Synthèse de presse

Environnement
  • Environnement
    Air France commande 60 biréacteurs moins polluants à Airbus
    La compagnie nationale a commandé 60 biréacteurs, moins polluants, à la filiale canadienne d’Airbus pour moderniser sa flotte moyen-courrier. Ce mercredi, elle s’apprête donc à recevoir un Airbus A220-300 affichant une consommation de carburant 20% inférieure à celle des Airbus A318 et A319 qu’il va remplacer. L’empreinte sonore est, elle, réduite de 34%. La livraison de cet appareil constitue la première d’une commande de 60 avions, une étape importante pour Air France qui marque le début du renouvellement de sa flotte moyen-courrier. Les avions ont été acquis en pleine propriété et seront livrés d’ici à fin 2025 ; cinq nouveaux appareils arriveront avant la fin de l’année 2021. Dans le cadre de cette acquisition, Air France a prévu de former pas moins de 700 pilotes pour exploiter les 60 A220. Les Echos rappelle que les Airbus A220 doivent permettre à la compagnie française de ramener à l'équilibre les lignes moyen-courriers du hub de Roissy-CDG, mais aussi d'atteindre ses objectifs de réduction des émissions de CO2.

    Le Point et Les Echos du 29 septembre
  • Environnement
    D’après Eurocontrol, les émissions de C02 de l’aérien baissent plus vite que le trafic aérien
    En 2021, les émissions de CO2 associées au secteur aérien ont baissé de 56,3%, alors que les vols étaient moins nombreux qu’à l’accoutumée. Cette différence s’explique principalement par une diminution de long-courrier consécutive à la crise de la Covid-19, tandis que la baisse des vols court-courrier a été limitée à 40% du trafic. La reprise du trafic aérien semble toucher différemment les pays, selon qu’ils aient le statut de hub cargo ou qu’ils figurent parmi les destinations commerciales de moindre importance.

    Le Journal de l’Aviation du 28 septembre
  • Environnement
    Aeroflot et Gazprom Neft signent un accord en faveur du développement du biocarburant
    Les deux groupes russes ont signé un accord visant à développer la production et l’utilisation de carburant d’aviation durable (« sustainable aviation fuel », SAF). L’accord est le premier du genre en Russie entre une compagnie aérienne et un producteur de carburant d’aviation, et vise à réduire l’empreinte carbone des voyages en avion. « L’environnement est en train de devenir l’un des sujets les plus importants de l’industrie aéronautique, et il n’est devenu que plus urgent en raison de la pandémie », affirme Mikhail Poluboyarinov, PDG d’Aeroflot. « En modernisant notre flotte et en exploitant des avions modernes, nous avons pu réduire notre empreinte carbone de 30% au cours de la dernière décennie. »

    Air Journal du 26 septembre

Défense
  • Défense
    Thales et Weibel Scientific concluent un accord de coopération
    Thales et Weibel Scientific ont signé hier un accord visant à travailler sur les nouveaux radars de haute performance Xenta, conçus pour les missions terrestres à courte portée. Formalisée en présence de la ministre des Armées française et de son homologue danois, cette coopération confirme le positionnement international de Thales dans ce domaine et la supériorité des radars Doppler de Weibel qui se conjuguent pour offrir le meilleur produit du marché. Elle renforcera les activités des deux partenaires en leur ouvrant de nouvelles opportunités à destination des forces armées. Cette nouvelle collaboration instaurée entre Thales et Weibel Scientific pose un nouveau jalon dans les futures relations commerciales européennes entre les industriels de la défense danois et français, et confirme la nouvelle stratégie de l'industrie de la défense danoise. « Avec l'intégration des radars Doppler de pointe de Weibel Scientific, Thales, qui figure parmi les leaders des solutions de défense, renforcera son portefeuille dans le segment terrestre à courte portée. Nous sommes ravis de cette opportunité de développer notre expertise commune au service de nos clients », déclarait Serge Adrian, vice-président exécutif des activités Radars de surface chez Thales.

