Synthèse de presse

Compétitivité
  • Compétitivité
    L’activité partielle de longue durée gagne du terrain
    Le dispositif d'activité partielle longue durée (APLD), lancé en juillet en complément du chômage partiel classique comme pare-feu aux licenciements face à la crise, gagne du terrain dans les entreprises, qui y voient un gain en termes de « visibilité ». Selon la ministre du Travail Élisabeth Borne, les entreprises se saisissent désormais « massivement » de ce « bouclier anti-licenciement » avec « 4 300 accords couvrant plus de 300 000 salariés », dont 80% dans des PME de moins de 50 salariés. Le motoriste Safran a été dans les premiers à négocier un tel accord qui couvre 6 000 salariés sur 44 000 en France. Pour eux, la réduction d'activité est en moyenne de 20%, donc un jour par semaine, indique-t-on chez Safran.

    La Tribune du 6 novembre 2020

Covid-19
  • Covid-19
    Covid-19: ADP affine son système de tests dans les aéroports parisiens
    ADP a signé un partenariat avec Cerbaillance pour faciliter les tests de dépistage de la Covid-19 des passagers au départ de Paris avec des tests antigéniques (résultat en moins de deux heures) ou RT-PCR (résultat sous 48 heures) selon les destinations et les indications médicales. A partir de ce vendredi 6 octobre 2020 à Paris-Orly puis la semaine suivante à Paris-CDG, les passagers au départ pourront réaliser leur test antigénique ou RT-PCR dans un laboratoire Cerballiance, en ville ou directement à l’aéroport dans leur centre de dépistage mis à disposition par ADP, après avoir pris rendez-vous en ligne.

    Air Journal du 6 novembre 2020
  • Covid-19
    Covid-19 : les aéroports européens réclament des mesures urgentes
    Le 5 novembre, les aéroports européens ont réclamé à l’Union européenne des mesures urgentes et spécifiques, au même titre que les compagnies aériennes, s’inquiétant pour la solvabilité à court terme des plus petits aéroports face à une situation qui se dégrade avec l’aggravation de la crise de la Covid-19. « Nous tirons déjà nos dernières cartouches et la crise continue de s’aggraver », a déclaré le directeur général d’Airports Council International (ACI) Europe, Olivier Jankovec, cité dans un communiqué. L’organisation, qui représente 500 aéroports dans 46 pays européens, estime qu’au cours des prochains mois, près de 200 aéroports régionaux risquent d’être en état d’insolvabilité en raison de la faiblesse persistante du trafic aérien liée aux fermetures de frontières et restrictions de circulation face à la nouvelle vague de Covid-19.

    Air Journal du 5 novembre
  • Covid-19
    La très forte isolation sanitaire des avions à l’épreuve du coronavirus
    Bruno Fargeon, responsable de l’initiative Keep Trust in Air Travel chez Airbus, a récemment participé à une présentation organisée par l’Association internationale du transport aérien (IATA), en collaboration avec Boeing et Embraer, sur la qualité de l’air dans les avions de ligne. Il revient sur ce sujet dans une interview avec le magazine Air & Cosmos, en rappelant les techniques de désinfection des cabines, qui font partie de l’engagement des compagnies aériennes depuis un demi-siècle. Le traité constitutif de l’OACI en 1944 prévoyait en effet déjà que les signataires devaient protéger les passagers contre les maladies infectieuses. Aujourd’hui, le filtre Hepa, qui arrête 99,9% des particules, y compris des bactéries et virus tels que le coronavirus, « est présent sur la quasi-totalité des avions Airbus en vol dans le monde », rappelle Bruno Fargeon.

