Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Airbus a enregistré 292 commandes brutes sur janvier-octobre
    Airbus indique avoir enregistré 292 commandes brutes sur janvier-octobre, et 125 commandes nettes. L’avionneur a livré 460 appareils sur la période, dont 200 A320Neo, 149 A321Neo et 37 A350. 36 livraisons ont eu lieu en octobre, à 23 clients.

    Les Echos et Reuters du 5 novembre
  • Industrie
    WeAre Group acquiert les sociétés TARAMM et GAMMA-Tial
    WeAre Group, entreprise positionnée sur le marché des pièces élémentaires complexes de petites et moyennes dimensions, poursuit son développement par l’acquisition des sociétés TARAMM et GAMMA-Tial, ajoutant la fonderie titane à ses briques technologiques. Les deux sites de production situés en Ariège et en Indre-et-Loire, qui emploient aujourd’hui 90 personnes, permettront à WeAre Group de « disposer d’un savoir-faire unique sur le marché de la fonderie titane cire perdue », précise le groupe. Cette acquisition a été financée avec le soutien d’Ace Capital Partners (filiale de Tikehau Capital), actionnaire et partenaire historique de WeAre Group dans sa croissance depuis sa création. Avec cette acquisition, WeAre Group « dépassera les 220 M€ de chiffre d’affaires en 2024 », précise-t-il.

    La Tribune du 5 novembre
  • Industrie
    Comment Ametra Group poursuit sa stratégie de croissance
    La Tribune consacre un article à Ametra Group, groupe angevin, ingénieriste et intégrateur dans les secteurs de l’aéronautique, du spatial, de la défense et du ferroviaire. Ametra Group a annoncé début octobre l’acquisition de la PME rennaise Styrel, spécialisée dans les domaines de l’instrumentation et l’acquisition de données. Cette acquisition a pour objectif la poursuite de la croissance de l’ETI, qui entend s’ouvrir à de nouveaux projets au service de ses clients industriels : « Notre stratégie de croissance implique l'acquisition de nouvelles compétences de pointe pour offrir une prestation complète à nos clients, depuis la prise en compte des besoins techniques jusqu'à la livraison de l'équipement », explique Anne-Charlotte Fredenucci, Présidente d’Ametra Group. « Cette intégration nous permet d'acquérir des compétences sur les cartes électroniques et les softwares embarqués et d'avoir une capacité sourcing en Asie, que nous n'avions pas jusque-là », ajoute-t-elle. Ametra Group entend ainsi se positionner sur des appels d'offres plus complexes techniquement.

    La Tribune du 5 novembre
  • Industrie
    Décès de Jean Pierson, ancien dirigeant d'Airbus
    Jean Pierson, est décédé ce mercredi, à l’âge de 83 ans. Directeur de la division avions d’Airbus en 1983, il avait ensuite été nommé administrateur-gérant du GIE Airbus Industrie. Sous sa direction, l’avionneur avait lancé le programme A330-A340 en 1987, puis l’industrialisation de l’A320 qui a permis à Airbus de devenir le principal concurrent de Boeing dans les années 90. Jean Pierson a également lancé le programme A3XX, qui se transformera après son départ en A380. « C'est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de Jean Pierson. L'Airbus d'aujourd'hui, une entreprise internationale ayant des racines dans plusieurs pays européens, doit beaucoup à cet entrepreneur pour qui la coopération était la clé du succès. Il a permis à Airbus Industrie de tirer parti de ses différentes forces nationales et, grâce à sa clairvoyance et aux différentes capacités d'innovation, a mis notre entreprise sur la voie du succès. Je tiens à lui rendre hommage personnellement et au nom de tous les employés d'Airbus », a déclaré Guillaume Faury, CEO d’Airbus.

    Ensemble de la presse du 5 novembre
  • Industrie
    Bruno Bergoend (UIMM) : « La réindustrialisation est possible en Occitanie sur les technologies nouvelles »
    En marge du récent salon SIANE de Toulouse, le podcast « Les voix de l'Eco » de La Dépêche du Midi s’entretient avec Bruno Bergoend, Directeur des programmes Airbus et ATR chez Safran et Président de l'UIMM Occitanie. Il y évoque la résilience du secteur aéronautique face à la crise actuelle, qui va accentuer le renouvellement des flottes, au service de la transition énergétique du secteur. La R&T, boostée grâce au CORAC, va accélérer les feuilles de route des avionneurs. De son côté, l’usine 4.0 va aider à accélérer les process (réindustrialisation et amélioration), également au service de la décarbonation. Pour rappel, « l'UIMM rassemble les industriels des secteurs de l'aéronautique et du spatial (21%), de l’automobile (3%), des machines et équipements (6%), de l’électrique et électronique (9%), de l’énergie, de la métallurgie et mécanique (13%), du médical, de l'énergie, etc. Au total l'organisation professionnelle rassemble 4000 entreprises dans la région pour 110 000 salariés ».

