Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Fonds Ace Aéro Partenaires : interview de Marwan Lahoud
    Marwan Lahoud, président exécutif d'Ace Capital Partners, accorde une interview à La Tribune. Il évoque le fonds de soutien en faveur de l'aéronautique, Ace Aéro Partenaires, créé en juin 2020. D'ici à la fin de l'année, ce fonds aura investi 200 M€ dans la filière aéronautique, sur les 750 M€ levés. Marwan Lahoud se dit « confiant » sur le fait que le fonds sera doté de 1 Md€ « au milieu de l'année prochaine ». « Nous avons réalisé une première levée dans un premier temps avec les industriels partenaires : Airbus, Dassault Aviation, Safran et Thales, et avec Tikehau et Bpifrance, qui sont les sponsors du projet. Puis on a levé auprès d'institutionnels comme le Crédit Agricole. Nous sommes actuellement dans la deuxième phase : il y a d'autres institutionnels qui frappent à la porte pour nous accompagner », se réjouit-il. Le fonds mène des actions « soutien, consolidation » : « nous avons investi dans les PME comme Aries Alliance et Hitim tout comme dans Figeac et Satys, qui sont des opérations « mixtes ». Dans ces deux sociétés, nous sommes en train de restructurer le bilan tout en les préparant à la consolidation ». « D'ici à la fin de l'année, nous allons engager au total autour de 200 millions d'euros. Nous avons toute une série d'acquisitions qui iront rejoindre Mecachrome, qui est une plateforme dont nous sommes actionnaires à travers les fonds précédents (Aerofund 1, 2 et 3) », explique le dirigeant.

    La Tribune du 21 octobre
  • Industrie
    Les difficultés de recrutement pourraient impacter la reprise de l’industrie française
    Le problème du manque de main-d'œuvre, qui s’est accentué ces derniers mois, freine la reprise industrielle. Selon Hubert Mongon, délégué général de l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM), cité par L’Express, « On a 30 000 emplois qui ne trouvent pas preneurs », sur tous types de postes, usineurs, techniciens ou ingénieurs. Philippe Dujaric, responsable Affaires sociales et Formation du GIFAS, souligne : « Nous commençons à reprendre les embauches pour préparer la reprise qui devrait arriver en 2022, nous ne sommes pas encore sur des volumes importants mais les entreprises ont déjà de grosses difficultés à recruter ». La crise sanitaire a accentué le phénomène : « le vivier d'emploi s'est tari pendant le trou d'air que nous avons traversé : certains de nos électriciens se sont par exemple reconvertis dans le bâtiment », observe Philippe Dujaric.

    L’Express du 20 octobre
  • Industrie
    Thales se positionne dans le secteur des drones civils
    Les Echos consacrent un article à la filière des drones civils, à l’occasion du Salon « UAV Show », salon européen du drone professionnel, qui se tient à Bordeaux les 19, 20 et 21 octobre. Le drone développé par Thales avec Issoire Aviation, l'UAS100, à l'échelle 1/2, doit y être présenté en vol ce jeudi. L’appareil, qui possède trois moteurs et une avionique sécurisée, devrait pouvoir remplir des missions (surveillance d'infrastructures, prévention d'incendies ou surveillance de frontières, entre autres) dès 2023. Telespazio, coentreprise détenue par Leonardo et Thales, a investi le marché des services destinés à l'agriculture ou la surveillance maritime.

    Les Echos du 21 octobre
  • Industrie
    Finnair adopte les services FHS d’Airbus
    La compagnie Finnair a sélectionné le service Flight Hour Services (FHS) d'Airbus pour prendre en charge l'ensemble de sa flotte de la famille A320 (35 appareils), devenant ainsi le premier client FHS européen de l'avionneur pour une flotte d'A320. Finnair bénéficiera de services matériels intégrés, notamment d'un stock sur place à sa base principale d'Helsinki, d'un accès aux pools de pièces détachées mutualisés d'Airbus et de services d'ingénierie et de réparation de composants dans le monde entier. Le contrat FHS couvre les services matériels « de bout en bout », y compris pour les composants du moteur. « Après de récents contrats en Asie-Pacifique et au Moyen-Orient, ce premier accord FHS européen témoigne de la confiance croissante accordée par les compagnies aériennes du monde entier aux services de maintenance à l'heure de vol d'Airbus, tant pour les flottes de gros-porteurs que de monocouloirs », se félicite Airbus.

    Boursorama du 21 octobre
  • Industrie
    Safran inaugure son nouveau centre de R&D dédié à l’électronique, près de Valence
    Mercredi 20 octobre, Safran a inauguré son nouveau centre de Recherche & Développement dédié à l’électronique, à Châteauneuf-sur-Isère, près de Valence (Drôme). « Ce nouvel établissement de 4 580 mètres carrés, au dernier standard de l’éco-responsabilité, accueille les activités de R&D pour relever les défis des nouvelles technologies d’électronique hautement intégrées », indique Safran. « L'inauguration de ce centre d'excellence électronique est une étape majeure pour Safran. Ce centre de R&D va nous permettre d'innover et de répondre aux besoins de puces, de solutions et de systèmes embarqués toujours plus intelligents, et contribuer à garantir un haut niveau de satisfaction pour nos clients avionneurs et de défense », a déclaré Martin Sion, président de Safran Electronics & Defense.

