Synthèse de presse

Environnement
  • Environnement
    Le gouvernement lance un appel à projets sur les carburants durables
    Ce mardi 27 juillet, en visite à Venette, dans l'Oise, sur le site du démonstrateur du projet BioTfueL, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari a annoncé le lancement d'un appel à projets pour développer des carburants durables aéronautiques, doté d'une enveloppe allant jusqu'à 200 millions d'euros. L’objectif est « d'accélérer le développement d'une filière française de production de carburants durables pour l’aviation », a précisé le cabinet du ministre. « Cet appel à projets vise à soutenir des projets de recherche et développement portés par des entreprises, seules ou associées au sein d'un consortium, qui accélèrent la mise sur le marché de technologies et/ou de solutions ambitieuses, innovantes et durables, depuis les phases de recherche industrielle jusqu'à la démonstration opérationnelle. Il pourra également financer les travaux d'ingénierie préalables à la décision d’investissement », a expliqué le ministère. Après une première vague de sélection le 15 octobre prochain, l'appel à projets sera définitivement clos le 29 avril 2022.

    Ensemble de la presse, 28 juillet
  • Environnement
    La Russie ne veut pas être en retard sur l’hydrogène
    A son tour, la Russie lance son programme de R&D sur l’hydrogène et c’est le motoriste United Engine Corporation qui a été désigné pour mener les travaux. « Nous envisageons deux technologies de base : la combustion directe de l'hydrogène en tant que carburant dans des turboréacteurs modifiés et la transformation électrochimique de ce même carburant en énergie électrique à l'aide de piles à combustible » a déclaré Youri Chmotine, PDG de United Engine Corporation. Le ministre russe de l'industrie et du commerce, Denis Manturov, a récemment déclaré que l'hydrogène sera l'avenir immédiat des transports.

    Air & Cosmos, 27 juillet
  • Environnement
    L’efficacité du biokérosène de deuxième génération de BioTfueL est démontrée
    Développée par un consortium comprenant l'énergéticien TotalEnergies ou le groupe agricole Avril, la technologie BioTfueL vise à convertir, par voie thermochimique, de la biomasse lignocellulosique (paille, résidus forestiers, cultures dédiées, etc.) en biocarburants. BioTfueL affiche des résultats supérieurs aux attentes initiales avec une baisse des émissions de carbone de l’ordre de 90% par rapport aux énergies fossiles. BioTfueL envisage à présent de répondre à l'appel à projets sur les biocarburants. « Notre technologie est mature pour répondre à cet appel », juge Paul-Joël Derian, président de Bionext et directeur général en charge de l’innovation et du développement durable chez Avril. « Nous sommes aujourd'hui prêts à installer notre première unité de production à l'échelle nationale ». Confiant, le consortium cherche désormais à commercialiser sa technologie.

    L’Usine Nouvelle, 28 juillet

Compétitivité
  • Compétitivité
    Le Budget 2022 devrait mobiliser plusieurs dizaines de milliards d’euros dans des secteurs clés
    Pour le dernier budget de cette législature, le gouvernement devrait engager entre 20 et 30 milliards d’euros dans des domaines stratégiques et les innovations de rupture afin de « bâtir la France de 2030 ». A ce stade, la France a déjà engagé 40 milliards d’euros sur les 100 milliards dans le cadre du plan de relance. Néanmoins, afin d’éviter le déclassement, le gouvernement veut aller plus loin encore. Dans son allocution du 12 juillet, Emmanuel Macron a déjà listé quelques secteurs qui pourraient être concernés tels que le numérique, l’industrie verte, les biotechnologies, l’agriculture, l’espace, l’hydrogène et le nucléaire. « Nous devons concentrer nos efforts sur un certain nombre de secteurs ciblés en fonction de nos forces industrielles existantes, de nos qualifications et du dynamisme du marché́ » a d’ores et déjà précisé le Ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire. « La ligne de force », devrait être « la décarbonation de notre économie : c’est elle qui doit nous permettre d’opérer cette sélectivité́ entre les investissements » poursuit le Ministre.

    Le Figaro, 28 juillet

Industrie
  • Industrie
    Livraison du premier A220 à Air Austral
    En réceptionnant le premier (sur trois) des Airbus A220 qu’elle a commandés, Air Austral devient la première compagnie française à intégrer l’appareil à sa flotte. L’entreprise a opté pour un aménagement de cabine à deux classes comprenant 132 sièges : 12 en classe affaires et 120 en classe économique. Les deuxième et troisième suivront dans les prochains jours. Ils rejoindront La Réunion le 12 août et remplaceront les deux Boeing 737-800 et l’ATR 72-500 actuellement en service. Initialement prévue à partir de fin 2020, leur livraison a été décalée en raison de la crise. « L’Airbus A220-300 nous ouvre de nouveaux horizons. C’est l’appareil qu’il nous fallait pour confirmer notre position d’avant-garde dans l’Océan Indien, tout en maintenant des perspectives de rentabilité durable. Son niveau de confort et ses performances nous permettent un bond incontestable d’efficience tant opérationnelle qu’environnementale » a déclaré Marie-Joseph Malé, PDG d’Air Austral. « L’A220 permettra à Air Austral de développer davantage son marché domestique et régional dans l’océan Indien grâce à cet appareil très efficace tandis que les passagers apprécieront l’expérience du voyage dans sa cabine spacieuse, lumineuse et moderne », a ajouté Christian Scherer, directeur commercial d’Airbus.