    La Dépêche du Midi du 3 novembre
  • Industrie
    Dans le Sud-Ouest, la sous-traitance aéronautique se réorganise
    Le Monde consacre un article aux réorganisations en cours au sein de la filière aéronautique en Occitanie. « Nous nous intéressons aux acteurs-clés de la filière, ceux qui sont importants pour les donneurs d’ordre et ceux qui jouent un rôle central », indique Marwan Lahoud, président d’ACE Capital Partners, filiale de Tikehau Capital, chargée de la gestion du fonds d’investissement aéronautique ACE Aéro Partenaires, doté de 750 millions d’euros. Nexteam et Ventana ont annoncé leur fusion début octobre, une opération qui doit donner naissance à une nouvelle entité qui totalisera 2 400 salariés et sera présente dans 8 pays avec 22 sites industriels. Mecachrome, fabricant de pièces de structures et de moteurs d’avion, a racheté Hitim, une PME qui produit pour Safran des axes de trains d’atterrissage et des arbres de moteurs d’avion à Annecy (Haute-Savoie) et à Roanne (Loire). « Son positionnement marché était intéressant pour nous, car nous n’étions pas sur ce secteur », commente Christian Cornille, président de Mecachrome. « La reprise de sociétés est une façon de remonter en puissance et de concentrer nos forces. On relance la machine industrielle et on se projette dans le futur ». Latécoère lance un plan de recapitalisation de 222 M€, et reprend le belge Technical Airborne Components, fabricant de bielles, et Shimtech de Mexico, fournisseur d’assemblages et de composants composites. « Notre volonté absolue est d’accompagner la reprise des cadences », explique Thierry Mootz, directeur général de Latécoère, « le cœur de notre stratégie est de livrer à temps des pièces de qualité et d’apporter des produits innovants ». Satys Aerospace, spécialiste de la protection de surface, vient de lever 40 M€ pour asseoir ses activités. « Pour porter notre croissance, nous tablons sur le recrutement de 200 personnes par an », envisage Grégory Mayeur, directeur général. Le manque de main-d’œuvre se fait toutefois sentir face à la reprise de l’activité.

    Le Monde du 5 novembre
  • Industrie
    ATR fête ses 40 ans
    ATR a célébré ce 4 novembre 2021 ses 40 ans. Le constructeur de turbopropulseurs a été fondé par l'Aérospatiale, en France, et Aeritalia, en Italie. ATR est aujourd'hui une filiale à parts égales d'Airbus et de l'italien Leonardo. La famille ATR dispose à présent de quatre versions différentes et ATR a vendu 1 700 avions. « Consommant 40% de carburant de moins, émettant 40% de CO2 de moins que les jets régionaux, et capables de desservir les pistes les plus difficiles au monde, les ATR s’imposent comme le numéro un du marché », souligne le groupe, qui affiche des objectifs très ambitieux en matière de réduction des émissions. Le constructeur veut voler avec 100% de carburant d’aviation durable (SAF) d'ici 2025. Stefano Bortoli, PDG d'ATR, a déclaré : « Notre histoire est celle de l'innovation et du progrès. Au cours de quatre décennies, nous avons apporté la connectivité et des opportunités économiques à des régions reculées du monde entier. Plus important encore, nous continuerons à faire la différence, en connectant les personnes, les entreprises et les communautés locales de manière durable au cours des 40 prochaines années. Nous soutiendrons nos clients en leur fournissant les dernières technologies disponibles, ouvrant la voie à une aviation à zéro émission d'ici 2050 ».