    Capital et Zone-Bourse.com du 21 octobre

Défense
  • Défense
    Guerre informationnelle : la France définit un cadre pour sa « lutte informatique d’influence (L2I) »
    Mercredi 20 octobre, la ministre des Armées, Florence Parly, et le Chef d’Etat-Major des Armées (CEMA), le général Thierry Burkhard, ont présenté la « doctrine militaire de lutte informatique d’influence ». Le document doit permettre de définir le cadre des actions défensives et offensives menées par l’armée, en opération extérieure, dans le domaine informationnel. « La lutte informatique d’influence (L2I) désigne les opérations militaires conduites dans la couche informationnelle du cyberespace pour détecter, caractériser et contrer les attaques, appuyer la StratCom (la communication stratégique des armées), renseigner ou faire de la déception, de façon autonome ou en combinaison avec d’autres opérations », indique le document. La L2I est placée sous la responsabilité du commandant de la cyberdéfense. « Lorsqu'elle est utilisée à bon escient, l'arme de l'information permet de gagner sans combattre », a fait valoir Florence Parly. Il pourra s’agir d’opérations de recueil de renseignement, y compris en cherchant « à induire l’adversaire en erreur pour lui faire dévoiler ses intentions », de « dénoncer, contenir, affaiblir ou discréditer, y compris par la ruse, une attaque informationnelle », de « dénoncer les mensonges » de l’adversaire, de « convaincre les acteurs d’une crise d’agir dans le sens souhaité », ou encore de « promouvoir l’action des forces armées sur les médias sociaux ».

    Le Figaro et La Tribune du 21 octobre

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Air France KLM Engineering & Maintenance et Triumph Group s'associent pour créer un nouveau prestataire MRO
    Air France Industries KLM Engineering & Maintenance et Triumph Group (Pennsylvanie, Etats-Unis) créent une coentreprise, XCelle Americas, spécialisée dans la MRO des nacelles des A320neo, A350, B787 et B737 MAX. Ce partenariat stratégique vise à être au plus près des clients (compagnies aériennes et loueurs). Une démarche qu’Air France KLM Industries Engineering & Maintenance a initiée dans d'autres segments MRO aux Etats-Unis et en Asie-Pacifique, relève Air & Cosmos.

    Air & Cosmos du 21 octobre
  • Aviation Commerciale
    Eurocontrol prévoit une reprise du trafic aux niveaux de 2019 d’ici la fin 2023
    Eurocontrol a mis à jour ses prévisions du trafic aérien pour les six prochaines années. En mai 2021, l’organisme européen du contrôle aérien prévoyait une reprise en Europe en 2025. Il anticipe désormais un retour au niveau de trafic antérieur à la pandémie dès 2023. « L’été 2021 a été très encourageant, avec un trafic proche de l’estimation haute de notre étude du mois de mai 2021 », précise le directeur général d’Eurocontrol, Eamonn Brennan. « Nous sommes optimistes quant à une reprise plus précoce que prévue du trafic aérien au niveau de 2019, avec 9,8 millions de vols estimés pour 2022, seulement 11% en dessous des chiffres 2019 », explique-t-il. « Nous devons être conscients qu’il existe encore de multiples facteurs qui peuvent retarder la reprise d’une manière ou d’une autre », tempère-t-il toutefois. Eurocontrol présente trois scenarii possibles, qui prévoient une reprise entre 4 et 8 ans après l’année de référence 2019. Outre le scénario de référence, qui prévoit un retour au niveau antérieur en 2023, un scénario élevé envisage un redémarrage de la plupart des flux interrégionaux dès le milieu de 2022. Le scénario bas, qui prend en compte l’impact de plusieurs risques à la baisse (tels que des taux de vaccination lents, ou la poursuite de restrictions de voyage), anticipe une reprise en 2027 seulement.

    Aerobuzz et Air Journal du 21 octobre

Espace
  • Espace
    La Corée du Sud opère ce jeudi son premier lanceur spatial
    La Corée du Sud doit lancer ce jeudi son premier lanceur, baptisée « Nuri », ou Korea Space Launch Vehicle-II (KSLV-II), premier véhicule spatial entièrement conçu et construit dans le pays. Le lanceur a pour objectif de mettre en orbite une cargaison factice d'une tonne et demie, depuis le pas de tir de Goheung, en visant une altitude de 600 à 800 kilomètres. Il a fallu une dizaine d'années pour le développer, pour un coût de 2 000 Md de wons (2,18 Md€). Il possède six moteurs à carburant liquide, et pèse 200 tonnes pour 47,2 mètres de long.

    Le Figaro du 21 octobre

Environnement
  • Environnement
    L’observation spatiale, atout majeur pour la protection de l’environnement
    Le Point et le Wall Street Journal consacrent cette semaine un article au rôle des satellites dans la lutte contre le réchauffement climatique et la dégradation de l’environnement. Plus de la moitié des grands indicateurs climatiques utilisés par le GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) reposent sur des observations spatiales, relève Le Point. L’imagerie satellite permet, notamment, de révéler les sources cachées de gaz à effet de serre, et permet aux gouvernements de s’assurer du respect de leurs engagements internationaux.

    Le Point du 21 octobre et Wall Street Journal du 19 octobre