Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Entretien avec Christophe Cador, président du comité AERO-PME du GIFAS
    Christophe Cador, PDG de Satys et président du comité AERO-PME du GIFAS, accorde un entretien à L’Usine Nouvelle. Il évoque les conséquences de la crise sanitaire. « Grâce au travail de rationalisation des chefs d’entreprise et de leurs équipes, mais aussi aux différentes mesures du gouvernement, il y a eu beaucoup moins de défaillances que ce que l’on pouvait craindre. La filière a tenu bon, car les donneurs d’ordre que sont Airbus, Safran, Dassault Aviation et Thales ont maintenu un certain niveau de cadence », se réjouit-il. « La défense et le spatial ont également tenu. La filière liée à l’aviation commerciale retrouve maintenant le moral et commence à se préparer à une sortie de crise progressive ». L’A320, notamment, « va retrouver dès 2023 son niveau de production d’avant-crise », anticipe le dirigeant. Interrogé sur les facteurs qui pourraient limiter le retour à la croissance, Christophe Cador indique qu’ « un des risques majeurs identifié par les donneurs d’ordre est la défaillance de la chaîne d’approvisionnement. Comme d’autres secteurs, la filière aéronautique va manquer de bras ». L’approvisionnement en matières premières « constitue aussi une source d’inquiétude », alerte-t-il également, soulignant que les risques de pénurie, par exemple dans les composants électroniques, affectent aussi l’aéronautique. « Nous devons en outre nous assurer qu’avec le retour de la croissance, toutes les banques vont continuer à soutenir les PME de l’aéronautique dans le financement de leurs investissements et de leurs besoins en fond de roulement », conclut le dirigeant.

    L’Usine Nouvelle du 17 septembre
  • Industrie
    L’A380 continue de séduire ses opérateurs historiques
    Air & Cosmos consacre cette semaine un dossier à l’A380, qui, malgré l’impact de la crise sanitaire, et bien qu’il ne figure plus au catalogue d’Airbus, reste un choix d’avenir pour différents transporteurs. Opérateur historique, Emirates doit recevoir son dernier exemplaire en novembre. Il s’agira du troisième très gros porteur reçu par la compagnie en 2021, portant sa flotte d’A380 à 118 appareils. L’australienne Qantas a annoncé, jeudi 26 août, son intention de refaire voler progressivement cinq de ses 12 appareils, au plus tard à l'été 2022. Singapore Airlines prévoit également de faire revoler ses A380. British Airways reste aussi « très impliquée » dans l’exploitation de l’A380, notamment parce qu’il est bien adapté, par sa taille, aux aéroports saturés, comme c’est le cas de Londres-Heathrow.

    Air & Cosmos du 17 septembre
  • Industrie
    Safran Landing Systems ouvre un nouvel atelier de réparation à Grand Prairie au Texas
    Le 15 septembre, Safran Landing Systems a inauguré son nouvel atelier de réparation à Grand Prairie, au Texas. L’atelier a reçu sa certification FAA le 12 août dernier. Il est désormais prêt à assurer les services de maintenance et logistique des roues et freins carbone des compagnies aériennes clientes de Safran, ou encore de l’US Air Force et de la marine américaine, dont les plateformes militaires sont équipées par le groupe.

    Air & Cosmos du 17 septembre
  • Industrie
    En 2026, la facturation entre entreprises sera entièrement électronique
    L’utilisation de la facturation électronique pour les paiements entre entreprises devra être généralisée en 2026. L’application de cette mesure, actée par une ordonnance parue jeudi 16 septembre au Journal officiel, sera progressive à partir du 1er juillet 2024. À terme, toutes les entreprises auront l’obligation de réceptionner des factures électroniques, et les grandes entreprises devront y avoir recours pour l’émission de leurs propres factures. L’obligation s’appliquera ensuite aux entreprises de taille intermédiaire (ETI) au 1er janvier 2025, puis au 1er janvier 2026 aux PME et microentreprises.