    Air & Cosmos du 6 novembre 2020

Industrie
  • Industrie
    Aux Assises de l’industrie, les chefs d’entreprises relèvent la tête
    A l’occasion des Assises de l’Industrie organisées par L’Usine Nouvelle mercredi 4 novembre, des dirigeants ont pu raconter comment ils travaillent pour redynamiser l’industrie française et trouver de nouvelles sources de compétitivité. Les industriels peuvent continuer à travailler et doivent avoir un « effet locomotive de notre économie », a déclaré Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l’Industrie. Restent des incertitudes sur les carnets de commande, reconnaît-elle, en particulier dans l’aéronautique, alors que « la France est le seul pays avec les Etats-Unis à pouvoir fabriquer un avion de A à Z ». Cela ne décourage pas certains dirigeants. « Mon rôle en tant que chef d’entreprise, c’est de donner un avenir à nos collaborateurs. Mon devoir, c’est d’y croire », résume Laure Catoire-Boissé, présidente de Catoire Semi. Basée à Martizay (Indre), sa PME - spécialiste des métiers de la forge et de la fonderie au service de l’aéronautique et l’automobile et membre du réseau BPI Excellence - vient de déposer un dossier de 2,5 millions d’euros dans le cadre du plan de relance. « C’est en période de crise qu’il faut investir », reconnaît-elle, alors que le gouvernement multiplie les dispositifs pour soutenir l’industrie et l’aider à se transformer.

    L’Usine Nouvelle du 5 novembre 2020
  • Industrie
    Interview d’Agnès Pannier-Runacher dans l’Usine Nouvelle
    Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, détaille dans une interview à l’Usine Nouvelle le déploiement du plan de relance pour les entreprises industrielles, et notamment ses effets positifs. « Si l’on compare la situation de la France à celle d’autres pays, nous observons les effets des mesures de protection mises en place. Les plans sociaux en Espagne, en Italie, aux Etats-Unis, sont plus drastiques qu’en France. (…) Ce serait une erreur stratégique de ne pas faire la relance maintenant ». Dans le détail, Agnès Pannier-Runacher explique avoir reçu 170 projets de relocalisation, correspondant à plus de 500 millions d’euros d’investissements productifs et la création de plus d’un millier d’emplois directs.

    L’Usine Nouvelle du 5 novembre 2020
  • Industrie
    Interview de Bertrand Piccard dans Challenges
    L’aviateur suisse Bertrand Piccard, qui préside la fondation Solar Impulse, et labellise et soutient des projets verts et rentables, esquisse pour Challenges la transition que doit, selon lui, accomplir l’aéronautique et défend l’instauration d’une taxe carbone sur le prix des billets d’avion tout en critiquant au passage l’« aviation-bashing ». « La stigmatisation n’est jamais bonne, déclare-t-il. Il faut plutôt voir les solutions à notre disposition et les appliquer partout ; être inclusif plutôt que clivant ». L’aviation commerciale doit absolument faire sa transition si elle veut survivre, martèle-t-il. « Mais il y a plusieurs stades. Le stade ultime c’est l’avion propre, à batterie, hydrogène, au carburant de synthèse neutre. En attendant, il y a un tas de procédures qu’on peut améliorer. Aujourd’hui par exemple les pilotes abordent l'atterrissage par pallier, alors qu’il faudrait qu’ils puissent réaliser une descente constante : cela représente une économie d’une tonne de carburant par atterrissage pour un jumbo jet ».

    Challenges du 6 novembre 2020
  • Industrie
    Airbus poursuit ses efforts de développement d’un taxi volant
    Air & Cosmos revient dans un article sur les projets d’Airbus pour se lancer dans le domaine du transport urbain à motorisation électrique. Il y a près d’un an, le 21 décembre 2019, le démonstrateur CityAirbus effectuait ainsi son premier vol d’essai à Donauworth, en Allemagne, avant d’être transporté à l’aérodrome de Manching pour une nouvelle série d‘essais. Si pour le moment, les vols annoncés sont assez courts, CityAirbus sera à terme capable de voler de façon autonome pendant quinze minutes. CityAirbus, ou son successeur, sera destiné aux continents américain et asiatique, avec leurs grandes villes congestionnées où le besoin en transport alternatif est pressant. « La conception de CityAirbus cible les itinéraires typiques entre, par exemple, les aéroports et les quartiers d’affaires ou d’autres endroits stratégiques situés dans les mégalopoles », explique ainsi Airbus.

    Air & Cosmos du 6 novembre 2020

Innovation
  • Innovation
    Les « jumeaux numériques » se développent dans l’aviation
    Les « digital twins » (jumeaux numériques) se développent dans le secteur de l’aviation, où ils sont considérés comme l’un des principaux leviers pour améliorer la disponibilité des avions militaires en France. Il s’agit de récupérer les données de maintenance des flottes, de les introduire dans le jumeau numérique de chaque appareil puis d’en faire l’analyse afin de réduire le temps d’intervention et de développer la maintenance prédictive. Ce concept est en effet au coeur du contrat de maintenance Ravel pour Rafale verticalisé, signé en mai 2019 entre Dassault Aviation et la Direction de la maintenance aéronautique du ministère des Armées, pour une durée de dix ans. Dassault Aviation met en oeuvre le jumeau numérique pour l’ensemble des équipements des 152 Rafale de l’armée de l’Air et de la Marine nationale.

