Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Safran Seats fait entrer deux modèles de fauteuils au catalogue de l’Airbus A220
    Safran Seats a annoncé que ses fauteuils Z110i et Z600 avaient intégré le catalogue SFE (Supplier-furnished equipment) de l’Airbus A220. L’équipementier peut ainsi proposer une solution complète pour les cabines de l’ex-CSeries en classe économique et, le cas échéant, en classe affaires. Les Z110i et Z600 sont ainsi disponibles avec des configurations prédéfinies, pré-qualifiées et pré-certifiées pour le catalogue Airbus.

    Journal de l’Aviation du 24 mars 2021
  • Industrie
    AKKA Technologies réduit son plan de départ et envisage une diversification dans l’hydrogène
    Dans une interview avec France 3, Paolo Del Noce, le PDG de AKKA Technologies, détaille le plan de sauvegarde pour l’emploi décidé par l’entreprise, mais réduit à 441 suppressions de poste, dont 360 en Occitanie, contre 1 150 précédemment. « Ce qui est important, c'est que face à une réduction du chiffre d’affaires de 50%, on a une réduction d’effectif en Occitanie qui n’est que de 16-17% par rapport à nos effectifs initiaux, rappelle-t-il. Notre volonté est de chercher à sauvegarder les compétences ». Si l’aéronautique restera le coeur du métier d’AKKA Technologies, son PDG explique également être en discussion avec des élus et des partenaires, pour investir dans d’autres sujets, par exemple dans le développement de solutions de stockage d’énergie dans l’hydrogène, « qui peut être intéressant pour l’aéronautique mais aussi pour d’autres projets ».

    France 3 Occitanie du 24 mars 2021
  • Industrie
    Mecachrome remporte deux contrats avec Stelia Aerospace
    Basé à Amboise, en Indre-et-Loire, Mecachrome a annoncé la signature de deux contrats d’une valeur totale de plus de 40 millions d’euros avec Stelia Aerospace, filiale du groupe Airbus. Le premier contrat concerne la case de train d’atterrissage avant de l’Airbus A220. Mecachrome a pu remporter ce marché car le groupe produit déjà, notamment à Amboise, les cases de train des A400M, A380, Beluga, et de certains A320 et A330. Le deuxième contrat porte sur la fourniture du Cadre 1 de l’A220. Ce contrat consolide la position de l’équipementier sur les pièces de grandes dimensions, intégrant des pièces mécaniques et tôlerie complexes.

    La Nouvelle République du 24 mars 2021
  • Industrie
    Deuxième partie de l’interview de Damien Cazé (DGAC) dans le podcast du Journal de l’Aviation
    Interviewé dans le Podcast du Journal de l’Aviation, Damien Cazé, directeur général de l’aviation civile (DGAC) explique pourquoi l’Europe doit, selon lui, être la première à trouver des solutions pour répondre à la question climatique et à construire « le monde d’après » dans l’aéronautique. Il défend également les réformes qui ont déjà été engagées à la DGAC. Revenant sur les concessions demandées à Air France sur les vols pour lesquels une alternative de moins de 2h30 existe en train, il salue une décision historique qui doit ouvrir la voie à une vraie politique combinant le ferroviaire et l’aérien.

    Journal de l’Aviation du 25 mars 2021

Espace
  • Espace
    « Moonshot Institute » : interview croisée de Jean-Yves Le Gall, Patrice Caine et Claudie Haigneré
    L'Association Nationale de la Recherche et de la Technologie (ANRT) rejoint le « Moonshot Institute » mené par le CNES et qui a vocation à fédérer un écosystème dédié à l’économie lunaire. Le président du CNES, Jean-Yves Le Gall, et le président de l’ANRT, Patrice Caine, par ailleurs PDG de Thales, ont signé une lettre d’intention pour sceller la participation de l’ANRT au projet de Moonshot Institute. Dans une interview croisée à La Tribune avec Claudie Haigneré, ancienne ministre déléguée à la Recherche et aux Nouvelles technologies et coprésidente du groupe de travail « Objectif Lune » au sein de l’ANRT, ils reviennent sur les ambitions de ce projet. « Les grandes puissances se réintéressent à la Lune. La France et l'Europe ne peuvent pas ne pas en être, rappelle Patrice Caine. Si l'ANRT a rejoint le projet du Moonshot Institute porté par le CNES, c'est parce que nous avions déjà commencé des réflexions sur ce sujet dès 2019. Nous sommes ravis d'être associés à ces travaux pour contribuer, par de la réflexion essentiellement, à préparer ces futures grandes aventures de l'exploration lunaire ». « L'Europe, avec l'ESA, doit pouvoir contribuer dans le domaine logistique pour mettre en place les infrastructures dès le début du projet, renchérit Claudie Haigneré. Nous devons avoir un accès à la surface de la Lune dans le cadre d'une autonomie stratégique européenne ».