    Le Figaro du 17 septembre

Environnement
  • Environnement
    Les 21 et 22 septembre se tiendra l’Airbus Summit, consacré à la mobilité durable
    Un an après le dévoilement de ses nouveaux concepts d’avion zéro émission, Airbus organise l’Airbus Summit, qui se tiendra les 21 et 22 septembre sous forme virtuelle. Consacré aux thèmes de la durabilité et de la décarbonation du secteur aérien, il explorera les innovations et les partenariats intersectoriels « qui changeront à jamais la façon dont nous voyageons », indique Airbus, et évoquera « plus précisément comment Airbus et l'industrie s'uniront pour mettre en œuvre le mélange nécessaire de solutions pour un voyage crédible vers le zéro net ».

    Avionews du 17 septembre
  • Environnement
    Près de Bordeaux, la DSNA alimente une antenne de radiocommunication à l’hydrogène
    Une antenne de radiocommunication du Centre en Route de la navigation aérienne (CRNA) de Bordeaux (centre de contrôle régional des aéronefs hors décollage et atterrissage) bénéficie désormais d'une alimentation électrique obtenue par une pile à hydrogène. La Direction des services de la Navigation aérienne (DSNA) a lancé un programme baptisé SEPHER (Secours Électrique à base de Pile à Hydrogène et d’Énergies Renouvelables) qui permet de remplacer les groupes électrogènes par des systèmes utilisant l’hydrogène. L'objectif est de réduire l'empreinte carbone sur les sites liés à la navigation aérienne.

    Aerobuzz du 16 septembre

Défense
  • Défense
    Thales confirme ses objectifs financiers malgré la rupture du contrat pour les sous-marins australiens
    Thales a annoncé jeudi la confirmation de ses objectifs financiers. L’arrêt du programme AFS (Australian Future Submarine) de construction de sous-marins conventionnels de nouvelle génération concerne le groupe « à 2 niveaux : en tant que fournisseur de certains sous-systèmes à Lockheed Martin, et en tant qu’actionnaire à 35% de Naval Group », précise Thales. « Au 30 juin 2021, les contrats en carnet avec Lockheed Martin ne sont pas matériels à l'échelle de Thales, puisqu'ils représentent un montant de moins de 30 millions d'euros, soit moins de 0,1% du carnet de commandes total à la même date (34,6 milliards d'euros )», précise le groupe. De plus, Thales « n’anticipe pas d’impact significatif de cette annonce sur l’EBIT du groupe en 2021 par le biais de la contribution de Naval Group » (22 millions d’euros en 2020, soit 2% de l’EBIT de Thales). Le groupe confirme donc ses prévisions pour 2021 d'un chiffre d'affaires « compris entre 15,8 et 16,3 milliards d'euros », et d'une marge opérationnelle « comprise entre 9,8% et 10,3% ». Il confirme également ses objectifs à moyen terme d'une croissance annuelle de son secteur Défense et Sécurité de 4 à 6% et d'une marge opérationnelle du groupe de 12%.

    Le Figaro et Les Echos du 17 septembre
  • Défense
    Airbus Helicopters : le département de police de Phoenix commande cinq H125
    Airbus Helicopters annonce que le service de police de Phoenix (Arizona) a signé une nouvelle commande de cinq hélicoptères H125 afin de moderniser sa flotte héliportée de maintien de l'ordre. Les livraisons doivent commencer l'année prochaine. « Le H125 représente près de la moitié de tous les hélicoptères monomoteurs intermédiaires livrés pour des missions aériennes de maintien de l'ordre en Amérique du Nord au cours de la dernière décennie », rappelle Airbus. L’hélicoptère est construit sur le site de production et d'achèvement d'Airbus Helicopters, à Columbus, dans le Mississippi.