    L’Usine Nouvelle du 5 novembre 2020

Défense
  • Défense
    L'Allemagne commande 38 avions de chasse Eurofighter à Airbus
    La commission budgétaire du Parlement allemand a approuvé un contrat d'achat de 38 avions de combat Eurofighter à Airbus pour un montant évalué à 5,4 milliards d'euros. Pour la Luftwaffe, l'armée de l'air allemande, il s'agit d'une première tranche sur un objectif de commandes à long terme de 93 Eurofighter ainsi que de 45 F-18 auprès de Boeing. Le président d'Airbus Defence and Space, Dirk Hoke, s'est réjoui de cette décision. « La décision du Bundestag d'acheter 38 Eurofighters de dernière génération est une bonne décision pour l'armée allemande mais aussi pour l'Europe et l'industrie de défense européenne », a-t-il déclaré, en soulignant que plus de 100 000 emplois dépendent d'une telle commande. Il a aussi déclaré que ce soutien affirmé de l'Allemagne au programme Eurofighter était un bon signal pour la crédibilité des campagnes à l'exportation en cours, notamment en Finlande et en Suisse.

    Les Echos du 5 novembre 2020
  • Défense
    Défense : la relation Etats-Unis - Europe appelée à changer
    Quelle que soit l'issue de la très incertaine élection présidentielle américaine, les relations ne seront plus les mêmes entre les Etats-Unis et l'Union européenne, a affirmé Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, le 5 novembre sur Europe 1. « Le monde a bougé depuis quatre ans. Ce qui a bougé, c’est le fait que l’Europe a affirmé sa souveraineté depuis quatre ans. Dans le domaine sécuritaire, dans le domaine de la défense, dans le domaine de son autonomie stratégique », a-t-il détaillé, développant le thème d'une Union européenne plus forte. « Depuis quatre ans, l’Europe s’est dotée d’un fonds européen de défense, d’une relation de défense beaucoup plus forte. Depuis quatre ans, l’Europe a affirmé sa volonté de faire en sorte qu’elle ait sur son propre territoire des champions économiques. Elle a manifesté sa volonté d’avoir une régulation numérique qui lui permette d’avoir de l’autonomie. Depuis quatre ans, l’Europe est sortie de sa naïveté, et commence à s’affirmer comme puissance ».

    Europe 1 du 5 novembre 2020

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    EasyJet discute d'une aide financière avec l’Allemagne
    La compagnie aérienne britannique EasyJet négocie avec le gouvernement allemand en vue d'obtenir une aide publique pour l'aider à traverser la crise sanitaire, a déclaré, le 5 novembre, son PDG Johan Lundgren dans une interview à l'hebdomadaire économique Wirtschaftswoche. « Les négociations progressent de manière constructive. Nous sommes très présents en Allemagne, nous avons assuré une saine concurrence avant la crise et avons investi beaucoup d'argent. Cela devrait se refléter dans l'ampleur de l’aide », a-t-il déclaré sans avancer de montant.

    Le Figaro du 5 novembre 2020 - AFP du 5 novembre 2020
  • Aviation Commerciale
    Portrait d’Anne Rigail dans le magazine Challenges
    Le magazine Challenges consacre un portrait à Anne Rigail, la directrice générale d’Air France. Entrée à Air Inter en 1991, l’actuelle numéro 2 de la compagnie aérienne nationale a exercé quasiment tous les métiers après la fusion avec Air France : chargée du service client de l’aéroport d’Orly, responsable des correspondances passagers au hub de CDG puis directrice de l’exploitation au sol avant de diriger le personnel navigant commercial (PNC) et enfin de s’occuper de « l’expérience client » de la compagnie. « Nous voulions privilégier quelqu’un en interne, raconte la présidente du conseil d’administration », Anne-Marie Couderc. Anne Rigail l’emportera finalement et deviendra à 49 ans la première femme à diriger le pavillon national aux 51 000 salariés et 16 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

    Challenges du 6 novembre 2020