    La Tribune du 25 mars 2021
  • Espace
    Thales Alenia Space (TAS) intègre le catalogue Rapid IV de la NASA
    Thales Alenia Space (TAS) a été sélectionnée par la NASA pour figurer dans son catalogue Rapid IV (Rapid Spacecraft Acquisition IV), dans la catégorie « On-Ramp ». Cette sélection profitera à Thales Alenia Space en France et en Italie. Les plateformes satellitaires sélectionnées par la NASA sont les lignes de produit ELiTeBUSTMet PRIMA, qui seront fabriquées respectivement sur les sites industriels de Thales Alenia Space à Cannes et à Rome. Rapid IV est un contrat-cadre multi-attributaire IDIQ (Indefinite-Delivery/Indefinite-Quantity) qui permet au gouvernement fédéral américain d'effectuer plusieurs commandes de satellites et de services associés à des prix fixes et fermes.

    Easybourse du 24 mars 2021
  • Espace
    Les deux premiers satellites d'imagerie Pléiades Neo construits par Airbus Defence and Space sont arrivés à Cayenne
    Les deux premiers satellites d'imagerie Pléiades Neo construits par Airbus Defence and Space sont arrivés à l'aéroport de Cayenne, en Guyane française. Ils sont désormais en route vers le Centre spatial européen de Kourou. Prévu pour un lancement en avril 2021 sur un lanceur Vega, Pléiades Neo 3, le premier de la nouvelle génération de satellites à très haute résolution rejoindra les satellites optiques et radar de la flotte Airbus, apportant une résolution, une revisite et une couverture accrues. Il sera suivi, quelques semaines plus tard par son jumeau, Pléiades Neo 4, également prévu pour être lancé sur une fusée Vega. Entièrement financé, fabriqué, détenu et exploité par Airbus, Pléiades Neo fournira aux clients institutionnels et commerciaux des informations de haut niveau pour la prochaine décennie.

    Boursier.com du 24 mars 2021
  • Espace
    SKY Perfect JSAT signe un contrat avec Airbus pour la construction du satellite de télécommunications Superbird-9
    SKY Perfect JSAT Corporation, le principal opérateur de satellites au Japon et premier fournisseur mondial de services fixes par satellite, a choisi Airbus pour construire Superbird-9, un satellite de télécommunications entièrement numérique et reconfigurable en orbite. Le satellite sera basé sur la gamme de produits standardisée OneSat d'Airbus. Airbus fournira une solution clé en main, comprenant la conception et la fabrication de Superbird-9, les services et le support associés pour les opérations en orbite et le segment sol, ainsi qu'une suite numérique avancée pour gérer la charge utile numérique et exploiter les ressources du satellite de bout en bout. Jean-Marc Nasr, Executive Vice-President de Space Systems au sein d’Airbus Defence and Space, a déclaré : « Il s'agit d'un contrat historique pour Airbus au Japon et c'est la première fois qu'un opérateur de télécommunications japonais commande un satellite à l'Europe. Le fait que SKY Perfect JSAT ait choisi Airbus pour construire Superbird-9 afin de renforcer sa flotte de satellites est une excellente confirmation de la technologie de pointe au cœur de notre conception OneSat. Superbird-9, le septième satellite digitalisé OneSat qui nous est commandé, offrira des performances élevées et une expérience inédite aux clients de SKY Perfect JSAT Corporation. J'espère que ce contrat ouvrira la voie à une étroite collaboration pour l’avenir ».