    Bourse direct du 28 septembre

Industrie
  • Industrie
    L’A220 confirme son succès commercial grâce à l’intervention du groupe Airbus
    Si l’Airbus A220 connaît un véritable succès, avec 643 appareils commandés par dix compagnies aériennes à travers le monde, c’est directement grâce au groupe Airbus lui-même. C’est la conclusion d’une analyse de France Inter, qui rappelle le rôle majeur joué par le groupe dans le redressement de la filiale canadienne en 2017. A l’époque, le groupe canadien Bombardier et son avion le CSeries (ancien nom de l’A220) se voient imposer des taxes à hauteur de 79,82% par l’administration américaine, qui les placent en grande difficulté. En reprenant 50% puis 75% du programme industriel québécois, c’est bien Airbus qui sauve l’avion et son constructeur en même temps. France Inter souligne que la performance des moteurs et le gain de poids grâce à l’utilisation de matériaux composites permettent de réaliser 25% d’économies de carburant et de réduire de 25% les émissions de CO2, tout en diminuant le bruit de 34%. C’est le seul avion au monde dans sa catégorie à afficher ce type de performances. Ce qui conduit, au siège d’Airbus, à qualifier cet appareil de « l’avion de la transition écologique ».

    France Inter du 29 septembre
  • Industrie
    Hausse du bénéfice opérationnel chez Airbus
    Airbus a publié des résultats solides pour le premier semestre, avec un bénéfice opérationnel atteignant 2,7 Md€. Ses prévisions sont revues à la hausse, avec des livraisons désormais espérées à 600 avions commerciaux, tandis que le conseil d’administration a donné son feu vert au lancement d’une version cargo de l’A350. Le chiffre d’affaires consolidé de l’avionneur européen a augmenté au premier semestre de 30% pour atteindre 24,6 Md€. Au total, 297 avions commerciaux ont été livrés, dont 21 A220 et 237 A320. Les revenus générés par les activités d’avions commerciaux d’Airbus ont augmenté de 42%, reflétant en grande partie l’augmentation des livraisons. « Ces résultats semestriels reflètent les livraisons d’avions commerciaux, notre concentration sur la maîtrise des coûts et la compétitivité, et la bonne performance des secteurs Hélicoptères, Défense et Espace. Bien que la pandémie de Covid-19 se poursuive, les nombreuses actions menées par les équipes ont permis de réaliser une solide performance au S1. Cela nous permet de rehausser nos prévisions pour 2021 même si nous continuons à faire face à un environnement imprévisible », a déclaré dans un communiqué Guillaume Faury, CEO d’Airbus. « Nous travaillons désormais à sécuriser la montée en puissance de la famille A320 tout en transformant le dispositif industriel. De plus et après l’approbation du Conseil d’administration, nous améliorons notre gamme de produits avec un dérivé cargo de l’A350, répondant aux commentaires des clients pour une concurrence et une efficacité accrues dans ce segment de marché ». L’entrée en service de ce dérivé cargo de l’A350 est espérée pour 2025, mais aucune commande n’a encore été dévoilée ; Guillaume Faury a évoqué « un avion très prometteur ».

    Air Journal du 29 septembre
  • Industrie
    La consolidation se renforce dans l’aéronautique
    La concentration en grands groupes progresse dans le secteur aéronautique. Ainsi, sélectionné pour soutenir la relance économique, le fonds ACE Capital Partners de Tikehau Capital va entrer au capital de Figeac Aéro à travers un investissement massif de 35 M€. Cette opération pourrait être suivie de rapprochements avec d’autres acteurs des pièces mécaniques tels que Mecachrome, WeAre Group et Nexteam, qui ont tous pour actionnaires ACE et Lauak. « Il est évident que nous sommes sur la trajectoire d’une consolidation en deux ou trois groupes » déclare Marwan Lahoud, président du comité exécutif d’ACE. D’ici à la fin 2021, ACE aura investi entre 200 et 250 M€ sur les 750 M€ de son fonds dédié, ACE Aéro Partenaires. Une trajectoire qui pourrait se poursuivre et s’amplifier, avec l’élargissement d’ACE à d’autres Etats européens dans le cadre de la relance économique.

    L’Usine Nouvelle d’octobre 2021

Innovation
  • Innovation
    Airbus Helicopters réalise un test en vol avec un moteur électrique de secours
    Airbus Helicopters, en partenariat avec la DGAC, a débuté les tests en vol d'un moteur de 100 Kw qui permet de délivrer de l'électricité pendant 30 secondes en cas de panne de la turbine. Avec ces premiers tests, Airbus envisage à terme de développer un système hybride électrique pour hélicoptères mono-turbine. Cette campagne de vol inclut la simulation d’une panne moteur dans différentes configurations de vol, notamment la phase d’atterrissage et de décollage. L’entreprise réitère par là une tentative déjà testée sur un AS350. L’objectif d’Airbus Helicopters est de démontrer les bénéfices d’une solution hybride dans le cadre d’une future motorisation, tout en évaluant les marges de sécurité et les gains en performances. La deuxième phase du projet envisage un moteur électrique plus puissant permettant de tester une motorisation hybride électrique pour les hélicoptères mono-turbine.

