Synthèse de presse

Industrie
  • Industrie
    Dassault Falcon Service transforme un Falcon 900B en avion-cargo en un temps record
    Sur son site du Bourget, Dassault Falcon Service (DFS) a récemment achevé, en 8 jours, la conversion d'un Falcon 900B de la configuration passagers à la configuration cargo complète. Cette conversion temporaire est le fruit de la collaboration entre le service client, les équipes d'ingénierie et d'exploitation de DFS ainsi que les ressources de test et de certification de Dassault Aviation. Le triréacteur d'affaires, qui fait partie de la flotte de DFS basée au Bourget pour ses activités de vols à la demande, va désormais effectuer une mission de transport de tissus destinés à une usine implantée en Europe de l'Est pour la confection de masque de protection. Ces masques seront ensuite distribués en France, en Afrique du Nord et dans d'autres régions touchées par la pandémie de coronavirus.

    Aerobuzz et Le Journal de l'Aviation du 4 juin
  • Industrie
    Entretien avec Didier Roux, directeur général adjoint de Figeac Aéro
    Didier Roux, directeur général adjoint de Figeac Aéro, accorde un entretien à La Tribune, dans lequel il détaille la stratégie d'adaptation de l'entreprise face aux conséquences de la crise sanitaire. «Depuis le mois de mars, le niveau d'activité est de 30 à 50% sur l'ensemble de nos sites par rapport à la période pré-Covid. Figeac Aéro pourra retrouver un volume d'activité de 60 à 70% à partir de septembre», détaille-t-il, soulignant : «nous avons pris un virage avec cette crise. Nous sommes devenus systémiques auprès de nos clients, ce qui va nous permettre de garder nos parts de marché. Nous espérons aussi gagner des parts de marché. La politique pré-Covid de Figeac Aéro visait également à développer des contrats sur le continent nord-américain. Nous espérons des annonces significatives dans les mois à venir en la matière en nous appuyant sur nos avantages compétitifs».

    La Tribune du 4 juin
  • Industrie
    Constellium signe un contrat de 10 ans avec Airbus
    Constellium annonce la signature d'un contrat de 10 ans avec Airbus pour lui fournir une large gamme de produits laminés et extrudés en aluminium. Trois sites de production, les fonderies d'Issoire (Puy-de-Dôme), Montreuil-Juigné (Maine-et-Loire) et Ravenswood (États-Unis), approvisionneront Airbus. Sont notamment concernés des panneaux de revêtement de voilure, des tôles pour panneaux de fuselage et des plaques rectangulaires et pré-usinées pour les composants structurels. La technologie Airware (un alliage en aluminium-lithium utilisé pour le fuselage et la structures des ailes des avions) fait également partie du contrat.

    Le Journal de l'Aviation et L'Usine Nouvelle du 4 juin
  • Industrie
    Portrait : Chloé Matte déploie l'Intelligence Artificielle au sein de Daher
    L'Usine Nouvelle consacre un portrait à Chloé Matte, développeuse solutions en IA au sein de Daher. «L’idée est de comprendre comment exploiter ce nouvel outil pour aller chercher de la rentabilité et de l’efficacité opérationnelle», détaille-t-elle. «Par rapport aux modèles classiques, il permettra de recouper les données avec des facteurs externes comme la météo et le trafic routier, jusque-là ignorés». Une implémentation qui s'appuie sur ce que Daher met déjà en pratique depuis 2019 dans le cadre de la logistique du programme ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), dont il a la charge. «L’objectif désormais est de transférer ce modèle pour nos propres activités de stockage de pièces, en particulier pour le TBM», explique Chloé Matte. «Nous pourrions à terme envisager de le mettre en œuvre pour la logistique de nos clients».

    L'Usine Nouvelle du 4 juin
  • Industrie
    Portrait : Olivier Leclerc développe l'intrapreneuriat chez Safran
    L'Usine Nouvelle évoque le travail d'Olivier Leclerc, arrivé chez Safran en 2015 pour développer l’intrapreneuriat. Il a lancé fin 2018 un premier appel à projets au sein des équipes européennes de Safran, recueillant 120 propositions. Deux projets innovants ont été sélectionnés, sur des durées comprises entre deux et cinq ans. Olivier Leclerc a lancé une deuxième saison l’été dernier, cette fois-ci pour tous les salariés du groupe. «L’intrapreneuriat vise à démontrer que l’on peut faire autrement, que l’on peut ouvrir des possibles nouveaux, au-delà des méthodologies codifiées, des process normés», explique-t-il.

