'hui », a souligné la ministre. Parmi les armées occidentales, seuls les Américains et les Israéliens ont développé des capacités similaires. En Allemagne ou au Royaume-Uni, des recherches se poursuivent aussi.

    Ensemble de la presse du 8 juillet
  • Défense
    Un rapport du Sénat recommande l’emploi de drones d’attaque « sacrifiables » par les forces françaises
    La Commission de la défense du Sénat préconise, dans un rapport intitulé « Les drones dans les forces armées » présenté le 7 juillet, l’achat de drones « bon marché » et « consommables, c’est-à-dire sacrifiables sur le champ de bataille ». Le document évoque des drones « destinés à mener des attaques saturantes », ainsi que des engins dotés de charges explosives. Ces drones, appelés loitering munitions en anglais, ont été des facteurs essentiels de la victoire azérie face à l’Arménie lors du conflit du Haut Karabakh. « La victoire azérie a été largement obtenue grâce à des drones israéliens et turcs à bas coûts, ce qui doit nous interpeller », estime Cédric Perrin, sénateur LR du Territoire-de-Belfort, co-auteur du rapport. « Nos industriels, notamment MBDA, ont toutes les compétences » pour développer de tels drones, souligne-t-il, « il n’y a aucune raison que les Russes, les Turcs ou les Israéliens y arrivent, et pas nous ».

    Les Echos et Challenges du 8 juillet
  • Défense
    Les auteurs de science-fiction de la « Red Team » livrent leurs scénarios au ministère des Armées
    Mercredi 7 juillet, la « Red Team », groupe d’auteurs de science-fiction qui mettent leur imagination au service du ministère des Armées, a présenté ses derniers scénarios. En se projetant dans les années 2040, la Red Team a pour ambition de bousculer les certitudes stratégiques et tactiques actuelles. Elle s’est penchée cette année sur les concepts de la «ruse» et de «l’asymétrie massive», a expliqué l’auteur Nicolas Minvielle, qui coordonne les réflexions. Emmanuel Chiva, le directeur de l’Agence de l’innovation de défense, qui supervise l’initiative, souligne : «C’est une fiction vraisemblable, ancrée dans le réel». «Les scénarios de la Red Team interrogent et parfois inquiètent», a commenté pour sa part Martin Briens, le directeur de cabinet de Florence Parly.

    Le Figaro et Le Monde du 8 juillet

Environnement
  • Environnement
    Entretien avec Patrick Ky, directeur exécutif de l’EASA
    Invité du Podcast du Journal de l’Aviation cette semaine, Patrick Ky, directeur exécutif de l’EASA, évoque la « renaissance verte » du secteur aérien suite à la crise sanitaire. Il rappelle les objectifs liés à la transformation de la chaîne de valeur et aux ruptures technologiques nécessaires afin de développer l’avion à hydrogène. Les enjeux, insiste-t-ils, sont à la fois « techniques, opérationnels et institutionnels », avec des défis qui impliqueront « un grand nombre de nouveaux acteurs », notamment en matière d’organisation de la supply chain afin de stocker et distribuer l’hydrogène de façon sécurisée. Il existe aujourd’hui « un élan de l’ensemble de l’industrie aéronautique » en faveur de la croissance verte, se réjouit-il : « on est entré dans un cercle vertueux ». Le dirigeant évoque également la nécessité d’optimiser le contrôle aérien, une évolution qui pourrait être facilitée par l’homogénéisation de la flotte européenne à l’issue de la crise liée à la Covid-19.

    Le Journal de l’Aviation du 8 juillet
  • Environnement
    Tour de France pour le Cassio 1 de VoltAero
    Le Cassio 1, petit avion hybride électrique développé par la startup VoltAero, réalise une tournée en dix escales, débutée à Lorient le 5 juillet, qui s’achèvera le 11 juillet à Rochefort. « Avec cette tournée française de Cassio 1, nous présentons des exemples réalistes de la façon dont notre future famille d’avions Cassio apportera un service aérien fiable et respectueux de l’environnement à des régions qui, plus que jamais, ont besoin de telles connexions », explique Jean Botti, PDG et directeur technologique de VoltAero.

    Le Figaro du 8 juillet
  • Environnement
    En Gironde, ArianeGroup innove avec le démantèlement écologique de déchets militaires
    ArianeGroup a lancé il y a un an, en Gironde, le projet Elixir, une technologie unique qui lui permet de détruire des déchets militaires de manière respectueuse pour l’environnement. « Notre politique RSE (responsabilité sociétale des entreprises) est très tournée vers la protection de l’environnement. Nous allons bien au-delà des objectifs réglementaires et cherchons sans cesse à anticiper les futures lois sur le sujet », explique Marie Gaudré, directrice de l’établissement d’ArianeGroup à Saint-Médard-en-Jalles (33), spécialisé dans le chargement en propergol des missiles M51, ainsi que dans la transformation et le stockage du perchlorate d’aluminium nécessaire à la propulsion des lanceurs Ariane 5 et Ariane 6.

    Sud-Ouest du 8 juillet

Industrie
  • Industrie
    L'économie française reprend plus vite que prévu
    Les économistes de la Banque de France, dans leur dernière note de conjoncture publiée mercredi 7 juillet, anticipent une croissance de 1% au deuxième trimestre, contre 0,5% début juin. « Le mois de juin est meilleur que ce qui était attendu par les entreprises. Notre estimation est de -2% par rapport au niveau normal contre -3% lors de la dernière enquête. Le mois d'avril a également été meilleur que prévu. Compte tenu de ces informations, la hausse du PIB serait de 1% contre 0,5% sur le second trimestre. C'est une révision trimestrielle assez sensible. Le troisième confinement a eu moins d'impact économique que les précédents », a expliqué le directeur des études, Olivier Garnier, lors d'un point presse. Par ailleurs, selon les dernières prévisions de la Commission européenne, également dévoilées ce mercredi 7 juillet, le produit intérieur brut (PIB) de la zone euro et celui de l'Union européenne devraient augmenter de 4,8% en 2021 et 4,5% en 2022, après une récession de -6% en 2020.

    Ensemble de la presse du 8 juillet
  • Industrie
    Entretien avec Jean-Claude Maillard, PDG de Figeac-Aéro
    Jean-Claude Maillard, le PDG de Figeac-Aéro, accorde une interview à La Tribune. Il revient sur les conséquences de la crise sanitaire, mais se montre confiant face aux remontées des cadences annoncées par Airbus : « la reprise est là. Notre volume d'activité est remonté à 60%. Nous avons une forte reprise de l'activité structure liée à la croissance de l’A320 et une reprise de l'activité moteur également grâce à la reprise forte de l'activité liée à cet avion ». « Nous avons un outil de production qui nous permet de réaliser plus de 650 millions d'euros de chiffre d'affaires », souligne le PDG. L’activité commerciale se porte bien : « Nous avons signé chez Stelia Aerospace un contrat sur des pièces de structure d'Airbus A220 et nous sommes en train de négocier avec d'autres donneurs d'ordre », indique Jean-Claude Maillard.

    La Tribune du 8 juillet