    Zonebourse du 25 mars 2021

Défense
  • Défense
    Le Royaume-Uni annonce un vaste plan de modernisation de son armée
    Au Royaume-Uni, le ministre de la Défense, Ben Wallace, a détaillé ce lundi 22 mars son plan de refonte de l'armée. Près de 190 milliards de livres, soit plus de 220 milliards d'euros, seront investis dans les quatre prochaines années, avec un objectif : renforcer la cyberdéfense. Le Royaume-Uni entend donc investir dans les technologies de cybersécurité, créer une « constellation » de satellites de surveillance dans l'espace, mais aussi consolider sa force navale, avec notamment une flotte renforcée. Ces changements vont s'accompagner d'une baisse des effectifs. 4 000 personnes en moins d'ici 2025, soit 72 500 militaires, le chiffre le plus bas depuis trois cents ans.

    Ensemble de la presse du 23 mars 2021
  • Défense
    Quatre avions de combat Rafale aux cérémonies du bicentenaire de l’indépendance grecque
    La ministre des Armées française Florence Parly assistera au défilé aérien prévu pour la fête du bicentenaire de l'indépendance grecque, à Athènes, le 25 mars. Quatre avions de combat Rafale de Dassault Aviation y participeront, tandis qu'une frégate française fera escale au Pirée. A l'occasion de son déplacement, Florence Parly s'entretiendra également avec son homologue Nikos Panagiotopoulos. Le partenariat militaire entre les deux pays s'est renforcé ces derniers mois, notamment en réaction aux explorations gazières de la Turquie en Méditerranée et à ses démonstrations de force dans des eaux disputées avec la Grèce et Chypre. La France a apporté un appui marqué à Athènes, qui a acheté en un temps record 18 avions Rafale, dont 12 d'occasion, à Paris. Les six premiers exemplaires doivent être livrés cet été.

    Capital du 24 mars 2021
  • Défense
    Airbus Helicopters livre son septième H145 aux forces armées allemandes
    Airbus Helicopters a annoncé la livraison du septième hélicoptère H145 à destination du service de recherche et de sauvetage des forces armées allemandes. Les hélicoptères livrés précédemment sont utilisés pour la formation et les essais sur le terrain et ils sont disponibles 24h/24 et 7j/7 sur les bases aériennes de Niederstetten et Nörvenich pour les opérations de sauvetage. Ce nouveau H145 commencera prochainement ses opérations et sera basé à la troisième station SAR de Holzdorf.

    Aeroweb du 24 mars 2021

Formation
  • Formation
    La base aérienne-école de Rochefort et le lycée Marcel Dassault réitèrent un partenariat de formation
    Le général de brigade aérienne Alain Boullet, commandant la Base aérienne école de Rochefort et Yann Chartier, proviseur du lycée Marcel-Dassault, à Rochefort, ont signé une convention de partenariat relative au Brevet d’initiation à l’aéronautique (BIA). Cette convention pérennise un dispositif actif entre les deux établissements depuis 2015. Ces deux entités fêtent cette année les dix ans d’un partenariat fructueux dans de nombreux domaines au profit de la jeunesse. Dans le cadre du BIA, la base aérienne école de Rochefort contribue à la préparation des élèves à cet examen qui sanctionne des connaissances théoriques dans le domaine de l’aéronautique. Chaque semaine, des aviateurs de la base se déplacent au lycée pour délivrer aux élèves un enseignement concernant, entre autres, l’aérodynamisme, la météo et la réglementation.

    Sud Ouest du 24 mars 2021
  • Formation
    Emploi et handicap : Hanvol propose des formations diplômantes à Toulouse
    Spécialisée dans la formation et l’insertion dans l’emploi des personnes en situation de handicap, Hanvol propose une série de cursus pour des adultes en reconversion professionnelle ou des jeunes. Les premiers bénéficieront de préformation pour construire leur projet professionnel, les seconds d’un coaching individuel, à Toulouse. L’association propose des formations diplômantes en deux ans, en alternance, dans les industries aéronautique et spatiale, mais aussi la métallurgie, la défense ou l’électronique. Pour postuler, il suffit de bénéficier d’une reconnaissance de handicap. Les candidatures pour les adultes en reconversion sont à déposer avant le 5 avril, celles de jeunes en orientation avant le 30 avril.

    La Dépêche du Midi du 25 mars 2021
  • Formation
    Aéronautique : des ateliers pour susciter des vocations chez les lycéennes
    L’association Airemploi s’est fixée comme objectif de susciter davantage de vocations parmi les femmes dans le secteur aéronautique. Pour ce faire, vingt établissements scolaires de France ont choisi de participer au concours « Féminisons les métiers de l’aéronautique ». Cette année, sept élèves de seconde du lycée Champollion de Figeac participent à ce défi, avec l’appui de Ratier-Figeac, entreprise du groupe Collins Aerospace. Selon son PDG, Jean-François Chanut, le ratio de 18 % de personnel féminin déjà encourageant, mériterait d’augmenter, pour le bien de l’entreprise et des équipes. Au programme de la journée, étaient prévues, notamment, une visite des ateliers du site et des rencontres avec les femmes de tous les secteurs.