    L'Usine Nouvelle du 4 juin
  • Industrie
    Pour François Asselin (CPME), «dans la période qui s'ouvre, ce sont les entreprises qui seront en première ligne»
    François Asselin, président de la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME), s'exprime dans Les Echos. «Il faut rapidement, sans attendre la rentrée, donner des perspectives aux entreprises, avec des mesures à durée limitée pour qu'il y ait un effet d'entraînement immédiat. Pendant l'épidémie, les soignants étaient en première ligne. Dans la période qui s'ouvre, ce sont les entreprises et les chefs d'entreprise qui le seront», déclare-t-il. M. Asselin préconise d'étaler le remboursement sur trois ans des charges reportées. «Plus qu'un plan de relance, c'est une continuation d'un plan de soutien dont nous avons besoin, couplé à des incitations fortes à l'investissement», estime le dirigeant.

    Les Echos du 4 juin

Défense
  • Défense
    «Le Fonds européen de la défense est essentiel» : entretien avec Hélène Conway-Mouret, vice-présidente du Sénat, membre de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées
    Dans un entretien accordé à L'Usine Nouvelle, Hélène Conway-Mouret, vice-présidente du Sénat, membre de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, souligne l'importance du secteur de la défense pour le plan de relance : «Il ne faut absolument pas que l'industrie de défense française soit abandonnée. C'est l'une des plus performantes en Europe», déclare-t-elle, soulignant : «la relance économique passe par un soutien à l'industrie de défense. Le caractère stratégique de cette industrie, qui représente 200 000 emplois directs, peu exposés aux délocalisations, est au cœur de notre souveraineté. Qui plus est, tous les efforts en matière d'innovation et de recherche militaires ont un effet dual et profitent au secteur civil». Quant au Fonds européen de la défense, «c'est le premier outil de l'Union destiné à soutenir fortement l'innovation et la recherche militaire. Il n'est pas simplement utile, mais absolument essentiel», insiste Mme Conway-Mouret.

    L'Usine Nouvelle du 4 juin
  • Défense
    Focus sur l'A400M, avion multi-mission doté de capacités exceptionnelles
    L'Usine Nouvelle consacre un dossier à l'avion de transport militaire A400M d'Airbus, qui a récemment acquis de nouvelles certifications (largage de parachutistes par les deux portes latérales, vol à basse altitude en mode automatique...) et devrait proposer l'ensemble de ses capacités d'ici à la fin 2021. L'Usine Nouvelle rappelle que l'A400M est le fruit du travail d'un écosystème industriel, constitué essentiellement d'une trentaine de sociétés réparties sur sept pays ; Thales a mis au point le logiciel de mission de l'appareil, le consortium de motoristes EPI (Avio, MTU, Rolls-Royce, Safran) a développé le turbopropulseur le plus puissant du monde occidental. «Avec les autres pays partenaires du programme, nous poursuivons le travail de certification du futur standard au sein de l'organisme européen de normalisation militaire CQC. Par ailleurs, la capacité de largage des parachutistes en simultané par les deux portes latérales sera disponible avec l'avion qui sera livré l'an prochain», se félicite le directeur du programme A400M à la Délégation Générale de l'Armement. L'appareil est plébiscité par les armées : «C'est un avion phénoménal», s'enthousiasme le lieutenant-colonel Fabian, commandant de l'escadron Touraine, à Orléans, dans une interview accordée au magazine.

    L'Usine Nouvelle du 4 juin
  • Défense
    Lisi Aerospace fournira des fixations pour l'avion de combat F-35
    Lisi Aerospace vient de signer avec Lockheed Martin un contrat longue durée de fourniture de fixations pour le programme d'avion de combat F-35, rapporte Air & Cosmos. Le contrat couvre les années 2020-22, avec trois options d'un an jusqu'en 2025, pour une valeur totale estimée à 60 millions de dollars sur six ans. L’ensemble du contrat sera servi depuis la plateforme nord-américaine de Lisi Aerospace. Ce contrat permet de renforcer la position de Lisi Aerospace en tant que fournisseur majeur de fixations pour l’aéronautique et pour l’aviation militaire.