    Zone-Bourse.com du 17 septembre

Espace
  • Espace
    Six startups spatiales européennes créent le syndicat « YESS »
    Six startups européennes du secteur spatial lancent YESS (pour Young European Enterprises Syndicate Space), un syndicat dont l’objectif sera de convaincre les donneurs d'ordre européens, soit la Commission européenne et l’ESA (Agence spatiale européenne), de passer auprès d’elles des commandes directes. Lancée officiellement à l'occasion du Space Forum de Luxembourg, cette nouvelle structure a été fondée par Satlantis, entreprise espagnole spécialisée dans les caméras pour satellites d'observation, Anywaves, français spécialisé dans les antennes de satellites, Exotrail, pépite française qui développe des propulseurs de satellites, l’espagnol Pangea Aerospace, le belge Aerospacelab (données géospatiales) et ConstellR (Allemagne, suivi des températures par satellite). Le mouvement espère compter une trentaine de membres d'ici la fin de l'année.

    La Tribune du 17 septembre
  • Espace
    Premiers lauréats du volet spatial du plan France Relance
    Lancé en janvier 2021 et doté d’une enveloppe de 515 millions d’euros, le volet spatial du plan France Relance privilégie trois axes : « Lanceurs ESA », partie conjoncturelle destinée à faire face aux surcoûts du programme Ariane 6 développé au sein de l’Agence spatiale européenne (ESA) ; « Innovation France », partie dédiée à la relance des industriels du spatial impactés par la crise tout en stimulant la filière autour de projets de R&D, d’objectifs d’innovation et de compétitivité ; et « Financement de la recherche duale en matière spatiale », partie visant la préparation des technologies nécessaires pour les futures capacités spatiales duales en lien avec le tissu industriel national dans le domaine des télécommunications, de l’observation de la terre ou de la surveillance de l’espace. 22 projets lauréats ont déjà été retenus, dont plus de 62% portés par des PME et ETI, ce qui représente au total plus de 80 millions d’euros, dont 53 millions d’euros ont déjà été notifiés. ArianeGroup, Airbus Defence and Space, Thales Alenia Space, Safran Data Systems, CILAS, Sodern, Sereme, Hemeria ou Soditech, font notamment partie des lauréats. Plus de 200 dossiers sont instruits par le CNES ; les contractualisations doivent se poursuivre jusqu’à l’automne.

    Air & Cosmos du 17 septembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Le Groupe ADP n’anticipe pas un retour à la normale du trafic aérien avant 2025-2027
    Invité de Radio Classique ce matin, le PDG du Groupe ADP, Augustin de Romanet, a estimé que le retour complet à la normale du trafic aérien se ferait à « moyen-terme, c'est-à-dire entre 2025 et 2027 ». Le Groupe ADP a publié les chiffres du trafic de passagers sur ses deux aéroports parisiens d'Orly et de Roissy-CDG pendant l'été. En juillet et en août, Roissy-CDG et Orly ont accueilli 10,8 millions de passagers, soit deux fois plus qu'à l'été 2020 (5,8 millions de passagers), et deux fois moins qu'en 2019.

    Radio Classique et Le Figaro du 17 septembre
  • Aviation Commerciale
    Ryanair hausse ses prévisions de croissance
    La low-cost irlandaise Ryanair a revu à la hausse ses prévisions de croissance et vise désormais 225 millions de passagers à l'horizon 2026, contre 200 millions avant la crise sanitaire. Jason McGuinness, directeur commercial de Ryanair, était à Paris jeudi 16 septembre pour annoncer l'ouverture de 10 nouvelles routes cet hiver au départ de Beauvais. « Au cours des 12 derniers mois, nous avons ouvert 500 nouvelles lignes, pour environ 200 fermetures », explique Jason McGuiness. « Nous prévoyons d'ouvrir au moins 53 nouvelles lignes en France en 2021-2022, dont 29 cet hiver, pour un total de 210 lignes, soit un niveau d'offre jamais atteint auparavant en France », souligne quant à lui le directeur du réseau, Ray Kelliher. Ryanair a de plus investi 50 millions d’euros dans un nouveau centre de formation en Irlande qui vient d’ouvrir près de l’aéroport de Dublin, et prévoit de recruter 5 000 nouveaux employés d’ici à cinq ans.

    Les Echos, La Tribune et Air Journal du 17 septembre