    La Dépêche du Midi du 25 mars 2021

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Le Conseil d’Etat défavorable à la suppression de la navette Bordeaux-Orly
    Un avis du Conseil d’État relatif au projet de « lutte contre le dérèglement climatique et ses effets » critique la suppression de la navette Air France entre Bordeaux et Paris, actée la semaine dernière, un an après l’annonce de cette mesure. Cet avis pointe que « des conséquences économiques et concurrentielles de l’interdiction sont trop succinctement abordées ». Par ailleurs, le Conseil d’État reproche au gouvernement de ne pas avoir pris en compte le principe de liberté des transports aériens qui prévaut dans l’Union européenne. Cette liaison transportait 550 000 voyageurs par an, en majorité des professionnels, mais également des touristes qui l’empruntaient pour accéder au hub international de Roissy. Autre élément avancé par les défenseurs de la navette : la Métropole bordelaise constitue le troisième bassin d’emploi pour l’aéronautique en France. « Je note que c’est un profond mépris envers les acteurs locaux, estime Alain Anziani, le président du Conseil métropolitain. Nous étions évidemment d’accord pour réduire le nombre de navettes en passant de dix liaisons quotidiennes à deux le matin et deux le soir. Le gouvernement ne perçoit pas les objectifs. L’enjeu, ce sont les 35 000 emplois de la filière aéronautique. Les industriels me le disent tous les jours : faute de navettes, nous regarderons vers Toulouse ou Montpellier, nos salariés ne pourront faire l’aller-retour dans la journée ».

    Sud Ouest du 24 mars 2021

Emploi
  • Emploi
    Une conférence sur la place des femmes dans l’aéronautique
    La conférence thématique « Aéronautique et spatial, une constellation », organisée par l’association toulousaine Women In Leadership, s’est tenue au musée Aeroscopia. Cette première édition a réuni des acteurs de l’aéronautique et du spatial autour de deux portées symboliques : la jeunesse, pour mieux accompagner le développement des filières, à travers la recherche, la formation et l’innovation ; et l’internationalisation de l’industrie aéronautique et spatiale, un grand enjeu. Plusieurs femmes ont exposé leur expérience, pour susciter des vocations féminines, dont Loubna El Mahmoudi Zaïr, présidente et fondatrice de l’association.

    La Dépêche du Midi du 25 mars 2021

Compétitivité
  • Compétitivité
    Les ETI souscrivent massivement des prêts garantis par l’Etat sans avoir à les utiliser
    Selon l'Observatoire du financement des ETI du Meti (Mouvement des entreprises de taille intermédiaire), de la Banque Palatine et de Challenges, 65% des entreprises intermédiaires ont obtenu un PGE, sans avoir à l’utiliser. Seules 10% des sociétés ayant demandé et obtenu un PGE l'ont utilisé à hauteur de 75% ou plus. Selon Frédéric Coirier, PDG du groupe Poujoulat et coprésident du Meti, « les résultats du baromètre du financement des ETI attestent de la résilience de cette catégorie d’entreprises ». Le panel est même carrément optimiste, puisque plus de 74% des patrons interrogés voient une « amélioration des perspectives de leur entreprise dans les six mois ».

    Challenges du 25 mars 2021

Innovation
  • Innovation
    Comment l’aéronautique s’adapte à la robotisation
    Afin de gagner en rapidité et en précision, la fabrication des pièces en composites s’automatise. Mais les robots traditionnels nécessitent des adaptations pour optimiser les trajectoires de dépose lors de l’étape du placement de fibres. « Les bras robots ne sont au départ pas assez précis pour atteindre les spécifications voulues dans le secteur aéronautique », constate Damien Poyard, le responsable de la division machines de haute précision chez Fives, qui fait état d’ajustements nécessaires. De son côté, Coriolis Composites, qui travaille surtout avec des structures de bras 6 axes Kuka, modifie la motorisation du robot et y ajoute une commande numérique Siemens.

    Industrie & Technologie du 24 mars 2021