    Aerobuzz du 27 septembre

Compétitivité
  • Compétitivité
    La réduction de la valeur de l’action de Dassault Aviation sera effective au 1er octobre
    Annoncée fin juillet par le constructeur aéronautique français, la réduction de l’action sera effective ce vendredi, et verra le nombre de titres Dassault Aviation en circulation être multiplié par 10. Avec la division par 10 de sa valeur nominale, ce « stock split » de l'action Dassault Aviation permettra à celle-ci de rejoindre le cours normal des autres actions du secteur. Approuvée mi-mai dernier lors de l'assemblée générale extraordinaire du groupe, celle-ci sera effective à compter du 1er octobre, précise le constructeur dans un communiqué. « Cette opération n’aura pas d’impact sur la situation fiscale ou les droits des actionnaires de Dassault Aviation et sera réalisée sans frais ni formalités pour eux » indique le groupe, qui souligne que cette opération « permettra d’aligner la valeur de l’action Dassault Aviation sur celles des autres actions comparables des entreprises du secteur, d’accroître la liquidité du titre et de favoriser son accessibilité aux particuliers ».

    BFM Bourse et Boursorama du 28 septembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    En août 2021, le trafic aérien s’établit à 57,6% de son niveau d’août 2019
    D’après la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), le trafic passager observé dans les aéroports français en août 2021 correspond à 57,6% de celui constaté lors du même mois de 2019, soit en augmentation de 6,5 points par rapport au mois de juillet. Le trafic domestique s’élève à 85,1% (soit 2,7 points de mieux que le mois précédent), et le trafic total atteint le seuil symbolique de 51,1% pour la première fois depuis le début de l’année 2021. En progrès de 9 points, le trafic international s’établit en août à 52,0% de trafic résiduel. Il bénéficie notamment d’une bonne dynamique avec l’Union européenne (66,5%) et l’Afrique (56,7%). Certains faisceaux restent cependant à des niveaux faibles (long-courrier en métropole vers Amérique à 33,9%), voire très faibles (métropole vers Outre-Mer à 12%). Depuis le début de l’année, Paris-CDG a accueilli 13,22 millions de passagers, suivi de Paris-Orly (8,35 millions), Nice (3,5 millions), Lyon (2,36 millions) et Marseille (1,81 million).

    Air Journal du 28 septembre

international
  • international
    Réouverture des frontières des Etats-Unis : forte hausse de la demande chez Lufthansa
    Suite à l’annonce faite par les Etats-Unis de rouvrir à partir de novembre leurs frontières aux voyageurs européens vaccinés, le groupe Lufthansa a enregistré une forte hausse des réservations sur ses vols transatlantiques depuis la semaine dernière, approchant même pour certaines lignes de leur niveau d’avant-Covid-19. « Il y a une très forte demande de vols vers les USA pour le mois de décembre prochain. Les nouvelles réservations de la semaine dernière pour la fin de l’année étaient aussi élevées qu’elles l’étaient en 2019 pour la même période », déclarait le groupe aérien allemand dans un communiqué.

    Air Journal du 29 septembre
  • international
    Qatar Airways annonce une perte annuelle de 3,5 Md€
    Qatar Airways a annoncé une perte nette annuelle de près de 3,5 Md€ au 31 mars, à la fin de son année fiscale 2020/2021, soit le double de la perte subie lors de l’exercice précédent. Sur cette perte annuelle, 2 Md€ sont dus à la mise au sol de sa flotte d’Airbus A380 et A330, a expliqué la compagnie qatarie dans un communiqué. Lundi, elle a obtenu 2,5 Md€ d’aide de l’État du Qatar pour faire face à la chute du trafic aérien mondial causée par la pandémie de la Covid-19. Cependant, les résultats opérationnels de Qatar Airways illustrent une certaine résilience, avec une perte opérationnelle déclarée à 246,5 M€ en 2020-2021, soit 7% de moins par rapport à la période 2019-2020.

    Air Journal du 29 septembre