    France Bleu et Aerobuzz du 5 novembre

Environnement
  • Environnement
    Avion zéro émission : l’objectif 2035 « chaque jour plus crédible »
    La Dépêche du Midi, qui rappelle les excellents résultats présentés par Airbus le 28 octobre dernier – un bénéfice net de plus de 2,6 Md€ au 30 septembre et 424 avions commerciaux livrés au cours des neuf premiers mois - consacre un article au développement de l’avion zéro émission pour 2035. « L‘objectif d’un avion à hydrogène et zéro carbone est pour 2035. L’entrée en service est très réaliste et chaque jour de plus en plus crédible », a rappelé Guillaume Faury, CEO d’Airbus, lors de l’Airbus Summit fin septembre à Toulouse. Il pourra s’agir, rappelle le quotidien, d’un avion régional à hélices avec une jauge passagers sous la barre des 100 sièges. Airbus a présenté trois concepts d’avions zéro émission : un turbopropulseur à hélices, un dérivé de l’A320 et une aile volante. Le constructeur s’est donné jusqu’en 2025 pour choisir son modèle d’avion et pour définir la technologie qui sera retenue.

    La Dépêche du Midi du 5 novembre

Défense
  • Défense
    Autonomie stratégique : les enjeux de la normalisation
    Le groupe de réflexions Mars, constitué « d'une trentaine de personnalités françaises issues d'horizons différents, des secteurs public et privé et du monde universitaire », publie dans La Tribune une analyse des enjeux liés aux normes en matière d’autonomie stratégique. « Si la remontée en puissance des armées est essentielle par le renforcement des effectifs et l'accroissement des équipements disponibles, il est également nécessaire d'avoir la capacité d’agir en toute liberté. Or la France néglige bien trop le domaine des normes, techniques comme sociétales, et risque de se retrouver rapidement marginalisée, voire bloquée dans ses actions », avertit le groupe. La standardisation, en particulier des technologies émergentes, présente d’importants enjeux : « Tout comme le secteur civil, le monde de l'armement vit une profonde transformation en raison d'évolutions technologiques majeures, comme l'intelligence artificielle, l'autonomie des systèmes ou encore la deuxième révolution quantique. Ces technologies vont entraîner des changements pour les équipements militaires mais aussi dans l'art de la guerre, notamment en raison du fonctionnement de plus en plus en réseau ». Ces technologies, qui n’ont pas atteint leur maturité, restent en effet à encadrer, selon un processus de normalisation qui « n’a rien de neutre ». Les normes ne se limitent pas, toutefois, à la seule technologie : la définition des règles ESG (critères environnementaux, sociaux et de gouvernance) représente également un enjeu de souveraineté. « Pour influencer les normes internationales, il est important d'identifier les processus normatifs en cours notamment au sein de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) et de contribuer à ses travaux. La coordination entre la communauté de défense et le secteur civil, public et privé, est importante pour être bien représentés dans ces instances compte tenu du large spectre des domaines normatifs à couvrir », préconise le groupe de réflexions.

    La Tribune du 2 novembre

Espace
  • Espace
    Atterrisseur lunaire : la plainte déposée par Blue Origin contre la NASA rejetée en justice
    La plainte de la société de Jeff Bezos, Blue Origin, déposée contre la NASA afin de protester contre sa décision de choisir SpaceX pour concevoir l'atterrisseur lunaire des missions Artemis, a été déboutée par un tribunal fédéral américain, ce jeudi. Cette décision met fin à des mois de bataille judiciaire. « La NASA va reprendre le travail avec SpaceX dès que possible », a-t-elle déclaré, pour construire le « Starship », qui doit permettre aux Américains de retourner sur la Lune. L'agence spatiale américaine a également souligné qu'elle « poursuit son travail avec plusieurs entreprises, […] qui auront l'opportunité de travailler avec (elle) pour établir une présence humaine de long terme sur la Lune dans le cadre du programme Artemis ».

    Ensemble de la presse du 5 novembre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    La réouverture des Etats-Unis aux voyageurs étrangers vaccinés entraîne un afflux de réservations
    Pour Air France-KLM, comme pour les deux autres compagnies françaises desservant les Etats-Unis, French Bee et La Compagnie, la levée du « travel ban » annoncée pour le 8 novembre a entraîné un afflux de réservations. A lui seul, le marché nord-américain, représentait 40% du chiffre d'affaires long courrier d'Air France-KLM, selon les chiffres des Echos. « Les réservations ont été multipliées par trois en une semaine », indique-t-on chez French Bee. « Sur décembre, les réservations ont augmenté de 70% et les vols de la semaine du 8 novembre sont quasi-complets au départ de Paris », déclare La Compagnie. « Il faut se dépêcher de réserver si on veut trouver de la place pour New York à Noël », précise Air France.

    Les Echos du 5 novembre