    Journal de l’Aviation et Aerobuzz, 27 juillet
  • Industrie
    Boeing dans la tourmente
    Ces derniers mois, Boeing fait l’objet d’une surveillance accrue de la part des pouvoirs publics. Arrivé en janvier 2020 suite aux accidents mortels du 737 MAX, le directeur général de Boeing, Dave Calhoun, devra s’exprimer sur les dernières difficultés rencontrées par le groupe à l’occasion de la publication des résultats trimestriels attendus aujourd’hui 28 juillet. En effet, l’avionneur a annoncé mi-juillet avoir découvert de nouveaux défauts sur son long-courrier 787 Dreamliner, suffisamment importants pour réduire les cadences de production et différer les livraisons. Par ailleurs, la FAA a prévenu Boeing, en mai, qu'elle pourrait exiger davantage de vols d'essais avant de certifier le futur gros porteur 777X en raison d'un manque de données techniques. En outre, une centaine d’exemplaires de 737 MAX déjà livrés sont immobilisés en raison de problèmes électriques dans les cockpits tandis que le groupe a pris du retard sur les deux nouveaux exemplaires de l'avion présidentiel Air Force One et que l'avion-ravitailleur KC46 multiplie les déconvenues.

    L’Antenne, 26 juillet

Sécurité
  • Sécurité
    Les Canadair français soutiennent l’Italie face aux incendies en Sardaigne
    Le gouvernement italien a sollicité l’aide des pays européens en activant les mécanismes de solidarité européen pour combattre les incendies qui ravagent la Sardaigne. La Sécurité Civile, déjà fortement mobilisée face à un important feu près de Carcassonne -jusqu’à 7 Canadair, un Super Puma bombardier d’eau (Airbus Helicopters) et deux Dash (Bombardier) engagés simultanément le 24 juillet- a répondu à l’appel de l’Italie auprès de l’Emergency Response Coordination Centre. Deux CL-415 (Bombardier) ont donc été déployés en Sardaigne. Durant leur première journée d’intervention, les appareils français ont effectué un total de 53 largages.

    Journal de l’Aviation, 27 juillet

Adhérent à la une
  • Adhérent à la une
    ArianeGroup retenu pour la maîtrise d’œuvre d’Astris
    L’agence spatiale européenne a choisi ArianeGroup comme maître d’œuvre d’Astris, l’étage additionnel pour Ariane 6. Propulsé par le moteur ré-allumable Berta à ergols stockables de très haute performance, ce « kick stage » doit effectuer sa première mission en 2024. « Il permettra à Ariane 6 de placer de manière optimisée plusieurs charges utiles sur des orbites différentes lors d’un seul lancement ou d’injecter directement des satellites sur l’orbite visée » comme le précise ArianeGroup. Astris sera développé outre-Rhin pour un montant de 90 millions d’euros.

    Air & Cosmos, 23 juillet

Espace
  • Espace
    Programme lunaire de la NASA : Jeff Bezos écrit à Bill Nelson, l’administrateur de l’agence spatiale américaine
    Le dirigeant de Blue Origin, Jeff Bezos, souhaite faire partie du programme lunaire de la NASA. Il a adressé une lettre en ce sens à Bill Nelson, l’administrateur de l’agence spatiale américaine. « Je propose de rétablir la concurrence sur le programme d’atterrisseur lunaire, en comblant le déficit de budget de la NASA et en produisant un atterrisseur sûr et durable qui ramènera les Américains sur la Lune », écrit-il. Selon lui, le manque de budget a conduit la NASA à ne choisir qu’un seul fournisseur, SpaceX, au lieu de deux, comme prévu initialement. Blue Origin propose d’abonder le budget de la NASA de 2 milliards de dollars afin qu’elle le retienne comme deuxième fournisseur, dans le cadre des missions Artemis. Jeff Bezos affirme aussi avoir « constitué une équipe nationale, avec quatre grands partenaires (dont Lockheed Martin et Northrop Grumman) et plus de 200 fournisseurs dans 47 États américains ». Le General Account Office (GAO) doit se prononcer, début août, sur une plainte déposée par Blue Origin contre la NASA en juin dernier.

    Le Figaro, 28 juillet