    Air & Cosmos du 3 juin

Environnement
  • Environnement
    Accélérer la transition énergétique, un enjeu au cœur du plan de relance de la filière aéronautique
    Le gouvernement dévoilera la semaine prochaine son plan de soutien à l’industrie aéronautique. Gouvernants et industriels français travaillent à la mise au point d'un fonds d'investissement doté d'«environ un milliard d'euros», selon le chiffre avancé par Les Echos, pour venir en aide au secteur aéronautique, notamment ses sous-traitants. Ce plan devrait être «un levier pour accélérer la transition énergétique et numérique du secteur tout en renforçant sa compétitivité», souligne Le Figaro, avec notamment des mesures de soutien de la demande, par des incitations à l’achat d’avions neufs, afin que les compagnies remplacent leurs appareils de plus de vingt ans. L'Usine Nouvelle rappelle que le GIFAS a appelé l'Etat français ainsi que l'Union européenne à soutenir la filière aéronautique, notamment en termes de budget de recherche, afin d'accélérer la transition énergétique vers la construction d'avions de plus en plus verts et silencieux.

    Les Echos, Le Figaro et L'Usine Nouvelle du 4 juin

Espace
  • Espace
    Le gouvernement a choisi Toulouse pour porter la candidature de la France à l'accueil du CEPMMT
    En raison du Brexit, le Centre Européen pour les Prévisions Météorologiques à Moyen Terme (CEPMMT), basé à Reading près de Londres, doit délocaliser hors du Royaume-Uni ses équipes de Recherche et Développement bénéficiant de financements européens. Le gouvernement a choisi Toulouse pour porter la candidature de la France à l'accueil des 250 ingénieurs et chercheurs travaillant sur les volets «composition de l'atmosphère» et «changement climatique» du programme Copernicus, ainsi que sur les modèles de prévision de la météo et des phénomènes extrêmes. «Toulouse regroupe des acteurs majeurs de l'observation de notre planète : le CNES, Météo France, l'Université fédérale de Toulouse, Mercator Ocean International qui met en oeuvre le service de monitoring de l'océan du programme Copernicus, et encore bien des entreprises majeures du domaine», souligne le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation dans un communiqué. Les villes d'Amsterdam, Barcelone, Postdam, Vienne et Bologne sont également candidates. Les offres détaillées seront remises en octobre pour une décision attendue en décembre.

    Les Echos et L'Usine Nouvelle du 4 juin

international
  • international
    Boeing 737 MAX : indemnisation de TUI et report de livraisons
    Boeing va indemniser le voyagiste allemand TUI pour les pertes liées à l'indisponibilité du B737 MAX : «TUI et Boeing se sont mis d'accord sur de vastes mesures», incluant une compensation non chiffrée mais représentant «la majeure partie des dommages subis», ainsi que des crédits pour des commandes ultérieures d'avions, explique TUI dans un communiqué mercredi. Cette indemnisation se fera «progressivement sur les deux prochaines années», précise l'entreprise. Les deux groupes se sont également accordés pour retarder la livraison des 61 B737 MAX commandés par TUI. Le loueur SMBC Capital a par ailleurs également décidé de repousser les livraisons de ses B737 MAX, à 2025.

    Air & Cosmos, L'Usine Nouvelle et Le Journal de l'Aviation du 4 juin

Aviation Commerciale
  • Aviation Commerciale
    Fin des restrictions de vols vers la Corse
    Une modification du décret sur les restrictions de déplacement, publiée mercredi au Journal Officiel, autorise désormais les Français à prendre l'avion vers la Corse même sans raison impérieuse. Dans le décret publié lundi sur les nouvelles dispositions liées à la deuxième phase du déconfinement, il était indiqué que les trajets en avion entre la France continentale et l'Outre-mer et la Corse étaient limités aux motifs impérieux familiaux et professionnels. Mardi soir, le Premier ministre Edouard Philippe avait assuré que la partie concernant la Corse, qui ne s'appliquait pas au transport maritime, allait être «corrigée dans le bon sens».

    Le Journal de l'Aviation du 4 juin
  • Aviation Commerciale
    Pékin autorise les compagnies étrangères à reprendre un vol hebdomadaire vers la Chine
    La Chine a annoncé que toutes les compagnies aériennes étrangères pourraient reprendre du service à compter de lundi 8 juin, dans des conditions très limitées. Les compagnies internationales ne pourront assurer qu'un vol par semaine vers la Chine, a précisé l'Autorité de régulation du trafic aérien (CAAC). Elles pourront obtenir un second vol hebdomadaire si aucun des passagers n'est testé positif au Covid-19 pendant trois semaines sur une même liaison. Cette décision intervient au lendemain de l'annonce d'une prochaine suspension par les Etats-Unis des vols de compagnies chinoises à destination des Etats-Unis. L'interdiction, qui doit prendre effet le 16 juin, vise à répondre au refus des autorités chinoises d'autoriser les compagnies aériennes américaines à reprendre leur activité en Chine.

    Les Echos, Le Figaro et Le Monde du 4 juin